Navigation – Plan du site

‘Salutz d’amor’. Edizione critica del corpus occitanico, éd. Francesca Gambino et alii

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

‘Salutz d’amor’. Edizione critica del corpus occitanico, éd. Francesca Gambino et alii, Roma, Salerno, 2009, 834p.

ISBN 978-88-8402-654-5.

Texte intégral

  • 1  On trouvera les références précises de tous ces travaux dans la volumineuse bibliographie de l’ouv (...)
  • 2  Cf. le présent volume p. 12 et La lettre dans la littérature romane du Moyen Age, éd. S. Lefèvre, (...)

1Si, depuis le travail pionnier de P. Meyer (« Le salut d’amour dans les littératures provençale et française », 1867), qu’ont suivi, entre autres, ceux d’A. Parducci (« La ‘lettera d’amore’ nell’antica letteratura provenzale », 1942), de P. Bec (édition des Saluts d’amour du troubadour Arnaut de Mareuil et « Pour un essai de définition du salut d’amour », 1961) et d’E.-P. Ruhe (‘De amasio ad amasiam’. Zur Gattungsgeschichte des mittelalterlichen Liebesbriefes, 1975), ou plus récemment, sur les origines du genre, d’E. W. Poe (« Marie de France and the salut d’amour », 2006) ou de C. Di Girolamo (« Maria di Francia e il salut d’amour », 2007)1, le salut d’amour – sorte d’épître versifiée que le poète adresse à sa dame, et qui se caractérise notamment par l’ample développement de topiques propres à la lyrique amoureuse dans un cadre globalement moins contraint que celui de la chanson, la forme adoptée par le salut étant bien souvent le couplet d’octosyllabes –, qui fut cultivé en langue d’oïl comme en langue d’oc, constitue un genre relativement bien identifié, on manquait encore jusqu’ici d’une édition qui se veuille complète et définitive de ces textes. C’est maintenant chose faite, grâce au présent volume, pour le domaine occitan, en attendant la publication d’un travail équivalent pour les saluts de langue d’oïl, actuellement en cours sous la direction de Sylvie Lefèvre2.

2Il s’agit d’un très bel ouvrage, ne serait-ce que sur le plan proprement matériel (comme souvent chez les éditeurs italiens), qui pèse son poids et fait paraître d’autant plus important le travail – d’équipe – dont il offre le résultat ; de fait, le volume compte près de 850 pages, dont environ 150 d’introduction et 40 de bibliographie, le reste étant réservé à l’édition proprement dite, qui est suivie d’une « Nota ai testi » de S. Cerullo consacrée à la situation des textes dans les chansonniers et de deux index. L’introduction, remarquablement fouillée, de S. Cerullo constitue un véritable essai sur le genre, où l’on regrettera seulement qu’il soit aussi peu question des saluts de langue d’oïl, qui eussent éventuellement pu fournir d’intéressants points de comparaison. Après un bilan critique complet (p. 17-31), suivi par un développement consacré à la terminologie générique (p. 31-52), on en vient à ce qui constitue le cœur de l’étude. C’est d’abord (p. 52-112) une analyse très précise des relations qu’entretient le salut occitan avec la tradition médiolatine représentée d’un côté par les artes dictaminis, de l’autre par le genre de l’épître en vers, qu’ont illustré notamment les poètes de la parfois dite école de la Loire (Marbode de Rennes, Baudri de Bourgueil, Hilaire d’Orléans, Hildebert de Lavardin), ou encore Matthieu de Vendôme, où l’on reconnaît évidemment l’influence d’Ovide et de ses Héroïdes ; d’où il ressort que « l’adesione del salut ai modelli che la normativa epistolografica diffonde e stabilizza nel corso del XII secolo definisce l’ossatura formale e, in buona parte, l’arrière-plan retorico del nuovo genere trobadorico » (p. 78), mais aussi que « le componenti ‘cólte’ del salut provenzale appaiono in effetti solidali con la ricezione dell’opera ovidiana che si svolge nell’ambito dell’epistolografia d’amore mediolatina » (p. 99). Un important développement (p. 112-159), après un aperçu théorique, est ensuite consacré aux critères internes de définition du genre, S. Cerullo proposant un relevé précis des « marche di genere in contesti stilistici » (cf. p. 124-126), ce qui lui permet de mettre en évidence la « coesione stilistico-retorica dei testi » (p. 127) en même temps que de notables variations, notamment dans le recours par les poètes à une forme strophique ou non, ce qui amène par exemple S. Cerullo à mettre à part la catégorie du salut-cobla (soit des saluts constitués d’une ou deux strophes).

3Alors que l’introduction se conclut, conséquence logique de toutes les analyses précédentes, sur une liste de 22 pièces constituant selon S. Cerullo le corpus des salutz occitans, les éditeurs proposent finalement un corpus élargi à 27 pièces – F. Gambino a beau justifier dans sa préface cet écart par le caractère collectif de l’entreprise et la volonté de n’écarter aucune des pièces susceptibles d’appartenir à cette « nebulosa di testi », il n’en reste pas moins un peu surprenant (cf. p. 14) – qui conduit le lecteur de Raimbaut d’Orange, peut-être l’inventeur du genre, jusqu’à un ensemble important de pièces anonymes, en passant bien sûr par Arnaut de Mareuil, le « maestro incontestato del genere » (p. 12). Chaque pièce, précédée d’une introduction explicitant les choix éditoriaux des différents contributeurs, est présentée dans sa langue originale avec une traduction italienne en vis-à-vis, accompagnée d’une annotation abondante et d’un apparat critique non moins abondant – voire peut-être un peu trop, les éditeurs ayant fait le choix de fournir la totalité des variantes graphiques de tous les manuscrits, ce qui dans certains cas, quand ces manuscrits sont nombreux (cf. par exemple la pièce de Guillem de Saint Didier), ne va pas sans risquer de noyer quelque peu le texte sous une masse d’informations qui ne sont pas indispensables à sa compréhension ; mais peut-être la véritable rigueur philologique est-elle à ce prix.

Notes

1  On trouvera les références précises de tous ces travaux dans la volumineuse bibliographie de l’ouvrage.

2  Cf. le présent volume p. 12 et La lettre dans la littérature romane du Moyen Age, éd. S. Lefèvre, Orléans, Paradigme, 2008, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « ‘Salutz d’amor’. Edizione critica del corpus occitanico, éd. Francesca Gambino et alii  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 14 novembre 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12121

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org