Navigation – Plan du site

John Watts, The Making of Polities (Europe, 1300-1500)

Vincent Challet
Référence(s) :

John Watts, The Making of Polities (Europe, 1300-1500),Cambridge University Press, 2009, 466p.

ISBN 978-0-521-79232-5.

Texte intégral

1Prétendre résumer le dernier ouvrage de John Watts relève d’une véritable gageure tant est dense et foisonnante la pensée de l’auteur, tant est grande également son ambition – rien moins que d’embrasser la fabrique du politique en Europe à la fin du Moyen Âge avec le souci d’une confrontation de perspectives anglaises et européennes –,  John Watts partageant la conviction que la grande nouveauté des XIVe-XVe siècles consiste en la « création d’un espace politique et social commun » (p. 41) à l’échelle de la chrétienté. L’historien d’Oxford entend avant tout réfuter les notions de « crise », « désordre » ou « transition » généralement attachées à la fin du Moyen Âge pour établir une véritable histoire politique de la période, si tant est qu’elle soit possible. Il partage en ce sens la remarque de Jacques Heers qui notait que les historiens s’en étaient généralement tenus à une prudente histoire des institutions – ainsi, le courant historiographique de la « genèse de l’État » – qui ne permettait guère d’appréhender les réalités de la vie politique d’un point de vue social. Mais là où Jacques Heers estimait que la clef de compréhension de la vie politique se situait dans l’utilisation de la prosopographie, John Watts considère qu’elle réside dans l’éclairage des structures, dans leurs interactions et dans leurs développements. Ainsi rapproche-t-il deux épisodes d’opposition nobiliaire au roi, le premier survenu en Angleterre en 1469 (révolte de Warwick contre Édouard IV), le second en Castille en 1464 (révolte contre Henri IV) pour mettre en évidence la similitude des manifestes en langue vernaculaire alors publiés par les grands, lesquels dénoncent les conseillers royaux comme autant de parvenus et mettent en avant l’intérêt de la chose publique et du peuple en tant que communauté politique. De tels manifestes, usant d’un langage et d’idées tout à fait similaires que l’on retrouve également dans les textes élaborés par les princes français  à l’occasion de la guerre du Bien Public en 1465, témoignent à l’évidence de « formes communes d’expression d’une opposition politique dans les années 1460 » (p. 5) et de tels épisodes doivent inévitablement être mis en relation, en dépit de certaines variations rhétoriques. La méthode adoptée par John Watts consiste alors à considérer qu’il est plus profitable pour l’historien de s’intéresser aux parallèles structuraux entre ces épisodes et à la manière dont des tensions politiques toujours latentes s’expriment que de se contenter de dire de façon quelque peu paresseuse que ces manifestes sont à la fois très conventionnels et très routiniers. Ces crises des années 1460 peuvent aussi être mises en relations avec les nombreuses chartes de libertés délivrées un peu partout en Europe occidentale au tout début du XIVe siècle, ainsi en France sous le règne de Louis X. De nettes différences n’en apparaissent pas moins entre ces deux séquences qui révèlent les progrès accomplis par la société politique européenne en quelques cent cinquante ans : au-delà d’une apparente identité de vocabulaire, « le royaume des années 1460 est vu non plus comme un ensemble de groupes particuliers définis par leurs privilèges et libertés individuelles mais comme une communauté, certes diverse socialement mais unie d’un point de vue national, partageant des préoccupations communes discutées par et devant un large public » (p. 8). En outre, en 1460, tout semble indiquer que le gouvernement royal est accepté dans son principe et que les oppositions portent moins sur son existence que sur son incapacité à assumer les tâches que l’on attend de lui. Et c’est précisément ce considérable élargissement de la société politique en Europe entre 1300 et 1500 qui est l’objet de cet essai.

2Avant tout, sans doute John Watts entend-il réfuter un certain nombre de positions historiographiques attachées à la fin du Moyen Âge pour mieux la reconsidérer d’un œil neuf : ainsi, celle, héritée de Huizinga, qui n’y voit que l’automne du Moyen Âge, un lent déclin de civilisation ou, tout au mieux, une transition vers la « modernité ». L’historien anglais considère qu’il est primordial de se libérer des trois grands schémas interprétatifs proposés jusqu’ici pour appréhender cette période : celui de la crise du féodalisme porté par Guy Bois ; celui de la guerre, de la violence et du désordre ; celui, enfin, de la genèse de l’État amorcé par Bernard Guenée et repris avec plus de nuances par Jean-Philippe Genet, qui attirait déjà notre attention sur le fait qu’il ne fallait négliger ni les « états intermédiaires », ni l’Église. John Watts amplifie ces nuances en mettant l’accent sur les mécanismes informels de gouvernement (cf. la grâce royale) et considère que, « plutôt que de donner la priorité à une forme de pouvoir – la croissance de l’État moderne – et de tout observer à travers ce prisme, nous aurions tout intérêt à reconnaître l’interaction d’une multiplicité de formes et de types de pouvoirs, tout aussi valides et efficients » (p. 33). Et c’est à ce point de la démonstration qu’intervient la notion clef de « structures », terme qu’il convient de ne pas réduire à l’État ou aux seules institutions mais au sein duquel il importe d’englober les réseaux de fidélité, les relations interpersonnelles, les représentations ou encore ce langage politique tout empreint des idées d’Aristote et de saint Augustin. Avec raison, John Watts se garde bien d’ériger ses analyses en système et préfère au contraire insister sur la multiplicité de ces structures qui peuvent se superposer sans véritable hiérarchie comme dans le domaine judiciaire (plusieurs droits, plusieurs cours et recours, plusieurs voies possibles). Mais ce qui fait l’unité du livre et qui est aussi l’idée-force de John Watts réside dans la conviction que se crée entre 1300 et 1500 « un espace politique et social commun » à l’échelle de la chrétienté occidentale, espace fondé et véhiculé par les juristes de Bologne, les théologiens de Paris, les chancelleries pontificale et royales ou encore les sermons des mendiants.

3Suite à cette brillante entrée en matière, John Watts divise son propos de manière chronologique en se penchant tout d’abord sur la situation de l’Europe en 1300 pour analyser l’héritage politique légué par le XIIIe siècle, vu par nombre d’historiens – et notamment par Jacques Le Goff – comme l’acmé de la civilisation médiévale. Toutefois, plaide l’historien anglais, les dynamiques du XIIIe siècle ne s’arrêtent pas brutalement au seuil du XIVe et continuent d’influer sur les siècles suivants : ainsi en va-t-il de l’accélération des moyens de communication au sein de la société politique, de la diffusion croissante de l’écrit, de l’intensification de la seigneurie qui développe de nouvelles stratégies de domination ou de la formation d’une « société de persécution » pour reprendre les termes de Robert Moore. Dans une Europe connaissant une homogénéité politique et culturelle croissante, l’intensification des formes de domination – seigneuriale et/ou royale – provoque en retour une augmentation des contestations qui entraîne l’ensemble de la société dans des voies nouvelles qui sont celles de l’accommodement et du compromis. Ainsi en est-il inévitablement de la redéfinition de la royauté revivifiée par les emprunts faits au droit canon et au droit romain qui permettent de poser le roi comme seule source d’autorité et de légitimité tout en réaffirmant que le pouvoir royal n’est jamais qu’une délégation du pouvoir du peuple. Si cette apparente contradiction conduit à une utilisation emphatique des notions d’utilitas publica et de bien public, elle aboutit aussi à la mise en place de « royaumes juridiques », lesquels sont à leur tour sources de tensions puisqu’une « période de redéfinition produit de façon inéluctable des conflits à propos des termes mêmes dans lesquels ces relations de pouvoir sont définies » (p. 83). La mutation du pouvoir royal au cours des XIIe et XIIIe siècles crée ainsi, conjointement à de puissants moyens de gouvernement, de puissants moyens de résistance : l’invocation quasi-constante du droit romain provoque en retour un mouvement de défense des « anciennes coutumes » afin de limiter les interventions royales – Magna Carta de 1215, Bulle d’Or de 1222 –, tandis que la prétention du roi à représenter le peuple peut inciter des groupes politiques à parler au nom du peuple, y compris contre le roi – cf. la déposition d’Édouard II d’Angleterre en 1327 – et que les assemblées représentatives peuvent devenir le réceptacle des critiques émises à l’encontre du gouvernement royal. Ce renforcement du pouvoir royal ne signifie pourtant nullement l’affaiblissement du pouvoir seigneurial, soit que certains princes aient su préserver un pouvoir quasi-autonome au sein des royaumes – cas des ducs de Bretagne –, soit, et c’est le cas le plus généralement observé, que les seigneurs continuent d’exercer leur domination « en colonisant les structures royales plutôt qu’en créant leurs structures royales » (p. 96). Toutefois, la royauté ne constitue en aucun cas la seule forme de gouvernement possible et ne fait jamais disparaître cet autre modèle que constitue la commune et l’une de ses variantes possibles, la ligue nobiliaire ou urbaine (Landfrieden en Allemagne, ligue lombarde ou hanséatique, Hermandades de Castille et d’Aragon), temporaires ou permanentes comme le devient la Confédération Suisse. John Watts ne se contente pourtant pas d’envisager ligues et communes comme autant de réactions mais les considère comme des structures possibles et envisageables du politique, pas nécessairement moins naturelles que la royauté. Elles n’en ont pas, en revanche, la rigidité et la commune ou la ligue doivent être envisagées comme des systèmes fluides, si aisément reproductibles qu’ils peuvent être dupliqués en leur sein même : en Italie, les vicinanze ou les partis guelfe/gibelin sont en fait autant de communes à l’intérieur de la commune. À la fin du XIIIe siècle, l’irruption du popolo dans le jeu politique est certes une réaction à une plus grande intrusion de la part des dirigeants urbains mais témoigne surtout d’une « acculturation à de nouvelles normes gouvernementales et politiques » (p. 111). Le XIIIe siècle peut ainsi se caractériser d’un point de vue politique, par deux grands mouvements d’ensemble : d’une part, le renforcement du pouvoir royal ; d’autre part, la prolifération de structures politiques plus ou moins autonomes qui peuvent s’appuyer sur de nouveaux moyens de résistance engendrés par ce renforcement même. Comme l’écrit si justement John Watts, « si les rois avaient parfois la capacité de mobiliser leurs sujets et de créer le sentiment d’un royaume (voire d’une nation), d’autres pouvoirs au sein du royaume possédaient aussi cette capacité de mobilisation et pouvaient le faire à l’encontre du roi avec des résultats centrifuges » (p. 125). Trois facteurs particuliers, enfin, doivent être soulignés dans la conjoncture politique des années 1300 : d’abord, l’utilisation de l’écrit qui permet d’entretenir la mémoire de structures défuntes et, au besoin, de les réactiver – notamment en ce qui concerne les ligues ; l’atmosphère légale et idéologique, ensuite, qui permet à tout détenteur de pouvoir de se considérer comme un gouvernement potentiel ; l’incapacité enfin pour toute forme de pouvoir d’éliminer les pouvoirs concurrents, ce qui conduit à un enchevêtrement de pouvoirs et à un patchwork de juridictions. Mais il importe de garder à l’esprit que, vers 1300, rien n’est encore gravé dans le marbre quant à l’évolution de ces différentes structures.

4Après les formes de gouvernement et de résistance, John Watts se penche sur les formes d’une culture politique reposant sur l’idéologie, les moyens de communication et les réseaux sociaux. S’il est bien une notion partagée alors par tous, c’est celle de l’existence d’une communauté politique sans que personne pourtant ne s’accorde sur la forme à donner à cette communauté, même si la plupart des théories politiques tendent à mêler des éléments divers ménageant un certain équilibre entre gouvernement d’un seul (monarchie), des meilleurs (aristocratie) et de tous (démocratie) et que l’idée tendant à s’imposer serait celle d’une monarchie tempérée par le bien commun. L’idéologie politique subit aussi l’influence de deux courants de pensée issus de la réflexion ecclésiologique, la théorie conciliaire et la notion de réforme qui devient un thème de pensée omniprésent, comme celle des tendances prophétiques et millénaristes qui laissent entrevoir la possibilité d’un changement social et politique d’envergure. Or, la quasi totalité des élites politiques d’Europe sont formées dans un tout petit nombre d’universités, ce qui favorise l’apparition d’un jus commune. La période est aussi à la progression de la production écrite en langue vernaculaire et d’une transmission accrue du savoir auprès des laïcs, grâce notamment à l’action des ordres mendiants : cet usage public de l’écrit et la diffusion d’une littérature en vernaculaire, y compris dans le domaine politique, permit d’articuler et de renforcer les résistances au pouvoir et explique largement la riche pluralité des voix de la vie publique du Moyen Âge. Incontestablement, ce furent « les légistes, les mendiants et les clercs de chancellerie du Moyen Âge central qui donnèrent leurs voix aux rebelles et hérétiques de la fin du Moyen Âge » (p. 153).

5Il reste évidemment à savoir ce que les XIVe et XVe siècles firent de cet héritage politique. Indéniablement, le XIVe apparaît comme une phase de croissance du gouvernement qui se lit en particulier dans le domaine de la justice et de la loi. On observe ainsi un renforcement des juridictions royales qui répond en réalité à la demande des requérants (à la cour pontificale, en Angleterre avec le King’s Bench, en France avec le Parlement et la pratique des lettres de rémission) et conduit à une centralisation accrue d’une justice royale qui devient accessible à un nombre plus important de sujets. Le modèle judiciaire le plus répandu en Europe se présente alors comme une combinaison de législation royale, de juridictions privées ou locales et d’interventions du gouvernement central sur la base de requêtes visant à mettre un terme aux abus. Néanmoins, ce mouvement s’accompagne aussi de la mise en place de juridictions princières qui tendent à limiter les possibilités d’appel auprès de la cour royale. C’est le cas des landgraves de Hesse qui créent une haute cour de justice à Kessel, obtiennent le privilège de non evocando en 1355 et soumettent à leur propre juridiction les tribunaux de la ville de Kessel en 1384 : dans ce cas précis, « la juridiction territoriale fut martelée à partir d’un mélange de pouvoir informel et de droits acquis » (p. 213). Ailleurs, ce furent les juridictions urbaines qui en arrivèrent à dominer l’ensemble de l’arrière-pays, en Italie certes mais aussi en Flandres (le Franc de Bruges) ou en terre d’Empire. Cette extension des juridictions urbaines se fit également de façon interne en intégrant des champs de législation qui échappaient autrefois à leur domaine de compétence (domaines moral et religieux, comportement social). On assiste donc au développement de deux tendances contradictoires : la mise en place de ces différentes juridictions quasi indépendantes s’accompagne en effet d’une hiérarchisation judiciaire, ce qui ne manque pas d’entraîner conflits et compromis. Mais cette situation tourne plutôt au profit des justiciables qui n’hésitent pas à adopter une attitude résolument consumériste vis-à-vis de la justice, choisissant telle ou telle cour, tel ou tel mode de résolution en fonction de leurs intérêts propres. La justice royale n’en survit pas moins parce qu’elle est perçue par les sujets comme « un moyen de protection des libertés individuelles » (p. 217), ces mêmes sujets aspirant par ailleurs à l’existence d’une législation royale les mettant à l’abri d’éventuels abus seigneuriaux. L’état de guerre que connaissent une partie des monarchies européennes permet également l’instauration d’une taxation qui se met en place vers 1280 et dont l’on peut considérer, en dépit des nombreuses résistances qu’elle suscite, que son principe est accepté vers 1340 : à cette date en effet, les communautés se sont accoutumées à l’impôt et à en négocier le montant, et la plupart des gouvernements en Europe ont su mettre sur pied un régime fiscal efficace combinant de hauts degrés d’imposition et un relatif consensus politique. Le cas de la France montre que l’impôt est d’autant mieux accepté qu’il se lève au profit d’un souverain soucieux du bien public, d’autant mieux accepté aussi qu’il doit être discuté avec des assemblées représentatives dotées de pouvoirs contraignants et non pas seulement consultatifs : « si l’imposition renforça les structures gouvernementales, elle contribua aussi à définir et à développer les communautés politiques, parce qu’elle était associée aux idées de nécessité politique, de défense et de bien-être » (p. 231). Parce qu’elle était centralisée, qu’elle reposait sur l’ensemble de la population et mettait en contact direct le souverain et les représentants de ses sujets, l’imposition renforça les solidarités régionales tout en favorisant l’émergence d’un sentiment national et favorisa le développement d’assemblées représentatives conçues comme autant d’outils de consentement et de légitimation et dotées d’une véritable place reconnue au sein de la société politique. Certes, pourrait-on dire, la consultation de ses sujets par un souverain ne constitue guère une nouveauté, mais désormais « les formes de consultation acquièrent un caractère institutionnel et plus représentatif, incluant la participation de ceux qui étaient moins directement liés au pouvoir » (p. 234). Par ailleurs, le renforcement de l’État s’accompagne d’une multiplication d’officiers et d’agents locaux qui quadrillent le territoire ; certes, la plupart de ces agents sont recrutés sur place et participent de réseaux locaux qui ne sont pas nécessairement ceux du roi, si bien que ce phénomène aboutit à la création de pouvoirs hybrides, ni totalement locaux, ni totalement centraux. Cette densité accrue des agents du pouvoir n’en contribue pas moins à l’affirmation de l’identité d’un royaume. Tout ceci ne doit cependant pas faire oublier que le XIVe siècle voit aussi le renforcement de ces structures informelles que sont les cours royales et princières, les réseaux militaires particuliers (phénomène des endentures, des retenues ou de la condotta) ou encore les clientèles royales qui permettent à certains favoris de constituer d’importantes emprises seigneuriales au sein du royaume. Si de telles concessions constituent pour le roi un moyen flexible et interpersonnel de consolider son pouvoir, elles provoquent toutefois « des tensions entre cette dimension informelle et discrétionnaire du pouvoir et le cadre public et officiel de l’autorité » (p. 253). La vie politique du temps reste marquée par des conflits de juridiction – dans lesquels John Watts voit la source de la plupart des guerres du XIVe siècle, dont celle de Cent Ans – et surtout par des conflits au sein de la communauté politique qui ont cependant des effets intégrateurs en contribuant à définir un espace politique commun. Mais cette intégration a évidemment pour corollaire l’apparition de nouveaux moyens de résistance, toute structure de représentation et de consultation pouvant dans le même temps servir de structure de protestation, sans compter que la croissance du gouvernement a créé de fortes attentes politiques au sein des gouvernés en matière de justice, d’ordre ou de réformes. Or, cette contestation emprunte le plus souvent comme canaux des structures mises en place par la royauté elle-même et qui peuvent aisément être retournées contre elle. John Watts analyse ainsi la multiplication des conflits du XIVe siècle comme une succession de clashs de pouvoirs sur fond de relations interpersonnelles dans une société où le cadre du royaume devient de plus en plus incontournable.

6Et si, à partir des années 1450, les conflits de juridiction se font plus rares en raison de frontières politiques mieux définies et moins perméables, ils semblent remplacés par une explosion de guerres civiles que l’on voit fleurir en France, en Angleterre, en Castille ou en Aragon, lesquelles ont toutes une dimension politique et trouvent leur origine dans la renégociation de la relation entre le roi, l’opinion publique et les grands, et dans la préservation d’un difficile équilibre entre les intérêts particuliers de divers groupes sociaux et les intérêts généraux du royaume. Ces conflits, extrêmement similaires dans leur nature même, sont essentiellement dus à un mécontentement public face à une taxation jugée oppressive parce qu’elle ne répond pas aux impératifs du bien public, à l’opposition des grands mais bien plus encore à l’incapacité des souverains à assumer ce rôle de pleine autorité que l’on était en droit d’attendre d’eux. Cependant, ces guerres civiles eurent, en fin de compte, les mêmes effets intégrateurs que les mouvements de contestation du siècle précédent : en effet, elles « renforcèrent le sens du royaume comme forme politique primaire et mirent en évidence que son bien commun était le but politique fondamental » (p. 343). Elles contribuèrent donc en définitive à intensifier la conscience nationale tout en faisant apparaître comme incontournable la légitimité du pouvoir royal. Pour autant, le schéma généralement admis d’une inéluctable croissance des monarchies européennes dans la deuxième moitié du XVe siècle mérite sans doute d’être discuté, non seulement parce que ces monarchies sont encore très décentralisées et reposent largement tant sur la coopération des nobles que sur l’acceptation pour le moins tacite des sujets, mais aussi parce que la monarchie est loin de constituer l’unique modèle possible dans une Europe où la République de Venise et la Confédération Suisse offrent l’exemple de structures politiques tout aussi efficientes. Sans doute convient-il donc mieux de parler de consolidation et de coordination pour qualifier ce que fut la politique des royaumes européens durant ce XVe siècle au cours duquel ils parvinrent à placer sous leur allégeance des unités politiques plus réduites et à faire accepter à leurs habitants leur nouveau statut de sujet. Mais, si le royaume en tant que communauté politique sort certainement renforcé de la période, il ne l’est qu’au prix de l’acceptation d’une participation collective à la politique et d’une négociation constante entre le gouvernement et le peuple. John Watts voit ainsi essentiellement dans le XVe siècle une période de consolidation des royaumes et de leurs moyens de gouvernement (justice, armée, fiscalité) et ne peut que constater la solidité de ces cadres politiques que rien ne semble pouvoir désormais abolir, pas même la conquête (cf. le cas d’Henri VI régnant sur ces deux royaumes bien distincts que constituent la France et l’Angleterre). Le royaume est alors devenu le cadre fondamental de la pensée comme de la pratique politique et s’avère être un véritable paradigme que nul ne songe à remettre en cause. Mais ce paradigme du royaume est tout autant le résultat de l’exercice de l’autorité royale que le produit des pressions exercées par les sujets.

7Au final, force est de reconnaître que John Watts ne manque ni d’arguments, ni de persuasion, ni d’érudition pour accomplir cette gageure qu’était la présentation en un seul ensemble de l’évolution politique de l’Europe chrétienne (Byzance exclu) au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. À peine peut-on le prendre en défaut à propos du Somnium Viridarii traduit ici par « Songe du Berger » (p. 257). Surtout, John Watts nous invite à reconsidérer d’un œil neuf les XIVe et XVe siècles et porte sur cette période un regard dynamique qui, en dévoilant les structures de la société politique, permet de mieux en appréhender les mutations essentielles. Un essai stimulant et qui devrait rapidement s’imposer comme un ouvrage de référence.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « John Watts, The Making of Polities (Europe, 1300-1500) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 05 septembre 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12070

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org