Navigation – Plan du site

Démons, sorciers et diableries au temps d’Agrippa d’Aubigné, éd. Marie-Hélène Servet

Audrey Duru
Référence(s) :

Démons, sorciers et diableries au temps d’Agrippa d’Aubigné, éd. Marie-Hélène Servet, Albineana. Cahiers d’Aubigné, 21, 2009, 239p.

ISSN 1154-5853.

Texte intégral

1La livraison 21 des Albineana, publication annuelle de l’Association des Amis d’Agrippa d’Aubigné, offre des mélanges démonologiques : neuf articles sur les « démons, sorciers et diableries au temps d’Agrippa d’Aubigné ». L’œuvre d’Aubigné correspond au moment le plus intense de la chasse aux sorcières, ce qui justifie le projet. Centré sur un espace français, le recueil offre des échappées dans l’Antiquité et au xixe siècle.

2La question démonologique est en quelque sorte le revers des études sur la spiritualité d’Aubigné. Au prisme de l’œuvre d’Aubigné, ce volumemêle de manière hésitante les approches par l’histoire et par la littérature. Il s’agit d’une hésitation nécessaire, positive, afin d’« approfondir la connaissance de l’histoire des croyances et des liens complexes qui unissent le diabolique à ses spectateurs, la littérature à ses lecteurs, et le tout aux acteurs de l’histoire », comme le note Marie-Hélène Servet dans sa présentation (p. 10). En somme, quelque part entre archives judiciaires et production de l’imagination, les récits de possession empruntent à la fiction, la scène démonologique se fait drame théâtral : tels sont les présupposés critiques globalement partagés par les contributeurs.

3En guise d’introduction, Claude-Gilbert Dubois revient sur l’invention du diable et retrace la constitution du mythe. La figure de Satan s’immisce de manière contingente dans la tradition des textes bibliques. Sous le nom de Lucifer, le diable chrétien condense des traditions apocryphes et des emprunts païens hétérogènes.

4Les quatre études qui concernent la poésie (Ronsard et d’Aubigné) tournent autour de la question de l’imagination. Dans le cycle d’odes « Denise sorcière », la poésie de Ronsard traite aussi le motif de la sorcière comme un mythe. Par syncrétisme, ainsi que le met en évidence Christine Pigné, Ronsard fait de la sorcière le double négatif de la Muse. En s’appuyant sur l’histoire de l’exorcisme, Daniel Ménager lit un passage complexe des Discours des misères de ce temps, l’exorcisme du ministre protestant dans la Réponse aux injures de Ronsard. L’article démêle la part de sérieux et de satire dans ce fragment. Si ce passage parodique n’a pas suscité de controverse, c’est que les vers de Ronsard dépeignent en fait un faux possédé et un vrai fou. De manière ponctuelle, Marie-Dominique Legrand examine l’imaginaire démonologique du Printemps d’Aubigné à l’aide d’un relevé lexical ; elle le situe dans un intertexte contemporain ou plus ancien (les poèmes de Nuysement, La Mesnie Hellequin via Ronsard, entre autres). Enfin, Marianne Closson fait le point sur la curiosité d’Aubigné pour le surnaturel démoniaque sous toutes ses formes. D’Aubigné a entretenu à la cour une posture de magicien ou de devin, qu’il justifie moins par le commerce avec le diable que par l’expérience et par une culture livresque. Dans l’écriture polémique des Tragiques, il adopte une éthique de poète prophète, capable de dévoiler les ruses de Satan. Cette synthèse sur d’Aubigné est aussi un miroir des aspects divers de la démonologie et des questions éclatées qu’elle soulève.

5Les études sur la prose interrogent notamment la façon dont la relation de possession prend le relais de la « pédagogie du spectacle » comprise dans l’exorcisme. À partir des Cinq histoires admirables de Charles Blendecq (1582), Samuel Junod défend l’hypothèse que le récit de possession et d’exorcisme transforme l’expérience du doute, les manifestations extraordinaires, en une certitude, la toute-puissance de Dieu. À partir du récit de l’inquisiteur Michaélis et d’autres sources imprimées, Marie-Madeleine Fragonard étudie les enjeux de deux possessions, en 1610, au couvent des Ursulines de Marseille. L’étude souligne les paradoxes de la parole diabolique et le contexte de tension confessionnelle dans lequel survient l’affaire. Enfin, Erick Surget livre le dossier d’une affaire de possession en Poitou, celle du jeune protestant Pierre Creusé, survenue à Niort, en 1628. L’étude s’appuie sur la présentation d’un livre rare, Histoire admirable de la maladie prodigieuse de Pierre Creusé, paru en 1630. Le journal de la maladie est situé dans le contexte contemporain, médical, religieux et politique.

6En ouverture de l’ensemble, Jean Céard étudie la constitution de ce que l’on appelle à présent la littérature démonologique. Il isole deux moments de cette histoire. Du xve siècle au xviie siècle sont écrits, traduits et diffusés des traités apologétiques (par Henrich Institoris et Jacob Sprenger, Johan Nider, Jean Wier, Jean Bodin ou encore Pierre de Lancre) : ils comprennent des récits qui ont valeur et fonction de preuves. Au xixe siècle, dans l’esprit de L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Jacques Collin de Plancy dégage de ces traités une collection d’anecdotes pour alimenter son Dictionnaire des sciences occultes (1818 et rééditions). Ce Dictionnaire est une étape intertextuelle décisive dans la représentation de la sorcellerie en littérature.

7Sur une matière aussi vaste, le recueil souffre de l’éclatement des perspectives critiques. Il faut le lire comme un vaste chantier d’analyses, de lectures et de documents. Il manifeste la vitalité de la réflexion en démonologie et la variété des saisies critiques actuelles.

8Notons enfin que ce numéro d’Albineana comporte un index utile des noms propres de personnes. Il recense aussi la bibliographie des années 2007-2008 portant sur d’Aubigné ainsi que sur la littérature poitevine et saintongeaise (1500-1630).

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Duru, « Démons, sorciers et diableries au temps d’Agrippa d’Aubigné, éd. Marie-Hélène Servet  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 23 août 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12045

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org