Navigation – Plan du site

Joseph Du Chesne, La Morocosmie, éd. Lucile Gilbert

Denis Bjaï
Référence(s) :

Joseph Du Chesne, La Morocosmie, éd. Lucile Gilbert, Genève, Droz (« Textes Littéraires Français » 599), 2009, 344p.

ISBN 978-2-600-01288-1.

Texte intégral

1Joseph Du Chesne est un poète gascon (à l’en croire, « compatriote et compagnon d’escolle » de Du Bartas), connu aussi comme médecin paracelsien et comme diplomate, au service de François d’Anjou, puis d’Henri IV. Sa Morocosmie, ou de la folie, vanité et inconstance du monde, avec deux chants doriques de l’amour céleste et du souverain bien, jamais réimprimée depuis l’unique édition lyonnaise de 1583, mérite amplement d’être redécouverte, pour des raisons aussi bien littéraires que typographiques. Raisons littéraires, pour l’éclairage apporté sur la poésie spirituelle réformée de la Renaissance ainsi que pour les formes poétiques employées, l’octonaire dans la Morocosmie, huitain à portée édifiante également cultivé par les pasteurs genevois La Roche-Chandieu et Simon Goulart, et « chant dorique » propre à Du Chesne, à mi-chemin entre l’ode, l’hymne et les stances. Raisons typographiques, pour les qualités formelles de l’édition Jean de Tournes, avec recours aux « caractères de civilité », et dont plusieurs fac-similés des pages originales livrent des échantillons. On signalera en particulier l’étonnant frontispice aux deux colonnes renversées (p. [115]), emblématique du monde à l’envers dans lequel nous introduit la Morocosmie.

  • 1  Cette correction manuscrite de jours en mois, au 95e sizain du Premier chant dorique, p. 235, se r (...)
  • 2  Dans l’introduction : p. 32, n. 94, La Sepmaine de Du Bartas paraît dès 1578 (ce qui ne place plus (...)

2Le volume compte 344 pages. Une riche introduction (p. 7-113), issue d’un mémoire de Master, offre une précieuse chronologie de l’auteur (1544/1546-1609), étudie le réseau de ses relations (dédicaces à la comtesse d’Entremont, veuve de l’amiral de Coligny, et à Guy du Faur de Pibrac, l’auteur des Quatrains), éclaire le sens des titres et fait l’inventaire synthétique des sources anciennes et modernes mises à contribution. Une note sur l’établissement du texte précise le protocole d’édition (on aimerait savoir lequel au juste des deux exemplaires conservés à la B.M. de Toulouse a été reproduit, correction manuscrite incluse1) ; suit le texte lui-même, abondamment et précisément annoté, avec traduction des liminaires latins (p. 66 et 109) ; en annexes, un glossaire, un tableau récapitulatif des octonaires et une « bibliographie sélective », qui fait en particulier l’inventaire des ouvrages médicaux de Du Chesne (également pris en considération par Didier Kahn dans sa thèse récemment parue sur Alchimie et paracelsisme en France). Malgré de menues négligences de forme dans l’introduction, ainsi qu’une correction à apporter au texte lui-même, que nous signalons en note2, cette excellente édition permet de redécouvrir, dans le sillage de Du Bartas, un auteur et un texte représentatifs de la poésie du dernier XVIe siècle.

Notes

1  Cette correction manuscrite de jours en mois, au 95e sizain du Premier chant dorique, p. 235, se retrouve sur l’exemplaire de l’Arsenal comme sur ceux de la BnF, probable intervention d’auteur ou de correcteur au sortir des presses.

2  Dans l’introduction : p. 32, n. 94, La Sepmaine de Du Bartas paraît dès 1578 (ce qui ne place plus La Morocosmie « très exactement » entre les deux Semaines) ; p. 34, Charles IX meurt en 1574 ; p. 53, n. 175, « les Assores », pour les Açores ; p. 56, le traité de Corneille Agrippa s’intitule De incertudine… scientiarum... (à corriger aussi en Bibliographie, p. 317) ; p. 63, dans la lignée de Du Bartas, invoqué… ; p. 65, citation, « ce mesme amour retient » ; p. 69, la ? « volte-face » ; (dans la citation) Qui seuls les a rendus ; p. 76, n. 250, Ronsard est en fait cité ici dans l’édition Laumonier (et non, comme ailleurs, dans la vieille édition Gustave Cohen de « La Pléiade », curieusement choisie pour texte de référence, alors qu’elle a été avantageusement remplacée depuis quinze ans par l’édition Céard, Ménager et Simonin) ; p. 81, n. 258, Virgile, « le Mantuan », est cité dans les Chants doriques en I, 61 ; p. 107, n. 324, le sigle BGE aurait gagné à être développé en Bibliothèque de Genève (l’ancienne Bibliothèque Publique et Universitaire).

Dans le texte (collationné à partir de l’exemplaire de l’Arsenal, 4° BL 3166), on corrigera, dans la Morocosmie, octonaire 97, v. 4, « Toy Hydaspe ». Compte tenu du principe énoncé p. 109 de non-ajout d’accent intérieur, on devrait lire (comme sur l’original) « frere », dans l’octonaire 15, et « guerison », dans l’octonaire 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Bjaï, « Joseph Du Chesne, La Morocosmie, éd. Lucile Gilbert  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 05 septembre 2010, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/12040

Haut de page

Auteur

Denis Bjaï

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org