Navigation – Plan du site

Marguerite de Valois, Album de poésies, éd. Colette Winn et François Rouget

Denis Bjaï
Référence(s) :

Marguerite de Valois, Album de poésies, éd. Colette Winn et François Rouget, Paris, Classiques Garnier (« Textes de la Renaissance » 158), 2009, 615p.

ISBN 978-2-8124-0073-5.

Texte intégral

1Les recherches sur la poésie de la Renaissance ne se cantonnent pas dans l’étude de la production imprimée, mais prennent aussi en considération la circulation manuscrite des textes, qui se poursuit parallèlement, au moyen, entre autres, de l’album poétique qu’une grande dame se voyait offrir en hommage ou qu’elle constituait par ses propres soins, tels ceux de Mme de Villeroy, de la maréchale de Retz (récemment publié chez Champion par les mêmes éditeurs), ou encore de Marguerite de Savoie (étudié par François Rouget dans un article de la RHLF, 2006-1). La bibliothèque de la Société d’Histoire du Protestantisme Français conserve un autre de ces albums, acquis au XIXe siècle par Louis-Jean-Nicolas Monmerqué, puis par Charles Read. Alors que ceux-ci étaient tentés de l’attribuer à Mme de Maintenon, petite-fille d’Agrippa d’Aubigné, ou à Brantôme, c’est Eugénie Droz qui, dans deux études de 1964 signalées en bibliographie, a établi, la première, l’origine du volume et qui, grâce aux signes distinctifs portés en marge par le premier possesseur (en particulier la devise espagnole Menos mal es el ser quel barrontallo [Mieux vaut le grand seigneur que le petit vassal]), a pu le restituer à Marguerite de Valois. Mais elle n’a pas mené à terme, semble-t-il, le projet annoncé d’éditer ce manuscrit. On sait donc gré à Colette Winn et à François Rouget de nous offrir, près de cinquante ans plus tard, l’édition critique si longtemps attendue et qui vient à présent opportunément compléter les travaux d’Éliane Viennot sur la vie et les œuvres de Marguerite.

  • 1  À de petites approximations près : Philippe II épouse-t-il Élisabeth de France « à Cambrésis en 15 (...)
  • 2  La mention éplorée d’« Ysabelle » suggère (sans preuve, semble-t-il, dans sa production imprimée) (...)

2L’introduction, d’une quarantaine de pages, fournit au lecteur les éléments biographiques indispensables1 et décrit la personnalité de la reine, sa culture, le rôle de Muse inspiratrice joué à Nérac (qu’un récent colloque, tenu au château même en mai 2010, vient de remettre en lumière), auprès de poètes aussi bien catholiques que protestants, dans un climat pétrarquiste tout imprégné de néo-platonisme. « L’histoire, l’appartenance et la présentation matérielle du manuscrit » sont précisément décrites : ses 385 pages (dont plusieurs sont reproduites en fac-similé) ne recueillent en effet pas moins de 218 poèmes, copiés par plusieurs mains, dont sans doute celle de Marguerite elle-même, entre l’hiver 1578 et le printemps 1584 ‑ même si certains des textes recueillis sont de composition antérieure. Seuls douze contributeurs sont expressément désignés dans les marges, ce qui permet d’attribuer environ 130 pièces, dont 80 au seul d’Aubigné, qui s’y taille la part du lion (l’Album est, de ce point de vue, non seulement un document de première importance pour reconstituer, avec le manuscrit 159 du fonds Tronchin, la genèse du Printemps mais il donne aussi à lire des textes dont on ne connaît pas d’autre état). Encore ces identifications doivent-elles être reçues avec circonspection, puisqu’elles sont quelquefois rayées d’un trait de plume par une seconde main (par exemple, le nom de Jacques de Constans pour la pièce LXII, p. 1622) ou qu’elles sont démenties, dans un recueil imprimé, par une autre signature (ainsi l’élégie XIII mise au compte de d’Aubigné, p. 89, mais parue en 1575 dans les Œuvres poétiques d’Amadis Jamyn). Les éditeurs modernes enrichissent à leur tour le corpus des pièces attribuées en ajoutant à la liste des contributeurs Antoine de Cotel, A. Maschefer et Jean Passerat. L’introduction offre enfin une riche mise au point sur l’esthétique dont relève un album poétique à la fin de la Renaissance. Dans ce florilège d’inspiration plus maniériste que baroque, où se mêlent les thèmes et les genres, les diverses voix entrent en dialogue, ménagent de subtils effets de polyphonie, par la grâce de celle qui a fait choix de les réunir dans une anthologie personnelle.

  • 3  Si l’on y trouve les entrées originales Adjani, Isabelle, et Moreau, Jeanne, (pour les raisons cin (...)
  • 4  P. 64, v. 158 : … et Ilion oiseau (au v. 173, c’est « deux [printemps] » qui est corrigé par une s (...)
  • 5  Pour l’élégie de Ronsard, p. 490, on aurait pu ajouter, parmi les variantes de l’éd. Laumonier, ce (...)
  • 6  Ne pourrait-on pas lire, par exemple, p. 55, v. 5 : … plus hault que son lignage ; p. 128, v. 14 : (...)

3On prend donc grand intérêt à découvrir ces poèmes, avec les signes graphiques (fermesses, dessins) qu’a portés en marge leur première lectrice et qui ont été diligemment reproduits. Ils sont accompagnés en bas de page de leurs éventuelles variantes manuscrites ou imprimées, et éclairés, en fin de volume, par une solide annotation critique et un précieux glossaire (avant un index nominum3, une bibliographie et une double table des incipit). C’est sur l’établissement du texte que porteront nos quelques réserves, puisque le lecteur est gêné par endroits de lire des vers faux, qui ne sont pas tous imputables aux copistes anciens. Outre les corrections que nous signalons en note, après vérification sur le manuscrit Monmerqué4, il est souvent utile de se reporter aux variantes infrapaginales, dont le texte, plus satisfaisant que celui de l’Album,permet de donner sens au vers (par ex., p. 261a, 267b, 361b, 369b, 386a)5. Les éditeurs modernes n’auraient-ils pas pu se montrer plus « interventionnistes » (comme ils reconnaissent l’avoir été çà et là, par exemple p. 256a ou 329c), en corrigeant le texte ou du moins en proposant en note la correction qui paraît s’imposer6 ? Mais l’on devine que ce n’a pas été chose aisée, depuis l’autre côté de l’Atlantique, de travailler sur microfilm. Merci donc à Colette Winn et à François Rouget de nous rendre commodément accessible un recueil manuscrit aussi important, à la fois pour les études d’histoire littéraire et pour celles de génétique textuelle.

Notes

1  À de petites approximations près : Philippe II épouse-t-il Élisabeth de France « à Cambrésis en 1559 » (p. 11, n. 1) ou en vertu du traité de Cateau-Cambrésis ? Henri de Bourbon n’ajoute-t-il la couronne de France à celle de Navarre  qu’« à partir de 1593 » (p. 12) ? Si d’Aubigné est né en 1552 et Du Bartas en 1544, comme nous le rappelle la p. 26, le premier n’est pas « de douze ans » le cadet du second.

2  La mention éplorée d’« Ysabelle » suggère (sans preuve, semble-t-il, dans sa production imprimée) le nom d’Antoine Mathé de Laval.

3  Si l’on y trouve les entrées originales Adjani, Isabelle, et Moreau, Jeanne, (pour les raisons cinématographiques que l’on devine), on est un peu surpris d’y voir figurer le duc d’Alençon sous une entrée « François II », après l’avocat et poète François d’Amboise, qu’on irait, lui, chercher plutôt à la lettre A. Pourquoi deux entrées pour le même personnage, Jean de Gontaut de Biron, baron de Salignac (dont la mort est datée de 1610, p. 28, mais de 1604, p. 411a)?

4  P. 64, v. 158 : … et Ilion oiseau (au v. 173, c’est « deux [printemps] » qui est corrigé par une seconde main en « un ») ; p. 122, v. 9 : … n’eut tant et tant d’autelz (au v. 7, « le fois » est à entendre comme un toponyme) ; p. 149, v. 6 : … n’est pas morte ; p. 243, sonnet 9, v. 7 : … aynt [= aient] le plaisir si grand ; p. 245, sonnet 12, v. 8 : Puisse par son contraire… ; p. 334, v. 24 : En si cruel endroit… (coquille) ; et v. 37 : … pour mes larmes non feintes ; p. 347, v. 174 : … qui de glace enflammez ; p. 357, v. 131 : D’un amour monstrueux… ; p. 414, v. 14 : Ne suisie [= suis-je] assez perdu… (cf. le fac-similé, p. 417) ; p. 421, v. 17 : Tu as de tant de pleurs… ; p. 431, v. 6 : … car rien ne t’est caché ; p. 463, v. 29 : Sans courage d’ozer… ; et v. 33 : De me permettre l’heur, heur sans plus… ; p. 464, v. 66 : … comme vous sçavez rendre ; p. 469, v. 42 : … mais non pas vraisemblables (coquille) ; p. 475, v. 10 : Pour le gain, pour l’honneur… ; p. 493, v. 82 : Ses cheveux mais des rais… ; p. 498, v. 2 : … de sanc et de carnaige (il est vrai que le texte, copié d’une main différente, se décrypte difficilement) ; p. 500, v. 37 : Ceux qua [= qu’à] la court… ; et v. 38 : Rodomontz de piaffe...

5  Pour l’élégie de Ronsard, p. 490, on aurait pu ajouter, parmi les variantes de l’éd. Laumonier, celle du v. 14, « cartilages et pous » (devenu cartigales dans l’Album).

6  Ne pourrait-on pas lire, par exemple, p. 55, v. 5 : … plus hault que son lignage ; p. 128, v. 14 : Donnent repos ; p. 366, v. 143 : … et destourbe fumeux ; p. 416, v. 56 : … croistront ma passion (avec même diérèse qu’à la rime du vers précédent) ; p. 431, v. 12 : … que tu vueilles aller ; p. 434, v. 29 : … dans le ciel est guidée ; p. 444, v. 126 : Elle suit… ; p. 450, v. 8 : Croit d’autre humeur… ; p. 466, v. 6 : Que je vous laisse encor… (même adjonction au v. 20 ?) ; p. 467, v. 22 : … que sans cesse vous voir ; p. 472, v. 31 : Il est donc mort en moy… ; p. 473, v. 5 : Quelle voille, quel vent… ; p. 491, v. 43 : … prenant sa nourriture ; p. 497, v. 54 : Qui se paist seulement… ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bjaï, « Marguerite de Valois, Album de poésies, éd. Colette Winn et François Rouget  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 23 août 2010, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12051

Haut de page

Auteur

Denis Bjaï

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org