Navigation – Plan du site

Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, éd. Marie Viallon

Marino Lambiase
Référence(s) :

Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, éd. Marie Viallon, Paris, Classiques Garnier, 2010, 478p.

ISBN 978-2-8124-0124-4.

Texte intégral

1On connaît la célèbre affirmation de Montaigne à propos de son défunt ami Étienne de la Boétie : « S’il eût eu à choisir, il eût mieux aimé être né à Venise qu’à Sarlat ; et avec raison ». Quelques décennies plus tard, lors de la crise de l’Interdit fulminé contre elle par le Pape Paul V en 1606, la Sérénissime, clamant haut et fort son autonomie face à la tyrannie pontificale, peut encore faire figure de modèle politique aux yeux d’une Europe attentive et souvent activement impliquée. Les positions défendues par Venise se cristallisent autour d’un personnage de large envergure intellectuelle, aujourd’hui souvent méconnu du grand public, le servite (membre de l’Ordre des Serviteurs de Marie) Paolo Sarpi. Nommé par le Sénat en janvier 1606, soit au tout début de la crise, consulteur in iure – une fonction qu’il conservera jusqu’à sa mort –, le religieux est amené à exposer ses points de vue tant à travers des consulti (avis de droit) adressés au gouvernement vénitien que dans des écrits polémiques et historiques ou des échanges épistolaires suivis avec différents correspondants européens.

2Le présent ouvrage regroupe les actes d’un colloque qui s’est tenu les 21 et 22 novembre 2008 à Lyon. Il s’agit du premier colloque français entièrement consacré à la figure de Sarpi, dans l’intention d’étudier l’interaction entre politique et religion au début du XVIIe siècle, tout en mettant l’accent sur la dimension européenne de la pensée du servite. Douze contributions, rédigées (en français ou en italien) par les plus éminents spécialistes du religieux vénitien, rendant compte des acquis les plus récents des recherches dont il est l’objet, visent à mieux cerner sa personnalité grâce à l’analyse de ses écrits (historiques, juridiques, épistolaires...) et à éclairer les mutations sociales et historiques à l’œuvre durant la période où il a vécu. En effet, une étude de la pensée de Sarpi permet, d’une part, de mieux comprendre les relations entre Église et État, aussi bien dans la péninsule que sur tout le continent. A son époque, l’Église catholique avait répondu à la mutilation que lui avait fait subir la Réforme par un accroissement et une centralisation de son pouvoir, promulgués par les décrets tridentins et encadrés par l’action des Jésuites et de l’Inquisition. C’est cette prétention d’ingérence dans tous les domaines (ce « totatus » pour reprendre le néologisme de Sarpi) et cette volonté d’agir comme un pouvoir au-dessus des gouvernements qui est à l’origine du conflit opposant Venise à la Papauté. D’autre part, l’étude de la pensée de Sarpi contribue également à esquisser les lignes de force d’un équilibre européen en voie de construction. En effet, on redoute que la crise de l’Interdit ne débouche sur une guerre à l’échelle du continent. Pour reprendre les mots de l’historien De Thou : « Cette controverse a troublé gravement non seulement l’Italie, mais aussi toutes les provinces du monde chrétien, même les plus éloignées ». Le conflit nous permet aussi de constater l’influence croissante, dans une virulente guerre des « écritures », des productions littéraires sur ce que Corrado Vivanti distingue comme « une première forme d’opinion publique ». Ainsi les « intellectuels » jouent un rôle de premier plan dans la controverse et la Curie romaine avec son armée de Jésuites, le Cardinal Bellarmin en tête, n’est pas en reste. Par ailleurs, à propos du rôle éminent joué par Sarpi en tant que consulteur in iure auprès du gouvernement vénitien, Marie Viallon attire l’attention sur l’importance grandissante que prennent à cette époque les hommes de loi dans la construction des États modernes. Dans un cadre plus local, les écrits de Sarpi, et notamment ses nombreux consulti (plus d’un millier), servent à se faire une image plus précise de l’histoire de cette République maritime, qui connaît à la suite de la victoire de Lépante un sursaut de vigueur concrétisé par la création d’un nouveau parti, celui des Giovani, mais qui n’arrive pas à lutter contre un long et inexorable déclin.

3De ces douze contributions, deux ne sont pas centrées sur la personnalité de Sarpi, mais ont pour but de mieux comprendre les problématiques et les débats qui ont modelé l’Église « absolutiste » issue du concile de Trente. Il s’agit, premièrement, de l’article de Sylvio Hermannn de Franceschi, Romanité et universalité, qui traite de la mise en place de l’équation stricte entre catholicité et pontificat romain. Cette équation, affirmée avec force à la suite de la rupture protestante, reste un objet de controverse au sein du monde catholique, notamment auprès d’un Paolo Sarpi invoquant des arguments historiques (lettre de Grégoire le Grand au patriarche de Constantinople Jean le Jeûneur). L’article d’Eleonora Belligni, Il problema dell’autorità, quant à lui, redéfinit les problématiques qu’est amenée à résoudre l’assemblée tridentine, évoque le mythe de concorde qu’elle a fait naître et souligne combien non seulement Sarpi et l’évêque de Split dissident, Marcantonio De Dominis, se trouvent dans les rangs des contestataires, mais également, de façon plus imprévisible, leur adversaire, le Cardinal Bellarmin, qui franchit lui aussi la ligne de l’orthodoxie post-tridentine.

4D’autres contributions visent à éclairer tel ou tel aspect de la biographie de Sarpi. Ainsi dans son article intitulé Sarpi e Roma, Stefano Andretta s’aventure dans une période mal documentée, mais hautement fondatrice, du parcours intellectuel du servite : ses deux séjours romains, et surtout celui de 1585 à 1588, où, en tant que Procureur général de son ordre, il est en contact régulier avec une Curie romaine, dont il apprend à déchiffrer les mécanismes et à observer les acteurs principaux, connaissance qui lui sera précieuse lors de la controverse opposant Venise à la papauté. Corrado Pin, présentant un Paolo Sarpi senza maschera, se centre sur les années qui suivent la crise de l’Interdit. Analysant les consulti, dans la rédaction desquels Sarpi ôte cet accessoire si typiquement vénitien – que, selon lui, tous les Italiens de son époque sont contraints à porter à cause du joug romain -, l’historien constate chez le servite une grande indépendance de pensée, relève l’influence grandissante qu’il exerce sur un patriciat, en partie hostile au départ, et cherche à préciser les contours d’une personnalité qui reste ambiguë. En effet, tant ses contemporains qu’une historiographie ultérieure ont fait de lui un crypto-calviniste, voire un sceptique athée, jugements dont Pin se distancie nettement. C’est sur cette même période de l’après-Interdit que porte l’article de Romain Descendre, Un altra sorte di guerra, empruntant son titre à un passage souvent cité de l’Histoire de l’Interdit. Son auteur relève combien le lexique de la guerre est omniprésent dans les écrits de Sarpi datant de ces années-là. Selon Descendre, le servite fut « l’un des auteurs qui contribuèrent le plus à placer la guerre au cœur de la pensée politique » suivant une tradition italienne née un siècle plus tôt. A l’instar de ses prédécesseurs, Machiavel et Guichardin, il s’inscrit dans cette lignée de penseurs qui soutiennent la « lutte des États italiens pour la conservation ou le recouvrement de leur libertà contre l’oppression des puissances étrangères ». C’est également en le lisant en parallèle avec le Machiavel des Discorsi qu’on comprend les motivations qu’il attribue à Venise pour refuser l’aide de l’Empire ottoman (l’ennemi d’hier) dans le conflit qui l’oppose à la Papauté et, indirectement, à l’Espagne. Mario Infelise, quant à lui, dans un article dont le titre évoque l’injonction du Saint-Office à l’égard de la mémoire de Sarpi, Che di lui non si parli, s’intéresse à la fortune posthume de la figure et de l’œuvre du religieux vénitien. Il décrit la stratégie romaine utilisée pour faire tomber au plus vite dans l’oubli ce servite, aux écrits dérangeants, et notamment empêcher l’érection d’un monument funéraire, projeté mais jamais achevé. Paradoxalement, ces tentatives s’avèrent plus efficaces à Venise même qu’à l’étranger. Ainsi l’historien et théologien écossais Gilbert Burnet s’étonne, lors de sa visite dans la lagune, que Sarpi « was not in such consideration there as he is elsewhere », alors que quelques années plus tôt le cardinal Pallavicini s’était plaint au nonce Roberti que : « l’œuvre de Soave [pseudonyme sous lequel avait été édité l’Histoire du concile de Trente de Sarpi] est si bien diffusée dans toute l’Italie et à Rome qu’on trouverait difficilement un homme de lettres qui ne l’eût pas lue » et que l’ouvrage fait figure de best-seller à l’étranger.

5Plusieurs contributions s’intéressent aux liens entre Sarpi et ses correspondants européens, en conformité avec l’une des thématiques privilégiées du colloque. Ainsi Filippo de Vivo, dans son article Francia e Inghilterra e l’Interdetto di Venezia, compare l’attitude différenciée des monarchies française et anglaise, toutes deux officiellement alliées à Venise, ainsi que celle contrastée qu’adoptent les ambassadeurs vénitiens à Paris et à Londres. L’article de Didier Foucault se centre sur la personnalité de Philippe Canaye de Fresne, un calviniste converti au catholicisme, ambassadeur français à Venise durant toute la durée de l’Interdit et sympathisant inconditionnel de la République maritime. Quant à Géraud Poumarède, dans L’Europe de Paolo Sarpi, il brosse un portrait de la vision qu’a le servite du continent depuis la lagune : une Europe en paix, au grand dam de Sarpi, dominée par le pouvoir bicéphale des Habsbourg, soutenus par la force occulte des Jésuites. Paul Van Heck, dans La Fortuna di Paolo Sarpi in Olanda, après avoir décrit les premiers contacts entre Venise et la République naissante des Sept Provinces Unies et la sympathie que lui manifeste cette dernière durant la crise de l’Interdit, est amené à dresser un bilan global très faible de l’intérêt porté à Sarpi par les Hollandais dans les siècles qui suivirent sa disparition, bien qu’il ait été étudié par des penseurs de premier plan comme Grotius. Quant à l’article de Marie Viallon et Bernard Dompnier, se centrant sur le Traité de la matière bénéficiale, une œuvre de Sarpi qui ne sera éditée qu’à titre posthume, il met en relief le rôle important joué par la France tant dans la conservation du texte (une copie manuscrite avait été envoyé au calviniste Grolsot de l’Isle avec pour mission de la retransmettre, vraisemblablement, à De Thou) que dans l’impulsion donnée à son impression. La première édition (datant de 1675) est, en effet, contemporaine de l’affaire de la Régale, qui oppose Louis XIV à la Papauté. Puis l’œuvre connaît un renouveau d’attention en 1750, engendré à la fois par la querelle du Vingtième et par l’émergence de nouveaux courants de pensée en lutte contre le parti dévot et l’emprise du christianisme sur les structures politiques.

6Quant à l’article de Corrado Vivanti, I due governi del mondo negli scritti di Sarpi, il s’intéresse à la fois au consulteur et à l’historien. Il nous fait voir avec quel zèle le servite, qui menait une vie retirée, consacrée à l’étude de la philosophie morale et des sciences naturelles, s’engage dans la lutte politique une fois que sa désignation par le Sénat comme consulteur l’a propulsé sur le devant de la scène, un zèle qui ne s’éteint pas, loin de là, à la résolution de la crise de l’Interdit. Puis l’auteur avance une hypothèse qui permettrait d’expliquer pourquoi Sarpi a abandonné la rédaction de son Della potestà de’prencipi, une œuvre théorique qui devait traiter des rapports entre spirituel et temporel, deux domaines entre lesquels le servite prônait une séparation absolue. Selon Vivanti, le religieux vénitien, enclin à ne pas cultiver l’érudition pour elle-même mais pour l’usage pratique qu’on peut en faire, aurait jugé préférable de mettre tous ses efforts dans la composition de l’Histoire du concile de Trente. Cette œuvre lui fournissait, en effet, de puissants exemples concrets pour étayer sa pensée politique. Vivanti souligne également son traitement innovant de l’Histoire, certainement lié à sa fonction administrative, qui lui donnait accès aux archives de l’État : Sarpi a introduit dans sa narration un nombre important de citations textuelles des documents officiels.

7Pour terminer, mentionnons les acquis récents de la recherche sur Paolo Sarpi dont nous fait part cet ouvrage. La découverte par l’historienne Nina Cannizzaro, dans les fonds de la Beinecke Library de l’université de Yale, du manuscrit d’une œuvre inachevée de Sarpi, Della potestà de’prencipi,est à plusieurs reprises mentionnée.Il consiste en trois chapitres rédigés et en fiches comportant un plan de l’œuvre projetée avec 207 entrées numérotées suivies soit du titre provisoire d’un chapitre, soit de notes brèves. Le tout a fait l’objet d’une édition critique de la part de l’historienne en 2006. Un manuscrit du fonds Dupuy à la Bibliothèque Nationale de France, déjà connu depuis plusieurs années, comporte 34 entrées, dont 33 correspondent, avec des variantes, aux chiffres 1 à 33 du manuscrit américain. A ce sujet, Paul Van Heck, en conclusion de son article, présente un manuscrit autographe inédit de Grotius, qui reprend les 34 titres du document Dupuy, à partir duquel ils ont très vraisemblablement été copiés. A l’aide de nombreux exemples, Van Heck nous montre comment ce document, outre le fait qu’il sert à manifester l’intérêt que le penseur hollandais portait à la pensée de Sarpi, peut être utilisé pour apporter quelques corrections pertinentes au texte édité par Cannizzaro. Marie Viallon et Bernard Dompnier, quant à eux, pour rédiger leur article sur le Traité de la matière bénéficiale (premier article portant sur ce thème comme l’indique l’exhaustive bibliographie d’une cinquantaine de pages placée en fin de volume), ont recensé les différents manuscrits et versions imprimées de l’œuvre. Cette enquête leur a permis de mettre en lumière « trois nouvelles traductions françaises du texte de Paolo Sarpi et deux manuscrits en langue italienne jusqu’alors oubliés ». Finalement, Filippo de Vivo nous propose une attribution inédite pour un libelle pro-vénitien édité en Angleterre en 1606 lors de la « guerre des écritures », sous le titre de A Declaration of the Variance betweene the Pope, and the Segniory of Venice. Il déclare très vraisemblable que son auteur soit Henry Wotton, ambassadeur anglais auprès de la Sérénissime à l’époque de la crise de l’Interdit. En effet, une grande partie du libelle reprend textuellement les propos des dépêches adressées par le diplomate au secrétaire d’État anglais, Robert Cecil, comte de Salisbury. A cela s’ajoute le fait que le chapelain de Wotton, Nathaniel Fletcher, avait quitté Venise pour arriver à Londres quelques semaines avant la parution du texte en Angleterre. On peut donc supposer qu’il avait emporté le manuscrit dans ses bagages.

8Cet ouvrage à la profonde érudition n’est pas réservé aux spécialistes de Paolo Sarpi : il passionnera tous ceux qui s’intéressent aux aspects politiques et intellectuels de la construction de l’identité européenne.

Pour citer cet article

Référence électronique

Marino Lambiase, « Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe, éd. Marie Viallon  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 23 août 2010, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/12062

Haut de page

Auteur

Marino Lambiase

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org