Navigation – Plan du site

Patrick Gautier-Dalché, La géographie de Ptolémée en Occident (IVe-XVIe siècle)

Axelle Chassagnette
Référence(s) :

Patrick Gautier-Dalché, La géographie de Ptolémée en Occident (IVe-XVIe siècle), Turnhout, Brepols, 2009, 443p.

ISBN 978-2-503-53164-9.

Texte intégral

1Y a-t-il eu une Renaissance géographique ? Existe-t-il une continuité entre les représentations médiévales du monde et celles qui ont cours à partir du XVe siècle ? En étudiant la réception en Occident de l’Antiquité au XVIe siècle de la Géographie, ouvrage de l’astronome, astrologue et mathématicien grec Claude Ptolémée (IIe siècle), Patrick Gautier-Dalché entend tout d’abord remettre en cause une vulgate historiographique encore largement admise par les historiens de la cartographie. Celle-ci, influencée par une compréhension positiviste de l’histoire des savoirs et des techniques, considère la Florence humaniste et les premières décennies du XVe siècle comme le lieu et le temps de la « redécouverte de Ptolémée », et cette dernière comme la condition nécessaire à l’apparition d’une appréhension supposée « moderne » de l’espace, en raison de l’adoption d’une cartographie mathématique, fondée sur le système des coordonnées géographiques. Ces conceptions paraissent pour le moins simplistes à Patrick Gautier-Dalché, qui entreprend dans son ouvrage une étude méticuleuse de la connaissance, des usages et de la compréhension de la Géographie en Occident, de la rédaction de l’ouvrage jusqu’au début de l’époque moderne.

2L’approche de l’historien est avant tout un modèle de démarche philologique et de clarté méthodologique. Patrick Gautier-Dalché suit pas à pas les temps ainsi que les formes matérielles et intellectuelles de la réception de la Géographie, s’arrêtant à chaque source, analysant toute évocation de l’ouvrage et cherchant à interpréter précisément ces mentions, utilisant et critiquant souvent les études historiques existantes. Construite en six chapitres, l’enquête envisage successivement la réception de l’ouvrage du savant alexandrin dans l’Antiquité tardive et dans le monde byzantin (du IVe au XIIIe siècle), dans l’Occident latin (du VIIe au XIVe siècle), puis sa constitution comme modèle de compréhension et de représentation de l’espace (de la fin du XIVe siècle au milieu du XVe siècle), la « banalisation » du modèle (dans la deuxième moitié du XVe siècle) et l’ « approfondissement » du modèle (de la fin du XVe au premier tiers du XVIe siècle).

3Plusieurs conclusions importantes apparaissent. La première concerne la nature de la réception de l’œuvre de Ptolémée dans l’Occident médiéval. Bien que le texte complet de la Géographie n’y ait pas été conservé, certains savants semblent avoir eu connaissance de l’œuvre et de son contenu – au moins en partie. Par ailleurs, la fréquentation régulière de l’œuvre astronomique et astrologique de l’Alexandrin a conduit assez naturellement les savants à transposer à la représentation de l’espace terrestre le système des coordonnées utilisé pour repérer et décrire les phénomènes célestes. Bien qu’il ne soit pas systématique (en raison notamment des difficultés pratiques de calcul de la latitude et surtout de la longitude), le recours aux coordonnées géographiques n’est donc pas inexistant au Moyen Âge : il est connu au moins du point de vue théorique, et il ne s’agit ni d’une invention ni d’une redécouverte du XVe siècle. La seconde conclusion d’importance concerne la durée et les modalités de la réception de la Géographie à la Renaissance. Patrick Gautier Dalché montre de manière convaincante que, loin d’être une soudaine « révolution » mathématique de la représentation de l’espace, la traduction et la lecture de la Géographie à partir du XVe siècle se sont faites sur un temps assez long et que les savants y ont trouvé des intérêts fort variés. Il distingue par exemple la réception florentine, d’approche humaniste et plus intéressée par le contenu textuel de l’ouvrage (en particulier les listes de toponymes et la description des parties du monde), de la réception vénitienne, qui porte plus volontiers son attention sur les aspects cartographiques et mathématiques. Il montre également que ce sont surtout les savants allemands (en particulier Regiomontanus), qui ont pris la mesure et compris la signification des modèles de représentation graphique de la Terre et de ses parties proposés par Ptolémée. Il souligne enfin que la Géographie n’est devenue le modèle dominant de la description et de la représentation de l’espace qu’au tournant du XVe siècle, après avoir longtemps été l’objet d’une réception parcellaire et d’une confrontation avec de nombreuses autres sources textuelles et graphiques (en particulier les géographies de Strabon et de Pomponius Mela).

4Sans doute ardue dans le détail de sa démonstration, très érudite – on aurait souhaité que les nombreuses citations latines, italiennes ou autres soient plus systématiquement traduites en français –, l’enquête de Patrick Gautier-Dalché propose une synthèse de très grande qualité sur la lecture et la réception de la Géographie dans l’Occident latin : il s’agit d’un ouvrage incontournable pour tout historien travaillant sur les représentations médiévales et renaissantes de l’espace. L’ouvrage bénéficie par ailleurs de l’excellente qualité éditoriale de la collection Terrarum orbis, qui propose une mise en page agréable, un index des noms et des œuvres cités, des notes de bas de page facilement accessibles et surtout des reproductions assez nombreuses et de grand format, qui rendent plus aisée la compréhension de l’étude.

Pour citer cet article

Référence électronique

Axelle Chassagnette, « Patrick Gautier-Dalché, La géographie de Ptolémée en Occident (IVe-XVIe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 23 août 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/12043

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org