Navigation – Plan du site
Jus & Litterae
I. Quel rapport instaurer avec la loi à l’âge de la Contre-Réforme ?

Justice et procès dans deux histoires tragiques de François de Belleforest

Hervé-Thomas Campangne
p. 333-347

Résumés

Bien que des auteurs comme Boaistuau insistent souvent sur la véridicité des faits rapportés dans leurs récits, François de Belleforest innove considérablement en offrant aux lecteurs du Cinquiesme tome des histoires tragiques (1572) deux nouvelles qui le mettent en scène en tant que témoin et enquêteur. Nous avons cherché à retracer le parcours idéologique et politique d’un auteur qui décrit, peu avant la Saint-Barthélemy, deux faits divers particulièrement perturbants par leur violence et leur cruauté. Ayant retrouvé dans les Manuaux du conseil de Lausanne les pièces du procès de Jean de Coignac, Sieur de Saint Jean de Ligoure et protagoniste de l’un de ces récits, nous avons pu rapprocher la fonction des nouvelles de Belleforest de celle des exécutions par effigie auxquelles eurent souvent recours les magistrats du XVIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 «The Renaissance novella as justice», Renaissance Quarterly 52 (1999), p. 311-341.
  • 2  Sur les multiples relations entre le droit et la littérature d’Ancien Régime, voir aussi Christian (...)
  • 3  Conter le crime. Droit et littérature sous la Contre-Réforme : Les histoires tragiques (1559-1644) (...)

1Dans les pages qu’il a consacrées au récit bref de la Renaissance, Ullrich Langer a montré l’importance des formes de justice aristotélicienne et cicéronienne mises en œuvre dans les nouvelles tragiques de Pierre Boaistuau, Benigne Poissenot et Jean-Pierre Camus1. Les analyses de Thierry Pech expliquent quant à elles la prolifération des récits tragiques au moment où l’instruction écrite et secrète se substitua peu à peu au débat oral et public2, des nouvelles comme celles de Boaistuau ou de François de Rosset permettant de dévoiler tout ce qui relève du « for interne » (psychologie, motifs, passions des personnages) « davantage que des juridictions séculières »3.

  • 4  Pour de plus amples renseignements au sujet des innovations offertes par Belleforest dans le Cinqu (...)
  • 5  Le titre du volume publié en 1572 par les imprimeurs Jean Hulpeau et Gervais Mallot est le suivant(...)
  • 6  Sur les détails de ce séjour, voir Michel Simonin, Vivre de sa plume ou la carrière de François de (...)

2Si les histoires tragiques constituent effectivement une forme de fictio legis répondant aux inquiétudes et aux besoins créés par le développement d’un système judiciaire complexe et souvent opaque pour les sujets d’Ancien Régime, nous aimerions prolonger ces analyses à partir d’une question très précise : que se passe-t-il lorsque les événements relatés dans le cadre d’une nouvelle tragique sont présentés aux lecteurs non seulement comme véridiques – comme c’est le cas chez la plupart des auteurs – mais aussi comme contemporains, et surtout, sont corroborés par le témoignage personnel de l’écrivain ? Deux nouvelles extraites du Cinquiesme tome des histoires tragiques de François de Belleforest publié à Paris en 1572 constituent un champ d’étude idéal à cet égard, puisqu’il s’agit des deux premiers récits de ce type publiés dans le cadre de la collection inaugurée par Pierre Boaistuau en 15594. « Actes cruels et detestables de quelques jeunes citoyens, sur une Damoiselle : avec le discours, et succès de la poursuite faicte pour ce crime » et « Acte cruel, du sieur saint Jean de Ligoure Gentil’homme Limosin, faisant occire sa femme et toute sa famille, et bruslant son chasteau, transporté de desespoir et furie, et quelle fut sa fin », tels sont les titres des deux nouvelles qui répondent véritablement aux exigences du programme établi par François de Belleforest, qui entend offrir à son public des « choses advenuës de nostre temps »5. Dans le cas de ces deux récits, l’écrivain commingeois n’est plus seulement un conteur qui dépeint des spectacles piteux et tragiques afin de dénoncer les vices de son temps : il se met en scène en tant que témoin oculaire. Belleforest nous apprend en effet qu’il séjournait à Agen lors des événements dont il est question dans la septième nouvelle de son recueil6, et donne de la ville une description qui peut susciter l’effroi du lecteur :

  • 7 Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 246r.

Revenant à nostre propos, estant telle la corruption de la jeunesse, et tout perverty, et pour la licence de mal faire, et la grande impunité de maulx, on eust dict que Agen estoit un vray coupegorge, et estoit aussi asseuré d’aller de nuit par les destroits plus perilleux de quelque boys, ou montaigne, que par les ruës d’icelle ville, tant les bateurs de pavé y estoient ordinaires, et les bateries frequentes, et blessures y advenant presque tous les soirs. Je ne vous dis rien dequoy je ne puisse dire, je l’ay veu estant en icelle cité, du temps que l’on poursuyvoit la cause sur laquelle j’ay basti ceste histoire [...]7.

3Observateur des poursuites entreprises contre les coupables d’un viol collectif particulièrement ignominieux, Belleforest est également le témoin de l’exécution des complices du Sieur de Saint Jean de Ligoure, protagoniste de la huitième nouvelle et responsable du meurtre de sa femme et de ses enfants :

  • 8 Ibid., éd. cit., fol. 290v.

[...] on feit leur proces, ensemble à celuy qui les avoit mis en besongne, quoy que fut absent, et furent ces galans mis sur la rouë, ce que je puis dire comme vray tesmoin, qui estoit dans Limoges lors qui fut faite ceste execution8.

  • 9 Ibid., éd. cit., fol. 266r : «j’ay veu en ceste ville de Paris le mary et la femme vivans ensemble, (...)
  • 10 Exceptionnellement, car généralement, comme l’a montré Thierry Pech, les auteurs d’histoires tragiq (...)

4Chroniqueur, témoin et moraliste, Belleforest se présente aussi en enquêteur : il affirme avoir retrouvé à Paris, quelques années après son séjour en Agenais, la victime du crime qui est le sujet de sa septième nouvelle, ainsi que son époux9. Exceptionnellement, on entrevoit dans cette histoire tragique la modernité d’un récit policier qui consisterait à établir la véridicité des faits rapportés par des personnes dont les témoignages divergent10.

  • 11  Rappelons que ce principe d'autopsie – ou vue par soi-même – joue un rôle fondamental dans le cont (...)

5En soumettant la narration au principe de l’autopsie11, Belleforest s’éloigne du projet que Boaistuau présentait en ces termes dans ses Histoires tragiques de 1559 :

  • 12 Pierre Boaistuau, Histoires tragiques, éd. Richard A. Carr, Paris, Champion, 1977, p. 61.

Si est ce que je puis acertener une fois pour toutes que je n’insereray aucune histoire fabuleuse en tout cest œuvre de laquelle je ne face foy par annales et chroniques, ou par commune approbation de ceux qui l’ont veu, ou par autoritez de quelque fameux Historiographe, Italien ou Latin12.

6Là où l’histoire tragique est cautionnée chez Boaistuau par des sources très diverses et n’exclut pas le vraisemblable, Belleforest entend donner dans le cadre des nouvelles sept et huit du Cinquiesme tome des récits qui seront, comme il le souligne dans le passage cité précédemment, l’histoire d’une cause, c’est-à-dire celle d’un procès. L’auteur est devenu témoin de la marche de la justice, réalisant véritablement le projet que son ami Du Haillan avait fixé dès 1559, alors qu’il promettait au lecteur de la Continuation des histoires tragiques un livre

  • 13 Pièce liminaire à la Continuation des histoires tragiques, Paris, Vincent Sertenas, 1559. Cité par (...)

Où tu verras au vif peintes nos actions,
La bonté, la fierté, le feu des passions,
Le vice, l’amytié, la clemence et justice13.

7La mise en valeur du vocable justice par son rejet en fin de vers est révélatrice de la volonté, chez des écrivains comme Belleforest, de lier l’histoire tragique au genre judiciaire en même temps qu’au domaine de l’épidictique. Or s’il est aisé pour un auteur d’histoire tragique de formuler un discours parénétique et de mettre ses lecteurs en garde contre les dangers de la passion, la démarche qui consiste à établir la véridicité des pièces d’un procès est beaucoup plus complexe. Car la question de l’auctoritas se pose alors de manière très prononcée, comme le montre par exemple le récit du procès et de la condamnation de Violente dans la cinquième nouvelle des Histoires tragiques de Boaistuau :

  • 14  Pierre Boaistuau, Histoires tragiques, éd. cit., p. 167.

Et [Violente] fut exécutée en la presence du Duc de Calabre, fils du Roy Federic d’Arragon, qui estoit en ce temps là Vice-Roy et mourut depuis à Torcy en France, lequel incontinent après feit enregistrer l’histoire avec les autres choses memorables avenues de son temps à Valence ; duquel j’ay voulu faire mention, parce que l’autheur Italien descrit que l’esclave Janique fut deffaicte avec sa maistresse, mais Paludanus, Espagnol de nation, qui regnoit en ce temps, lequel a escrit l’histoire en latin fort elegant, acertene nomméement qu’elle ne fut jamais apprehendée. Ce que j’ay ensuivy comme le plus probable14.

  • 15  Voir René Sturel, «Bandello en France au XVIe siècle », Bulletin italien, XVIII, 1918, p. 27-28, e (...)
  • 16  Pierre Boaistuau, Histoires tragiques, éd. citée, p. 139.
  • 17  Ibid., p. 64.

8La multiplication des sources alléguées – dont la dernière, comme l’ont noté René Sturel et Richard Carr, est sans doute fictive15 – est l’expression du malaise ressenti par un auteur-traducteur face à des lecteurs français qui peuvent s’interroger sur l’existence d’une « famille fort ancienne, nommée de Ventimiglia, de laquelle sont sortiz un grand nombre de riches et honorables chevaliers, entre lesquels n’a pas longtemps qu’il s’en trouva un, nommé Didaco [...] »16 ou encore sur la « memoire si recente à Veronne »17 de la tragique destinée de Roméo et Juliette.

9Belleforest résoudra la question autrement en offrant deux récits judiciaires dans lesquels il s’attribue tout à la fois les rôles de témoin, d’enquêteur et de procureur.

10La manière dont s’agence le texte qu’il consacre aux crimes et à la punition du sinistre Sieur de Ligoure est particulièrement révélatrice de ses intentions, puisqu’elle entre nettement en contraste avec deux autres versions des faits allégués. Outre l’histoire tragique de Belleforest, il existe en effet – sans compter les pièces du procès, auxquelles nous reviendrons – deux récits de la triste odyssée du Sieur de Saint Jean de Ligoure. Le premier, qui figure dans le journal historique rédigé entre 1533 et 1568 par Pierre de Teysseulh, chanoine de la cathédrale de Limoges, nous permet d’établir la véritable identité des coupables, ainsi que la date et les circonstances des délits évoqués :

  • 18 Bien que le manuscrit original de Pierre de Teysseulh soit perdu, il a été reproduit par un de ses (...)

Mémoire que, le 6 décembre 1553, le château appelé de Château-Chervix fut bruslé et auparavant tués dedans la femme du sieur, sa mère, leurs enfants et filles dudit sieur, servantes et chambrières, sans excepter aucun qui fut dedans, et après les avoir tués, mirent le feu audit château et firent brûler les corps ; et la dame qui était enceinte ne se put brûler qu’une partie du corps, et en l’autre partie on trouva les coups des épées et dagues qu’on leur avait baillés : par quoy fut cogneu qu’il y avait du meurtre, qui fut la cause que la justice en fit grosse diligence, et le sieur gaigna au pied. Et fut pris un prêtre nommé Barmondieras [...]18.

  • 19  Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, t. LV, 1955, p. 533.
  • 20  Voir Léon Laborde, Les archives de la France, Paris, Renouard, 1867, p. 319.
  • 21  Extraits des Manuaux du conseil de Lausanne (1536 à 1564) publiés et annotés par E. Chavannes, Mém (...)

11Au XVIe siècle, Château-Chervix, situé dans le canton de Saint-Germain-les Belles, appartenait à la famille de Coignac. C’est ce qui a conduit A. Lecler à penser que le coupable des atrocités était François de Coignac, qui était Sieur de Saint-Jean-Ligoure au moment des événements rapportés19. Bien que les archives de Limoges antérieures au XVIIe siècle aient disparu dans l’incendie de la préfecture en 182320, d’autres documents nous permettent de corriger l’erreur d’A. Lecler. Les Manuaux du conseil de Lausanne contiennent en effet plusieurs entrées concernant l’emprisonnement, le procès, et l’exécution du « noble Johan de Cugnyat » en Suisse en 1554 : il s’agit du frère de François de Coignac, seigneur de Château-Chervix, dont deux émissaires suisses allèrent vérifier l’identité et la culpabilité lors d’une ambassade à Limoges au mois d’août 1554. Son complice le prêtre Bernarduras, dit Jean des Maisons, fut exécuté le 4 avril 155421.

  • 22 Traité préparatif à l’Apologie pour Hérodote, éd. Bénédicte Boudou, Genève, Droz, 2007, t. I, p. 58 (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

12Deuxième version des faits, celle que donne Henri Estienne dans les pages qu’il consacre aux « homicides des gens d’Eglise ». L’auteur de l’Apologie pour Hérodote attribue aux crimes des motifs quelque peu différents de ceux qu’allègue Teysseulh : après « avoir paillardé avec la mere de sa femme, et mesmes en ayant eu des enfants »22, Ligoure aurait pris le parti de se confesser devant un prêtre ; faux-monnayeur, celui-ci le contraint à devenir son complice « comme le tenant en sa cordelle à cause de la dicte déclaration ». Malgré l’absolution que lui accorde le prêtre dévoyé, Ligoure a toujours sur la conscience son crime d’inceste, ce qui ne l’empêche pas de continuer à prendre « plus de plaisir à la mère qu’à la fille »23. C’est alors que le prêtre décide de prendre l’affaire en main en faisant disparaître à jamais les témoins des crimes de Ligoure. Avec plusieurs comparses, il assassine la femme et les enfants du seigneur et incendie son château en son absence, « mais de son consentement ». Chez Henri Estienne, le récit de ce fait divers se métamorphose déjà en histoire tragique. Conformément au schéma transgression/punition sous-jacent à ce type de narration, nous voyons le « forfaict averé », les meurtriers appréhendés. Réfugié à Lausanne, Ligoure est finalement arrêté puis « executé par justice, recongnoissant sa faute, avec un merveilleux exemple de la misericorde de Dieu ». Comme Boaistuau, Belleforest et leurs épigones, Henri Estienne sait aussi diriger le regard du lecteur-spectateur sur des détails particulièrement horribles, tels les corps des victimes que l’on retrouve après l’incendie ou « le petit enfant qui, pendant qu’il appeloit ce prestre par son nom et luy tendoit les bras, fut par luy massacré »24.

13La nouvelle de Belleforest se démarque de plusieurs manières des récits donnés par ses deux contemporains, tout d’abord parce qu’elle commence, précisément, par une réflexion consacrée à la notion de justice, sa définition et sa fonction :

  • 25 Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 277v.

Tout ainsi que la liaison des vertuz rend l’ame parfaicte, lors que l’homme, Seigneur seulement de ce qui le peut rendre à jamais heureux, ne s’adonne qu’aux choses honestes, et esquelles est parfaictement considerée et l’Idée, et l’action de Justice, aussi l’union damnable des vices prend tel accroissement, lors qu’avec la continuation il semble que l’accident soit converty en nature, que celuy qui embrasse un peché, se pense estre parvenu au feste de sa felicité, s’il s’egare par toute voye de forfais, et se souille au pervertissement de toute meschanceté25.

14Mises en exergue dans l’argument qui précède le récit, ces considérations orientent notre lecture vers une voie qui diffère sensiblement de celle qu’empruntent le plus souvent les récits tragiques de la Renaissance. La formule retenue par Belleforest n’est plus seulement celle d’un renversement de fortune touchant un personnage notable : les événements qui vont suivre doivent illustrer une conception néo-platonicienne de la justice comprise en tant que vertu humaine inhérente à l’harmonie sociale et politique de la res publica.

15Deuxième particularité du récit de Belleforest : celui-ci s’attache à décrire et à analyser avec une remarquable précision toutes les formes et les procédures juridiques potentiellement liées à l’affaire Ligoure. C’est d’abord au prêtre qu’il incombe d’expliquer à son complice les particularités de son statut, ainsi que le déroulement le plus logique de la procédure juridique face à ses crimes :

  • 26 Ibid., fol. 282v.

Vous voyez comme chacun vous soupçonne, et quelle peine l’on met de vous attraper, et y a long temps que vous fussiez prisonnier, n’estoit que vous n’estes point justiciable devant le Seneschal d’Angoumois, et que les gens du Roy n’osent venir vous assaillir sur la jurisdiction et ressort de Limoges26.

  • 27  Voir Albéric Allard, Histoire de la justice criminelle au seizième siècle, Paris, 1868, p. 31.

16Le personnage met ici en lumière le caractère multiple et divisé de la justice de son temps : en tant que faux-monnayeur, Ligoure est coupable d’un crime de lèse-majesté, « cas-royal » relevant de la juridiction de l’office du lieutenant général ou particulier au baillage, qui exerçait la véritable fonction judiciaire au XVIe siècle, époque à laquelle les sénéchaux avaient gardé leur titre, mais perdu leur fonction27.

17S’engage alors une discussion entre les deux personnages :

  • 28  Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 282v.

or posons le cas que vous absentant, la chose se refroidisse quelque temps [...] c’est chose sûre qu’on s’empoignera à Madamoiselle, laquelle pour se sauver dira ce qu’elle sçait, et a veu28,

explique le prêtre pour répondre aux hésitations de Ligoure :

  • 29 Ibid., fol. 283r.

Comment voudriez-vous bien que n’estant encor convaincu de crime, je fusse si fol que de m’absenter pour donner argument aux envieux de m’estimer à bon droit tel que nul ne me pense29 ?

18Plutôt qu’un dialogue entre malfaiteurs, on a l’impression de lire un débat entre érudits spécialistes des questions juridiques. Bien que les crimes de lèse-majesté soient imprescriptibles et irrémissibles, le prêtre semble d’ailleurs penser qu’il est encore possible pour son complice d’échapper au châtiment le plus grave :

  • 30 Ibid., fol. 283v.

Si vous aussi vous sauvez, et ostez les empeschemens qui peuvent nuire à vostre justification, on aura beau vous condamner par contumace, car n’y ayant suffisance de preuve, et les humeurs des juges estans changées facilement, vous chevirez du temps et de fortune, rentrant en vos biens en despit de tout le monde30.

  • 31 Albéric Allard, op. cit., p. 303.
  • 32 Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 282v.
  • 33  Ibid., fol. 284r.

19Pourtant, le prêtre sait aussi que la jurisprudence des parlements avait introduit au XVIe siècle la question préalable, administrée aux accusés pour obtenir la révélation du nom de leurs complices31 : il imagine que le beau-père de Ligoure – complice lui aussi de leur délit de fausse-monnaie – sera soumis aux « efforts d’une gehenne et torture extraordinaire »32, et que lui-même, en vertu des soupçons qui pèsent contre lui, court le risque d’être « [gehenné], et tourmenté, et à la fin vaincu de la grieveté de la torture »33.

  • 34 Voir à ce sujet Thierry Pech, op. cit., p. 237.

20Cette discussion prolixe illustre de manière très originale la manière dont le discours judiciaire devint, après l’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539, l’un des grands thèmes de la fiction narrative34. Comme nous allons le voir, elle offre aussi au lecteur du Cinquiesme tome un éventail de scénarios juridiques qui diffèrent sensiblement de la version des faits dont Belleforest a pu témoigner.

21On a vu précédemment qu’à la fin de son récit, Henri Estienne accordait une importance considérable à l’émouvante description de l’enfant qui supplie le prêtre de l’épargner. Belleforest met de son côté en scène un personnage qui n’apparaît pas dans le texte de son contemporain, ni d’ailleurs dans celui de Pierre de Teysseulh. D’après le Commingeois, un « petit laquais » serait parvenu à se cacher lors du massacre de la famille ; c’est grâce à lui que les coupables sont arrêtés et livrés au bourreau :

  • 35 Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 290r-v.

[il] feit le recit tel qu’il sçavoit de ceste pitoyable tragedie, qui fut cause qu’on le mena à Limoges vers la justice, où il fut entretenu, [attendant] que Dieu permist la prise de ceux qui avoient commis un tel scandale. Ce qui advint quelque temps après, et si bien fut besoigné que le fait estant descouvert, on feit leur procès, ensemble à celuy qui les avoit mis en besongne, quoy que fut absent, et furent ces galans mis sur la rouë, ce que je puis dire comme vray tesmoin, qui estois dans Limoges lors qui fut faite ceste execution35.

  • 36  Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. LV, 1955, p. 532.

22Pour Belleforest, comme pour la justice du XVIe siècle, l’établissement de l’authenticité des faits dépend de la multiplicité des témoins. Vray tesmoin des poursuites et de l’exécution de Jean des Maisons dit Bernarduras, le Commingeois veut aussi nous convaincre de l’indiscutable culpabilité des accusés. Or les autres versions des faits nous apprennent que l’implication de Bernarduras ne fut nullement établie par des témoins, mais que le prêtre, après son arrestation, « confessa le cas sans torture »36. Pour renforcer le sensationnalisme de son récit, Belleforest n’hésite pas à se transformer en procureur qui « convoque » des témoins multiples, imaginaires comme le « petit laquais », ou encore anonymes comme ceux dont il est question dans ce passage :

  • 37 Le Cinquiesme tome, fol. 290r.

Je passe à poursuivre le reste de l’histoire, laquelle est si veritable, qu’il y a encore dix mille personnes qui peuvent tesmoigner de sa certitude, et les registres du Greffe de Limoges en donnent asseurance, où les meurtriers furent depeschez par la seule accusation du laquays et la confession volontaire de leur bouche37.

23Bien que les faits rapportés par Belleforest, Estienne et Teysseulh ne laissent aucun doute quant au sort de Bernarduras et de ses complices, il en va autrement du principal coupable. On a vu précédemment que selon Teysseulh

  • 38  Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. LV, 1955, p. 533.

le dit Barmondiéras fut mis tout vif à quatre quartiers, et puis tranché la tête, et après lesdits quartiers et la figure dudit seigneur qui avait été condamné à estre brûlé tout vif, furent brûlés et mis en cendre38.

24Henri Estienne se contente de son côté de relater ce qu’il a « ouy réciter à quelques notables qui l’ont veu condamner et exécuter » : passé d’abord en Savoie, reconnu à Genève, il aurait été poursuivi, arrêté, puis exécuté à Lausanne « recognoissant sa faute, avec un merveilleux exemple de la misericorde de Dieu ».

  • 39 Extraits des Manuaux du conseil de Lausanne, 1536 à 1564, éd. cit., t. I, p. 141.

25Comme nous l’apprennent les Manuaux du conseil de Lausanne, Jean de Coignac fut effectivement appréhendé dans cette ville ; on envoya alors Louis d’Yverdon et Nicolas Roche à Limoges pour rassembler des informations contre le fugitif, qui fut exécuté avant le 22 novembre 155439. Pour Belleforest, le récit de la fuite et de l’arrestation de Ligoure est l’occasion de déployer toute son imagination et son talent d’écrivain. Témoin oculaire d’une exécution, il s’autorise à combler les lacunes des versions officielles du récit, en imaginant que Jean de Coignac a rencontré à Lausanne Godefroy de Barry, sieur de la Renaudie. Le conteur quitte ici le domaine du véridique pour rejoindre celui du vraisemblable. Ligoure aurait effectivement pu rencontrer La Renaudie, puisque c’est précisément lors de son séjour en Suisse dans les années 1550 que le futur chef du tumulte d’Amboise s’était converti au calvinisme. Convié par Du Barry, le criminel pense trouver un appui puissant chez un illustre compatriote ; mais la rencontre se déroule tout autrement, puisque des hommes armés surgissent pour constituer Ligoure prisonnier de la part des seigneurs de Berne :

  • 40  Le Cinquiesme tome, fol. 292r.

Voicy donc l’un fugitif qui vint caresser et saluër l’autre, mais avec diverse intention : l’un vient pour tromper son compaignon avec le voile sainct de Justice, l’autre se fie en son voisin souz le pretexte d’amitié et d’alliance, mais la vertu ne pouvant souffrir un si grand obstacle de sa purité, faict que l’un livra à la Justice celuy qui avoit faict Injustice en son pays, pensant jouyr de repos en terre estrange40.

  • 41  Rappelons que Plutarque plaide dans ses Moralia la cause de la providence, en réaction aux épicuri (...)
  • 42 Le Cinquiesme tome, fol. 299r : « jaçoit que Dieu soit lent et tardif à courroux et vengeance, si e (...)

26Belleforest entend montrer que la justice emprunte parfois les voies les plus inattendues ; comme souvent chez lui, elle se conforme à un modèle plutarquéen41 : si c’est habituellement le narrateur qui explique les mystères des délais de la justice divine42, il incombe au sieur de Ligoure de « prédire » sa fin tragique à Godefroy du Barry :

  • 43 Ibid., fol. 293r.

Ah Judas plein de cautelle, estoit-ce ce bon traitement que tu m’aprestois, que souz le pretexte d’alliance et amiable visitation m’ayes getté hors de mon logis, où je me fusse fait plustost tailler en pieces, que souffrir que ceste canaille m’eust mis la main dessus pour me faire le prisonnier des bouchers de Berne. Je prie Dieu qu’il luy plaise estendre sa justice et vengeance sur ta teste, et te punir par la main d’un bourreau de toutes les meschancetez et parjures que tu a commis durant ta vie43.

  • 44  Selon d'Aubigné, les apophéties sont des «predictions de choses advenues avant l'œuvre clos» (Les (...)
  • 45  Princes, v. 206.
  • 46 Le Cinquiesme tome, fol. 247r.

27Belleforest n’hésite pas à recourir à la technique qu’Agrippa d’Aubigné qualifiera d’apophétie44. Paradoxalement, le très catholique Commingeois rejoint d’ailleurs de plusieurs manières l’auteur des Tragiques qui écrira : « ce siècle n’est rien qu’une histoire tragique »45. De la même manière que la tragédie décrite par d’Aubigné est le procès des atrocités commises pas le parti catholique, l’histoire tragique, chez Belleforest, prend la forme d’un violent réquisitoire contre le calvinisme. Le conteur présente par exemple l’auteur du crime ignominieux de la septième nouvelle comme un « Chanoine de son mestier, et Lutherien ou Huguenot de foy et profession »46, dont les actions donnent lieu à une tragédie au sens profond et aristotélicien du terme :

  • 47  Ibid., fol. 271r.

Quoi qu’il soit ainsi, de quelle escole est sorty le parricide de nostre temps, si ce n’est de celle qui dispense les enfans de l’obeïssance de leurs parens pour faire le serment à l’Apostasie Calviniste ? Qui arme le fils contre la mere, et luy fait dresser des embusches, la fait massacrer felonnement, sinon ceste belle reformation difforme des faux Evangelistes de nostre temps ? Qui a enseigné aux freres de faire meurtrir leur sang propre sous pretexte de la querelle d’autruy, si ce n’est la doctrine de celuy qui met les armes au poing [aux] sujets, pour se revolter contre leurs Princes47 ?

  • 48  Aristote, Poétique, XIV 1453 b15.

28Chez l’auteur de la Poétique, l’essence même du tragique est liée à des meurtres ou à d’autres actes atroces accomplis ou projetés « par le frère contre le frère, la mère contre le fils, le fils contre la mère »48. La justice, dans l’histoire tragique telle que la conçoit Belleforest, a pour fonction de mettre fin à la tragédie et au désordre d’un mundus inversus dont il attribue la responsabilité à ses ennemis calvinistes. Or selon l’auteur du Cinquiesme tome, les crimes de Ligoure s’apparentent eux aussi au bouleversement idéologique et social qu’il attribue à ses adversaires. Dans les prisons de Lausanne, il imagine l’accusé « calvinisé » par des

  • 49 Le Cinquiesme tome, fol. 293v.

ministres heretiques, qui non contents que cest homme fut l’esclave de Sathan en une sorte, ils feirent encore qu’il luy fust plus asservy en humant le poison de leur apostasie, et le venin de leur fauce doctrine49.

29Belleforest ne laisse d’ailleurs aucun doute quant à la signification qu’il entend attribuer aux tragiques événements relatés dans la nouvelle qu’il consacre aux « actes cruels » de Jean de Coignac :

  • 50 Ibid., fol. 289v.

Je vous prie qui est le cœur si cruel, et sans amitié, qui ne prist quelque compassion lisant ceste histoire, et laquelle je suis contraint de reciter affin que la posterité voye ces choses monstrueuses avoir prognostiqué les prodigieuses cruautez advenuës depuis en France, les enfans de laquelle ont ravy ses richesses, et l’ont despouillée de toute son excellence et beauté50 ?

  • 51 Ibid., fol. 285v.

30De manière significative, au fil du récit se multiplient des allusions à des éléments qui relèvent du prodigieux : évocation de la légende du chien de Montargis pour démontrer que le crime est toujours puni51, présage d’un des enfants de Ligoure qui, quelques instants avant l’arrivée des assassins, fabrique des croix avec des brindilles :

  • 52  Ibid., fol. 286v.

Gardés (dit la creature innocente) les pour les tenir en main, mais que la mort vous assaille, qui sera bien tost, aussi bien qu’à moy et à toute la compagnie ; et où est celle de monsieur ? dit sa tante ; il n’en a point affaire, et aussi ne mourra il point avec nous. Les Damoyselles quoy que estonnées de ces parolles, ne feirent pourtant aucun semblant de se soucier de cecy, disant la mere, que le plus grand bien qu’il luy pourroit advenir, ce seroit de sortir de ce monde pour ne point voir le malheur qui s’aprestoit pour l’accablement de leur maison, et qu’elle mouroit de langueur et tristesse en la seule souvenance d’un si grand desastre, que de voir ignominieusement mourir son mari, et ses enfans à l’abandon, despouillez de leurs biens et fortunes52.

  • 53  Ces dix récits figurent dans les Histoires prodigieuses, extraictes de plusieurs fameux Autheurs, (...)

31L’histoire tragique rejoint ainsi le genre de l’histoire prodigieuse, que Belleforest connaît de première main, puisqu’il est lui-même l’auteur de plusieurs récits de ce type, publiés en 157153. Le principe de ces textes consiste à dévoiler la signification cachée d’événements inhabituels, dérangeants, et apparemment inexplicables : pour les auteurs et les lecteurs d’histoires prodigieuses, l’univers tout entier est porteur de signes, de présages, d’allégories. Or dans le récit qu’il consacre à Ligoure, comme d’ailleurs dans l’histoire tragique des « Actes cruels et detestables de quelques jeunes citoyens », Belleforest s’efforce de donner un sens à des événements qui, comme ceux que rapportent les auteurs d’histoires prodigieuses, sont monstrueux, perturbants, inouïs. À cet égard, la lecture d’un document comme les pages des Manuaux du conseil de Lausanne, dans lesquelles la notation sommaire concernant l’exécution de Jean de Coignac est suivie de quelques phrases détaillant la vente des hardes du défunt, ne manque pas d’être décevante :

[...] un manteau de velours noyr vendu pour IIII escus ; au sr Jaques Boufz ung part d’esperon pour trois sols ; et au sr Guillaume Sodal ung part de bourgequins, six sols.

  • 54  Manuaux du conseil de Lausanne, éd. citée, p. 142.

32Le reste, apprend-on encore, demeura invendu ; on paya également au châtelain de l’évêché cinquante florins pour avoir alimenté le prisonnier pendant dix semaines54. On découvre dans ce court paragraphe la marche d’une justice expéditive, efficace, dont le fonctionnement est dénué de tout sensationnalisme. Or d’autres que Belleforest ressentirent visiblement une insatisfaction face à l’issue du procès, puisque le conseil fut accusé de ne pas avoir mis Ligoure à mort de manière assez cruelle, comme l’indique une note ajoutée au manual le 15 août 1555 :

  • 55  Ibid.

Le sr de Montricher a esté député à Berne pour respondre à quelques calumnies et imprécations ou accusations faictes vers eulx de non havoir prodéder (sic) juridicquement au procès et procédeure criminelle envers ung certain François, nommé Johan du Cugniat, sr de St Johan et Chasteaul-Charvy, lequel a esté exéquuté audit Lausanne ; havoir usé de tropt grande doulceur et moindre poenne et havoir user quasi de grace55.

  • 56  Le Cinquiesme tome, fol. 297r. Belleforest revient d’ailleurs plusieurs fois à cette comparaison d (...)
  • 57 Le Cinquiesme tome, fol. 296v.

33Le récit de Belleforest aura pour fonction de remédier au manque de publicité et de sensationnalisme qui fut reproché au conseil de Lausanne : il offre au lecteur une véritable purgation des passions, puisqu’il se termine par le spectacle grandiose et cathartique du supplice de Ligoure, « second Néron »56 exposé et mis à mort devant « un nombre infiny de peuple ». Nous entendons le coupable qui retrace ses horribles forfaits et relate « tout au long l’histoire miserable de sa vie » jusqu’au moment où le bourreau « parfeit la tragedie »57 en le décapitant.

  • 58 Albéric Allard, op. cit., p. 332.

34Comme nous l’apprennent les spécialistes de l’histoire de la justice criminelle, l’une des particularités de la procédure, au XVIe siècle, était celle-ci : autant l’instruction était secrète, autant l’exécution de la peine devait être publique58. Dans le cas du supplice de Ligoure, le récit de Belleforest revêt une signification et une fonction qui se rapprochent de celles de la pratique de l’exécution par effigie, d’ailleurs décrite par le juge chargé de l’instruction de l’affaire Ligoure :

  • 59  Manuaux du conseil de Lausanne, p. 141

[...] en présence de nous Joseph de Beaune, juge magistrat criminel susdit, a esté ladicte sentence executée en la personne dudict Bernarduras, qui a esté suyvant icelle tenaillé par aulcuns cantons de ladicte ville, et après couppé les braz et jambes vif et la teste tranchée, qui est demeurée en la place publicque. Et quand ausdict de Coignac bruslé par figure et ledict Célérier par figure pendu59.

  • 60 Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. LV, 1955, p. 533.

35Pierre de Teysseulh ajoute de son côté que l’effigie de Ligoure fut « tenaillée par les carrefours de la ville »60. Cet acharnement fait foi du profond symbolisme que l’on accordait à ces figures. Au XVIIIe encore, les auteurs de l’Encyclopédie décrivent les particularités de cet usage :

  • 61  Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, première édition, t.  (...)

À Paris les tableaux qui servent d’effigie, ne sont qu’un dessein grossier fait à la plume, qui représente un homme pendu ou sur la roue, selon la condamnation ; mais dans les provinces où les exécutions sont plus rares, les effigies sont ordinairement peintes et coloriées à la ressemblance de l’accusé, le mieux qu’il est possible ; on le représente avec ses habits ordinaires, et autres choses qui peuvent le caractériser, afin que cela fasse plus d’impression au peuple61.

  • 62  « En fin les Suisses depeschent un bon citoyen Bernois, homme sage, et de bonne conscience (pour u (...)
  • 63 Manuaux du conseil de Lausanne, éd. cit., p. 141.
  • 64 Cinquiesme tome, fol. 290v.

36Belleforest, on l’a vu, était extrêmement bien renseigné au sujet de l’affaire Ligoure : il affirme notamment avoir vu à Limoges le Seigneur Loys d’Yverdon, envoyé en France par le conseil de Lausanne pour recueillir des informations sur l’accusé, comme le confirme le manual62. Le conteur ne fait pourtant nulle part mention d’un détail essentiel : l’un des complices de Ligoure, Jean Célérier, ne fut jamais retrouvé63. Belleforest préfère omettre cet élément et nous dire qu’il a pu observer l’exécution des « galans mis sur la rouë »64 ; chez lui, le récit de justice ne doit laisser place à aucun doute : il s’agit de rassurer, de réconforter, de ne laisser aucun détail au hasard.

37La structure de la nouvelle sept du Cinquiesme tome est d’ailleurs révélatrice à cet égard. Le conteur-témoin nous apprend que dans le contexte particulièrement corrompu de la ville d’Agen, la procédure juridique entamée contre les coupables n’a pas fonctionné comme elle aurait dû :

Ce seroit chose superfluë de discourir les poursuittes faites, et par le mary, et les parens d’elle, les ruses, subterfuges, attentaz, et machinations des criminelz, les evocations de Parlement à autre, recusations de juges, et sieges reciproquement par les parties.

Une autre forme de justice, cependant, se substitue aux lois des hommes :

  • 65 Ibid., fol. 267v.

Dieu estant juste a puny de sa main ceux que la justice, pour estre mal informée, n’a fait passer souz le tranchant du glaive punisseur de telles mechancetez. Car de sept à huit, qui estoient ces folz enragez abusans de ceste femme, il n’y en a pas un qui soit mort en son lict, et duquel la maison ne soit allée en decadence65.

  • 66 Ibid., fol. 268r.
  • 67  Selon Plutarque, il n'est «punition plus affligeante et plus ignominieuse que de voir ses descenda (...)
  • 68 Ibid., fol. 286v.

38L’écrivain met une fois de plus en exergue la redoutable force du « glaive effroyable du Magistrat »66 divin. Cette nouvelle allusion au modèle plutarquéen67, cependant, ne semble pas suffire à Belleforest. Face à un crime aussi révoltant que celui dont il s’agit, type de délit par lequel « l’estat des republiques a souvent esté alteré et aneanty »68, l’écrivain ne peut se résoudre à accepter l’échec de la justice des hommes. C'est pourquoi il décide de conclure sa nouvelle par un second récit, très similaire à celui du fait divers agenais, mettant en scène la « cruauté plus que brutale » d’un criminel – calviniste lui aussi – qui viole et assassine celle qui se refuse à lui. Dans le cas de ce second fait divers cependant, Belleforest procède par induction : la narration commence par l’exécution du coupable qui a

  • 69 Ibid., fol. 271v.

servy de spectacle sur un eschafault pour ses vertus, et grandes prouësses, lequel a esté si desnaturé, que de meurtrir celle qu’il se disoit aymer, et occir celle, des embrassemens de laquelle il avoit jouy à vive force69.

39Parti de ce spectacle, le conteur remontera au crime, puis à la description des circonstances et des motifs qui y conduisirent. Il offre donc un récit inversé par rapport à celui du crime commis à Agen ; les sources de ce deuxième fait divers, en outre, sont beaucoup plus floues que celles des « actes cruels et détestables » dont il a d’abord été question, puisque Belleforest avoue que son informateur ne lui a révélé ni le nom du meurtrier, ni le lieu du crime. Peu importe, puisque la fonction de ce récit-effigie est de combler les lacunes de la procédure décrite dans la première partie de son histoire tragique.

  • 70  Histoires tragiques, éd. cit., p. 114.
  • 71 Ibid., p. 116.
  • 72  Ibid., p. 116.

40On se souvient que l’histoire de Roméo et Juliette telle que la relatait Boaistuau se refermait sur une scène de procès grandiose et spectaculaire. Après la mort des deux amants, écrit l’auteur des Histoires tragiques, les magistrats de Vérone ordonnent que l’on expose les deux corps « sur un theatre à la veue de tout le monde », « a fin qu’en présence de tous les citoyens le meurtre fut publié »70. Pour compléter cette étrange mise en scène, Frère Laurent est interrogé publiquement sur les circonstances de la mort des deux amants « à fin qu’auparaprès on n’en peust murmurer ou pretendre aucune cause d’ignorance »71. Le procès terminé, explique encore Boaistuau, le seigneur de Vérone fait ériger un tombeau sur une colonne de marbre ornée d’épitaphes « pour immortaliser la memoire d’une si parfaicte amitié ». L’histoire tragique se définit ainsi comme un récit de mémoire destiné à corriger une injustice et à dégager la leçon d’une « piteuse tragedie » comprenant des « accidens estranges »72.


  

  • 73  Manuaux du conseil de Lausanne, p. 141.

41Dans les deux nouvelles tragiques qui le mettent en scène en tant que témoin oculaire, Belleforest transforme quant à lui le dispositif créé par son prédécesseur en instrument de combat idéologique et politique. À la veille de la Saint-Barthélemy – le Cinquiesme tome des histoires tragiques fut publié au mois de janvier 1572 – il instruit le procès et met en scène l’exécution de criminels dont les délits, selon lui, sont le reflet de désordres et d’excès qu’il attribue à l’influence grandissante du calvinisme. Face à des délits particulièrement perturbants, les peintures qu’il propose à ses lecteurs ont une vocation analogue à celle des exécutions par effigie dont le juge Joseph de Beaune, qui fut chargé d’instruire le procès de Bernarduras et de ses complices, remarque qu’elles sont ordonnées « affin de perpétuelle memoire »73.

Notes

1 «The Renaissance novella as justice», Renaissance Quarterly 52 (1999), p. 311-341.

2  Sur les multiples relations entre le droit et la littérature d’Ancien Régime, voir aussi Christian Biet, Droit et littérature sous l’Ancien Régime, Paris, Champion, 2002, et Olivier Guerrier, Fictions du droit et espace littéraire(site fabula.org).

3  Conter le crime. Droit et littérature sous la Contre-Réforme : Les histoires tragiques (1559-1644),Paris, Champion, 2000. Nous ne donnons ici qu’un court aperçu des analyses très substantielles et fort nuancées offertes par Thierry Pech.

4  Pour de plus amples renseignements au sujet des innovations offertes par Belleforest dans le Cinquiesme tome des histoires tragiques, voir notre édition du texte de 1572, en préparation.

5  Le titre du volume publié en 1572 par les imprimeurs Jean Hulpeau et Gervais Mallot est le suivant : Le Cinquiesme tome des histoires tragiques, contenant un discours memorable de plusieurs Histoires, le succez et evenement desquelles est pour la plus part receuilly des choses advenuës de nostre temps.

6  Sur les détails de ce séjour, voir Michel Simonin, Vivre de sa plume ou la carrière de François de Belleforest, Genève, Droz, 1992, p. 35.

7 Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 246r.

8 Ibid., éd. cit., fol. 290v.

9 Ibid., éd. cit., fol. 266r : «j’ay veu en ceste ville de Paris le mary et la femme vivans ensemble, et un sien oncle Capitaine [des] gens de piedz, et plusieurs seigneurs du pays les visiter et manger en leur compaignie».

10 Exceptionnellement, car généralement, comme l’a montré Thierry Pech, les auteurs d’histoires tragiques ne cherchent pas à «démêler les fils d’une intrigue policière ou à sonder le mystère d’un cas inexpliqué», mais plutôt à «refermer symboliquement la crise morale et spirituelle causée par la transgression du droit divin, ce discord qui risquait d’attirer sur la Cité des hommes les foudres de son Créateur» (Conter le crime, éd. cit., p. 163). La nouvelle sept du Cinquiesme tome fait cependant exception à cette règle.

11  Rappelons que ce principe d'autopsie – ou vue par soi-même – joue un rôle fondamental dans le contexte épistémologique de la Renaissance, en particulier pour des auteurs comme Jean Thevet. Voir à ce sujet Frank Lestringant, L'Atelier du cosmographe ou l'image du monde à la Renaissance, Paris, Albin Michel, 1991, p. 27-35.

12 Pierre Boaistuau, Histoires tragiques, éd. Richard A. Carr, Paris, Champion, 1977, p. 61.

13 Pièce liminaire à la Continuation des histoires tragiques, Paris, Vincent Sertenas, 1559. Cité par Michel Simonin dans François de Belleforest et «L’histoire tragique » en France au XVIe siècle, Université de Paris XII, Créteil, 1985, p. 173.

14  Pierre Boaistuau, Histoires tragiques, éd. cit., p. 167.

15  Voir René Sturel, «Bandello en France au XVIe siècle », Bulletin italien, XVIII, 1918, p. 27-28, et Richard A. Carr, op. cit., p. 167.

16  Pierre Boaistuau, Histoires tragiques, éd. citée, p. 139.

17  Ibid., p. 64.

18 Bien que le manuscrit original de Pierre de Teysseulh soit perdu, il a été reproduit par un de ses successeurs d’après une copie du XVIIe siècle. Celle-ci figure dans la collection Gaignières de la BnF, t. 186, t. III des Extraits de titres originaux du Limousin, p. 172-180. On peut également lire ce texte dans les Chartes, chroniques et mémoriaux pour servir à l’histoire de la Marche et du Limousin de l’archiviste M. A. Leroux, 1886, p. 255-256.

19  Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, t. LV, 1955, p. 533.

20  Voir Léon Laborde, Les archives de la France, Paris, Renouard, 1867, p. 319.

21  Extraits des Manuaux du conseil de Lausanne (1536 à 1564) publiés et annotés par E. Chavannes, Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la Suisse Romande, seconde série, Lausanne, 1882, t. I, p. 140-142.

22 Traité préparatif à l’Apologie pour Hérodote, éd. Bénédicte Boudou, Genève, Droz, 2007, t. I, p. 586.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 277v.

26 Ibid., fol. 282v.

27  Voir Albéric Allard, Histoire de la justice criminelle au seizième siècle, Paris, 1868, p. 31.

28  Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 282v.

29 Ibid., fol. 283r.

30 Ibid., fol. 283v.

31 Albéric Allard, op. cit., p. 303.

32 Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 282v.

33  Ibid., fol. 284r.

34 Voir à ce sujet Thierry Pech, op. cit., p. 237.

35 Le Cinquiesme tome, éd. cit., fol. 290r-v.

36  Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. LV, 1955, p. 532.

37 Le Cinquiesme tome, fol. 290r.

38  Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. LV, 1955, p. 533.

39 Extraits des Manuaux du conseil de Lausanne, 1536 à 1564, éd. cit., t. I, p. 141.

40  Le Cinquiesme tome, fol. 292r.

41  Rappelons que Plutarque plaide dans ses Moralia la cause de la providence, en réaction aux épicuriens. Selon le philosophe, la lenteur de la vengeance divine illustre son caractère raisonnable et efficace. Il explique en outre que « Dieu se sert quelquefois des méchants pour exécuter sur des coupables les arrêts de sa justice ; après quoi, il les brise à leur tour » (Les Délais de la justice divine, vii).

42 Le Cinquiesme tome, fol. 299r : « jaçoit que Dieu soit lent et tardif à courroux et vengeance, si est-ce que à la fin il faict sentir la pesanteur de sa puissante main et la rigueur de sa justice à ceux qui l’offencent, et outrepassent ses commandements ».

43 Ibid., fol. 293r.

44  Selon d'Aubigné, les apophéties sont des «predictions de choses advenues avant l'œuvre clos» (Les Tragiques, Maillé, Jean Moussat, 1616,fol. c1v).

45  Princes, v. 206.

46 Le Cinquiesme tome, fol. 247r.

47  Ibid., fol. 271r.

48  Aristote, Poétique, XIV 1453 b15.

49 Le Cinquiesme tome, fol. 293v.

50 Ibid., fol. 289v.

51 Ibid., fol. 285v.

52  Ibid., fol. 286v.

53  Ces dix récits figurent dans les Histoires prodigieuses, extraictes de plusieurs fameux Autheurs, Grecz et Latins, sacrez et prophanes, divisés en deux Tomes, Paris, Jean de Bordeaux, 1571.

54  Manuaux du conseil de Lausanne, éd. citée, p. 142.

55  Ibid.

56  Le Cinquiesme tome, fol. 297r. Belleforest revient d’ailleurs plusieurs fois à cette comparaison dans le récit.

57 Le Cinquiesme tome, fol. 296v.

58 Albéric Allard, op. cit., p. 332.

59  Manuaux du conseil de Lausanne, p. 141

60 Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. LV, 1955, p. 533.

61  Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, première édition, t. V, p. 426, article «Effigie».

62  « En fin les Suisses depeschent un bon citoyen Bernois, homme sage, et de bonne conscience (pour un Zvinglien) lequel vint en France, et que j’ay veu en Lymosin, pour s’enquerir de la verité du fait, et voir le procès fait tant contre de Ligoure, que de ses complices », Cinquiesme tome, fol. 293v.

63 Manuaux du conseil de Lausanne, éd. cit., p. 141.

64 Cinquiesme tome, fol. 290v.

65 Ibid., fol. 267v.

66 Ibid., fol. 268r.

67  Selon Plutarque, il n'est «punition plus affligeante et plus ignominieuse que de voir ses descendants tourmentés pour les fautes qu'on a commises soi-même» (Les Délais de la justice divine, xviii).

68 Ibid., fol. 286v.

69 Ibid., fol. 271v.

70  Histoires tragiques, éd. cit., p. 114.

71 Ibid., p. 116.

72  Ibid., p. 116.

73  Manuaux du conseil de Lausanne, p. 141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé-Thomas Campangne, « Justice et procès dans deux histoires tragiques de François de Belleforest », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 19 | 2010, 333-347.

Référence électronique

Hervé-Thomas Campangne, « Justice et procès dans deux histoires tragiques de François de Belleforest », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/12022 ; DOI : 10.4000/crm.12022

Haut de page

Auteur

Hervé-Thomas Campangne

University of Maryland, College Park

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org