Navigation – Plan du site

Robert Garnier, Théâtre complet. Tome II – Hippolyte, éd. Jean-Dominique Beaudin

Denis Bjaï
Référence(s) :

Robert Garnier, Théâtre complet. Tome II – Hippolyte, éd. Jean-Dominique Beaudin, Paris, Classiques Garnier (« Textes de la Renaissance » 159), 2009, 304p.

ISBN 978-2-8124-0076-6.

Texte intégral

1On se réjouit de voir progresser cet ambitieux projet d’une nouvelle édition du Théâtre de Garnier, dirigée par Jean-Dominique Beaudin et appelée à relayer l’édition Lebègue parue aux Belles-Lettres entre 1949 et 1974. Inaugurée chez Champion en 1997 par Antigone (édition J.-D. Beaudin), poursuivie en 1999 par La Troade (même éditeur), par Porcie (édition Jean-Claude Ternaux) et par Les Juifves (édition Sabine Lardon, revue et corrigée en 2004), puis en 2002 par Cornélie (édition J.-C. Ternaux), elle s’enrichit à présent d’Hippolyte, en attendant un Marc-Antoine déjà annoncé (à nouveau par les soins de J.-C. Ternaux) et la tragi-comédie de Bradamante. Hippolyte, depuis le tome IV et dernier de l’édition Lebègue, a fait entre-temps l’objet de trois autres éditions modernes, procurées par Christine Hill et Mary Morrison (Londres, 1975), par Daniela Dalla Valle (Turin, 1986) et par Silvio Ferrari (Florence et Paris, 1993, collection « La tragédie à l’époque de Henri II et de Charles IX ») ; et elle était inscrite, avec Les Juifves, au programme 2001 de l’agrégation.

2Disons-le sans ambages : cette nouvelle édition d’Hippolyte,à laquelle le maître d’œuvre, Jean-Dominique Beaudin, a apporté le même soin qu’à celle des deux autres tragédies à sujet grec de Garnier, est remarquable et digne de tous éloges. Une substantielle introduction d’une quarantaine de pages balaie quelques idées reçues sur ce théâtre. Si Hippolyte emprunte beaucoup à la Phædra de Sénèque, Garnier n’est pas pour autant un simple traducteur ou adaptateur de son modèle latin, par rapport auquel il fait preuve d’une grande liberté créatrice (comme le met en lumière le tableau comparatif des p. 46-49). Il ajoute cinq scènes de son cru (en particulier dans les actes I et IV), en déplace d’autres, transfère des répliques dans la bouche d’un autre personnage. D’où une construction dramatique qui va crescendo, et qui fait d’Hippolyte non seulement une tragédie de type lyrique et statique, à l’instar de Porcie,mais déjà une tragédie plus dynamique, comme le seront La Troade et Antigone. Seconde idée reçue battue en brèche, l’idée que ce texte ne soit pas vraiment fait pour être joué : « Lorsque Garnier écrit, il songe à la représentation de sa pièce. Il possède un sens inné du théâtre » (p. 22). Pour le prouver, J.-D. Beaudin ne se contente pas de répertorier en note les représentations attestées, depuis celle donnée par les collégiens de Saint-Maixent en 1576 jusqu’à la mise en scène d’Antoine Vitez à Chaillot en 1982, il souligne l’effet spectaculaire produit dès le lever de rideau par l’apparition de l’ombre d’Égée sortie des Enfers, les jeux de l’ombre et de la lumière, les gestes et mimiques diligemment notés par les didascalies internes, le rôle des objets (à commencer par l’épée qu’Hippolyte abandonne sur scène et qui devient aussitôt preuve à charge contre lui, avant que Phèdre ne s’en empare pour s’en transpercer le flanc), sans oublier les effets pathétiques. Enfin cette « tragédie privée » (mais cette notion même ne prête-t-elle pas à discussion, en raison des personnages de rang élevé requis par le genre ?) s’ouvre à des significations politiques et religieuses qui la rapprochent du public contemporain : centrée au moins autant sur Thésée que sur le héros éponyme, elle propose une réflexion sur l’exercice du pouvoir monarchique ; et elle revêt, sous le masque du mythe païen, une signification authentiquement chrétienne en mettant en garde contre la tentation de résister au péché par ses propres forces au lieu de s’en remettre à la providence divine (voir, p. 89, les vers guillemetés 629-634 de l’acte IV, attribués à la nourrice).

  • 1  Compte non tenu de l’édition toulousaine de 1588, très fautive, et à laquelle Garnier n’a probable (...)
  • 2  Également dédicataire, dans les seules éditions de 1573, d’une longue élégie de Garnier reproduite (...)

3Le texte reproduit est, non pas celui de l’édition originale de 1573, mais celui de la troisième édition collective des Tragedies (Paris, Mamert Patisson, 1585), le dernier revu par Garnier de son vivant1. Il est précédé par la dédicace à Charles et Nicolas d’Angennes, seigneurs de Rambouillet, par les sonnets de Ronsard et de son cousin éloigné Nicolas2 et par les pièces latines de Pierre Amy (traduites p. 177 et 178) et de Pascal Robin du Faux (ode pindarique simplement résumée p. 178-179). L’apparat critique, en bas de page, donne les variantes de vocabulaire et de syntaxe des éditions précédentes, ainsi que les modifications introduites dans la segmentation du texte théâtral, les alinéas se faisant plus nombreux à partir de 1580. Les notes, rejetées en fin de volume (p. 175-265), élucident les sources mises à contribution, tirent parti, pour le lexique, des Épithètes contemporaines (1571) de Maurice de La Porte et citent les principales études modernes consacrées à Hippolyte et au théâtre de Garnier (d’Emmanuel Buron, de Charles Mazouer, d’Olivier Millet et de Jean-Claude Ternaux, dont sont reproduits des extraits de deux ouvrages encore à paraître). Suivent une bibliographie, quasi exhaustive (incluant un livre et cinq articles de J.-D. Beaudin lui-même), un glossaire et un index des noms.

  • 3  P. 12, n. 2, « on t[r]ouvera » ; p. 217, sur v. 777, corriger Erwing en Erwin ; p. 218, sur v. 787 (...)

4Il faut y regarder de près pour repérer, tâche ingrate de recenseur oblige, quelques menues imperfections3. L’essentiel est que le lecteur moderne dispose à présent d’une édition impeccable de l’Hippolyte de Garnier, la première tragédie à traiter en français de l’amour incestueux de Phèdre pour son beau-fils, et dont Racine sera au siècle suivant un lecteur particulièrement attentif (voir p. 42, n. 1, et le détail de l’annotation).

Notes

1  Compte non tenu de l’édition toulousaine de 1588, très fautive, et à laquelle Garnier n’a probablement pas collaboré.

2  Également dédicataire, dans les seules éditions de 1573, d’une longue élégie de Garnier reproduite en appendice, p. 169-173 (sur les raisons de cette suppression, voir R. Lebègue, cité p. 176).

3  P. 12, n. 2, « on t[r]ouvera » ; p. 217, sur v. 777, corriger Erwing en Erwin ; p. 218, sur v. 787-788, « conces[s]ive » ; p. 225, sur v. 1049-1050, « [s]e prononce ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bjaï, « Robert Garnier, Théâtre complet. Tome II – Hippolyte, éd. Jean-Dominique Beaudin  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 27 octobre 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12107

Haut de page

Auteur

Denis Bjaï

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org