Navigation – Plan du site

David Aubert, Guerin le Loherain

Mattia Cavagna
Référence(s) :

David Aubert, Guerin le Loherain, éd. par Valérie Naudet, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2005, 503 p.

Texte intégral

1Malgré l’importance qui a été reconnue depuis longtemps à l’activité littéraire de David Aubert, son style personnel et la langue de ses manuscrits ont rarement fait l’objet d’études spécifiques. Une telle lacune est liée essentiellement au manque d’édition de ses ouvrages, ce qui constitue un obstacle assez gênant pour la critique moderne. L’ouvrage que nous présentons ici constitue en fait, à notre connaissance, la deuxième édition moderne d’un texte de David Aubert, qui paraît environ cinquante ans après les Chroniques et Conquestes de Charlemaine, publiées par Robert Guiette (Bruxelles, deux tomes, 1940-1951). Ce manque est lié, d’un côté, à des raisons purement esthétiques, et notamment à la longueur décourageante des mises en prose et des remaniements, et, de l’autre, à des raisons philologiques : alors qu’ils s’inscrivent à l’intérieur d’une tradition textuelle, les manuscrits signés par David Aubert s’écartent trop du reste de la tradition et sont considérés comme des témoins autonomes, moins utiles pour l’établissement du texte critique.

2L’édition de Valérie Naudet vient donc combler une lacune importante et on peut lui souhaiter une large diffusion. Le texte proposé ici par l’éditeur est le dérimage de la chanson de geste Guerin le Loherain, incluse dans les Histoires de Charles Martel, une compilation immense qui rassemble un certain nombre de chansons de geste mises en prose et adaptées au goût de l’époque. L’introduction de VN porte sur la vie et l’activité de David Aubert et sur l’histoire de la réalisation de cet immense ouvrage, une histoire qui s’étale sur plus de vingt ans. La rédaction du dérimage était accomplie en 1448, mais c’est seulement en 1463 que Philippe II de Bourgogne commande sa propre copie, constituée par quatre volumes de grand luxe qui ne seront achevés qu’un an après sa mort, en 1468, lorsque son fils et successeur Charles le Téméraire les fera illustrer par Loyset Liedet.

3À l’intérieur de la compilation, la geste de Guerin le Loherain suit celle de Girard de Roussillon si bien que les deux héros se trouvent implicitement associés dans un continuum narratif, basé sur la révolte contre le roi de France : à Girard qui s’oppose à Charles Martel succèdent Guerin, puis Girbert et Ainseÿs en lutte contre Pépin le Bref. Cet ouvrage reflète d’une manière exemplaire les goûts littéraires de la maison de Bourgogne et s’inscrit dans un programme politique précis, voué à la promotion de l’image du prince à travers son assimilation aux héros du passé, souvent dans la perspective d’une ascendance légendaire. Les gestes des vassaux rebelles au roi de France constituent en fait une sorte de légitimation à la lutte, menée par les ducs de Bourgogne depuis des décennies, contre la couronne française.

4Suite à la présentation du texte, VN propose une analyse stylistique qui porte sur les techniques de la narration et sur l’organisation syntaxique. Elle souligne, en particulier, l’attention accordée par David Aubert à la formulation des rubriques placées en tête des chapitres : « la rubrique a pour vocation d’annoncer le plus complètement possible le contenu du chapitre à venir et, ce faisant, elle contribue à l’isoler du reste du texte ». D’autre part, elle note que chacune des unités narratives s’ouvre sur un bref résumé du chapitre précédent : « les premières phrases sont souvent longues et alourdies par nombre de subordonnées, car elles ont pour but de résumer le contenu du chapitre précédent afin de faire ressortir ses liens logiques avec ce qui va venir ». Ces remarques très pertinentes pourraient peut-être engendrer quelques réflexions supplémentaires concernant tant le texte lui-même que son mode de lecture. D’un côté, le caractère exhaustif des rubriques et la fréquence des rappels narratifs relèvent d’une esthétique précise : celle de la redondance et de la prolixité, typique de la prose du XVe siècle. De l’autre, ces traits ont des implications au niveau de la réception du texte et de son mode de lecture, puisqu’ils favorisent un accès de type transversal. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre l’importance accordée aux éléments paratextuels, à savoir le sommaire qui ouvre le volume, les rubriques placées en tête des chapitres et aussi les enluminures qui ont également un caractère narratif et représentent souvent l’épisode-clé du chapitre. On regrette d’ailleurs, que l’étude iconographique, faisant partie de la version initiale de ce travail (note 4) n’ait pas été publiée. Le développement du paratexte est d’ailleurs un trait assez caractéristique des manuscrits bourguignons de cette époque. Le système de repérage parfaitement efficace, propre à ces manuscrits, a la fonction de guider le lecteur qui ne peut s’approcher de ces immenses ouvrages que d’une manière discontinue, en lui offrant la possibilité de repérer immédiatement le passage qui l’intéresse. En dépit de cette caractéristique, dans l’édition de VN, la table des rubriques est comprise, curieusement, à l’intérieur de l’introduction, ce qui remet en cause, en quelque sorte, l’unité entre le texte et le paratexte. Par ailleurs, le lecteur moderne, comme le lecteur médiéval, aimerait également être orienté à travers le texte par une table des matières exhaustive.

5Mis à part ce détail, cette édition met à disposition du lecteur un texte fiable avec une bonne présentation typographique. Le texte du manuscrit unique, sur lequel se base l’édition, a été réalisé par le copiste avec le plus grand soin, si bien que les corrections apportées au texte, signalées en italique, sont très rares et l’apparat des leçons rejetées est extrêmement réduit (p. 446-449). Les interventions les plus significatives font l’objet d’une note critique. L’étude linguistique est bien approfondie et accorde, à juste titre, une place privilégiée aux particularités syntaxiques. La graphie du copiste a été respectée d’une manière scrupuleuse et notamment dans les hésitations et dans les alternances graphiques qui sont souvent très frappantes. À ce propos, l’éditeur signale l’exemple des formes beau sire et beausseigneur : dans le manuscrit, la deuxième forme se distingue nettement de la première par le dédoublement emphatique du s, un dédoublement qui est justement respectée. La distinction entre les formes tres grand et tresgrand est moins évidente, mais l’éditeur prendra acte du fait que la deuxième forme s’applique généralement au style encomiastique.

6Cette excellente édition constitue en somme un jalon important pour la connaissance de David Aubert, un personnage qui, malgré la grande renommée liée à son titre d’escripvain bourguignon, demeure souvent bien caché sous le poids immense des compilation qui constituaient la bibliothèque des ducs de Bourgogne.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « David Aubert, Guerin le Loherain », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2005, mis en ligne le 29 août 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://crm.revues.org/120

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org