Navigation – Plan du site

Plafonds peints médiévaux en Languedoc, éd. Monique Bourin et Philippe Bernardi

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Plafonds peints médiévaux en Languedoc, éd. Monique Bourin et Philippe Bernardi, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2009, 249p.

ISBN 978-2-354-12041-2.

Texte intégral

1Le colloque, dont ce volume réunit la plupart des communications qui y ont été présentées, s’est déroulé pendant trois jours dans autant de hauts lieux de son sujet d’étude, avec l’aide d’institutions régionales. Pour commencer, à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Béziers, à Capestang, qui s’enorgueillit d’avoir sur son territoire un castrum du XIIe siècle. L’archevêque de Narbonne, l’une des fortunes médiévales de la région, le fit remanier au cours de la première moitié du XIVe siècle et le gratifia d’une aula de belles dimensions (20 x 8,30 mètres), dont la charpente fut intégralement peinte à l’initiative d’un de ses successeurs, vers le milieu du XVe siècle. Deuxième lieu : Narbonne, où le palais archiépiscopal possède une charpente du début du XIVe siècle, décorée d’une psychomachie qui emprunte à la technique mise en œuvre au palais de l’Almudaina à Palma de Majorque. Et pour finir, à mi-chemin entre Narbonne et Carcassonne, à Lagrasse : le presbytère possède trois salles aux charpentes peintes vers la fin du XVe siècle dans un style qui rappelle celui de l’aula du château de Capestang.

2Les contributions débordent le cadre de ces trois sites, et, tout en limitant leur exploration au Languedoc, en excluent la charpente de Narbonne. Elles sont très diverses. Celle de Christian de Mérindol fait un tour d’horizon proprement encyclopédique : elle se réfère à plusieurs dizaines de réalisations de l’espèce pour présenter les principaux concepts à partir desquels il convient de les analyser (espace et hiérarchie ; héraldique et emblématique ; signification). Pour être plus ponctuelles, les autres contributions témoignent d’approches qui diffèrent entre elles.

3Alain Girard rappelle le rôle pionnier qu’a joué en la matière la Maison des chevaliers de Pont-Saint-Esprit dans le Gard, depuis sa redécouverte en 1977 jusqu’à son achat pour le Conseil général en 1988 et son ouverture au public. À l’autre extrémité temporelle, Jean-Michel Martin suit pas à pas le double périple, administratif et technique, qu’a emprunté, à partir de 2006, la restauration de la maison située au 51 de la rue de Verdun à Carcassonne, et plus particulièrement celle des charpentes peintes du rez-de-chaussée et du premier étage datées toutes les deux du XVe siècle.

4Elian Gomez, archéologue au Service archéologique municipal de Béziers, s’attache à quatre sites, dispersés dans la partie médiévale de la ville, pour « constater l’extraordinaire potentiel de la cité biterroise » (p. 184) en charpentes peintes. Jean-Philippe Alazet et Agnès Marin se concentrent sur le palais des rois de Majorque de Perpignan, « resté à l’écart du renouvellement des recherches archéologiques de ces trente dernières années » (p. 120), et plus particulièrement sur la charpente peinte de la loggia de la reine, qui « s’inscrit dans une tradition propre au style mudéjar » (p. 131 ; voir aussi à la n. 1 de cette même page, les remarques sur l’acception de ce terme). 

  • 1  D. Népipvoda, « L’hôtel de Brignac et ses plafonds peints », Bulletin des amis de Montagnac, 74 (2 (...)

5Jean Nougaret invite le lecteur à une promenade spécialisée dans la moyenne vallée de l’Hérault. Elle commence à Saint-Pons de Mauchiens avec l’église Saint-Pons de Cimiez et la maison dite des consuls, dont les charpentes peintes datent respectivement de la fin du XIIIe siècle et des années 1383-1384.  Elle se poursuit à Clermont l’Hérault, ou plutôt avec des panneaux peints retrouvés dans une décharge publique de la ville et depuis lors restaurés et déposés au Musée de la porte et de la ferronnerie, à Pézenas. Elle arrive au château des évêques de Béziers, à Gabian. Douze seulement des cent douze closoirs (« planchette [peinte] placée verticalement, légèrement inclinée, dans l’espace laissé entre les solives, chevrons ou poutres de la charpente », p. 58) de la charpente de l’aula du premier étage « sont restés in situ, quatorze autres sont conservés dans une collection particulière et six sont connus par une gravure de la fin du XIXe siècle » (p. 193). Cette regrettable dispersion n’empêche pas de se faire une idée de l’intérêt de la charpente et de son décor. Nougaret aborde ensuite Pézenas, avec l’hôtel de Graves (un peu avant 1470), celui de Wicque (aux alentours de 1500-1510) et une maison de la rue Alfred-Sabatier (qui n’a pas encore été datée). Un des closoirs du premier hôtel exhibe une scène érotique, le reste s’en tenant à des scènes plus sages (sirène, dragon et musiciens) ; les deux autres demeures n’ont pas encore été étudiées, tout comme une maison de la rue Notre-Dame, à Caux, une commune proche de Pézenas. La promenade se termine à l’hôtel de Brignac, à Montagnac, riche, à l’étage, de deux charpentes peintes, sans doute réalisées vers 1480 ; celle de la galerie a souffert d’interventions intempestives ; celle de l’aula a fait l’objet d’une monographie de Denis Népipvoda1. Tout au long de son parcours, Nougaret s’est effectivement appuyé sur des études antérieures ; je retiendrai celles dues à Jacques Peyron et à Christian de Mérindol, dont les plus anciennes remontent, respectivement, à 1977 et à 1979.

6Jannie Mayer convie à un autre type de promenade. Il s’agit d’une plongée dans les relevés graphiques du Centre de Recherche sur les Monuments Historiques. Dix-sept d’entre eux se rapportent à la région méditerranéenne. Les principaux cas retenus (Villeneuve-lès-Avignon, Béziers, Valence, Tarascon) permettent « de montrer les différences et les points communs entre les plafonds étudiés et de suivre leur évolution, des plafonds à petits compartiments du XIVe siècle aux plafonds à grands caisson du XVIe siècle » (p. 203). En complément à ces données techniques, Mayer présente des relevés aquarellés des charpentes peintes conservés à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. Dès 1855 environ, Henri Revoil en réalisait douze du château de Capestang. Il faut attendre 1962 pour qu’Élisabeth Faure en fasse quelques-uns au château de Tarascon ; d’autres ont suivi à Pomas, au palais épiscopal de Narbonne…

7Bernard Sournia et Jean-Louis Vayssettes étudient trois charpentes peintes qui, localisées à Montpellier, sont d’époques différentes : vers 1275 (l’hostal des Carcassonne), vers 1300 (l’hostal des Bucelli, aujourd’hui l’hôtel de Mirman) et 1432-1448 (le palais de Jacques Cœur ; l’écart qui sépare les deux dernières n’est pas, dans ce domaine, exceptionnel ; il s’explique par les vissicitudes de la guerre de Cent ans). À partir de ces trois cas, il « semble se dessiner une évolution de l’esthétique du plafond » (p. 151) : elle montre les limites de la vérité constructive que Viollet-le-Duc plaçait au fondement de l’art gothique (l’identité absolue de la structure et de la forme). Marie-Laure Fronton-Wessel se livre à une comparaison entre la charpente peinte de Capestang, « le discours d’un aristocrate », et celles de Lagrasse, qui oscillent « entre humour et morale ». Pierre-Oliver Dittmar et Jean-Claude Schmitt se fixent exclusivement sur la charpente peinte de Capestang dont une minutieuse analyse dévoile l’organisation subtile et la portée sociale et politique ; ils réalisent ainsi l’étude la plus complètement iconographique de l’ensemble du volume.

8Cent huit reproductions ne sont pas le moindre des charmes de ces pages, d’autant que la qualité du papier permet de respecter les nuances colorées et la finesse des détails. Attention toutefois : l’image utilisée pour la couverture se retrouve à l’intérieur, p. 73, avec une orientation opposée.

  • 2  J’en retiens deux qui m’ont paru être les plus citées dans le volume : J. Peyron, Les plafonds pei (...)
  • 3  Dictionnaire d’histoire de l’art du Moyen Âge occidental, P. Charron et J.-M. Guillouët (dir.), in (...)
  • 4  J. Henning, « L’archéologie des villes au Moyen Âge. Une nouvelle Europe urbaine », dans L’Europe. (...)

9Pour faciliter la lecture de cette recension, j’ai tenu à uniformiser mon vocabulaire, quitte à ne pas reprendre celui de la contribution dont je rendais compte. Car, et Philippe Bernardi le souligne justement, le lexique de la charpente peinte varie d’un auteur à l’autre ; et c’est avec raison que le même Bernardi en souhaite la normalisation. Est-ce qu’une telle variété lexicale n’est pas le propre d’une discipline qui n’a pas encore atteint sa pleine maturité, en dépit des multiples travaux qu’elle a suscités ? Des travaux, faut-il le préciser, qui ont le plus souvent parus dans les bulletins de sociétés savantes locales ou qui ont été menés dans le cadre de thèses restées à ce jour inédites2. Il est significatif et navrant que le récent et excellent Dictionnaire d’histoire de l’art du Moyen Âge occidental3 n’ait aucune entrée « Charpente peinte », alors qu’il en a une, « Charpente », de nature strictement technique, et qu’il fasse à plusieurs reprises allusion au palais des rois de Majorque de Perpignan ainsi qu’à Lagrasse (mais pour l’abbaye Sainte-Marie et le logis abbatial). Tout aussi significative, et tout aussi navrante, est l’absence d’allusion à la charpente peinte dans le chapitre consacré au Moyen Âge dans le récent et remarquable L’Europe. Un continent redécouvert par l’archéologie4. Il y a là un sujet de réflexion sur la formation des ghettos. Sont-ils consécutifs à un repli communautaire ? Ou résultent-ils d’un phénomène d’exclusion ? Les organisateurs du colloque de 2008 en ont depuis tenu deux autres sur le même sujet : en Avignon et Tarascon en 2009, à Perpignan et Vic en 2010. Peut-être qu’avec de telles manifestations périodiques et les publications subséquentes qu’elles impliquent, les questions que je viens de poser tomberont d’elles-mêmes en désuétude, du moins dans le secteur concerné, pour le plus grand plaisir des médiévistes friands d’images et attentifs à l’accroissement de leur source.

Notes

1  D. Népipvoda, « L’hôtel de Brignac et ses plafonds peints », Bulletin des amis de Montagnac, 74 (2008), p. 25-31.

2  J’en retiens deux qui m’ont paru être les plus citées dans le volume : J. Peyron, Les plafonds peints gothiques en Languedoc, thèse de 3e cycle, Université de Montpellier, 1977 et M.-L. Fronton-Wessel, Plafonds et charpentes ornés en Bas-Languedoc (diocèses de Narbonne et Carcassonne), thèse de doctorat, Université de Toulouse le Mirail, 2000.

3  Dictionnaire d’histoire de l’art du Moyen Âge occidental, P. Charron et J.-M. Guillouët (dir.), introduction de R. Recht, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2009.

4  J. Henning, « L’archéologie des villes au Moyen Âge. Une nouvelle Europe urbaine », dans L’Europe. Un continent redécouvert par l’archéologie, Jean-Paul Demoule (dir.), Paris, Gallimard / INRAP, 2009, p. 168-179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Plafonds peints médiévaux en Languedoc, éd. Monique Bourin et Philippe Bernardi  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 22 juin 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/11936

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org