Navigation – Plan du site

Danièle Iancu-Agou, Provincia Judaica. Dictionnaire de géographie historique des juifs en Provence médiévale

Juliette Sibon
Référence(s) :

Danièle Iancu-Agou, Provincia Judaica. Dictionnaire de géographie historique des juifs en Provence médiévale, Paris / Louvain, Peeters, 2010, 248p.

ISBN 978-90-429-2095-8.

Texte intégral

  • 1  H. Gross, Dictionnaire géographique de la France d’après les sources rabbiniques, Paris, 1897 ; ré (...)

1En 1974, D. Iancu-Agou publiait une « Topographie des quartiers juifs en Provence médiévale » dans la Revue des Études Juives. Ce travail s’inscrivait dans le sillage des recensions et inventaires réalisés auparavant, par H. Gross d’abord, à partir des sources hébraïques, repris et augmenté quelques décennies plus tard par S. Schwarzfuchs, puis par B. Blumenkranz, à partir des sources latines1. DIA livrait alors le tableau exceptionnel de 32 quartiers juifs, enrichi par des plans et des illustrations.

2Les ans ont passé, les recherches ont avancé ; on ne peut que se féliciter de la mise à jour de cet instrument de travail précieux, qui inclut un glossaire et vingt-trois planches en annexe, dont une série de cartes fort utiles à l’approche des communautés juives provençales médiévales, antérieurement publiées par DIA, Noël Coulet et Joseph Shatzmiller. La planche 18, quant à elle – carte intitulée « la Provincia judaica en l’état actuel des recherches (2008) et d’après des sources avérées (XIVe s.) » –, atteste l’ampleur de la synthèse documentaire réalisée par l’auteur et les avancées réalisées depuis plus de trente ans dans le champ de l’étude des juifs de Provence au Moyen Âge.

3L’espace aujourd’hui considéré demeure identique. Il s’agit du comté de Provence, à savoir les départements actuels des Bouches-du-Rhône, des Basses Alpes, des Alpes maritimes, du Var, ainsi qu’une partie du Vaucluse. Néanmoins, le dossier s’est enrichi de 29 recensions supplémentaires (liste p. 211). L’apport de cet ouvrage n’est pas seulement quantitatif : la structure antérieure est complétée par un essai de synthèse.

  • 2  D. Iancu-Agou, Juifs et Néophytes en Provence. L’exemple d’Aix à travers le destin de Régine Abram (...)

4La documentation mobilisée est dense et variée. Les travaux précités de Gross et Blumenkranz demeurent l’ancrage initial. Outre les données archéologiques et le corpus des archives notariées latines, considérablement enrichi depuis 1974, sont mobilisés les plans cadastraux et les diverses monographies locales – dont la recension couvre 15 p. de la bibliographie publiée p. 221-246. Les travaux les plus récents sont sollicités, telle l’enquête de Léopard de Fulginet (1333), dont la publication, coordonnée par T. Pécout, est en cours. DIA n’écarte pas non plus la tradition orale, à laquelle elle consacre quelques tableaux et paragraphes critiques (p. 195-200). Cette mémoire amplifiée transmise jusqu’à nous, face à laquelle s’impose la plus grande prudence, est elle-même objet d’histoire. Elle mériterait sans doute une étude à part entière, comme le suggère Noël Coulet dans la préface. Ici, elle sert le souci d’érudition de l’auteur et le plaisir de faire revivre fugacement le passé. En effet, au-delà de l’instrument de travail utile et d’usage commode, le lecteur se plaira à croiser au détour de telle ou telle rue de la Juiverie, la néophyte Catherine Sicolesse, ex-Régine Abram de Draguignan (XVe s.), qui a fait l’objet de la thèse d’État de l’auteur2 ;  à revivre la liesse d’une fête de Pourim à Hyères au début du XIVe siècle, relatée sous la plus de Kalonymos ben Kalonymos d’Arles (p. 69-70) ; à saisir l’écho d’une altercation survenue devant la synagogue de Manosque et rapportée par J. Shatzmiller (p. 80).

5L’essentiel des sources et des informations rassemblées date de la période angevine (1246-1481) et s’étend jusqu’à l’expulsion des juifs du comté de Provence en 1501, vingt ans après son rattachement au royaume de France. Les quartiers juifs provençaux sont anciens. Les traces archéologiques, telle la fameuse lampe d’Orgon du Ier siècle ornée d’une ménorah – chandelier à sept branches –, attestent leur implantation dans l’Antiquité. Il n’est toutefois possible de les saisir plus précisément que dans les derniers siècles du Moyen Âge, un peu avant 1348, et jusqu’aux expulsions locales de la fin du XVe siècle et au bannissement de 1501.

6Les premières attestations avérées de « quartiers juifs » ou Juiveries à proprement parler datent de la fin du Xe siècle, dans le contexte du nouvel essor urbain que connaît l’Occident médiéval. Les mentions se multiplient ensuite au cours du siècle suivant. La partie introductive de ce dictionnaire (8 p.) décrit les caractéristiques principales de ces quartiers souvent exigus, généralement constitués d’une seule rue dite jusatarie ou carreria de la jutaria, où se concentrent les édifices nécessaires à la célébration du culte. Au premier chef, il s’agit de la synagogue (scola judeorum), maison de prière et d’étude et lieu d’assemblée communautaire, dont on connaît bien le luminaire – bougie perpétuelle, lampes de Shabbat et de Hanoukah notamment – au travers des testaments juifs provençaux en latin des XIVe et XVe siècles, archives que DIA a particulièrement étudiées. La synagogue est toujours au cœur des quartiers juifs. De ce point de vue, un seul cas s’avère insolite : en 1352, en effet, une synagogue est installée à Saint-Rémy-de-Provence dans un quartier rural éloigné de la cité, au bord d’un torrent (p. 122). Outre la synagogue, les quartiers renferment parfois un mikvé ou bain rituel (cabussadou en provençal), creusé à même le sol et exclusivement alimenté en eau de pluie ou de source, une boulangerie, un four et une boucherie.

7Le dictionnaire à proprement parler s’ouvre ensuite (p. 9-150). Soixante-et-une notices, classées par ordre alphabétique, plus ou moins denses, se composent de la mention et de la présentation des archives, de la localisation du ou des quartiers dans la ville ou le village et de sa description aussi complète que possible. Elles sont parfois illustrées de plans (24 au total), de clichés – par exemple, celui pris en 1973 de la rue du Dr. Fanton à Arles, ancienne magna carreria juzatarie (p. 29) – ou de gravures anciennes – comme celle du sac de la Juiverie de Manosque par Denis Louis Valvérane, 1873-1943 (p. 83). Le Tableau III (p. 181-186) offre une synthèse des données relatives à la datation des quartiers, à leur emplacement et à leur extension dans la ville et sur son territoire.

8Les notices les plus riches sont relatives aux implantations les plus amples, servies par une abondante bibliographie. Le répertoire est inauguré par Aix-en-Provence, première dans l’ordre alphabétique et chère à Noël Coulet et DIA. Le quartier, nullement clos, s’étend, au temps des Angevins, le long de cinq rues divergentes, dont la rue Venel, la rue des Cardeurs et la rue de la Verrerie (plan p. 12). Les deux autres plus grosses communautés juives de la Provence médiévale sont Arles et Marseille.

  • 3  C. Roux, Tarascon au XVe siècle. Espace et société des derniers comtes angevins de Provence (1400- (...)

9Les mentions relatives aux villes moyennes ne sont pas en reste du point de vue des sources et de la bibliographie. On citera pour exemple, par ordre alphabétique, Draguignan, avec la description de la fameuse façade de la synagogue médiévale, qui mesure  23 mètres de long et qui présente quatre fenêtres géminées (p. 54-57) ; Manosque, dont la synagogue se situe à l’extérieur de la Juiverie à proprement parler ; Tarascon, pour laquelle la thèse récente de Claude Roux accroît les données sur l’habitat juif au XVe siècle3 ; ou encore Trets, qui comprend deux quartiers juifs, et où l’ancienne synagogue serait le bâtiment important d’environ 12 mètres de long sur 10 mètres de profondeur, situé aujourd’hui dans la rue Paul-Bert (p. 146-148).

10Ce sont de nombreuses petites communautés qui, depuis 1974, ont surgi incidemment des archives latines, grâce à une mention isolée ou à un document inédit épars, comme la liste des procureurs de castra datée du 23 août 1423, conservée aux Archives départementales à Aix et analysée par N. Coulet. Parmi les plus petites implantations désormais exhumées, on retient notamment La-Baume-Les-Sisteron, connue par le seul juif rescapé du massacre de la communauté au lendemain de la Peste noire (1348) ; Céreste dans le diocèse d’Apt (actuel Vaucluse), exhumée grâce à la liste de 1423 ; Forcalquier, où les juifs disposent de leur propre gibet, appelé dans les textes bosc des Jusious ou forcae Judeorum (p. 60) ; Gordes ou encore Lambesc, pour laquelle l’enquête domaniale de 1333 fournit un censier faisant apparaître trois censitaires juifs, et qui continue d’abriter un petit noyau juif à la fin du XVe siècle (p. 75).

11La dernière partie de l’ouvrage propose un « Essai de synthèse » (69 p.). Il est introduit par deux tableaux de synthèse utiles (Tableaux I et II), qui présentent le lexique hébraïque latinisé dans les archives locales. L’auteur développe ensuite une réflexion sur la répartition du peuplement juif à l’échelle du comté et à l’échelle locale. De ce point de vue, le premier constat reste inchangé depuis l’étude initiale : le peuplement juif se révèle beaucoup plus dense en Provence occidentale. En revanche, l’auteur peut désormais nuancer la chronologie qui semblait encore acquise il y a peu. En effet, après l’épidémie de Peste noire, le peuplement juif ne se caractérise pas partout par la tendance à la contraction dans les cités importantes et moyennes du comté. De petites bourgades continuent d’abriter des noyaux de peuplement juifs, au moins jusqu’à la fin du XIVe siècle, voire parfois jusqu’aux derniers moments de la présence juive en Provence.

12S’il n’est guère possible d’établir une typologie des quartiers juifs en Provence médiévale, l’auteur dégage toutefois des caractéristiques communes à toutes ces implantations. Tout d’abord, le quartier juif, quelle que soit son étendue, n’est jamais « excentré ». Il est toujours à l’intérieur des remparts et à proximité des marchés. C’est la première et la plus remarquable de ces caractéristiques. En second lieu, il se trouve généralement à proximité d’un ou de plusieurs établissements religieux. De ce point de vue, la Provence médiévale n’est pas isolée. On l’observe également dans le Comtat Venaissin, en péninsule Ibérique et même en Ashkénaze. Il faut y lire le souci permanent de l’Église de « protéger » les juifs, i.e. de les conserver, au moins en partie, sous sa juridiction. L’auteur souligne également l’idée intéressante de la volonté de rapprocher physiquement la synagogue de l’église afin de montrer l’éclat supérieur de la seconde et sa prédominance sur la première (p. 166). Parmi les voisinages récurrents, on note aussi les maisons-fortes seigneuriales, comme à Salon-de-Provence ou à Tarascon.

13L’actualisation du dictionnaire conforte une donnée historique sûre : le ghetto – dont l’auteur rappelle les diverses étymologies (p. 169) – n’existe pas en Provence médiévale. La concentration volontaire dans un quartier ou dans une rue va de pair avec la dispersion dans le reste de la ville et sur son territoire. Les archives latines livrent de nombreuses traces de propriétés à l’extérieur de la Juiverie, qu’il s’agisse d’immeubles dans le reste de la ville ou de vignes hors de l’espace urbain. DIA questionne fort à propos la chronologie traditionnelle qui stigmatise les deux derniers siècles du Moyen Âge comme les temps sombres de la réclusion après l’époque merveilleuse de la concentration volontaire ! L’auteur montre que les mesures de confinement sont loin d’avoir toujours été effectives. De ce point de vue, les contre-exemples les plus éclairants apparaissent à Aix et à Marseille (p. 170-171).

14La question de l’extension de l’implantation des juifs soulève aussi le problème délicat de la démographie juive médiévale. Les sources font défaut et les détours méthodologiques – qui invitent, par exemple, à considérer le nombre et la taille des synagogues, ou encore le nombre de contributeurs à la tallia judeorum (impôt en échange de la protection du comte) – sont souvent sujets à discussion. Au mieux, ils aboutissent à offrir une idée de l’ampleur d’une communauté et n’apportent rien de plus à la carte publiée en 1969 par E. Baratier, réalisée à partir du dénombrement des feux de queste (taille levée par le pouvoir comtal) des vigueries et des baillies de Provence en 1315-1316. Elle est utilement reproduite ici en annexe (Planche 14). La carte de Baratier distingue, pour le début du XIVe siècle, les communautés de plus de 100 feux (dont Marseille, Aix, Arles), celles de plus de 20 feux (dont Salon, Pertuis, Saint-Maximin) et celles de moins de 20 feux (Gardanne, Trets ou Toulon notamment).

15Une synthèse des chiffres des communautés connus est livrée p. 187-188. Elle n’est cependant pas tout à fait exhaustive. Les chiffres – bien que toujours approximatifs et discutables – mériteraient sans doute, chaque fois que faire se peut, d’être rapportés à ceux de la population totale de la localité concernée. Pour l’heure, ils autorisent l’auteur à proposer une fourchette moyenne en réaffirmant le postulat de 1974 : « les chiffres de Baratier peuvent être augmentés sans jamais atteindre ceux de Blumenkranz » (p. 190).

  • 4  Les juifs du royaume de France et leur expulsion (22 juillet 1306), colloque international des 20- (...)

16Une autre question d’ordre démographique doit être soulevée, celle de l’ampleur des réfugiés juifs expulsés du royaume de France en 1306 par Philippe le Bel. Ils doivent être revus à la baisse. Les résultats récents seront livrés prochainement dans la publication du colloque qui s’est tenu à Montpellier en 20064.

17L’ouvrage se conclut sur la question de la destinée des quartiers juifs après 1501. Les néophytes n’abandonnent pas forcément leurs maisons. Il en est ainsi à Arles, par exemple, au lendemain de l’émeute meurtrière de 1484. Dans le premier quart du XVIe siècle, les néophytes les plus riches d’Aix-en-Provence demeurent toujours dans l’ancienne Juiverie. C’est le cas notamment du juriste Arnaud de St-Martin, autrefois Levy Nathan Passapayre, dit « marchand de Pertuis », qui, en 1525, fait édifier un mur dans sa maison aixoise située dans la Juiverie (p. 207). D’ailleurs, les quartiers juifs changent tardivement d’appellation. Par exemple, c’est durant la Terreur que la rue de la Juiverie est rebaptisée rue de la Révolution.

18Provincia Judaica est bien plus qu’un instrument de travail. Le lecteur mesurera la somme des connaissances et des recherches sur les juifs provençaux établies à ce jour pour le bas Moyen Âge. Il y trouvera également suggérées en filigranes des pistes de recherche et d’approfondissement, en particulier sur « la piétaille des castra » (N. Coulet, préface p. XIV). Il goûtera enfin le plaisir de se laisser guider par l’auteur qui le convie à une promenade souvent vivante, au gré des documents d’archives latins et hébraïques, des vestiges archéologiques et de la mémoire.

Notes

1  H. Gross, Dictionnaire géographique de la France d’après les sources rabbiniques, Paris, 1897 ; réédition Amsterdam, 1969, avec le Supplément bibliographique, Additions et corrections par S. Schwarzfuchs ; Inventaire archéologique établi par l’Équipe de Recherche 208 du CNRS « Nouvelle Gallia Judaica », publié dans B. Blumenkranz (dir), Art et archéologie des Juifs en France médiévale, Paris, 1980.

2  D. Iancu-Agou, Juifs et Néophytes en Provence. L’exemple d’Aix à travers le destin de Régine Abram de Draguignan (1469-1525), Paris-Louvain, 2001.

3  C. Roux, Tarascon au XVe siècle. Espace et société des derniers comtes angevins de Provence (1400-1481), Thèse N.R. sous la direction de N. Coulet, 2004.

4  Les juifs du royaume de France et leur expulsion (22 juillet 1306), colloque international des 20-21 novembre 2006, s.d. D. Iancu-Agou et E. Nicolas, Nouvelle Gallia judaica, Montpellier, à paraître aux éditions du Cerf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Sibon, « Danièle Iancu-Agou, Provincia Judaica. Dictionnaire de géographie historique des juifs en Provence médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 23 août 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12058

Haut de page

Auteur

Juliette Sibon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org