Navigation – Plan du site

Les processus d’identification et les sentiments d’appartenance politique aux frontières de l’empire Plantagenêt

Fanny Madeline
p. 63-85

Résumés

Sous l’influence des études postcoloniales, les médiévistes britanniques se sont interrogés sur les constructions identitaires multiples qui ont contribué, dans la longue durée, à la formation de la « Britishness ». Après un aperçu des récents débats historiographiques sur la question des identités, l’évolution des identités au cours du XIIe siècle, sous l’effet de l’impérialisme anglais, est analysée. Les délimitations frontalières, définies par une série de traités passés dans les années 1170, ont été centrales non seulement dans la formation des espaces politiques britanniques, mais également dans l’acculturation des sociétés des marges dont l’inféodation au royaume d’Angleterre s’est accompagnée de leur européanisation culturelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. A. G. Pocock, « British History : A Plea for a New Subject », Journal of Modern History, 47-4, (...)
  • 2  Il existe une vaste bibliographie sur ce point ; je ne renverrai, pour faire le point, qu’à A. G.  (...)
  • 3  Dans le monde britannique, le tournant est marqué par les travaux de J. MacKenzie qui lance la col (...)

1Depuis les années 1990, la définition des identités constitue un thème important de l’historiographie médiévale britannique. Cette problématique s’est inscrite dans la continuité des débats remettant en cause le roman national et la redéfinition de la « Britishness », ou britannicité, qui débuta dans les années 1970, lorsque John Pocock proposa de considérer sa dimension essentiellement archipélagique, à l’encontre de son ancrage européen1. Cet appel est à l’origine d’un courant historiographique, la « New British History », au sein duquel la problématique de l’identité s’installait au cœur des débats sur l’empire, dont le développement ne cessait de prendre de l’ampleur avec l’essor des études post-coloniales. Leur objectif visait à déconstruire l’histoire impériale en lui imposant une perspective décentralisée, émancipée de ses stéréotypes européo-centrés et de son schéma du progrès de la modernisation2. Depuis les années 1990, l’institutionnalisation de l’histoire globale ou « New Imperial History » a contribué à redéfinir le phénomène impérial en élargissant ses horizons problématiques au-delà de sa simple dimension purement coloniale pour favoriser une approche transnationale3.

  • 4  Rees R. Davies est mort en 2005 ; il est considéré comme l’un des historiens britanniques les plus (...)
  • 5  R. R. Davies, « In Praise of British History », The British Isles 1100-1500, Comparisons, Contrast (...)

2L’importation dans les études médiévales de ces débats de l’histoire post-coloniale sur les identités et de leur dimension impériale doit beaucoup au médiéviste britannique Rees R. Davies4. Son origine galloise et ses travaux sur la conquête du Pays de Galles par les Normands puis les Anglais le rendait en effet particulièrement réceptif à la volonté de construire une histoire britannique pluraliste et multiculturelle5. Constatant d’un bon œil le succès de la « New British History », et sa volonté de s’en prendre aux approches anglo-centrées, il exprimait cependant quelques critiques à propos du décentrement proposé par Pocock. Selon Rees Davies, si l’histoire britannique doit élargir ses horizons dans une perspective comparative, mettant en valeur les contrastes comme les similarités entre les différents phénomènes d’un bout à l’autre de l’empire, elle ne doit pas pour autant oublier d’élargir sa focale temporelle en s’intéressant aussi aux processus de longue durée permettant de comprendre la formation territoriale des îles britanniques. L’histoire britannique ne saurait en effet se réduire à la recherche d’un modèle unitaire « all-British » qui subsumerait les identités, histoires et traditions historiographiques des différentes régions et des peuples de ces îles.

  • 6  R. R. Davies, « The Peoples of Britain and Ireland 1100-1400. I. Identities », Transactions of the (...)
  • 7  J. Gillingham, The English in the Twelfth Century. Imperialism, National Identity and Political Va (...)
  • 8  I. Short, « Tam Angli quam Franci : Self Definition in Anglo Norman England », Anglo-Norman Studie (...)
  • 9  J. Gillingham, The English in the Twelfth Century…, op cit. ; Id., « The Beginnings of English Imp (...)
  • 10  Voir son essai classique : « Ethnic Groups and Boundaries » (1969), reproduit dans P. Poutingat et (...)

3Dans la perspective d’une contribution au débat sur la formation des identités britanniques, Rees Davies a consacré un cycle de conférences données à la Royal Historical Society entre 1993 et 1996 au thème Peoples of Britain and Ireland 1100-14006. À la suite de ces conférences, le nombre des publications sur les identités médiévales de l’espace britannique va se multiplier. En 1999, John Gillingham publie un recueil d’articles intitulé The English in the Twelfth Century, dont le sous-titre montre d’emblée la place centrale qu’occupe la dimension impériale des îles britannique dans la définition des « identités nationales » mais aussi « des valeurs politiques »7. L’idée que la conquête normande et donc la formation d’un empire anglo-normand, puis Plantagenêt constitue un facteur essentiel de la formation des identités est un fil que l’on retrouve dans la plupart de ces publications8. Selon John Gillingham, plus que l’empire, c’est surtout l’impérialisme anglais, en mettant en contact des peuples différents, qui constituerait une matrice à l’éveil des consciences identitaires au XIIe siècle9. Cette hypothèse s’inscrit dans la continuité des travaux de l’anthropologue norvégien Frederic Barth sur les identités ethniques, lesquelles seraient toujours élaborées en opposition à une altérité10.

4Chez Davies, comme chez Gillingham, la question des frontières apparaît donc cruciale et, en particulier, le problème de leur redéfinition à la suite des conquêtes impériales. Jusqu’à présent cette question a surtout été abordée à partir des textes littéraires, en terme de représentations et de perceptions identitaires. Or, cette optique néglige souvent la dimension politique qu’implique la formation d’un empire. Pourtant, l’analyse des différents processus de délimitation spatiale, caractéristiques de la territorialisation du pouvoir, permettent précisément de montrer comment s’articule la construction superposée des identités ethniques, territoriales et éventuellement de celles correspondant aux royaumes. Bien que les frontières de l’empire Plantagenêt dépassent très largement celles des îles britanniques, nous resterons dans un cadre « anglo-normand », en examinant tout d’abord la manière dont s’est opérée l’identification des différents groupes mis en contact à la suite des conquêtes impériales. Après un bref aperçu des enjeux de l’identification de l’autre et de la définition de soi, nous verrons ensuite dans quelle mesure la délimitation des frontières et la formation de territoires politiques ont favorisé l’émergence de nouveaux sentiments d’appartenance territoriale.

La conquête et les mécanismes d’identification de soi et de l’autre aux frontières de l’empire normand et Plantagenêt

  • 11  J.-F. Bayard, L’illusion identitaire, Paris, Fayard (L’espace du politique), 1996.
  • 12  F. Cooper et R. Brubaker, « Identity », Colonialism in Question, Theory, Knowledge, history, dir. (...)
  • 13  B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La (...)
  • 14  P. Geary, Quand les nations refont l’histoire. L’invention des origines médiévales de l’Europe, Pa (...)
  • 15  H. M. Thomas, op. cit., p. 9-10.
  • 16  J. Gillingham, The English in the Twelfth Century…, op cit. ; H. Pryce, art. cit.
  • 17  B. Yorke, « Political and Ethnic Identity : A Case Study in Anglo-Saxon Practice », Social Identit (...)

5La clarification des termes utilisés pour l’analyse des processus identitaires constitue une démarche préalable nécessaire, tant les usages banalisés des catégories d’identités, de national, ou encore d’ethnique rendent ces termes aujourd’hui presque inutilisables sans définition. Le plus problématique est sans doute celui d’identité11. Dans un article récent, Frederik Cooper et Rogers Brubaker ont retracé l’essor de ce vocable dans les sciences humaines et sociales et ont plaidé pour son abandon12. Ils critiquent en particulier la restriction essentialiste, dont les usages courants ont investi la notion, qui empêche de saisir sa dimension fondamentalement construite. Ils proposent d’utiliser à la place les expressions d’identification, de conscience de soi et des autres et de sentiment d’appartenance. Ils s’appuient, entre autre, sur le travail de déconstruction opéré par Benedict Anderson, en 1983, sur la notion de nation. Dans L’imaginaire national, Anderson propose une définition, qui a été largement reprise et développée, de la nation comme « communauté politique imaginaire et imaginée comme intrinsèquement limitée et souveraine »13. Cependant, une telle définition est difficilement applicable au Moyen Âge, car la double appartenance à la fois à la communauté des chrétiens et à la communauté locale a longtemps été un puissant inhibiteur au développement d’une conscience nationale, comme cadre intermédiaire. Si natio est un terme médiéval, la permanence d’un même vocabulaire depuis le Moyen Âge ne doit cependant pas laisser croire qu’il y avait à cette date une quelconque conscience nationale, les principaux liens sociaux étant avant tout familiaux, hiérarchiques et dynastiques. Dans la continuité de ces travaux de déconstruction des catégories d’analyse créées par l’historiographie du XIXe siècle, la dimension fictive de l’ethnicité a également été reconnue, remettant en doute l’idée qu’une nation puisse avoir une origine ethnique14. Pour éviter toute confusion conceptuelle et comprendre ces rapports compliqués d’identification ethnique, fondamentalement relationnelle, Hugh M. Thomas proposait de distinguer trois niveaux d’analyse des « rapports ethniques » : le niveau humain, c'est-à-dire l’interaction entre les individus et la capacité à se reconnaître eux-mêmes comme appartenant à un groupe, le niveau des similarités culturelles et celui de la dimension construite et imaginée de ces caractéristiques15. Il s’agissait donc d’interroger les terminologies utilisées, la manière dont les peuples s’identifiaient eux-mêmes et dont ils étaient désignés par leurs voisins16. Mais les médiévistes ont été confrontés à l’absence de mot propre en anglais (comme en français) pour traduire convenablement le sens des termes médiévaux aux réalités mouvantes qu’étaient gens ou natio – le terme le plus proche étant celui de « peuple »17. Quelles ont donc été les différentes manières d’identifier l’autre dans les îles britanniques et comment les processus de définition de soi ont-ils évolué chez les Normands d’Angleterre comme chez les Bretons du Pays de Galles au cours du XIIe siècle ?

  • 18  R. Bartlett, England under the Norman and Angevin Kings, 1075-1225, Oxford, Oxford University Pres (...)
  • 19  R. R. Davies, Domination and Conquest : The Experience of Ireland, Scotland and Wales 1100-1300, C (...)
  • 20  Le vocable « celtique » est une terminologie problématique dans la mesure où il n’apparaît qu’à pa (...)
  • 21  J. Gillingham, « Conquering the Barbarians : War and Chivalry in Britain and Ireland », The Englis (...)
  • 22  R. R. Davies, The First English Empire…, op. cit., p. 128 : la différence physique était la premiè (...)
  • 23  Ibid., p. 129, cite notamment la lascivité sexuelle des Highlanders ; W. H. D. Sellar, « Marriage, (...)
  • 24  William Malmesbury, Gesta Regum Anglorum : The History of the English Kings, éd. R. A. Mynors, R. (...)

6À partir du XIe siècle, les sources pour analyser les phénomènes d’identification deviennent plus abondantes, non seulement du fait des profondes transformations de la culture de l’écrit mais aussi parce que la conquête normande de 1066 s’est accompagnée d’une colonisation progressive des îles britanniques par ce que Robert Bartlett a appelé les « aristocraties coloniales »18, dont le contact avec différents groupes a révélé la conscience de leur profonde altérité. Rees Davies distingue plusieurs phases de colonisation, car les premières migrations des Anglais dans les vallées du Pays de Galles, en Écosse et en Irlande ont commencé dès la fin du XIe siècle et ont duré environ deux cent ans. Elles constituent un lent processus de colonisation qui a précédé, puis accompagné, les conquêtes territoriales et politiques19. La profonde division socioculturelle au sein des îles britanniques se clarifia au cours des XIIe et XIIIe siècles, c'est-à-dire au moment où, pour la première fois, l’expansionnisme anglais déboucha sur un contact durable de la société anglo-normande avec celles des marges insulaires. L’historiographie récente a longtemps décrit cet impérialisme comme un moment au cours duquel les conquérants apprirent à mépriser leurs voisins « celtiques »20 et à penser qu’ils appartenaient à un plus haut degré de civilisation21. Les vertus anglaises étaient alors conçues comme la promotion de la paix et de l’unité, la culture du sol (par rapport à l’élevage extensif), l’urbanisation, la monétarisation et la mise en place de pratiques juridiques au sein de la société. Face à cette conception de la civilisation anglaise, la vision que les Anglais se faisaient des Irlandais, des Gallois et des Écossais des Highlands reposait sur des stéréotypes fondés sur la distinction physique22, mais aussi morale23 et sur les différences de modes de vie considérés comme barbares. Le terme de « barbare » se retrouve chez de nombreux auteurs comme Guillaume de Malmesbury, Ordéric Vital, Guillaume de Newburgh, Radulf de Diceto, Ailred de Rievaulx ou encore Giraud de Barry dont les descriptions devinrent des références canoniques jusqu’à la fin du Moyen Âge24 :

  • 25  Giraud de Barri, op. cit., V, p. 151-152.

C’est un peuple sauvage et inhospitalier. Ils vivent de l’élevage des bêtes seulement et comme des bêtes. Ils n’ont pas du tout progressé depuis les habitudes primitives de la vie pastorale. Tandis que l’homme est peu à peu passé des bois aux champs, et des champs aux villages et aux communautés urbaines, ces gens dédaignent le travail de la terre, … ils sont trop paresseux pour planter des espèces d’arbres étrangers qui pousseraient pourtant bien ici… Ce peuple est donc un peuple barbare, littéralement barbare !25

  • 26  J. Gillingham, « Foundations of a Disunited Kingdom », The English in the Twelfth Century, 1999, V (...)
  • 27  R. R. Davies, The First English Empire…, op. cit., le chapitre 5 est intitulé « ‘Sweet Civility’ a (...)

7Le terme barbare ne signifie alors plus, comme au haut Moyen Âge, païen, mais inculte au sens séculier, avec une dimension morale26. De tels lieux communs contribuèrent à construire une frontière mentale aux portes du royaume d’Angleterre dont la « douce civilité » s’opposait à la « rudesse barbare » des pays voisins27.

  • 28  R. Bartlett, The Making of Europe. Conquest, Colonization, and Cultural Change, 950-1350, Princeto (...)
  • 29  Sur le Powys, voir notamment, F. Suppe, « Interpreter Families and Anglo-Welsh Relations in the Sh (...)

8Les progrès de l’anglicisation des peuples des îles britanniques, que l’on peut considérer comme un « processus de civilisation » et de « christianisation », et comme une forme d’« européanisation »28, ne se sont pas effectués au même rythme selon les régions. Ainsi, la frontière écossaise fonctionna principalement comme une zone de communication entre les groupes ethniques et de mimesis culturelle, car les Écossais adoptèrent rapidement les institutions sociales et politiques de leurs voisins méridionaux. C’est aussi le cas dans les marches galloises sous domination anglaise, comme le Powys, dans lesquelles les processus d’acculturation et de contacts ont donné naissance à de véritables sociétés de frontières, marquées par la multiplication des mariages mixtes et la formation d’une aristocratie biculturelle aux stratégies sociales et politiques spécifiques29. Les frontières apparaissent ainsi comme des zones fluides d’interactions culturelles et institutionnelles où les identités transfrontalières sont souvent plus importantes que leurs relations avec le pouvoir royal. Ces sociétés de frontières expliquent ainsi que les identités ethniques ne coïncident pas entièrement avec les limites des espaces politiques, d’autant plus que la colonisation anglaise s’est poursuivie dans ces périphéries tout au long du Moyen Âge.

  • 30  G. H. Orpen, Ireland under the Normans 1169-1333, Oxford, Clarendon Press, 1911.
  • 31  J. E. Lloyd, A History of Wales from the Earliest Times to the Edwardian Conquest, Londres (Longma (...)
  • 32  J. Gillingham, « The English Invasion of Ireland », The English in the Twelfth Century, 1999, IX ; (...)
  • 33  The Charters of David I. The Written Acts of David I King of the Scots, 1124-53, and of his Son, H (...)

9L’histoire de cette colonisation a longtemps été décrite comme la colonisation « normande » des îles britanniques. L’idée que ce sont des Normands et non des Anglais qui ont été à l’origine des conquêtes des marges insulaires est en effet un topos de l’historiographie britannique depuis le XVIIIe siècle qui perdure au XXe siècle chez un historien comme Goddard Henry Orpen30, par exemple, qui publie en 1911 son histoire de l’Irlande sous la domination normande, et John Edward Lloyd31, auteur d’une histoire du Pays de Galles jusqu’à la conquête édouardienne publiée la même année. Récemment, cependant, John Gillingham a remis en cause cette idée, montrant que les colons qui se sont installés en Irlande après 1169 avaient une perception d’eux-mêmes bien plus comme des Anglais que comme des Normands ou des Anglo-Normands – ce dernier terme n’étant par ailleurs qu’une invention du XIXe siècle32. En même temps, la diversité ethnique était reconnue par les rois écossais qui adressaient leurs chartes « aux Français, Écossais et Anglais »33. De même, les Gallois identifiaient plutôt les colons comme des Français, s’appuyant davantage sur des critères linguistiques que d’appartenance « ethnique » ou géographique.

  • 34  R. W. Southern, « Aspects of the European Tradition of Historical Writing. IV. The Sense of the Pa (...)
  • 35  Voir notamment le programme de recherche de l’université de Lancaster : « The Norman Edge : Identi (...)
  • 36  Orderic Vitalis, op. cit., IV, livre VIII, p. 82 : Normanni si bono rigidoque dominatu reguntur st (...)
  • 37  D. C. Douglas, The Norman Achievement 1050-1100, Berkeley, University of California Press, 1969 ; (...)
  • 38  Les deux historiographes les plus actifs dans cette tradition sont Aimé du Mont Cassin et Ordéric (...)

10La conscience de leur Normanitas qu’avaient les conquérants était pourtant forte en 1066. Elle résultait des constructions mémorielles de la gens Normanorum qui avaient été un enjeu central de l’historiographie normande des XIe et XIIe siècles34. Encore aujourd’hui, la définition de la Normanitas constitue un objet de recherche dynamique dans l’historiographie britannique35. L’un des principaux critères de cette Normanitas repose sur ce qu’on appelle le Norman achievement, depuis les travaux de David C. Douglas, c'est-à-dire l’idée qu’il y aurait des méthodes, des institutions et des caractéristiques communes (ambition, agressivité, largesse, avarice, bravoure, traîtrise)36 dans la conquête et l’installation des Normands aussi bien dans les îles britanniques qu’en Méditerranée37. Cette thèse s’appuie sur la mémoire de la gens Normanorum forgée par les contemporains pour construire l’image d’une identité normande et de l’unité d’un monde normand, en dépit de la dispersion des Normands en Méditerranée et dans les îles britanniques38.

  • 39  H. M. Thomas, op. cit., 2003, p. 70-82 ; voir aussi G. Garnett, « Franci et Angli : The Legal Dist (...)
  • 40  J. Gillingham, « Henry of Huntingdon and the Twelfth Century Revival of the English Nation », The (...)
  • 41  I. Short, « Patrons and Polyglots French literature in Twelfth-Century England », ANS, 14, 1992, p (...)

11Comment les conquérants sont-ils alors passés d’une forte conscience de leur Normanitas à une identification d’eux-mêmes comme des Anglais au cours du XIIe siècle ? Hugues M. Thomas a récemment proposé une chronologie de la construction de l’identité anglaise, en déterminant trois temps entre 1066 et 120439. La première, qui s’étend de 1066 au règne d’Henri Ier, est celle d’une forte distinction entre les conquérants et les conquis. La force de l’identité normande n’est quasiment jamais contestée tout au long du règne d’Henri Ier. Dans la seconde phase, qui s’étend sur les règnes d’Etienne et d’Henri II, la référence à la Normanitas reste importante dans l’identification des individus du groupe aristocratique, bien que certaines branches se tournent désormais plus nettement vers l’identité anglaise. Le renouveau de l’identité anglaise s’est par ailleurs appuyé sur les concepts anglo-saxons bien établis d’Anglia et d’Angli, au moment même où l’abbé Suger et les historiographes capétiens s’appropriaient les termes de l’identité franque pour magnifier les rois de France et leur royaume40. Pour Rees Davies, il est clair que l’éveil de cette nouvelle conscience identitaire doit beaucoup à l’impérialisme normand après 1066, qui favorisa la prise de conscience des peuples dominés. Enfin, au cours de la dernière phase, l’ambiguïté sur l’identité collective des élites s’atténua et le sentiment de l’anglicité de l’aristocratie se renforça, si bien que dès après 1204, il est question de la reconquête de la Normandie par les Anglais. À cette date, la scission est donc pratiquement achevée. Cependant, Thomas insiste sur le fait que pendant toute cette période, il est très vraisemblable que les individus aient joué sur leurs multiples identités. De fait, Ian Short a montré que l’Angleterre du XIIe siècle était un « melting pot culturel et linguistique », dont le multilinguisme était une des principales caractéristiques41.

  • 42  J. Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1976, p. 195.
  • 43  J. Green, « Unity and Disunity in the Anglo-Norman State », Historical Research, 62, 1989, p. 129- (...)
  • 44  D. Crouch, « Normans and Anglo-Normans : A Divided Aristocracy ? », England and Normandy in the Mi (...)
  • 45  D. Crouch, The Beaumont Twins. The Root and Branches of Power in the Twelfth Century, Cambridge, C (...)

12L’ambiguïté des identités aristocratiques dans l’Angleterre du XIIe siècle et la question de l’existence ou non d’une aristocratie « anglo-normande », établie des deux côtés de la Manche et homogène a d’ailleurs été l’objet d’un autre débat historiographique42. Cette idée, initialement défendue par John Le Patourel, a été remise en cause par John Gillingham et Judith Green, qui s’est demandée dans quelle mesure la structure gouvernementale de l’état anglo-normand était véritablement soutenue par une société politique unitaire43. Rejoignant cette dernière, David Crouch montre en effet que si, depuis Hastings jusqu’au règne d’Henri Ier, la colonisation continue de l’Angleterre par les Normands permet une certaine unité de la société aristocratique des deux côtés de la Manche, à partir de 1135, avec le relâchement de la colonisation et l’essor d’une forme de xénophobie à l’égard des Normands du continent, il n’est plus possible de considérer que cette société était homogène et partageait des aspirations politiques communes44. La génération née en Angleterre était désormais prise dans des enjeux de pouvoir locaux et dans les communautés correspondant aux honneurs qui traduisent la division de plus en plus nette de cette aristocratie, dont seule une toute petite élite possédait des tenures de chaque côté de la Manche. Cette division s’accentua, par ailleurs, avec la formation d’une aristocratie Franco-Normande, dont Galéran de Meulan, comte d’Évreux, est sans doute l’exemple le plus significatif45.

  • 46  N. Webber, op. cit., 2005, p. 140.

13Au XIIe siècle, on assiste donc à un glissement des entités d’appartenances. Alors que les Normands s’identifiaient plutôt selon une appartenance « ethnique » à la gens Normanorum au XIe siècle, peu à peu, c’est la Normannia ou l’Anglia, en tant qu’espaces territorialement délimités qui déterminèrent le sens des appartenances identitaires. Ce glissement se serait effectué simplement parce que le sens des références ethniques s’affaiblissait, à cause du manque de clarté de leur définition, alors que l’identification territoriale se précisait46 Ainsi, s’identifier comme Anglais ne signifiait plus donner son appartenance ethnique, mais affirmer sa loyauté au roi d’Angleterre. L’acculturation a également contribué à modifier l’identité que les Gallois s’étaient forgée depuis longtemps, remettant en cause leurs mythographies originelles.

  • 47  R. R. Davies, Conquest, Coexistence and Change Wales 1063-1415, Oxford, Cardiff, Clarendon Press e (...)
  • 48  J. Gillingham, « Killing and Mutilating Political Enemies in the British Isles from the Late 12th (...)

14Depuis la fin des années 1980 et les travaux de Rees Davies, s’est imposée l’idée selon laquelle les transformations de la société galloise, qui se diversifia ethniquement et culturellement, doivent avant tout se comprendre à travers un processus d’européanisation, parallèlement à l’impact de l’impérialisme anglais. Celui-ci contribua à implanter militairement la présence royale, matérialisée par la construction de châteaux en pierre, de même qu’il favorisa l’acculturation de l’aristocratie galloise, par l’assimilation des valeurs, des habitudes, du vocabulaire et des usages diplomatiques de la culture occidentale au XIIIe siècle47. Huw Pryce invite cependant à nuancer ce concept d’européanisation, en attirant l’attention sur l’intégration bien plus avancée à cette date des élites politiques écossaises. De même, John Gillingham et Charles Insely ont également montré que la faide constituait toujours un mode de résolution des conflits répandu chez les élites galloises de Pura Wallia, bien que les châtiments aient été nettement moins sanglants à la fin du XIIe siècle qu’ils ne l’avaient été auparavant48.

  • 49  H. Pryce, art. cit., p. 775-801.
  • 50  Ibid. Il s’appuie sur l’analyse comparée de plusieurs compilations en latin des Annales Cambriae e (...)
  • 51  H. Pryce, « Owain Gwynedd and Louis VII : The Franco-Welsh Diplomacy of the First Prince of Wales  (...)
  • 52  M. Richter, « The Political and Institutional Background to National Consciousness in Medieval Wal (...)

15À partir des années 1130, l’essor d’une nouvelle terminologie pour identifier les Gallois traduit ce processus d’européanisation, même s’il reste difficile d’affirmer que les termes utilisés en contexte écrit ont représenté de manière immuable la conception des identités revendiquées par les peuples qu’on qualifiait de la sorte. Pryce pose le problème du recouvrement entre un mot et la réalité mouvante qu’il ne cesse de désigner tout au long de l’histoire49, et remarque ainsi l’adoption des termes Walenses et Wallia, qui proviennent du vieil anglais Walh ou Wealh et leur substitution dans les écrits en latin aux termes de « breton » et Britannia qui se référaient au Pays de Galles au haut Moyen Âge. Un tel glissement est-il significatif d’un changement dans la perception de l’identité galloise au XIIe siècle ? La terminologie « bretonne » exprimait alors deux aspects des origines galloises : géographique et ethnique. Elle rappelait en effet l’ascendance des Britons, c'est-à-dire les habitants de toute l’île (Britannia) lors de la conquête romaine. Or au XIIe siècle, cette ascendance est connotée de plus en plus péjorativement dans les écrits de Geoffrey de Monmouth et de Giraud de Barri. Cette péjoration expliquerait que les Gallois aient peu à peu délibérément adopté la nomenclature anglaise. Rien n’illustre mieux l’acceptation de la terminologie anglaise pour désigner les Gallois (Gualis) que son usage même par les princes du Pays de Galles dès les années 1120-114050 : ainsi, au milieu des années 1160, Owain Gwynedd, dans une lettre qu’il adresse à Louis VII, s’intitule lui-même rex Wallie et Walliarum rex51. Pour Michael Richter, ce changement d’usage exprime la soumission des princes gallois à une identification qui leur était imposée de l’extérieur52. Rees Davies interprète plutôt ce changement comme une prise de conscience de la réalité de la situation politique et de leur volonté d’être identifiables en termes compréhensibles à la fois en Angleterre et sur le continent. En ce sens, ce glissement terminologique est significatif de l’européanisation des Gallois au XIIe siècle.

  • 53  Geoffrey of Monmouth, Historia Regum Britannie, éd. N. Wright, Cambridge, Brewer, 1985, cap. 23, p (...)

16L’abandon de la terminologie bretonne s’observe non seulement dans les textes latins mais aussi dans le vocabulaire gallois, où l’on peut observer une distinction de plus en plus claire entre les termes Cymyr et Brython au cours du XIIe siècle. La latinisation de Cymyr en Cambria fait apparaître une nouvelle terminologie dans les textes latins, qui fait alors l’objet d’une sémantisation à partir du mythe des origines troyennes des Gallois, inventé par Geoffroy de Monmouth. Dans son Historia Regum Britannie, il raconte en effet que les trois fils de Brutus, Locrinus, Camber et Albanactus ont donné leur nom respectivement à l’Angleterre (Loegria), au Pays de Galles (Cambria) et à l’Écosse (Albania)53. Si ces origines troyennes n’ont eu que peu d’impact sur l’identification des groupes « ethniques », elles ont en revanche été utilisées pour distinguer politiquement les territoires du Pays de Galles (voir infra).

  • 54  Giraud de Barry, Itinerarium Kambriae et Descriptio Kambriae, éd. J. F. Dinock, London, Longman, 1 (...)
  • 55  J. Gillingham, « The Context and Purposes of Geoffrey of Monmouth’s History of the Kings of Britai (...)

17Selon Davies et Pryce, le déploiement de ce nouveau vocabulaire gallois coïncidait également avec l’essor des mythographies originelles, à partir desquelles les peuples du XIIe siècle ont tenté de construire leurs mémoires. L’essor de la tradition prophétique bretonne et, en particulier, la prophétie de Merlin qui annonçait le retour du roi Arthur et l’unification de la Bretagne, aurait également favorisé l’abandon de l’identification « bretonne » des Gallois. Pour Giraud de Barry, en effet, le renoncement au terme Britannia pour désigner uniquement le Pays de Galles accompagnait l’espoir qu’il en vienne bientôt à désigner l’ensemble de l’île54. Cependant, selon John Gillingham, il apparaît clairement dans l’œuvre de Geoffrey de Monmouth que l’empire d’Arthur est, d’une certaine manière, la préfiguration de l’empire normand et qu’Arthur constituait une figure opposable à celle de Charlemagne, valorisée par les Capétiens55. En poursuivant cette analyse, on peut se demander dans quelle mesure l’abandon du vocable « breton » n’est pas aussi une conséquence de la récupération politique du mythe arthurien par les Plantagenêt.

  • 56  Geoffroy of Monmouth, op. cit., 1985 ; Robert Wace, Arthur dans le roman de Brut, Paris, Klincksie (...)
  • 57  A. Chauou, L’idéologie Plantagenêt : royauté arthurienne et monarchie politique dans l’espace Plan (...)
  • 58  A. Chauou, op. cit., p. 228-229.
  • 59  J. Flori, Richard Cœur de Lion le roi-chevalier, Paris, Payot & Rivages, 1999.
  • 60 A. Chauou, op. cit., p. 172-180. L’image chevaleresque du saint roi participa également de la sacra (...)
  • 61  A. Chauou, op. cit., p. 202.

18Depuis la rédaction de l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, dans les années 1130,la légende du roi Arthur a rencontré un succès ininterrompu, notamment par l’intermédiaire de sa traduction et de son adaptation dans les années 1150-1170 par Robert Wace dans le Roman de Brut qui en faisait une référence plus œcuménique56. À partir du règne de Richard Ier et plus précisément de 1191, lorsque sont découvertes à Glastonbury des tombes présentées comme celles du roi Arthur et de la reine Guenièvre, le mythe rencontre la réalité et cesse de facto de constituer un horizon d’attente pour les Gallois57. Pour Amaury Chauou, en effet, « tuer Arthur en ouvrant sa sépulture » permettait non seulement de mettre un terme à l’« espoir breton » et de prendre ainsi le contrôle de la légende face au messianisme gallois qui alimentait les révoltes, mais également d’exploiter les reliques pour renforcer le mythe familial. L’introduction du prénom d’Arthur dans le lignage Plantagenêt par le fils posthume de Geoffroy et de Constance de Bretagne en 1187 « scella de façon définitive la captation de l’héritage d’Arthur par les Plantagenêts »58. L’ancrage des entreprises littéraires et mémorielles dans la réalité culturelle de la fin du XIIe siècle permettait ainsi à Richard de capter effectivement la sacralité du roi Arthur ainsi que toute l’idéologie chevaleresque qu’il véhiculait et dont il avait été lui-même un modèle reconnu par ses propres contemporains59. La force du mythe sur lequel reposait le culte d’Arthur possédait en outre l’avantage de contourner la faible profondeur dynastique des Plantagenêt vis-à-vis des constructions capétiennes, en valorisant une légitimé fondée sur d’autres valeurs que le strict principe successoral60. En présentant Arthur dans une geste aux origines troyennes et comme le lointain successeur de Constantin, les Plantagenêt pouvaient ainsi rivaliser avec les conceptions téléologiques et prophétiques de l’idéologie du Sang royal de la monarchie capétienne61. C’est ainsi que le développement et la matérialisation du culte d’un héros propre à véhiculer une idéologie commune à l’ensemble des populations de l’empire a participé à la construction d’une identité politique et « impériale » des Plantagenêt.

19L’articulation entre les identités galloises et impériales témoigne ainsi de la dimension politique de la redéfinition des identités au XIIe siècle dans les îles britanniques, et des conséquences de leur anglicisation. Pour suivre les progrès de cette dernière, il n’est pas inutile de dresser l’état des frontières du royaume d’Angleterre à cette date. Au-delà de leur diversité morphologique, dans quelle mesure les négociations et les traités établissant leurs délimitations ont-ils été des vecteurs d’une redéfinition des identités territoriales ?

La délimitation frontalière et la définition des appartenances politiques

  • 62  D. J. Power, « What Did the Frontier of Angevin Normandy Comprise ? », ANS, 16, 1994, p. 181-202.

20La frontière médiévale est rarement une zone qu’on peut aisément tracer sur une carte, car elle est composée d’éléments à la fois matériels et immatériels. Plus encore que d’un ensemble de fortifications composant un système défensif, ou d’une vaste zone de saltus, les frontières médiévales sont le produit de serments et de négociations62. Selon Daniel Power, les serments de fidélité constituent en effet un critère central dans la délimitation des frontières en ce qu’ils permettent d’interroger la conscience que les individus avaient de leur appartenance territoriale. Au cours du XIIe siècle, les traités occupent également un rôle de plus en plus important dans la définition des frontières. Utilisés pour régler les conflits issus des conquêtes territoriales, ils tendent à s’imposer dans le cadre de l’essor des pratiques scripturaires et de la légalisation croissante des rapports sociaux et politiques. Tandis que la castellisation des marches permet de suivre l’avancée territoriale des Anglais, les traités constituent un véritable instrument de féodalisation et d’insertion des sociétés « claniques » situées aux marges des îles britanniques. Comment la délimitation des frontières écossaises, galloises et irlandaises, dans la seconde moitié du XIIe siècle, traduit-elle alors le degré de politisation de ces espaces et leur assimilation à la culture politique anglaise ?

  • 63  G. W. S. Barrow, « Frontier and Settlement : Which Influenced Which ? England and Scotland 1100-13 (...)
  • 64  Regesta Regum Scottorum, 1153-1424, éd. G. W. S. Barrow, 8 vols., Edinburgh, Edinburgh University (...)
  • 65  G. W. S. Barrow, « The Anglo-Scottish Border », The Kingdom of the Scots, Government, Church and S (...)

21La frontière anglo-écossaise a commencé à prendre forme dès le Xe siècle, lorsque le royaume du Wessex se retrouve maître des territoires du Nord, à la suite de l’effondrement du royaume danois de York63. Il faut cependant attendre la première moitié du XIIe siècle, après la défaite et la mort de Malcolm II, en 1093, face aux armées de Robert de Mowbray, pour que ses limites soient fixées de manière plus précise. Cette délimitation résulte notamment de la reconnaissance du royaume d’Écosse comme vassal de la royauté anglo-normande. L’inféodation du comté de Huntingdon au roi d’Écosse le plaçait alors parmi les barons les plus puissants de la monarchie anglaise. Ainsi, l’Écosse s’est rapidement intégrée au modèle monarchique européen. Au XIIe siècle, les Écossais partageaient de nombreux points communs avec les royautés occidentales, sur le plan institutionnel, mais également linguistique. Les rois écossais s’intitulaient rex Scottorum et affirmaient la majesté de leur pouvoir64. La cour écossaise adopta rapidement les offices sur le modèle anglais, de même que le sud du royaume fut divisé en shires, comme en Angleterre. En outre, contrairement au Pays de Galles et à l’Irlande, l’Écosse constituait un espace politique unifié en un royaume, partageant avec l’Angleterre une même culture politique, centrée autour de la figure d’un roi dominant. La définition de la frontière entre ces deux entités politiques n’impliquait donc pas une intense militarisation, à partir du moment où le roi d’Écosse s’était reconnu comme le vassal du roi d’Angleterre. La frontière resta néanmoins instable et troublée, au moins jusqu’en 1237, lorsqu’un nouveau traité d’York établit juridiquement la délimitation de la frontière anglo-écossaise sur la ligne Tweed-Solway65.

  • 66  Gervais de Canterbury, The Historical Works, éd. W. Stubbs, Wiesbaden, Kraus Reprint (Rolls Series (...)

22En 1174, par exemple, la défaite de Guillaume le Lion, roi d’Écosse, et le renouvellement de sa soumission à Henri II furent scellés par la signature du traité de Falaise qui rendait à Guillaume le Lion sa liberté en échange de l’intégration de l’Écosse dans l’imperium Plantagenêt66. Roger de Hoveden, qui relate la réaction des barons écossais lors de la cérémonie d’hommage de Guillaume le Lion à Henri II en 1175, montre que cette soumission était vécue comme un renforcement du pouvoir du roi d’Angleterre sur le royaume d’Écosse :

  • 67  Roger de Hoveden, op. cit., II, p. 63 : Regi vero Angliae patri plurimum supplicaverunt et dona pl (...)

Ils supplièrent le roi d’Angleterre et lui offrirent de nombreux présents parce qu’il les déliait du dominium du roi d’Écosse pour les soumettre à son imperium67.

  • 68  N. Vincent, « Regional Variations in the Charters of King Henry II (1154-89) », Charters and Chart (...)
  • 69  M. Aurell, L’empire des Plantagenêt : 1154-1224, Paris, Perrin, Tempus, 2004, p. 10.

23En affirmant son imperium en Écosse, Henri II n’entendait-il pas également sortir de la simple relation qui faisait du roi le sommet de la pyramide féodale, pour imposer une forme d’autorité supérieure, s’appliquant non pas à travers la chaîne des relations vassaliques, mais en vertu du droit de la conquête, c'est-à-dire un droit territorial ? Le terme imperium était utilisé par les contemporains des Plantagenêt, pour désigner l’autorité supérieure dont ils disposaient sur l’étendue des territoires dominés68. L’imperium était ainsi étroitement lié à la conquête aussi bien qu’à la reconquête, mais à une époque où la connaissance des classiques latins se répand parmi les intellectuels, le mot n’est pas innocent : il ne renvoie pas à une simple domination du prince sur un espace, mais évoque l’empire romain conquérant69. Ainsi, il n’est pas étonnant de retrouver les topoï comparant Henri II aux Césars antiques ou à Alexandre le Grand dans la littérature des espaces récemment conquis par Henri II. C’est le cas par exemple de la Topographia Hibernica de Giraud de Barri :

  • 70  Giraud de Barry, Opera. 5, Topographia Hibernica et Expugnatio Hibernica, 1861-1891, p. 189, cap. (...)

C’est à l’assaut de l’orbe terrestre que vos victoires s’élancent : vous êtes notre Alexandre d’Occident, qui étendez votre bras des montagnes pyrénéennes aux limites extrêmes à l’ouest de l’océan septentrional70.

  • 71  R. R. Davies, The Peoples of Britain… III. Laws and Customs, art. cit.
  • 72  R. R. Davies, The First English Empire… op. cit.

24Toutefois, l’autorité supérieure que détenaient les Plantagenêt dans les îles était avant tout féodale, car ils laissaient toute liberté de gouvernement aux princes gallois, irlandais et écossais qui leur avaient prêté hommage en échange d’un tribut ou de l’aide militaire71. La préservation de cette forme de souveraineté devint alors constitutive de la formation d’un empire britannique, au sein duquel les territoires intégrés ne cesseront de lutter contre leur assimilation à l’État monarchique anglais72.

  • 73  R. R. Davies, The Age of Conquest. Wales 1063-1415, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 272.
  • 74  Ibid., p. 271.
  • 75  Giraud de Barry, Opera. 1, De rebus a se gestis libri III. Invectionum libellus. Symbolum electoru (...)
  • 76  R. R. Davies, The Age of Conquest…, op. cit., 1991, p. 290-291.
  • 77  N. J. Higham, « Medieval ‘overlordship’ in Wales : The Earliest Evidence », Welsh History Review, (...)

25Ce processus de transformation peut également s’observer au sein de la société galloise, à mesure que les Anglais pénètrent en Pays de Galles. À partir des années 1170, les négociations sur les frontières apportent une stabilité qui perdure jusqu’en 1277, avec quelques ajustements de temps à autres73. Rees Davies considère l’année 1172 comme une année charnière des relations politiques anglo-galloises. En 1171, l’accord passé entre Henri II et Rhys ap Gruffyd contribue à faire de la marche galloise une frontière séparatrice plus qu’un front pionnier. Rhys y reconnaît son statut de vassal tandis qu’Henri II lui accorde une autorité supérieure sur les autres seigneurs gallois et confirme ses gains territoriaux contre un tribut. Dès lors, et pour les quarante années à venir, aucun roi anglais n’envahira le Pays de Galles74. La mise en place d’une politique presque exclusivement défensive à partir de 1171 résulte en grande partie du désintérêt des Marcher Lords, dont l’énergie militaire est alors canalisée vers la conquête de l’Irlande. Au cours des années suivantes, les interventions d’Henri II se limitent à des fonctions d’arbitrage, visant à conserver la paix75. En juin 1175, Henri II cherche à formaliser son autorité supérieure en Pays de Galles, en convoquant un concile à Gloucester, puis à Geddington en 1177 où il reçoit l’hommage lige de Lord Rhys et des Gallois, en échange de terres (Ellesmere et Meirionydd)76. Ces conciles s’inscrivent dans le contexte des années qui suivent la révolte des barons de 1173 et la redéfinition par Henri II de son imperium, y compris en Écosse (traité de Falaise), en Irlande (traité de Windsor) et au Pays de Galles (concile de Gloucester)77.

  • 78  R. R. Davies, The Peoples of Britain… II. Names, Boundaries… art. cit., propose trois raisons pour (...)

26La fragmentation politique du pays de Galles explique en grande partie pourquoi l’identification des Gallois a moins évolué en fonction des solidarités internes aux royaumes que de leur appartenance territoriale. En décrivant les nouvelles frontières établies par les traités anglo-gallois, par opposition aux anciennes, formées par les vestiges de l’Offa’s dyke – ensemble de fossés et de digues artificielles combinées à des rivières naturelles (Wye et Dee), construit au cours des VIIe et VIIIe siècles par les rois de Mercie contre les raids gallois, qui avait joué une part importante dans la formation de l’identité galloise au Moyen Âge78 – Giraud de Barri a contribué à naturaliser cette délimitation politique et à lui donner un sens en terme d’identité :

  • 79  Giraud de Barri, Opera… 5, p. 171.

Des montagnes dites d’Elennyth surgit la majestueuse rivière de la Severn, alimentant le château de Shrewsbury, puis le noble château de Bridgnorth, la ville de Worcester, celle de Gloucester, travailleuse du fer, et que peu de soldats peuvent traverser lorsqu’elle descend vers la mer, puis de là entre dans la mer. Cette eau constitue depuis toujours une marche entre le Pays de Galles (Kambria) et le Leinster de même qu’entre les Galles (Wallia) et l’Angleterre…
La rivière Wye vient des mêmes montagnes d’Ellenyth descendant par le château de la Hay et de Clifford, par la ville d’Hereford, le château de Wilton et de Godric, traversant la forêt de Dean fertile en fer, elle continue imprégnée de ce fer, jusqu’au château de Striguil au dessous duquel elle se dilate dans la mer et elle constitue aujourd’hui la marche moderne séparant l’Angleterre du Pays de Galles79.

  • 80  K. Mann, « The March of Wales : A Question of Terminology ? », Welsh History Review, 18 (1), 1996, (...)
  • 81  Ibid., p. 171 : il y en a cependant en 1173 à Caerleon, en 1182 à Monmouth et en 1183-1184 à Cardi (...)

27La terminologie utilisée par Giraud de Barri n’est pas celle d’une Marchia Wallie – cette expression n’apparaît véritablement qu’au cours du XIIIe siècle pour désigner l’espace entre Wye et Severn80. Celui-ci est alors appelé Wallia par opposition à l’espace purement gallois, qui regarde vers l’Irlande, appelé la Kambria. Dans le dernier quart du XIIe siècle, la présence anglaise était pratiquement inexistante dans cet espace qui s’étendait de Cemmais à Dyfed dans l’est, incluant les hautes terres du Glamorgan et du Brecon jusqu’au nord. La Wallia, au contraire, était la partie du Pays de Galles sous domination anglaise qui, loin de constituer un espace homogène, était composée de différentes zones : la plus instable, car la plus récemment conquise, se trouvait au sud-est, avec Carmarthen, les Lowlands du Pembroke, Gower et la vallée de Glamorgan, tandis que les vallées centrales de Swansea au Brecon et d’Oswestry à Chester constituaient, depuis la conquête, une zone fortement militarisée81. L’usage de ces deux termes, Wallia et Cambria, suggère que Giraud de Barri cherchait moins à décrire un espace « géographique » que l’émergence de nouveaux territoires politiques au Pays de Galles. Cette terminologie contribuait en effet non seulement à reconnaître la domination culturelle des anglais mais entérinait également leur domination territoriale dans cette partie du pays de Galles.

  • 82  R. R. Davies, The Age of Conquest… op. cit., 1991, p. 290.
  • 83  I. W. Rowlands, « King John and Wales », King John. New Interpretations, dir. S. Church, Woodbridg (...)
  • 84  The Great Rolls of the 14th Year of the Reign of King John, éd. M. Stenton, Londres, Pipe Roll Soc (...)
  • 85  R. R. Davies, « Keeping the Native Order : The English King and the ‘Celtic’ Rulers 1066-1216 », P (...)
  • 86  I. W. Rowlands, art. cit. 1999, p. 237-287.
  • 87  R. R. Davies, The Peoples… III. Laws and Customs, art. cit., 1996, en particulier p. 223 : « a shi (...)
  • 88  J. B. Smith, « Magna Carta and the Charters of the Welsh Princes », English Historical Review, 99- (...)

28À partir de 1210, Jean rompt l’équilibre anglo-gallois en menant une nouvelle campagne en Pays de Galles82. Alors que les préparatifs de l’expédition en Poitou retiennent l’attention du roi, Llywelyn ap Iowerth se révolte avec le support des Lacy et des Briouze qui venaient d’être dépossédés en Irlande et en Pays de Galles. Rassemblant une armée, Jean mène une expédition, au printemps 1211, qui se solde par d’importants gains territoriaux, la conquête du Perfeddwlad et l’annexion d’Aberystwyth83. Mais à la différence de la politique que mènera en 1277 Édouard Ier, Jean n’investit pas dans une vaste campagne de construction castrale pour sécuriser ses conquêtes. Si les pipe rolls contiennent quelques enregistrements concernant des travaux de fortifications, ils se situent dans des zones déjà contrôlées par le roi en 121184. Dès 1213, le Perfeddwlad et Aberystwyth sont perdus. La victoire militaire de Jean renforce néanmoins considérablement l’autorité du roi d’Angleterre sur le Pays de Galles et entraîne un changement de nature des relations entre le roi et les princes gallois, que l’usage de l’écrit, la ritualisation des gestes et la présence d’un personnel semi professionnel de juristes contribuent à formaliser85. Jusqu’alors, l’hommage au roi d’Angleterre était considéré par les princes gallois comme un hommage personnel et non territorial, qui résultait davantage de circonstances particulières, que d’une réelle continuité86. Ils reconnaissaient l’autorité supérieure du roi d’Angleterre, mais ne se considéraient pas comme soumis à sa domination. En 1211, les juristes de Jean s’attachent à légaliser ces relations en employant le vocabulaire technique du droit féodal, dont les traités étaient jusqu’à présent dépourvus. Le traité que Jean passe avec Llywelyn ap Iorwerth en 1211 est symptomatique de ce changement. Non seulement le prince gallois acceptait désormais de tenir ses terres du roi d’Angleterre, mais en demandant l’hommage des magnats du Gwynedd en même temps que celui de leur prince, Jean faisait entrer les Gallois dans son empire féodal au même titre que les Écossais depuis 1175. Ce changement de nature, qui ne se réalise vraiment qu’après 1216, Rees Davies le caractérise par le « passage d’une domination supérieure patriarcale à une domination supérieure, au moins ponctuellement et potentiellement plus directe, bureaucratique et interventionniste »87. Ce glissement s’inscrit dans un contexte d’intervention croissante des Gallois dans les conflits de la fin du règne de Jean. S’ils avaient constitué de simples groupes de pression lors des précédents conflits, leur intervention plus directe dans la révolte de 1215 et leur apparition dans les Articles des Barons et dans la Magna Carta les fait irrémédiablement entrer dans le jeu de la politique anglaise88.

  • 89  B. Smith, Colonisation and Conquest in Medieval Ireland : The English in Louth, 1170-1330, Cambrid (...)
  • 90  The Song of Dermot and the Earl, éd. G. H. Orpen, Oxford, Clarendon Press, 1892, p. 198, v. 2709-2 (...)

29Contrairement au Pays de Galles, la conquête royale de l’Irlande n’a pas débouché sur une assimilation accrue des élites irlandaises à la culture politique anglaise. Certains pensent même que les relations entre Anglais et Irlandais se sont dégradées à partir du règne de Jean, créant une véritable scission entre les deux peuples. Au départ, la conquête de l’Irlande s’inscrit dans un processus politique complexe combinant l’installation de barons anglais et des conflits internes aux royaumes irlandais89. Ainsi, l’expédition d’Henri II, en 1171, avait principalement pour fonction d’instaurer un ordre royal en Irlande, en obtenant que Richard FitzGilbert de Clare dit Strongbow, qui avait épousé en 1169 la fille de Diarmait Mac Muchada et hérité du Leinster à la mort de ce dernier en 1171, tienne ses terres en fief de la couronne d’Angleterre. Après avoir attribué au domaine royal les villes de Waterford et Wexford qu’il prend au cours de sa campagne, Henri II confie la garde de Dublin ainsi que le royaume de Meath à Hugues de Lacy qui avait déjà une expérience de la frontière dans le Herefordshire, où se trouvait son honneur90.

30Il conduit ensuite des négociations avec Rory O'Connor, roi de Connaught, qui aboutissent au traité de Windsor conclu le 6 octobre 1175, reconnaissant Rory O'Connor comme le roi des rois d’Irlande et fixant le tribut auquel ces derniers devaient se soumettre. Il contient également une clause délimitant les frontières du dominium du roi d’Angleterre en Irlande :

  • 91  Ibid. ; Roger de Hoveden, op. cit., II, p. 84-85 : Excepto quod de terris illis, quas dominus rex (...)

Personne ne doit s’introduire sur les terres que le roi retient dans son dominium et dans celui de ses barons, c'est-à-dire, Dublin avec toutes ses dépendances, Meath avec toutes ses dépendances, telle que Murchadh O’ Melaghlin la tenait bonnement et librement ou que d’autres la tenaient de lui ; ainsi que Wexford et toutes ses dépendances, c'est-à-dire la totalité du Leinster, et Waterford et tout le territoire qui se trouve de Waterford à Dungarvan, incluant Dungarvan et toutes les dépendances en deçà de ces terres91.

  • 92  R. Frame, op. cit., 1981, p. 16.
  • 93  L. Hays et E. D. Jones, « Policy on the Run : Henry II and Irish Sea Diplomacy », Journal of Briti (...)
  • 94  S. Duffy, Ireland in the Middle Ages, Palgrave, Macmillan, 1997, p. 59.
  • 95  B. Smith, op. cit., 1999, p. 36.
  • 96  C. A. Coulson, Castles in Medieval Society. Fortresses in England, France, and Ireland in the Cent (...)
  • 97  Pour l’historiographie de cette conquête, voir « The Failure of the First English Conquest of Irel (...)
  • 98  S. Duffy, « John and Ireland : The Origins of England’s Irish Problem », King John. New Interpreta (...)
  • 99  G. H. Orpen , « Mote and Bretesche Building in Ireland », English Historical Review, 21-83, 1906, (...)

31Cet accord n’indique pas qu’Henri II pensait imposer une solution définitive aux conflits endémiques qui ravageaient l’Irlande. Robin Frame remarque justement que le traité n’était qu’« un arrangement pratique reflétant les circonstances du moment ; il faut résister à la tentation d’en faire une document constitutionnel »92. Ce traité était donc un compromis légitimant un statu quo provisoire qui établissait une délimitation territoriale, négociée au niveau royal, visant à reconnaître la réalité des pratiques spatiales des acteurs locaux pour mieux les fixer et les contrôler93. Au cours des quarante années suivantes, la plupart des terres du sud et de l’est de l’Irlande sont concédées à des seigneurs anglais venus tenter leur chance, à condition qu’ils les exploitent, les cultivent et les fortifient, sans quoi l’inféodation serait révoquée94. Ce processus de colonisation était donc fondé sur la construction de châteaux, comme front d’expansion95. Charles Coulson rapproche ce système de celui des bastides dans la Gascogne du XIIIe siècle, plutôt que de celui des marches galloises du XIe siècle96. Fondé sur l’acquisition progressive des terres, plutôt que sur une campagne décisive du pouvoir royal, ce processus a longtemps fait considérer que cette première conquête avait été un « échec », notamment parce qu’elle laissait de larges espaces où la société et la culture gaëlique restaient intactes97. Selon Giraud de Barri, cet échec fut davantage la conséquence de l’attitude de Jean vis-à-vis des colons et de ses « relations publiques désastreuses »98. La conquête de l’Irlande à la fin du XIIe siècle consistait en effet moins à assimiler les Irlandais qu’à exploiter les terres à l’intérieur du dominium du roi d’Angleterre, et y instaurer un régime manorial. La plupart des constructions de la fin du XIIe et du XIIIe siècle en Irlande sont majoritairement des mottes de terre pourvues de bretèches99. Le Song of Dermot and the Earls raconte comment ces mottes étaient construites rapidement au cours de la conquête :

  • 100  The Song of Dermot and the Earl, éd. G. H. Orpen, 1892, p. 43-44, v. 562-567 ; p. 76, v. 1014-1019 (...)

Aveit jeté par devant / Treis fosses larges e grant;
Par devant, dedens un pas, / Treis fosses ignelepas
Aveit le fel fet jeter / E haie par desuz lever100.

  • 101  D. Sweetman, Medieval Castles of Ireland, Woodbridge, Boydell Press, 2000, p. 17-18.
  • 102  S. Duffy, art. cit., 2003, p. 232.
  • 103  Calendar of Documents Relating to Ireland, Preserved in Her Majesty’s Public Record Office, éd. H. (...)
  • 104  Calendar of Documents…, op. cit., n° 574 ; Rotuli Litterarum…, op. cit., p. 218.
  • 105  L. W. Warren, « King John and Ireland », England and Ireland in the Later Middle Ages : Essays in (...)

32Les recherches archéologiques ont permis d’évaluer leur nombre autour de 450 pour cette période101. Leur semis constituait le front pionner qui représente les marches anglo-irlandaises autour de 1200. Toutefois, d’importantes forteresses en pierre sont rapidement édifiées, parfois sous l’impulsion royale. En 1185, lorsque Jean sans terre, qui vient de recevoir la couronne d’Irlande du pape Urbain III, effectue son premier voyage, il rompt avec cette politique et entreprend une expansion territoriale plus agressive, fondée sur la construction de châteaux et la dépossession des seigneurs irlandais au profit d’une nouvelle vague de colons102. Prenant possession de son titre et de ses terres dans le Munster, entre Cork et le Leinster, il fait attribuer le reste aux membres de l’administration royale, de la cour ou de leurs proches. Estimant que le pouvoir royal en Irlande ne pouvait plus se contenter des mottes en terre et en bois érigées depuis 1171, Jean ordonna, en 1200, que tous les châteaux des marches d’Irlande soient fortifiés avant la saint Jean-Baptiste (24 juin), faute de quoi le roi les saisira103. Après la campagne de 1209-1210 qui a été décisive pour la maîtrise de l’Irlande et l’extension du pouvoir royal, il ordonne à son Justicier de s’assurer que tous les barons d’Irlande ont bien fortifié leurs terres dans les marches avant la saint Michel104. Au début du XIIIe siècle, la politique frontalière de Jean avait donc transformé la marche anglo-irlandaise en un espace profondément instable et Anglais et Irlandais étaient désormais en guerre. Le temps des négociations était terminé et les Irlandais restèrent à l’écart du gouvernement de l’Irlande pendant tout le Moyen Âge. On peut ainsi douter de l’optimisme souvent présent chez les historiens qui, à l’instar de Lewis Warren, ont affirmé que « le règne de Jean fut le plus réussi que l’Irlande médiévale ait jamais eue »105.

  • 106  R. R. Davies, « The English State and the ‘Celtic’ Peoples 1100-1400 », Journal of Historical Soci (...)
  • 107  R. R. Davies, The First English Empire…, op. cit., p. 112.

33La militarisation accrue de la frontière anglo-irlandaise n’a pas été un facteur propice à la création de sociétés de frontières mixtes, à de rares exceptions près, comme la seigneurie d’Ormond. Les relations entre Anglais et Irlandais sont restées très clivées et marquées par une détestation de l’autre qui s’est poursuivie tout au long de l’histoire britannique et n’ont jamais permis l’intégration de l’Irlande, de manière consentie, dans un espace politique commun. De manière générale, l’État anglais ne parvint jamais à intégrer totalement les parties « celtiques » des îles britanniques qu’il contrôlait dans sa propre communauté politique qui resta ainsi essentiellement anglaise106. L’inclusion politique ne pouvant s’effectuer qu’au prix d’une anglicisation, les îles britanniques restèrent une terre où cohabiteront deux cultures politiques tout au long du Moyen Âge, laissant peu d’espoir en l’avènement d’une monarchie des îles, issue de la royauté anglaise107.

34L’histoire médiévale britannique n’est donc pas restée à l’écart des interrogations de l’histoire post-coloniale qui a dominé les débats des années 1990-2000. Les historiens gallois en particulier, sous l’influence de Rees Davies se sont emparés très tôt de ce sujet qui permettait de questionner la construction de leur identité, comme composante de la Britishness, sur la longue durée. L’analyse des processus de construction et de recomposition identitaires et politiques fait ressortir le XIIe siècle comme un moment central. Cette période est en effet celle où l’impérialisme anglais dans les îles britanniques a mis en contact des sociétés qui jusque-là vivaient côte à côte sans réelle interconnexion. Les conquêtes des Plantagenêt ont accompagné le processus d’acculturation des sociétés britanniques à la culture féodale occidentale, à ses codes et à ses règles. Sur le long terme, l’identité britannique se caractérise donc moins par sa dimension archipélagique que par son européanisation. Au cours du XIIIe siècle, cependant, le multiculturalisme de l’Angleterre se transforma en une opposition de plus en plus tranchée entre les Anglais d’un côté, et les Gallois, les Irlandais et les Écossais de l’autre.

35La délimitation du dominium du roi d’Angleterre dans ces nouveaux espaces conquis a notamment fait émerger plus clairement des frontières politiques. En tant qu’espace d’interactions sociales et politiques nécessitant d’incessantes négociations, les frontières au XIIe siècle constituent un bon indicateur du degré de territorialisation du pouvoir. Le moment de la négociation des limites est en effet un moment de définition du pouvoir sur le territoire. Le rôle des traités dans la négociation des limites et la définition de l’autorité royale sur le territoire a été central dans le milieu des années 1170. Après avoir consacré les vingt premières années de son règne à étendre sa domination, Henri II se tourne à partir du milieu des années 1170 vers une politique de stabilisation des marches et de négociations des frontières. Les traités de la seconde moitié des années 1170, qui établissent les termes et les limites de la domination des Plantagenêt en Écosse, en Irlande et en Pays de Galles, manifestent clairement la volonté d’Henri II de construire les termes juridiques de sa domination territoriale. L’usage plus systématique des textes normatifs dans la définition des espaces conquis contribua à normaliser les rapports de pouvoir de chaque côté de la frontière. Ils participèrent ainsi à leur politisation. La frontière au XIIe siècle est donc davantage un espace où l’intensification des interactions, conflictuelles ou non, génère l’émergence d’une conscience de l’appartenance territoriale, venant se superposer aux stratégies de dépendances interpersonnelles et aux solidarités internes aux royaumes. Ce phénomène ne cessera de s’amplifier à la fin du Moyen Âge, avec la linéarisation progressive des délimitations frontalières des États modernes.

Notes

1  J. A. G. Pocock, « British History : A Plea for a New Subject », Journal of Modern History, 47-4, 1975, p. 610-621. L’appel de Pocock n’a cependant pas été entendu avant la seconde moitié des années 1980, voir G. Burgess, « Introduction – The New British History », The New British History. Founding a Modern State 1603-1715, dir. G. Burgess, Londres, New York, I. B. Tauris, 1999, p. 1-29.

2  Il existe une vaste bibliographie sur ce point ; je ne renverrai, pour faire le point, qu’à A. G. Hopkins, « Back to the future : from national history to imperial history », Past and Present, 164, 1999, p. 198-243 ; en français, voir B. Collignon, « Note sur les fondements des postcolonial studies », EchoGéo, 1, 2007, (http://echogeo.revues.org/index2089.html).

3  Dans le monde britannique, le tournant est marqué par les travaux de J. MacKenzie qui lance la collection Studies in Imperialism aux Manchester University Press. Pour un point historiographique en français voir C. Douki et P. Minard, « Histoire, globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 54-5, 2007, p. 7-21 ; J.-F. Schaub, « La catégorie ‘études coloniales’ est-elle indispensable ? », Annales. Histoire Sciences Sociales, 63-3, 2008, p. 625-646. Ces problématiques ont également été des objets de réflexion pour les médiévistes britanniques et américains : voir notamment The Postcolonial Middle Ages, dir.J. J. Cohen, New York, Palgrave, 2000 ; Cultural Diversity in the British Middle Ages : Archipelago, Island, England, dir. J. J. Cohen, Basingstoke, Palgrave-Macmillan, 2008 ; N. R. Altschul, « Postcolonialism and the Study of the Middle Ages », History Compass, 6-2, 2008, p. 588-606.

4  Rees R. Davies est mort en 2005 ; il est considéré comme l’un des historiens britanniques les plus importants de sa génération pour avoir contribué à renouveler la question de la formation de l’empire britannique en s’interrogeant sur les raisons permettant de comprendre pourquoi aucun royaume uni n’a émergé des conquêtes territoriales des rois d’Angleterre. Sur ce point voir notamment : R. R. Davies, The First English Empire. Power and Identities in the British Isle 1093-1343, Oxford, Oxford University Press, 2000.

5  R. R. Davies, « In Praise of British History », The British Isles 1100-1500, Comparisons, Contrasts and Connections, dir. R. R. Davies, Edinburgh, J. Donald, 1988, p. 9-26.

6  R. R. Davies, « The Peoples of Britain and Ireland 1100-1400. I. Identities », Transactions of the Royal Historical Society, 6th series, 4, 1994, p. 1-20 ; « II. Names, Boundaries and Regnal Solidarities », 5, 1995, « III. Laws and Customs », p. 1-20 ; 6, 1996, p. 1-23 ; « IV. Language and Historical Mythology », 7, 1997, p. 1-24.

7  J. Gillingham, The English in the Twelfth Century. Imperialism, National Identity and Political Values, Boydell Press, Rochester, 1999.

8  I. Short, « Tam Angli quam Franci : Self Definition in Anglo Norman England », Anglo-Norman Studies (désormais ANS), 18, 1996, p. 153-75 ; J. Gillingham, The English and the Normans in Twelfth Century England, Boydell, Woodbridge, 2000 ; H. Pryce, « British or Welsh ? National Identities in Twelfth Century Wales », English Historical Review, 116-468, 2001, p. 775-801 ; H. M. Thomas, The English and the Normans. Ethnic Hostility, Assimilation, and Identity, 1066-c. 1220, Oxford, Oxford University Press, 2003.

9  J. Gillingham, The English in the Twelfth Century…, op cit. ; Id., « The Beginnings of English Imperialism », Journal of Historical Sociology, 5-4, 1992, p. 392-409.

10  Voir son essai classique : « Ethnic Groups and Boundaries » (1969), reproduit dans P. Poutingat et J. Streiff-Fenard, Théories de l’ethnicité, suivi de Les groupes ethniques et leurs frontières, Paris, PUF, 1995. C’est aussi dans cette perspectives que Linda Colley, célèbre moderniste britannique, construit l’idée que l’identité britannique se serait définie, en réaction à l’Autre, et en particulier à travers le conflit qui l’opposait à la France depuis le Moyen Âge : L. Colley, Briton Forging the Nation 1707-1937, New Haven et Londres, Yale University Press, 1992. Pour une présentation de ces débats voir aussi R. Morieux, Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise (XVIIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR, 2008.

11  J.-F. Bayard, L’illusion identitaire, Paris, Fayard (L’espace du politique), 1996.

12  F. Cooper et R. Brubaker, « Identity », Colonialism in Question, Theory, Knowledge, history, dir. F. Cooper, Berkeley, University of California Press, 2005, p. 59-90.

13  B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002, p. 19.

14  P. Geary, Quand les nations refont l’histoire. L’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris, Aubier, 2004 ; Race, nation, classe. Les identités ambiguës, dir. É. Balibar et I. Wallerstein, Paris, La Découverte, 1997.

15  H. M. Thomas, op. cit., p. 9-10.

16  J. Gillingham, The English in the Twelfth Century…, op cit. ; H. Pryce, art. cit.

17  B. Yorke, « Political and Ethnic Identity : A Case Study in Anglo-Saxon Practice », Social Identity in Early Medieval Britain, dir. O. W. Frazer et A. Tyrrell, Leicester, Leicester University Press, Studies in Early Medieval Britain, 2000, p. 69-89 ; H. M. Thomas, op. cit., 2001, p. 5-6.

18  R. Bartlett, England under the Norman and Angevin Kings, 1075-1225, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 88 ; F. J. West, « The Colonial History of the Norman Conquest ? », History, 84-274, 2002, p. 219-236.

19  R. R. Davies, Domination and Conquest : The Experience of Ireland, Scotland and Wales 1100-1300, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

20  Le vocable « celtique » est une terminologie problématique dans la mesure où il n’apparaît qu’à partir du XVIIIe siècle : ibid.

21  J. Gillingham, « Conquering the Barbarians : War and Chivalry in Britain and Ireland », The English in the Twelfth Century…, op cit., 1999, p. 41-58.

22  R. R. Davies, The First English Empire…, op. cit., p. 128 : la différence physique était la première manifestation de ces profondes divisions culturelles. Ainsi, les Irlandais portaient la moustache et les cheveux longs, tandis que les Gallois avaient les jambes et les pieds nus et les Écossais avaient les fesses à l’air. Davies cite notamment Walter Map, De nugis curialium. Courtiers’ trifles, éd. M. J. Rhode, C. N. L. Brooke et R. A. Mynors, Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1983, p. 100-101 ; Scottish Annals from English Chroniclers AD 500 to 1286, éd. A. O. Anderson, Londres, David Nutt, 1908, p. 197 ; A. A. M. Duncan, « The Dress of the Scots », Scottish Historical Review, 29, 1950, p. 210-212.

23  Ibid., p. 129, cite notamment la lascivité sexuelle des Highlanders ; W. H. D. Sellar, « Marriage, Divorce and Concubinage in Gaelic Scotland », Transactions of the Gaelic Society of Inverness, 51, 1981, p. 464-495.

24  William Malmesbury, Gesta Regum Anglorum : The History of the English Kings, éd. R. A. Mynors, R. M. Thompson et M. Winterbottom, Oxford, Oxford University Press (Oxford Medieval Texts), 2 vols., 1998, par exemple chapitres 9, 97, 106, 340, 400, 409 ; Orderic Vitalis, Historia Ecclesiastica, éd. M. Chibnall, 6 vols, Oxford, Oxford University Press, 1969-1980 (Oxford Medieval Texts), IV, p. 138, VI, p. 518, 540 ; William of Newburgh, Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II, and Richard I, éd. R. Howlett, London, Longman, Rolls Series, 82, 1884, I, p. 165-166 ; Radulf de Diceto, Opera Historica, éd. W. Stubbs, 2 vols., Kraus Reprint, Vaduz, Rolls Series, 68, 1965, II, p. 8 ; J. Gillingham, op. cit., 1999, notamment : « The Context and Purpose of Geoffrey of Monmouth’s History of the Kings of Britain » et « The Beginnings of English Imperialism » ; W. M. Aird, « ‘Sweet Civility and Barbarous Rudeness’ : A View from the Frontier. Abbot Ailred of Rievaulx and the Scots », Imaging Frontiers, Contesting Identities, dir. S. G. Ellis et L. Klusáková, Pise, Pisa University Press, 2007 (URL : http://www.cliohres.net/books2/5/ 04_aird.pdf).

25  Giraud de Barri, op. cit., V, p. 151-152.

26  J. Gillingham, « Foundations of a Disunited Kingdom », The English in the Twelfth Century, 1999, VI.

27  R. R. Davies, The First English Empire…, op. cit., le chapitre 5 est intitulé « ‘Sweet Civility’ and ‘Barbarous Rudness’« .

28  R. Bartlett, The Making of Europe. Conquest, Colonization, and Cultural Change, 950-1350, Princeton, University of Princeton Press, 1994.

29  Sur le Powys, voir notamment, F. Suppe, « Interpreter Families and Anglo-Welsh Relations in the Shropshire-Powys Marches in the Twelfth Century », ANS, 30, 2007, p. 196-212. La bibliographie sue les sociétés de frontière est relativement abondante, voir notamment Medieval Frontier Societies, dir. R. Bartlett et A. Mackay, Oxford, Clarendon Press, 1989 ; Frontiers in Question : Eurasian Borderlands, 700-1700, dir. D. J. Power et N. Standen, Basingstoke, Macmillan, 1999 ; Medieval Frontiers. Concepts and Practices, dir. D. Abulafia et N. Berend, Aldershot, Ashgate, 2002.

30  G. H. Orpen, Ireland under the Normans 1169-1333, Oxford, Clarendon Press, 1911.

31  J. E. Lloyd, A History of Wales from the Earliest Times to the Edwardian Conquest, Londres (Longman), 1911.

32  J. Gillingham, « The English Invasion of Ireland », The English in the Twelfth Century, 1999, IX ; id., « Normanizing the English Invaders of Ireland », Power and Identity in the Middle Ages. Essays in Memory of Rees Davies, dir. H. Pryce et J. L. Watts, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 145-160. Giraud de Barry utilise le terme « Normand » pour distinguer spécifiquement le groupe de chevaliers qui accompagna le prince Jean en 1185 ; J. Gillingham, « Foundations of a Disunited Kingdom », Uniting the Kingdom. The Making of British History, dir. A. Grant et K. J. Keith, Londres, Routledge, 1995, p. 48-64.

33  The Charters of David I. The Written Acts of David I King of the Scots, 1124-53, and of his Son, Henry, Earl of Northumberland, 1139-52, éd. G. W. S. Barrow, Woodbridge, Boydell Press, 1999, n° 44, 171.

34  R. W. Southern, « Aspects of the European Tradition of Historical Writing. IV. The Sense of the Past », Transactions of the Royal Historical Society, 5th series, 23, 1973, p. 243-263.

35  Voir notamment le programme de recherche de l’université de Lancaster : « The Norman Edge : Identity and State-Formation on the Frontiers of Europe », jusqu’en 2011 (http://www.lancs.ac.uk/normanedge)

36  Orderic Vitalis, op. cit., IV, livre VIII, p. 82 : Normanni si bono rigidoque dominatu reguntur strenuissimi sunt…

37  D. C. Douglas, The Norman Achievement 1050-1100, Berkeley, University of California Press, 1969 ; R. H. C. Davis, The Norman and their Myth, Londres, Thames and Hudson, 1976 ; G. A. Loud, « The Gens Normanorum : Myth or Reality ? », ANS, 4, 1981, p. 104-116 ; L. Shopkow, History and Community : Norman Historical Writing in the Eleventh and Twelfth Century, Washington, Catholic University of America Pree, 1997, plus analytique qu’Emily Albu, The Norman in their Histories : Propaganda, Myth Subversion, Woodbridge, Boydell Press, 2001, qui se limite à la présentation des textes médiévaux ; N. Webber, The Evolution of Norman Identity, 911-1154, Woodbridge, Boydell Press, 2005. L’historiographie française n’est pas non plus en reste sur ce thème, voir notamment les travaux de Lucien Musset et Pierre Bauduin, Sur les frontières de la haute Normandie : identité et construction d’une principauté, Caen, PUC, 2004.

38  Les deux historiographes les plus actifs dans cette tradition sont Aimé du Mont Cassin et Ordéric Vital : Amatus de Montecassino, The History of the Normans, éd. G. A. Loud et P. N. Dunbar, Woodbridge, Boydell Press, 2004 ; The Gesta Normanorum Ducum of William of Jumiège, Orderic Vitalis and Robert de Torigni, éd. E. M. C. Van Houts, Oxford, Oxford University Press, Oxford Medieval Texts, 5 vols, 1992.

39  H. M. Thomas, op. cit., 2003, p. 70-82 ; voir aussi G. Garnett, « Franci et Angli : The Legal Distinction between Peoples after the Conquest », ANS, 8, 1985, p. 109-137.

40  J. Gillingham, « Henry of Huntingdon and the Twelfth Century Revival of the English Nation », The English in the Twelfth Century…, op. cit., VIII ; B. Schneidmüller, Nomen Patriae : die Entstehung Frankreichs in der politisch-geographischen Terminologie 10.-13. Jahrhundert, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1987 ; B. Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 237, 1967, p. 17-60.

41  I. Short, « Patrons and Polyglots French literature in Twelfth-Century England », ANS, 14, 1992, p. 229-249 ; R. R. Davies, The peoples… IV. Language and Historical Mythology, art. cit.

42  J. Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1976, p. 195.

43  J. Green, « Unity and Disunity in the Anglo-Norman State », Historical Research, 62, 1989, p. 129-132 ; id., The Aristocracy of Norman England, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 ; John Gillingham la rejoint sur ce point, « Henry of Huntingdon and the Twelfth Century Revival of the English Nation », The English in the Twelfth Century, 1999, VIII : en l’absence du terme anglo-normand, au XIIe siècle, il est clairement difficile de revendiquer l’existence d’une nationalité anglo-normande.

44  D. Crouch, « Normans and Anglo-Normans : A Divided Aristocracy ? », England and Normandy in the Middle Ages, dir. D. Bates et A. Curry, Londres et Rio Grande, Hambledon Press, 1994, p. 51-67.

45  D. Crouch, The Beaumont Twins. The Root and Branches of Power in the Twelfth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

46  N. Webber, op. cit., 2005, p. 140.

47  R. R. Davies, Conquest, Coexistence and Change Wales 1063-1415, Oxford, Cardiff, Clarendon Press et University of Wales Press, 1987 ; R. Bartlett, op. cit., 1994, p. 269-291 ; H. Pryce, « Welsh Ruler and European Change », Power and Identity in the Middle Ages : Essays in Memory of Sir Rees Davies, dir. H. Pryce et J. Watts, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 37-51.

48  J. Gillingham, « Killing and Mutilating Political Enemies in the British Isles from the Late 12th Century to the early 14th Century : A Comparative Study », Britain and Ireland 900-1300 : Insular responses to Medieval European Changes, dir. B. Smith, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 114-134 ; C. Insley, « Kings, Lords, Charters and the Political Culture of Twelfth-Century Wales », ANS, 30, 2007, p. 133-153.

49  H. Pryce, art. cit., p. 775-801.

50  Ibid. Il s’appuie sur l’analyse comparée de plusieurs compilations en latin des Annales Cambriae et du Brut y Tywysogyon.

51  H. Pryce, « Owain Gwynedd and Louis VII : The Franco-Welsh Diplomacy of the First Prince of Wales », Welsh History Review, 19, 1998, p. 1-28 ; The Acts of Welsh Ruler, 1120-1283, éd. H. Pryce et C. L. Insley, Cardiff, University of Wales Press, 2005, n° 192-6 ; voir aussi les variations de princeps Norwallie utilisées par Llywelyn ap Iorwerth, n° 206, 213, 216, 218, 220.

52  M. Richter, « The Political and Institutional Background to National Consciousness in Medieval Wales », Nationality and the Pursuit of National Independence, dir. T. W. Moody, Belfast, Appletree Press, Historical Studies, 11, 1978, p. 37-55.

53  Geoffrey of Monmouth, Historia Regum Britannie, éd. N. Wright, Cambridge, Brewer, 1985, cap. 23, p. 15.

54  Giraud de Barry, Itinerarium Kambriae et Descriptio Kambriae, éd. J. F. Dinock, London, Longman, 1861-1891, p. 216, cité par H. Pryce, art. cit., et R. R. Davies, The Peoples of Britain… op. cit. I. Identities.

55  J. Gillingham, « The Context and Purposes of Geoffrey of Monmouth’s History of the Kings of Britain », The English in the Twelfth Century, 1999, II.

56  Geoffroy of Monmouth, op. cit., 1985 ; Robert Wace, Arthur dans le roman de Brut, Paris, Klincksieck, 2002.

57  A. Chauou, L’idéologie Plantagenêt : royauté arthurienne et monarchie politique dans l’espace Plantagenêt, XIIe-XIIIe siècles, Rennes, PUR, 2001, chapitre 6 ; voir également A. Gransden, « The Growth of the Glastonbury Legends in the Twelfth Century », Journal of Ecclesiastical History, 27, 1976, p. 337-358.

58  A. Chauou, op. cit., p. 228-229.

59  J. Flori, Richard Cœur de Lion le roi-chevalier, Paris, Payot & Rivages, 1999.

60 A. Chauou, op. cit., p. 172-180. L’image chevaleresque du saint roi participa également de la sacralisation de la royauté hongroise au XIIe siècle, voir G. Klaniczay, « L’image chevaleresque du saint roi au XIIe siècle », La royauté sacrée dans le monde chrétien. Actes du Colloque de Royaumont, mars 1989, dir. A. Boureau et C. S. Ingerflom, Paris, EHESS, 1992, p. 53-61.

61  A. Chauou, op. cit., p. 202.

62  D. J. Power, « What Did the Frontier of Angevin Normandy Comprise ? », ANS, 16, 1994, p. 181-202.

63  G. W. S. Barrow, « Frontier and Settlement : Which Influenced Which ? England and Scotland 1100-1300 », Medieval Frontier Society, dir. R. Bartlett et A. Mackay, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 3-21.

64  Regesta Regum Scottorum, 1153-1424, éd. G. W. S. Barrow, 8 vols., Edinburgh, Edinburgh University Press, 1971-1988, I, n° 131, 288.

65  G. W. S. Barrow, « The Anglo-Scottish Border », The Kingdom of the Scots, Government, Church and Society from the 11th to the 14th century, Edinburgh, E. Arnold, 1973, p. 139-161.

66  Gervais de Canterbury, The Historical Works, éd. W. Stubbs, Wiesbaden, Kraus Reprint (Rolls Series, 73), 1965, I, p. 96-97 : Roger de Hoveden, Chronica, éd. W. Stubbs, Wiesbaden, Kraus Reprint, 1964, II, p. 133. Lors d’une cérémonie publique organisée à York, Guillaume le Lion et ses barons reconnaissent Henri II comme leur suzerain lige et cinq châteaux lui sont rendus en gage de fidélité à cet hommage : Roxburgh, Berwick, Jedburgh, Edinburgh, Stirling, dont Henri II confia la garde à ses barons anglais : Guillaume de Stuteville eut Roxburgh, Roger de Stuteville, Edinburgh, Guillaume de Neville, Northam, l’archevêque d’York, Scarborough, Geoffroy de Neville, Berwick et Roger de Coniers la tour de Durham, confisquée à l’évêque. Henri II retint également l’honneur de Huntingdon jusqu’en 1185.

67  Roger de Hoveden, op. cit., II, p. 63 : Regi vero Angliae patri plurimum supplicaverunt et dona plurima obtulerunt, ut ipse eos a dominio regis Scotiae eriperet, et suo subjugaret imperio.

68  N. Vincent, « Regional Variations in the Charters of King Henry II (1154-89) », Charters and Charter Scholarship in Britain and Ireland, dir. M.-T. Flanagan et J. A. Green Houndmills, Palgrave–MacMillan, 2005, p. 70-119. Il remarque cependant que le mot apparaît uniquement dans les chartes frauduleuses attribuées à l’ordre de Grandmont.

69  M. Aurell, L’empire des Plantagenêt : 1154-1224, Paris, Perrin, Tempus, 2004, p. 10.

70  Giraud de Barry, Opera. 5, Topographia Hibernica et Expugnatio Hibernica, 1861-1891, p. 189, cap. XLVII.

71  R. R. Davies, The Peoples of Britain… III. Laws and Customs, art. cit.

72  R. R. Davies, The First English Empire… op. cit.

73  R. R. Davies, The Age of Conquest. Wales 1063-1415, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 272.

74  Ibid., p. 271.

75  Giraud de Barry, Opera. 1, De rebus a se gestis libri III. Invectionum libellus. Symbolum electorum, 1861-1891, p. 57.

76  R. R. Davies, The Age of Conquest…, op. cit., 1991, p. 290-291.

77  N. J. Higham, « Medieval ‘overlordship’ in Wales : The Earliest Evidence », Welsh History Review, 16-2, 1992, p. 145-159.

78  R. R. Davies, The Peoples of Britain… II. Names, Boundaries… art. cit., propose trois raisons pour lesquelles ni les Gallois ni les Irlandais ne sont parvenus à construire des solidarités internes aux royaumes : 1) l’absence de structure politique unitaire, 2) la domination anglaise, 3) la dualité ethnique fut toujours associée à la construction institutionnelle du pays.

79  Giraud de Barri, Opera… 5, p. 171.

80  K. Mann, « The March of Wales : A Question of Terminology ? », Welsh History Review, 18 (1), 1996, p. 1-13.

81  Ibid., p. 171 : il y en a cependant en 1173 à Caerleon, en 1182 à Monmouth et en 1183-1184 à Cardiff et Kenfig et Neath.

82  R. R. Davies, The Age of Conquest… op. cit., 1991, p. 290.

83  I. W. Rowlands, « King John and Wales », King John. New Interpretations, dir. S. Church, Woodbridge, Boydell Press, 1999, p. 237-287.

84  The Great Rolls of the 14th Year of the Reign of King John, éd. M. Stenton, Londres, Pipe Roll Society, p. 87, 88 et 90.

85  R. R. Davies, « Keeping the Native Order : The English King and the ‘Celtic’ Rulers 1066-1216 », Peritia. Journal of the Medieval Academy of Ireland, 10, 1996, p. 212-224.

86  I. W. Rowlands, art. cit. 1999, p. 237-287.

87  R. R. Davies, The Peoples… III. Laws and Customs, art. cit., 1996, en particulier p. 223 : « a shift from patriarchal overlordship to what was at least occasionally and potentially a more direct, bureaucratic and interventionist overlordship » ; voir aussi M. T. Clanchy, « Literacy, Law and the Power of the State », Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne, Rome, Collection de l’École Française de Rome, 82, 1985, p. 25-34.

88  J. B. Smith, « Magna Carta and the Charters of the Welsh Princes », English Historical Review, 99-391, 1984, p. 344-362.

89  B. Smith, Colonisation and Conquest in Medieval Ireland : The English in Louth, 1170-1330, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 28 ; M.-T. Flanagan, Irish Society, Anglo-Norman Settlers, Angevin Kingship. Interactions in Ireland in the Late Twelfth Century, Oxford, Oxford University Press, 1989 ; R. Frame, Colonial Ireland, 1169-1369, Dublin, Hélicon, 1981.

90  The Song of Dermot and the Earl, éd. G. H. Orpen, Oxford, Clarendon Press, 1892, p. 198, v. 2709-2724.

91  Ibid. ; Roger de Hoveden, op. cit., II, p. 84-85 : Excepto quod de terris illis, quas dominus rex Angliae retinuit in domino suo et in dominio baronum suorum, nihil se intromittet, scilicet Duvelina cum pertinentiis suis et Mida cum omnibus pertinentiis suis, sicut unquam Murchat Va Mailethlachlin eam melius et plenius tenuit aut aliqui qui de eo eam tenuerunt et excepta Wesefordia cum omnibus pertinentiis suis, scilicet cum tota Lagenia et excepta Vaterfordia cum tota terra illa quae est a Vaterfordia usque ad Duncarvan, ita quod Duncarvan sit cum omnibus pertinentiis suis infra terram illam.

92  R. Frame, op. cit., 1981, p. 16.

93  L. Hays et E. D. Jones, « Policy on the Run : Henry II and Irish Sea Diplomacy », Journal of British Studies, 29-4, 1990, p. 293-316, (p. 309-310).

94  S. Duffy, Ireland in the Middle Ages, Palgrave, Macmillan, 1997, p. 59.

95  B. Smith, op. cit., 1999, p. 36.

96  C. A. Coulson, Castles in Medieval Society. Fortresses in England, France, and Ireland in the Central Middle Ages, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 225.

97  Pour l’historiographie de cette conquête, voir « The Failure of the First English Conquest of Ireland », R. Frame, op. cit., 1998, p. 1-14.

98  S. Duffy, « John and Ireland : The Origins of England’s Irish Problem », King John. New Interpretations, dir. S. Church, 2003, p. 221-245 ; Giraud de Barri, Opera… 5, p. 388.

99  G. H. Orpen , « Mote and Bretesche Building in Ireland », English Historical Review, 21-83, 1906, p. 417-444.

100  The Song of Dermot and the Earl, éd. G. H. Orpen, 1892, p. 43-44, v. 562-567 ; p. 76, v. 1014-1019 : « Un fosse fist jeter ai tant/ Haut e large, roist e grant,/ Pus par a fin ficher/ E par devant ben herdeler/ Pur defendre le passage/ Al rei Dermod al fer corage ».

101  D. Sweetman, Medieval Castles of Ireland, Woodbridge, Boydell Press, 2000, p. 17-18.

102  S. Duffy, art. cit., 2003, p. 232.

103  Calendar of Documents Relating to Ireland, Preserved in Her Majesty’s Public Record Office, éd. H. S. Sweetman, Londres, Record Office, 1875, p. 19, n° 125, extrait du Rotuli Chartarum in turri Londensi asservati, éd. T. D. Hardy, Londres, Eyre & Spottiswoode, p. 89 (m28 dors).

104  Calendar of Documents…, op. cit., n° 574 ; Rotuli Litterarum…, op. cit., p. 218.

105  L. W. Warren, « King John and Ireland », England and Ireland in the Later Middle Ages : Essays in Honour of Jocelyn Otway-Ruthven, Dublin, Irish Academy Press, 1981, p. 26-42 (spéc. p. 39) ; S. Duffy, art. cit., 2003, p. 221-245.

106  R. R. Davies, « The English State and the ‘Celtic’ Peoples 1100-1400 », Journal of Historical Sociology, 6, 1993, p. 1-14.

107  R. R. Davies, The First English Empire…, op. cit., p. 112.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://crm.revues.org/docannexe/image/11985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Madeline, « Les processus d’identification et les sentiments d’appartenance politique aux frontières de l’empire Plantagenêt », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 19 | 2010, 63-85.

Référence électronique

Fanny Madeline, « Les processus d’identification et les sentiments d’appartenance politique aux frontières de l’empire Plantagenêt », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/11985 ; DOI : 10.4000/crm.11985

Haut de page

Auteur

Fanny Madeline

Docteure en histoire médiévale, LAMOP CNRS-Paris 1

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org