Navigation – Plan du site

Vincent de Beauvais, De l’institution morale du prince, trad. Charles Munier

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Vincent de Beauvais, De l’institution morale du prince, trad. Charles Munier, Paris, Cerf (« Sagesses chrétiennes »), 2010, 350p.

ISBN 978-2-204-08804-6.

Texte intégral

1En dépit de leur nombre et de leur importance dans le paysage culturel du Moyen Age, que l’on peut mesurer à l’aune de leur diffusion manuscrite ou de l’influence qu’ils ont pu exercer sur d’autres œuvres, les divers textes appartenant au genre dit du miroir des princes, qu’ils soient latins ou français (ces derniers résultant souvent de la traduction ou de l’adaptation des premiers), sont loin d’être tous aisément accessibles ; ainsi, on manque encore actuellement d’une traduction en français moderne du Policraticus de Jean de Salisbury ou du De regimine principum de Gilles de Rome, deux textes qui ont pourtant joué un rôle essentiel dans le développement d’une pensée politique médiévale, ou encore d’une édition critique du Livre du gouvernement des rois d’Henri de Gauchi, première et principale traduction en français du second de ces traités.

  • 1  Impression de confusion que ne contribue pas à dissiper un phénomène assez gênant : alors que les (...)

2On sera donc d’autant plus sensible à l’initiative qu’a prise Charles Munier de donner à lire en traduction française un texte qui ne fait peut-être pas partie des plus notoires de ces miroirs, mais qui n’en est pas moins intéressant, le De morali principis institutione de Vincent de Beauvais, un traité d’éthique politique consacré au métier de roi que le dominicain compose à la fin de sa vie (entre 1260 et 1262) et dédie conjointement à Saint Louis et à son gendre Thibaut V de Champagne. Une introduction copieuse – mais malheureusement parfois un peu confuse dans son déroulement1 – précède le texte proprement dit, qui le présente de façon très complète. Ainsi le De morali principis institutione – qui, comme le De eruditione filiorum nobilium (entre 1247 et 1249), a été élaboré à partir de matériaux initialement destinés à constituer la quatrième partie du Speculum majus (cf. p. 16) – est d’abord situé dans l’ensemble de l’œuvre de Vincent de Beauvais (p. 7-21), puis dans le genre du miroir des princes, dont les principaux représentants depuis l’époque carolingienne jusqu’au XIIIe siècle sont rapidement évoqués (p. 28-53) ; d’où il ressort que Vincent de Beauvais a notamment puisé au De bono regimine principis d’Hélinand de Froidmont (lui-même démarquant le Policraticus), un texte qui avait déjà été mis à contribution pour le septième livre, consacré à la science politique, du Speculum doctrinale (cf. p. 49). Différents développements sont ensuite consacrés aux sources auxquelles Vincent de Beauvais a emprunté les multiples citations d’auteurs antiques et patristiques qui émaillent son texte (p. 53-58 ; cf. aussi l’Index p. 313-345) ; à une analyse détaillée du traité (p. 58-71), suivie d’une étude qui s’intéresse notamment à certains aspects génériques (le genre du tractatus et le titre du traité) ou stylistiques (l’influence du sermon, la place des jeux de mots, proverbes, anecdotes, etc.) le concernant (p. 72-101) ; enfin à une comparaison entre le De morali principis institutione et deux traités contemporains, l’Eruditio regum et principum de Guibert de Tournai, composé juste avant le texte de Vincent de Beauvais, en 1259, et les Enseignements de Saint Louis adressés à son fils (vers 1268-1270). Une important bibliographie (p. 113-124) complète l’ensemble, où l’on s’étonnera toutefois de ne pas voir figurer la belle synthèse de M. Paulmier-Foucart et M.-C. Duchenne, Vincent de Beauvais et le Grand Miroir du monde, publiée chez Brepols en 2004.

Notes

1  Impression de confusion que ne contribue pas à dissiper un phénomène assez gênant : alors que les différentes œuvres considérées dans cette introduction présentent déjà des titres souvent similaires, l’auteur brouille encore les pistes en désignant à plusieurs reprises la même œuvre sous un titre différent. Ainsi p. 56-57, De l’institution morale du prince devient De l’éducation morale du prince, ou tout simplement De l’éducation du prince p. 86 ; de même, p. 15, pour la seule et unique fois, le De eruditione filiorum nobilium est désigné sous le titre De puerorum nobilium eruditione.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Vincent de Beauvais, De l’institution morale du prince, trad. Charles Munier  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 14 novembre 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12129

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org