Navigation – Plan du site

Aimé Petit, Aux origines du roman. Le Roman de Thèbes

Wilfrid Besnardeau
Référence(s) :

Aimé Petit, Aux origines du roman. Le Roman de Thèbes, Paris, Champion (NBMA 93), 2010, 425p.

ISBN 978-2-7453-1837-4.

Texte intégral

1Les éditions Champion consacrent un nouvel ouvrage au premier roman de la littérature française, le Roman de Thèbes (dorénavant RT), auquel le chercheur Aimé Petit a consacré une bonne partie de sa carrière, en particulier ses deux thèses ainsi qu’un très grand nombre d’articles. Réunissant 29 de ces articles, ce livre représente une trentaine d’années de recherches (entre 1979 et 2007).

2L’ensemble est précédé d’une solide introduction qui fait ou refait le point sur le roman et les questions d’écriture qu’il pose : son rapport aux sources antiques (p. 8), la relation entre roman et histoire (p. 9), la tradition manuscrite (p. 10). Aimé Petit ne manque pas d’aborder toutes les thématiques littéraires permettant de situer cette œuvre par rapport à la chanson de geste (p. 11-12), avant de mettre l’accent sur les caractéristiques d’une écriture proprement romanesque (p. 13), reposant entre autres sur un usage subtil de l’anachronisme (p. 14), sur une démarche stylistique, en un mot sur tout ce qui peut aussi expliquer l’influence jouée par ce premier roman sur les œuvres postérieures. Cette introduction couvre en quelque sorte le champ des différentes thématiques qui sont ensuite développées dans l’ouvrage au gré des 29 articles.

3Certains de ceux-ci abordent des questions lexicales (« Le motif du combattant nu ou desarmez dans le RT », « Estoire et romanz dans le RT », « Les premiers éclats de vitre dans la littérature française du Moyen Âge»), stylistiques (« La répétition par inversion dans le RT ») ; d’autres proposent des études de personnages (« Monseigneur Amphiaraüs ? », « La reine Jocaste dans le RT », « Les rois dans le RT », « Capanée dans le RT », « Tydée dans le RT ») ou des leçons thématiques (« Les premières descriptions de tentes : la tente d’Adraste dans le RT », « Le premier portrait féminin dans le roman du Moyen Âge. Les filles d’Adraste dans le RT », « Prologues du RT », « L’épisode des jeux dans le RT », « Nuits blanches dans les romans antiques », « La trahison de Daire le Roux dans le RT ») ; d’autres s’intéressent à des questions de manuscrits (« Un passage controversé du RT : la Capanéide », « Mieus vaut lor ris et lor baisiers / Que ne fait Londres ne Peitiers. Tradition manuscrite et critique littéraire : notes sur le RT et Cligès », « Le planctus d’Ysmaine dans le manuscrit P du RT », « Les deux rédactions picardes du RT », « L’épisode de Céfas dans le manuscrit P du RT ») ; d’autres encore évoquent les sources (« Aspects de l’influence d’Ovide sur les romans antiques du XIIe siècle », « La réception de la Thébaïde à travers la tradition manuscrite du RT », « Les chefs d’œuvre à l’épreuve de la traduction : le RT et le Roman d’ Eneas », « Le RT et l’Antiquité », « La Thébaïde et le RT : du baroque néronien au baroque roman ») ou la postérité de cette œuvre (« Wauchier de Denain et la matière du RT dans l’Histoire ancienne jusqu’à César », « Le traitement du personnage d’Amphiaraüs par Wauchier de Denain dans l’Histoire ancienne jusqu’à César », « Le RT dans l’Histoire ancienne jusqu’à César »). Un, enfin, se consacre à trois ouvrages abordant le RT : « Autour du RT. A propos de quelques ouvrages récents ».

4Le recueil se clôt sur des outils très pratiques : index des personnages, des auteurs, des œuvres et index rerum. De la sorte, il est très rapide d’aller chercher une information précise dans l’un des articles.

5On le voit donc, l’ouvrage est très commode d’emploi et surtout très dense car il embrasse un grand nombre de thématiques intéressantes. Qui plus est, il présente l’intérêt de laisser percevoir l’évolution d’une pensée : depuis le temps qu’il fréquente le RT, Aimé Petit l’a examiné sous toutes les coutures et l’ouvrage démontre parfaitement comment, dans un dialogue permanent entre un critique et une œuvre, une pensée évolue, s’approfondit, se nuance, avec toujours le même souci d’éclairer et de valoriser notre premier roman, sans oublier les liens qu’il entretient notamment avec l’Eneas ou l’Histoire ancienne jusqu’à César.

6De ce point de vue, peut-être aurait-il été souhaitable d’opter complètement pour un classement chronologique des articles. Par ailleurs, on peut déplorer l’absence d’une bibliographie générale sur le RT, version actualisée par exemple de celle qu’A. Petit a présentée à la fin de son édition du ms. C de l’œuvre dans la collection Champion Classiques en 2008 (p. 65 à 75). Enfin, on aurait pu préciser les références des citations des critiques rapportées en introduction.

7Quelques coquilles, vraisemblablement liées au mode de reproduction des articles, se sont glissées dans l’ouvrage : il semble, en effet, qu’à plusieurs endroits certains caractères n’aient pas été reconnus ou que des mots coupés dans la version originale d’un article sont reproduits en l’état (avec tiret) dans l’ouvrage. Signalons la note 57 p. 65, la note 14 p. 77, la p. 87, les notes 39 et 42 p. 164, les p. 165, 168, 175, 178, 182, 204, 219, 317, 340, la note 5 p. 351, la p. 353, la note 53 p. 391, p. 412 (s. v. Colitorpus), p. 415 (s. v. Thoas), p. 419 (s. v. argonautiques), p. 422 (s. v. tente d’Adraste). Trois points sont plus gênants : p. 159, une phrase du deuxième paragraphe est incorrecte à cause de l’ajout d’une préposition dans (absente de l’article original, p. 113) ; par ailleurs, la page 36 est blanche, là où aurait dû figurer le tableau présenté aux pages 440-441 de la version originale de l’article ; enfin, la note 20 p. 150 annonce un « tableau présenté en annexe, après les notes » qui n’est pas reproduit.

8Ces détails n’enlèvent, bien sûr, rien à la qualité de l’ouvrage qui constitue un bon outil, s’ajoutant à tous ceux qui, comme lui, font le choix de rassembler des articles autour du même roman (pensons, par exemple, au recueil dû à B. Ribémont : ‘Qui des sept arz set rien entendre’. Etudes sur le RT, Orléans, Paradigme, 2002). Aimé Petit a montré dans ses travaux toute la richesse du Roman de Thèbes et gageons que ses recherches sur le premier roman en stimuleront bien d’autres encore.

Pour citer cet article

Référence électronique

Wilfrid Besnardeau, « Aimé Petit, Aux origines du roman. Le Roman de Thèbes  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 27 octobre 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/12118

Haut de page

Auteur

Wilfrid Besnardeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org