Navigation – Plan du site

Nathalie Koble, Les Prophéties de Merlin en prose. Le roman arthurien en éclats

Damien de Carné
Référence(s) :

Nathalie Koble, Les Prophéties de Merlin en prose. Le roman arthurien en éclats, Paris, Champion, 2009 (« NBMA » 92), 590p.

ISBN 978-2-7453-1829-9.

Texte intégral

1L’ouvrage que consacre N. Koble aux Prophéties de Merlin, en attendant son édition critique, est une colossale mise à plat, probablement fondatrice, sur un ouvrage mal connu dont N. Koble montre l’intérêt poétique.

2Ce fait romanesque bizarre, mélange de prophéties et d’épisodes arthuriens nouveaux, diversement reçu par les manuscrits médiévaux et à peu près unanimement rejeté par la critique, bénéficie en premier lieu d’une solide description de sa tradition manuscrite. N. Koble se donne en effet pour première tâche, après un chapitre initial qui problématise la forme « romanesque » du texte et installe sa bipolarité (« côté de Merlin » , le prophète, ses prophéties, le devenir de sa parole ; et « côté d’Arthur », la vie du royaume de Logres), de relire les manuscrits existants en fonction de leur sensibilité plus ou moins marquée à l’un ou l’autre de ces deux pôles. L’auteur établit de façon très convaincante la primauté du manuscrit Bodmer sur les autres versions représentées (et en particulier sur celle qu’avait éditée L. A. Paton) ; or le ms. Bodmer conserve le mieux les ambivalences génériques du texte, en maintenant constamment le parallélisme des deux « côtés », au lieu que les autres versions, quand elles ne sont pas intégrées dans une plus vaste synthèse arthurienne, sacrifient les ressorts de la parole prophétique ou bien tout ou partie de la dimension « arthurienne » du texte. L’examen analytique des multiples trames du récit ainsi que des principaux témoins (entreprise d’une extrême patience qui aboutit à des tableaux denses et très précisément annotés) a entre autres l’intérêt de discuter de l’origine des nombreux épisodes communs aux Prophéties et à des témoignages isolés (versions spéciales du Tristan, du Guiron…) : N. Koble conclut dans tous les cas, selon des raisonnements probants, à l’invention des Prophéties, ce qui est en soi un engagement à réévaluer l’intérêt de ce texte dans le devenir du roman en prose médiéval. Par ailleurs le chapitre 2, qui décrit les différents traitements livresques et scripturaires subis par les Prophéties, constitue une étude de réception remarquablement intéressante. Le chapitre 3, qui annonce de près les « polyphonies romanesques » que développera la 3e partie, se consacre au kaléidoscope narratoriel construit par un roman dont une des principales préoccupations semble la mise en abyme des limites de l’écriture narrative.

3La 2e partie du travail de N. Koble examine les phénomènes de saturation de l’esthétique romanesque dont l’auteur des Prophéties fait un parti pris esthétique. Différentes configurations temporelles font les titres des trois chapitres (« Temps retrouvés », « Temps suspendus » et « Temps éclatés »), attachés respectivement à la mémoire intertextuelle du texte (y compris par exemple les effets de somme, les rappels actanciels, les reprises de motifs…), à l’écart romanesque que constitue l’épisode de la Fausse Guenièvre (lieu narratif de tous les renversements) et à l’immensité géographique nouvelle permise par l’apparente désorganisation historique, puisque le thème des croisades a partie liée avec les apparitions d’un Orient synonyme de diversité romanesque, et lui-même divers au cours du récit.

4La 3e partie concerne donc l’éclatement de la voix du roman. Le premier de ses chapitres (« Un livre à plusieurs voix ») décrit la multiplicité des figures d’organisation ou de production du récit, mais aussi de leurs antonymes, figures de destruction narrative ou à tout le moins de falsification. Le second, et donc le dernier chapitre de l’étude, s’intéresse au cas particulier des fées, délégations particulières et conflictuelles des facultés merliniennes, et métaphoriquement de sa parole.

5La conclusion, particulièrement substantielle, reprend l’ensemble des acquis de la réflexion, insiste sur les problèmes de poétique qu’ils posent, parfois en lien avec certaines préoccupations de la littérature d’aujourd’hui.

6Les annexes sont soignées : une très utile analyse du roman (de trente pages) précède une bibliographie très étoffée et des index des noms et des œuvres (où manquent étrangement les références à la Mort le roi Artu).

7L’ensemble de l’ouvrage témoigne d’une notable profondeur de vue sur la littérature arthurienne, puisque sont mobilisés aussi bien, pour peser les apports des Prophéties, le cycle de la Vulgate, le Tristan et ses différentes versions, l’ensemble du corpus merlinien. Cette érudition réelle, rarement pris en défaut sinon sur des vétilles (les tournois de Louveserp et du Château des Pucelles, dans le Tristan, sont confondus une fois, p. 282 n. 24 ; ce n’est pas Gaheriet mais Gaheris qui meurt empoisonné dans la Mort Artu, p. 364 n. 16), se manifeste également dans le traitement scrupuleux des versions manuscrites, dans la convocation d’une importante documentation critique consacrée à la littérature prophétique, dans la curiosité attentive, et toute moderne, aux problèmes de poétique comme, exemple parmi d’autres, l’usage de l’entrelacement, objet d’un regard soucieux des aspects signifiants de ce procédé romanesque.

8Il n’est pas impossible que l’ouvrage fasse aimer les Prophéties de Merlin à certains lecteurs ; il est sûr quoi qu’il en soit que cette étude réintègre l’œuvre dans le concert des romans en prose, dont il est assez généralement tenu à l’écart. On ne peut plus en effet en parler comme auparavant, ni ignorer les multiples significations historiques et poétiques qu’il semble à présent qu’il faille lui reconnaître.

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien de Carné, « Nathalie Koble, Les Prophéties de Merlin en prose. Le roman arthurien en éclats  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 16 juin 2010, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11932

Haut de page

Auteur

Damien de Carné

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org