Navigation – Plan du site
Jus & Litterae
I. Quel rapport instaurer avec la loi à l’âge de la Contre-Réforme ?

Quel rapport instaurer avec la loi à l’âge de la Contre-Réforme ?

Les Histoires tragiques de Boaistuau et Belleforest
Bénédicte Boudou
p. 285-286

Texte intégral

1Le genre de l’histoire tragique naît en 1559, avec le recueil des Histoires tragiques de Pierre Boaistuau. Quelque cinq ans plus tard, François de Belleforest prend le relais, et l’histoire tragique connaît un véritable engouement littéraire jusqu’aux livres de Jean-Pierre Camus, dans les années 1630. Dans les Novelle de Matteo Bandello, dominicain italien devenu évêque d’Agen, Boaistuau puis Belleforest sélectionnent exclusivement les récits tragiques, qu’ils traduisent en les amplifiant souvent. Ce choix, qui correspond à un horizon d’attente particulier, s’explique par le contexte historique : les conflits religieux ont suscité la réunion du Concile de Trente (1545-1563), au cours duquel les catholiques vont réaffirmer leur foi et les dogmes que contestent les réformés. L’Église renforce son pouvoir sur les individus, en décidant par exemple de contrôler les unions conjugales pour faire obstacle aux mariages clandestins nés du libre choix des jeunes gens indépendamment de leur famille. Les auteurs de nouvelles tragiques présentent ainsi des personnages en proie à des désirs, à des passions que ne peuvent tolérer ni la famille, ni la société, ni l’État. Roméo et Juliette enfreignent la loi en demandant à un prêtre de les marier clandestinement ; tel souverain (Édouard III d’Angleterre, ou Othon) est déchiré entre sa passion amoureuse et la raison d’État. Si bien que les individus s’affrontent aux institutions qui répriment l’expression de leur désir et de leur identité. Les conflits que proposent les intrigues tragiques opposent ainsi l’éthique au droit, l’équité à la force, le désir à l’honneur. Les auteurs d’histoires tragiques tiennent volontiers un discours moralisateur et soucieux de restaurer l’ordre, qu’il soit politique ou moral, et Bénigne Poissenot considérera ainsi, dans son prologue, que, pour régler les comportements des hommes, ses Histoires tragiques sont plus efficaces que les lois, purement contraignantes, et que les écrits des philosophes, trop éloignés des réalités.

2Comme le souligne Jean-Claude Arnould, les histoires tragiques témoignent des diverses formes de la justice, à une époque où l’instruction écrite se substitue au débat oral et public. Elles interrogent l’aptitude des hommes à obéir aux lois en résistant à leurs passions. Mais elles dévoilent aussi la signification cachée d’événements habituels et elles peuvent être considérées comme des « travaux pratiques d’une haute portée morale ». Nicolas Crémona, qui s’attache aux deux premiers récits de Pierre Boaistuau, insiste sur leur dimension et leurs enjeux politiques. Quand il cherche à garantir l’efficacité du décret Tametsi, pris par le Concile de Trente pour faire obstacle aux mariages clandestins, François de Belleforest prend lui aussi position dans les débats de son temps, expliquait Michel Simonin dans sa thèse, François de Belleforest et l’histoire tragique en France au XVIe siècle (1985). Nous en avons extrait la matière d’un article qui analyse en particulier la façon dont, à partir du Concile de Trente, sont conçus le mariage et la relation conjugale. Ainsi qu’Hervé-Thomas Campangne le montre, Belleforest ne se contente pas d’un rôle de conteur : dans deux récits du Cinquième tome des Histoires tragiques, il se met en scène comme témoin oculaire d’événements qu’il a choisis dans l’actualité de 1572, peu avant la saint-Barthélemy. Ce cahier thématique, qui s’inscrit dans le projet ANR Juslittera visant à étudier les rapports entre droit et littérature, met en évidence que, si l’histoire tragique s’applique à mettre en garde contre les passions dont le déchaînement cause les plus graves désordres, elle déchiffre aussi les comportements sociaux, et surtout le rapport à la loi : elle présente des personnages confrontés à l’injustice et aux conflits entre éthique et légalité.

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Boudou, « Quel rapport instaurer avec la loi à l’âge de la Contre-Réforme ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 19 | 2010, 285-286.

Référence électronique

Bénédicte Boudou, « Quel rapport instaurer avec la loi à l’âge de la Contre-Réforme ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 12 août 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/12015

Haut de page

Auteur

Bénédicte Boudou

Université de Picardie, CEMAR
ANR Juslitterae

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org