Navigation – Plan du site

Elisabeth de Schönau, Visions, traduction par Jean-Pierre Troadec

Julien Véronèse
Référence(s) :

Elisabeth de Schönau, Visions, traduction par Jean-Pierre Troadec, avec une introduction de Laurence Moulinier-Brogi, Paris, Cerf (« Sagesses chrétiennes »), 2009, 198p.

ISBN 978-2-204-08889-3.

Texte intégral

  • 1  Pour une critique de la vision de Duby, cf. Amy Livingstone, « Pour une révision du ‘mâle’ Moyen  (...)
  • 2  À partir de l’édition de référence de F. W. Roth, Die Visionen der heiligen Elisabeth und die Schr (...)

1Elisabeth de Schönau (1129-1165) fait partie de ces femmes qui, à partir du XIIe siècle, durant le « mâle Moyen Âge » cher à Georges Duby1, parviennent à faire entendre leur voix. Moins connue que sa célèbre contemporaine, Hildegarde de Bingen, car d’un niveau culturel moins élevé, elle fait néanmoins partie des précurseurs de la floraison mystique ou extatique du XIIe siècle et a laissé une œuvre assez conséquente : un Liber viarum Dei (Livre des voies de Dieu) destiné aux clercs comme aux laïcs ; des Revelationes de sacro exercitu virginum coloniensum (Révélations sur l’armée sacrée des vierges de Cologne), qui diffuse l’histoire de sainte Ursule ; et, enfin, un Liber visionum (Livre des visions), divisé en trois livres traduits ici in extenso pour la première fois en français et de très belle manière par Jean-Pierre Troadec2, qui livre les révélations dont a bénéficié la sainte femme entre 1152 et 1156, décrivant ainsi un parcours spirituel hors norme. Elisabeth, issue de la noblesse rhénane, entrée à 12 ans au monastère, reçoit seule ses visions, au prix de grandes souffrances ; mais son salut n’est pas seul en cause. Derrière la sainte se tient toute une communauté de moniales et de moines bénédictins recluse en prière et en dévotion, qui bénéficie elle aussi, de manière parfois très concrète, des enseignements de la visionnaire sur la cour céleste, l’assomption de la Vierge, la géographie de l’au-delà, le sort des âmes (parfois celles de membres de la communauté) entre enfer, purgatoire et paradis, sur la transformation eucharistique, la vertu des sacrements, etc. Sa parole, potentiellement dangereuse, voire fausse – le démon, sous forme de chien, de taureau, de chèvre ou d’un clerc distingué ne rôde-t-il pas au début du livre I ? –, est elle-même médiatisée et encadrée – comme l’est plus tardivement celle d’Angèle de Foligno – par un guide masculin, qui n’est autre que son frère aîné Eckbert, présent au monastère de Schönau à partir de 1155, ce qui donne une écriture à plusieurs voix : celle du narrateur (et en même temps destinataire), Eckbert, audible notamment au début du livre I, authentifiant et validant en quelque sorte une parole féminine sincère et touchante par sa naïveté, à laquelle se rajoute parfois une strate de nature épistolaire (cf. les deux lettres d’Elisabeth à Hildegarde dans le livre III).

2Comme l’exprime très bien Laurence Moulinier-Brogi dans sa belle introduction, les Visions d’Elisabeth nous font avant tout « toucher du doigt les singulières modalités de transmission d’un message » (p. 16). De fait, la parole de la moniale ne va pas de soi, et c’est l’un des points particulièrement intéressants de son livre. Elle est d’une part le prix de la souffrance, d’un long chemin de croix menant à cette « lumière », à cette « grâce », qui illumine le texte et la vie d’Elisabeth ; les visions sont le fruit de l’ascèse, dont le menu n’est pas livré, mais dont résulte l’affaiblissement physique continuel de la sainte, souvent plus morte que vivante. C’est lorsque que son corps la lâche, ou qu’elle lâche son corps, c’est selon, que les révélations frappent l’élue. À l’inverse d’Hildegarde, Elisabeth se décrit souvent comme collapsa in extasim (p. 22), tombée en extase ; une extase qui arrive et s’interrompt tout aussi brutalement, et peut recommencer, au cours d’un même office, à plusieurs reprises, en reprenant le « film » visionnaire à l’endroit où il s’était interrompu. C’est ainsi qu’elle voit avec les yeux du cœur ou de l’esprit. Dans le monde céleste, vécu et imaginé sur le mode de la montagne, du verger ou de la cité, elle navigue seul initialement ; mais l’« ange du Seigneur », assimilé à son ange gardien (p. 67, 86 et 99, auquel s’oppose son « faux ange » p. 105), la guide bientôt et lui fait découvrir, en les décryptant lorsque c’est nécessaire, les mystères et les secrets cachés au commun en matière de dogmes et de sacrements. C’est ainsi qu’Elisabeth explique par des images traduites en mots des vérités que la raison seule ne peut explorer.

  • 3  J.-P. Boudet et J. Véronèse, « Le secret dans la magie rituelle médiévale », dans Il Segreto, Micr (...)

3Cette parole, fruit d’une élection divine, est d’autre part difficile à rapporter, du fait même qu’elle dit l’indicible et dévoile ce qui normalement reste voilé. Et l’est d’autant plus, au vu des tiers et de l’institution ecclésiastique, qu’elle a pour medium une femme, potentiel « jouet de Satan » (p. 41). On retrouve ici, sur un mode assez similaire, la dialectique entre révélation et occultation chère, par exemple, aux textes de magie rituelle des XIIe-XVe siècles, qui se prétendent eux aussi porteurs de révélations et d’enseignements divins3. Vecteur d’une parole qui la dépasse (elle prononce au cours de ses extases des mots latins qu’elle ne maîtrise pas, voire qu’elle ne connaît pas selon son « confesseur » ; cf. par exemple p. 60), gardienne des « secrets du Seigneur qui demeurent cachés aux yeux du commun des mortels » (p. 39), Elisabeth, de peur qu’on ne lui prête de l’arrogance ou de l’orgueil, dans un premier temps dissimule, même si ses comparses (notamment sa supérieure) sont témoins de ses transports et les premières confidentes (p. 59). Mais la douleur qu’engendre ce silence est tel que la divulgation devient vite une question de vie ou de mort, même si, y compris au cours du processus de rédaction, elle ne peut encore tout dire, soit par ordre venu d’En-Haut (p. 76 : « Quand ma vision eut pris fin, je vis ma Dame qui se tenait dans la clarté des cieux, et d’elle je reçus une certaine révélation dont je ne veux pas encore dévoiler la teneur »), soit qu’elle craigne encore et toujours la moquerie (p. 83 : « Presque tout ce qui s’était produit familièrement sous mes yeux lors des fêtes des saints arriva encore au cours de la seconde année, quelques visions nouvelles s’y ajoutant dont nous passerons sous silence une grande partie à cause des incrédules » ; voir aussi p. 104, où l’on apprend qu’elle garde sous son lit secrètement la partie de l’ouvrage rédigé). Initialement incontrôlé et incontrôlable (p. 91 : « Je demandai à voir la supérieure et commençai à lui dire en secret ce que j’avais vu. Mais elle m’avoua avoir déjà tout entendu de ma propre bouche »), le dévoilement de la parole divine apparaît comme maîtrisé par le jeu de l’écrit, qui, même s’il ne peut tout retranscrire, dans un premier temps au moins enraye la perte (p. 94 : « Quand il eut dit cela, l’Ange s’éloigna. Je fis signe aux sœurs d’apporter des tablettes pour qu’elles y consignent ces mots par écrit […] »). Si la tentation du secret et de l’occultation reste toujours forte (ainsi p. 103, Elisabeth se rend-elle dans un « lieu secret » pour prier), la moniale obéit in fine à l’ordre de Dieu lorsqu’elle rend visible ce qu’elle seule connaît : « L’ange arriva une fois encore et se tint devant moi en disant : ‘‘Pourquoi maintenez-vous l’or caché dans la boue ? [Mt 25, 25-26] Cet or est la parole de Dieu qui est envoyée par votre bouche sur la terre, non pour qu’elle soit cachée, mais pour qu’elle soit rendue manifeste pour la louange et la gloire du Seigneur et pour le salut de son peuple » (p. 103-104 ; voir aussi p. 122-123). À moins que derrière cet impératif il ne faille voir en définitive que le désir de son frère, comme le laisse entendre le prologue du livre I : « Alors qu’elle dissimulait beaucoup de choses aux curieux qui la sollicitaient, tant elle craignait Dieu et avait l’esprit humble, elle céda à ce frère qui s’affairait pour tout connaître, désireux qu’il était de transmettre à la postérité ce qui était caché » (p. 40). Quoi qu’il en soit, les visions et la parole singulière d’Elisabeth se tarissent au fur et à mesure que le secret est levé et que l’œuvre s’écrit. Une fois que tout est dit, que tout est écrit, reste encore au récit à être diffusé. Or, sur ce plan, la postérité n’a pas été ingrate avec la moniale : le récit de ses expériencesa connu un succès immédiat comme de longue durée (plus de 150 manuscrits le conservent, dont 34 du XIIe siècle !), ce dont témoigne aujourd’hui encore ce très beau livre.

Notes

1  Pour une critique de la vision de Duby, cf. Amy Livingstone, « Pour une révision du ‘mâle’ Moyen Âge de Georges Duby (États-Unis) », Clio, 8, 1998, disponible sur le site web de la revue.

2  À partir de l’édition de référence de F. W. Roth, Die Visionen der heiligen Elisabeth und die Schriften der Äbte Ekbert und Emecho von Schönau, Brünn, 1884.

3  J.-P. Boudet et J. Véronèse, « Le secret dans la magie rituelle médiévale », dans Il Segreto, Micrologus, XIV (2006), p. 101-150.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Véronèse, « Elisabeth de Schönau, Visions, traduction par Jean-Pierre Troadec  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11944

Haut de page

Auteur

Julien Véronèse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org