Navigation – Plan du site

Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19.–21. Jahrhundert. Uses and Abuses of the Middle Ages, 19th–21st Century. Usages et mésusages du Moyen Âge du XIXe au XXIe siècle, éd. János M. Bak, Jörg Jarnut, Pierre Monnet et Bernd Schneidmüller

Anne Bach
Référence(s) :

Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19.–21. Jahrhundert. Uses and Abuses of the Middle Ages, 19th–21st Century. Usages et mésusages du Moyen Âge du XIXe au XXIe siècle, éd. János M. Bak, Jörg Jarnut, Pierre Monnet et Bernd Schneidmüller, München, Wilhelm Fink, 2009, 365p.

ISBN 978-3-7705-4701-2.

Texte intégral

1Le titre de ce volume promet plus qu’il ne contient. Ce recueil regroupe vingt-cinq communications d’un congrès organisé à Budapest en 2005. Effectivement, un atelier à l’université de Budapest a abouti à une rencontre internationale autour du sujet. Le coéditeur János M. Bak demande à ce que les résultats soient considérés avec une certaine indulgence, étant donné que la majorité des contributeurs se préoccupait du sujet des usages et des mésusages du Moyen Âge du XIXe au XXIe siècle pour la première fois (p. 12). Les contributions sont en effet peu homogènes, surtout du point de vue méthodologique. La définition des termes ‘usages’ et ‘mésusages’ au-delà de leurs dépendances contextuelles n’a pu être établie, comme le souligne le coéditeur Bernd Schneidmüller dans la conclusion du volume (p. 341). La lecture du volume entier est difficile, surtout parce que l’ordre donné aux contributions manque de transparence.

2Certaines contributions permettent cependant, à titre exemplaire, de saisir les tendances générales exposées dans ce volume ; elles seront commentées ici. Les autres contributions sont regroupées par pays traité et par nom d’auteur afin de donner une vue d’ensemble du recueil.

3Le coéditeur Pierre Monnet évoque, dans la seconde introduction du volume, l’actualité non pas du Moyen Âge mais de son image (p. 17). Dans le même sens, Otto Gerhard Oexle développe, dans sa contribution ‘Das Mittelalter’ – Bilder gedeuteter Geschichte, une conception quadripartite: premièrement, il évoque le dualisme d’un Moyen Âge « heureusement dépassé pour toujours » opposé à un Moyen Âge « malheureusement perdu ». Deuxièmement, le Moyen Âge serait perçu en tant qu’époque prospère avant et après les temps modernes. Troisièmement, le Moyen Âge représenterait la pluralité et la différenciation en opposition à une unité. Quatrièmement, le Moyen Âge se manifesterait en tant que medium d’expression artistique ou de réflexion sur la modernité.

4D’un point de vue ethnologique et européen, Walter Pohl montre, dans sa contribution Modern Uses of Early Medieval Ethnic Origins, que l’appropriation de l’histoire du haut Moyen Âge en Europe est caractérisée par une pluralité de narrations nationales rivalisant entre elles depuis le XIXe siècle.

5La tendance générale de l’instrumentalisation du Moyen Âge est observée dans de nombreux pays entre le XIXe et le XXIe siècle.

6À titre d’exemple, Peter Raedts montre l’instrumentalisation du Moyen Âge en Allemagne entre le XVIIIe et le XIXe siècle dans The Once and Future Reich : German Medieval History between Retrospection and Resentment. Selon lui, deux historiographes pré-critiques allemands actifs du XVIIIe au XIXe siècle, Friedrich von Raumer et Heinrich Luden, développent respectivement deux constructions historiques contraires du Moyen Âge à partir des mêmes sources : pour von Raumer, l’organisation politique diversifiée selon l’exemple de Frédéric Barberousse et de Frédéric II – emblèmes de la liberté – sert comme argument pour la continuité de l’histoire. Pour Luden, il s’agit de la continuité historique du peuple, définie comme une Nation par le langage, les traditions et les lois, ainsi que par son territoire. La première interprétation connaît un succès populaire au cours du XIXe siècle, alors que, entre le XIXe et le XXe siècle, la version de Luden l’emporte.

7Un autre exemple de l’instrumentalisation du Moyen Âge est présenté par Pavlína Rychterová dans sa contribution Mittelalterliche Hagiographie auf der Leinwand : Der Film « Svaty Vaclav » (1929) als gescheiterter Versuch, ein Nationaldenkmal zu konstruieren. Elle se penche sur l’échec du film Svaty Vaclav. Ce film a été créé sous la surveillance d’un comité scientifique d’historiens et financé en grande partie par l’Etat. Sorti en salle en 1929, le film sur le personnage du saint Venceslas devait symboliser la culture tchèque, mais l’échec est tel qu’il ne dessert ni la propagande, ni l’établissement d’une identité nationale.

8Troisième exemple, la contribution Whose Myth ? Which Nation ? The Serbian Kosovo Myth Revisited proposée par Dejan Djokić met en lumière l’instrumentalisation de la défaite des Serbes contre les Ottomans en 1389. La chanson épique serbe The Downfall of the Serbian Empire contribue à la création du ‘mythe du Kosovo’. La bataille y est expliquée d’un point de vue mythologique comme une victoire de l’héroïque Prince Lazare qui aurait renoncé à son royaume sur la terre, en analogie à Jésus. Slobodan Milosevic commémore en 1989 l’anniversaire de la mort du Prince, établissant un lien entre ce personnage mythique et sa propre personne. Au XXIe siècle, le mythe du Kosovo représente toujours une partie essentielle de l’histoire serbe.

9L’instrumentalisation du Moyen Âge sert, dans de nombreux pays européens, à l’éveil ou à la manifestation de l’identité nationale. À ce titre, citons les contributions sur la France de Bonnie Effros (XIXe siècle), de Jean-Marie Moeglin (XIXe siècle) et de Philippe Contamine (du XIXe au XXIe siècle), celle sur la Suisse de Guy P. Marchal (XXIe siècle), celles sur la Pologne de Ryszard Grzesik (XXe au XXIe siècle), celle sur la République Tchèque de Christian-Frederik Felskau (XXe siècle), celle sur la Bulgarie de Dmitry I. Polyviannyi (XIXe au XXe siècle), ainsi que celle sur la Lituanie de Giedrė Mickūnaitė (XXe siècle).

10L’instrumentalisation du Moyen Âge est peu pratiquée en Croatie au XXe et au XXIe siècle (contribution de Neven Budak), en Ukraine et en Crimée au XXe siècle (contribution de Mikhail Kizilov), en Russie au XXIe siècle (contribution de Sergei A. Ivanov) et en Roumanie au XXIe siècle (essai d’Andrei Pippidi). Aux Etats-Unis (contribution de Gabrielle M. Spiegel) et en Iran (essai de Bert G. Fragner), le Moyen Âge est interprété d’une manière propre.

11Le sujet des usages et des mésusages du Moyen Âge est abordé par Stuart Airlie sous l’angle de l’usage historiographique de films historiques à l’exemple des films pseudo-historiques The Vikings (1958) et The 13th Warrior (1999) dans Visions of the Vikings : Sagas, Cinema, History.

12Michael Toch montre l’usage particulier du Moyen Âge au sein de la communauté juive dans son article Medieval Jews and their Modern Uses : Historiography, Architecture, Literature.

13Le volume a le mérite d’afficher la volonté d’aborder le sujet intéressant des usages et des mésusages du Moyen Âge dans la perspective de l’historien, sujet qui se prêterait à un élargissement sur le plan interdisciplinaire. Par ailleurs, ce recueil, dont les réflexions stimulantes nécessitent quelques approfondissements, suscite l'intérêt au questionnement proposé.

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bach, « Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19.–21. Jahrhundert. Uses and Abuses of the Middle Ages, 19th–21st Century. Usages et mésusages du Moyen Âge du XIXe au XXIe siècle, éd. János M. Bak, Jörg Jarnut, Pierre Monnet et Bernd Schneidmüller », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11938

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org