Navigation – Plan du site

The Troubadours Tensos and Partimens. A Critical Edition, éd. Ruth Harvey et Linda Paterson

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

The Troubadours Tensos and Partimens. A Critical Edition, éd. Ruth Harvey et Linda Paterson, Cambridge, Brewer (« Gallica » 14), 2010, 1353p. en 3 vol.

ISBN 978-1-84384-197-5.

Texte intégral

  • 1  Un poème dialogué adopterait-il des caractéristiques spécifiques s’il met aux prises des interlocu (...)

1Cette imposante publication en trois volumes et plus de mille trois cents pages est le fruit d’une entreprise de longue haleine, initiée dans les années 80 par John Marshall, puis reprise et menée à terme, avec plusieurs collaborateurs, par Ruth Harvey et Linda Paterson. Le corpus, de fait, est vaste, puisque plus de cent cinquante tensos et partimens sont ici rassemblés – les seconds étant traditionnellement distingués des premiers, d’après notamment la définition des Leys d’Amors, par le fait que l’alternative du débat est clairement posée dès le début du poème par le premier interlocuteur, lequel laisse à son répondant le choix du point de vue qu’il souhaite défendre, tandis que la tenso met directement aux prises les interlocuteurs dans une joute verbale pouvant parfois tourner à l’invective. Vaste corpus, donc, encore que les éditrices, après en avoir exclu les échanges de coblas et de sirventes, s’en soient en outre tenues aux « poems involving at least two living, human participants whose historical existence we have no compelling reason to doubt (thus excluding obviously fictive tensos between a troubadour and an inanimate object, or God) » (p. xix-xx) ; on pourrait peut-être, soit dit en passant, s’interroger sur les raisons de ce choix1, à moins bien sûr que les poèmes mettant en scène des interlocuteurs fictifs ne soient par trop nombreux, ce que l’introduction ne précise toutefois pas.

  • 2  Sinon dans B. Bonnarel, Les 194 chansons dialoguées des troubadours / Las 194 cançons dialogadas d (...)

2Certes tous ces tensos et partimens ont déjà bénéficié d’une ou plusieurs éditions, critiques ou simplement diplomatiques, et parfois de traductions. Cependant, dispersés dans des anthologies ou bien dans les éditions consacrées à tel ou tel troubadour plus ou moins connu – car la plupart d’entre eux ont pratiqué ce genre de débat versifié, de Cercamon à Guiraut Riquier en passant par Guiraut de Borneill ou Raimbaut d’Orange –, jamais ces poèmes n’avaient été regroupés dans une seule anthologie2 ; ainsi, des pièces rarement mentionnées (je pense en particulier à celles que les éditrices rangent dans la catégorie des dialogues « jongleuresques », cf. p. xxxvii), dont parfois les auteurs ne sont guère autrement connus et difficilement identifiables, peuvent être sorties de l’oubli où les condamnaient plus ou moins à être reléguées les éditions anciennes d’Appel, Bartsch, Bertoni ou Mahn ; surtout, il s’agit d’une édition faite entièrement sur nouveaux frais et qui, tout en tenant systématiquement compte de l’apport des travaux antérieurs, n’hésite pas pour telle ou telle pièce, après examen de la tradition manuscrite, à faire le choix d’un nouveau texte de base (cf. par exemple les cas de Gaucelm Faidit ou de Sordel) – quand la pièce, bien sûr, est transmise par plusieurs copies, ce qui n’est pas toujours le cas, les unica étant nombreux dans ce corpus.

3Chaque poème édité est pourvu d’un apparat extrêmement complet, comprenant toutes les informations utiles sur la tradition manuscrite et son analyse par les éditrices conduisant au choix du manuscrit de base, le rappel de toutes les éditions antérieures, le texte accompagné d’une traduction anglaise en vis-à-vis, les leçons rejetées et toutes les variantes des autres manuscrits, le schéma prosodique du poème et des notes textuelles chapeautées par une plus ou moins brève – en fonction des problèmes qu’elle pose – situation du texte et des interlocuteurs qu’il met en scène, parfois bien difficiles à identifier. Enfin, outre une copieuse bibliographie et un rapide glossaire, un index des noms propres ainsi que différentes tables (des thèmes et des pièces classées par régions et chronologiquement) disposées à la fin de l’introduction permettent de circuler avec aisance dans ce vaste ensemble et d’en apprécier l’incomparable richesse. On ne saurait être assez gré, en somme, aux éditrices comme à l’éditeur (Brewer), d’avoir enfin donné un équivalent de langue d’oc au Recueil général des jeux-partis français publié par la S.A.T.F. en 1926, et d’avoir ainsi rendu accessible – ce qui ne s’entend pas, malheureusement, pour le prix auquel les volumes sont proposés – aux chercheurs cette précieuse collection, qui rendra à n’en pas douter de grands services.

Notes

1  Un poème dialogué adopterait-il des caractéristiques spécifiques s’il met aux prises des interlocuteurs fictifs, ou au contraire des personnes réelles ? Voilà qui resterait à démontrer.

2  Sinon dans B. Bonnarel, Les 194 chansons dialoguées des troubadours / Las 194 cançons dialogadas dels trobadors, Paris, 1981, où les textes sont seulement donnés dans une version occitane modernisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « The Troubadours Tensos and Partimens. A Critical Edition, éd. Ruth Harvey et Linda Paterson  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 14 novembre 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12126

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org