Navigation – Plan du site

Jean Baumgarten, Le peuple des livres. Les ouvrages populaires dans la société ashkénaze, XVIe-XVIIIe siècle

Marion Pouspin
Référence(s) :

Jean Baumgarten, Le peuple des livres. Les ouvrages populaires dans la société ashkénaze, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2010, 576p.

ISBN 978-2-22618-720-8.

Texte intégral

1Le peuple des livres est la première tentative d’interprétation globale de la production des livres en vernaculaire dans la société ashkénaze aux XVIe-XVIIIe siècles. Cette étude très documentée se situe à la croisée d’un moment historiographique et d’une démarche plutôt personnelle (spécialiste de la littérature yiddish ancienne et de l’histoire culturelle du judaïsme ashkénaze, J. B. a précédemment démontré que l’histoire de la langue et de la littérature yiddish est indissociable de l’histoire de la communauté juive en diaspora). Le peuple des livres s’inscrit dans le développement des travaux d’une part sur la période de mutation des années 1550-1750, véritable entité socio-historique juive, et d’autre part sur l’histoire du livre juif entrepris depuis quelques décennies. Ces travaux sur le livre juif ont renouvelé depuis quelques années les problématiques en se détachant de l’intérêt traditionnel à l’égard de la culture des élites et en proposant des analyses neuves concernant les rapports entre les auteurs et les imprimeurs, la détermination des traits physiques, le « profil bibliographique » et enfin l’artisanat du livre.

2D’une part, J. B. poursuit des domaines d’investigation certes déjà explorés au sujet du livre juif ‒ mais sans que livre populaire ait été spécifiquement concerné ‒, à savoir l’analyse littéraire des textes, les agents de la diffusion commerciale, les pratiques de lectures, les modalités d’appropriation des textes et l’usage des livres. D’autre part, il reprend les questionnements laissés en suspens par l’histoire du livre juif (mais néanmoins largement abordés dans le monde chrétien), en particulier le processus de fabrication (auteur, éditeur, imprimeur et correcteur) et les agents de la diffusion commerciale. Bref, autant de questionnements qu’il applique de manière inédite aux livres en yiddish, longtemps considérés comme des « appendices » de la production livresque en hébreu (p. 21). Dès lors, il tient compte de la forme matérielle du livre en yiddish et la constitution d’un style caractéristique des éditions populaires, de leurs auteurs et diffuseurs y compris secondaires, des stratégies commerciales de ces éditeurs et libraires, ainsi que de la constitution du réseau de distribution de ces livres populaires.

3Le livre juif populaire : ce « social break » défini par Eisenstein ? L’objet de cette synthèse est le rôle du livre en langue vernaculaire dans la transformation des traits de la culture juive pré-moderne. Le livre est effectivement un objet d’étude privilégié étant donné sa place particulière dans la société juive. Le livre ne s’y résume pas à un objet de culture, du savoir et de divertissement ; sa lecture est viatique et chargée d’espérances messianiques. Quel est le rôle du livre populaire dans cette mutation de l’histoire du peuple juif ? J. B. analyse alors l’influence du livre « populaire » sur l’éducation, la formation et l’acculturation des masses juives, et plus précisément sur l’évolution de la pensée et de la culture pendant cette phase de « transition » de l’histoire du peuple juif aux XVIe-XVIIIe siècles. Il voit le livre populaire juif moins comme une force créatrice de cette mutation (Eisenstein parle de « révolution ») qu’un témoin et un agent du changement culturel. Si le livre populaire joue un rôle déterminant dans la transformation culturelle juive, il n’est pas à l’origine de cette mutation. Le déploiement du livre en vernaculaire répond aux aspirations d’un public élargi avide de lectures pieuses et de textes profanes. Le livre en vernaculaire suit, accompagne et accélère l’évolution culturelle tout en la diffusant.

4Après une riche introduction générale, la matière du livre est organisée en quatre grandes parties d’une densité inégale, subdivisées en seize chapitres. Dans la première partie intitulée « Imprimer les livres populaires » (chapitres 1-4), J. B. présente un à un les artisans qui concourent à la fabrication et diffusion de ces livres, à savoir tant leurs auteurs, compilateurs, adaptateurs et traducteurs que leurs imprimeurs, correcteurs et presseurs. Aussi propose-t-il une description des traits matériels caractéristiques de ces éditions populaires juives, allant du choix des petits formats à l’adoption de caractère spécifique d’imprimerie propre tantôt à la langue sainte tantôt à la langue vernaculaire, en passant par une organisation binaire du texte selon le public visé. Le texte destiné à un lectorat érudit est globalement imprimé en périphérie du texte « populaire ». Si son enquête sur les images agrémentant les éditions populaires demeure quelque peu succincte et globalisante, J. B. analyse minutieusement la mise en texte de ces livres et les effets de celle-ci dans la culture juive. Effectivement, si le premier but du livre juif en vernaculaire est de diffuser les textes canoniques et les sources religieuses de la culture juive traditionnelle auprès des lecteurs et lectrices « ignorants », s’il facilite la lecture, l’étude et la compréhension des textes, le livre suppose une transposition de l’enseignement traditionnellement oral dans le cadre de la page écrite imprimée. Le livre fixe en règles typographiques la codification et la régulation orales de cet enseignement. Cette transposition bouleverse les modes de transmission avec une normalisation des enseignements et des commentaires oraux délivrés traditionnellement par les maîtres dans le cadre de cette page imprimée. De plus, ces livres pieux et d’édification religieuse jouent alors un rôle de conservation et de reproduction de la tradition juive. Ils créent de nouvelles formes de spiritualité : une aspiration à un rapport plus étroit avec Dieu, ébréchant ainsi la suprématie des savants et des rabbins.

5La seconde partie sur « L’Europe des imprimeurs ou la géographie du livre vernaculaire », qui est le gros de cette étude (chapitres 5 à 12, soit environ la moitié du livre), est consacrée à la géographie éparse de la production de ces livres populaires et à ses réseaux de distribution commerciale entre l’Europe centrale et orientale (Prague, Lublin et Cracovie), l’Italie du nord (Venise, Ferrare et Mantoue), Bâle et l’Allemagne (Francfort, Amsterdam). Chacun de ces chapitres, portant sur un espace européen précis, présente tour à tour les ateliers de production (les « dynasties ») qui y sont implantés, ainsi que la pénétration des cultures « locales » dans la culture juive à l’échelle régionale. Cette pénétration culturelle se traduit dans la présentation et le contenu du livre en yiddish. Et par le jeu des réseaux de distribution commerciale, ainsi que par la circulation des hommes, du matériel typographique et des idées, ces « réponses régionales » sont reproduites et exportées à l’échelle européenne. Le livre, vecteur de cette culture juive pénétrée des cultures locales, diffuse et accélère la transformation des traits de la culture juive. Dès lors, le livre populaire juif participe à la genèse de cette culture juive « interrégionale », voire « transnationale » (l’expression apparaît p. 197). Ces petits formats assurent la conservation et la diffusion d’un capital culturel en yiddish.

6Dans la pénultième partie sur « L’économie du livre errant » (chapitre 13-14), J. B. déjoue les stratégies commerciales mises en œuvre par les imprimeurs juifs – et chrétiens – et explore ce marché économique qui s’est constitué autour du livre juif en langue vernaculaire. Les imprimeurs ont effectivement vu dans ce public avide de lectures pieuses, puis d’œuvres profanes, une manne financière à exploiter.

7Enfin dans la dernière partie intitulée « Lire les ouvrages en yiddish » (chapitres 15-16), J. B. reprend pour son propre objet d’enquête les questionnements soulevés par Roger Chartier sur les « lectures plurielles » et par Henri-Jean Martin sur la censure. Il montre que l’essor de cette littérature en yiddish modifie peu à peu le contrôle exercé par les élites des savants ainsi que les habitudes culturelles, notamment les pratiques de lecture. Ces ouvrages de vulgarisation mettent des textes édifiants à la portée de nouveaux lecteurs, humbles et moins instruits, en particulier les femmes.

8J. B. insère dans le corps du livre des fac-similés de pages imprimées qui semblent permettre au lecteur de visualiser concrètement les propos de l’auteur, notamment en matière de mise en pages des textes ou de « grammaire typographique ». Néanmoins, le lien entre l’argumentaire de l’auteur et ces fac-similés demeure parfois ténu. Aucune légende (du type « fig. 1 », « fig 2 », etc.) n’établit un lien direct entre l’illustration et l’argumentaire. De plus, certains fac-similés ne correspondent même pas aux exemples sur lesquels J. B. appuie son argumentaire. Enfin, non répertoriées au sein d’une table à la fin de l’ouvrage, ces « illustrations » sont dépourvues de références quant à leur emplacement dans l’œuvre dont elles sont extraites ou quant à leur lieu de conservation actuel.

9Il ressort au terme de ce livre que J. B. nous livre ici une véritable somme. Même si ses questionnements ne sont pas neufs en soi (J. B. met en évidence dans le monde juif pré-moderne ce que Roger Chartier, Daniel Roche ou Robert Darnton ont déjà montré pour l’histoire des Lumières), il faut souligner la richesse de l’analyse et la finesse dont J. B. fait preuve. Si précédemment, dans son Histoire d’une langue errante, J. B. expliquait la consolidation du yiddish et sa reconnaissance progressive au sein de la société juive – ce qui constitue un préalable au livre en yiddish – , désormais il démontre le rôle de cette irruption d’une littérature en yiddish dans la genèse d’une culture juive nouvelle et (trans-)nationale, l’une des cultures minoritaires d’Europe. Le présent ouvrage dépasse largement les seuls champs de l’histoire culturelle et littéraire juive, il s’engage dans les réflexions actuelles menées par la recherche historique, à savoir la construction des identités collectives en Europe (F. Barbier) et les pratiques du transnational (J. B. a d’ailleurs participé aux journées d’étude du Centre de Recherches Historiques des 3-4 décembre 2009 sur les « pratiques du transnational : terrains, preuves, limites »).

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Pouspin, « Jean Baumgarten, Le peuple des livres. Les ouvrages populaires dans la société ashkénaze, XVIe-XVIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 12 octobre 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/12088

Haut de page

Auteur

Marion Pouspin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org