Navigation – Plan du site

Serment, promesse et engagement : rituels et modalités au Moyen Âge, éd. Françoise Laurent

Orianne Lanciaux
Référence(s) :

Serment, promesse et engagement : rituels et modalités au Moyen Âge, éd. Françoise Laurent, Presses Universitaires de La Méditerranée (coll. « Les Cahiers du CRISIMA »), 2008, 622p.

ISBN 978-2-84269-836-2.

Texte intégral

1Le projet que s’était proposé le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur la Société et l’Imaginaire au Moyen Âge (CRISIMA) pour son VIe colloque tenu les 21, 22, 23 et 24 novembre 2001 à Montpellier était ambitieux : recenser les caractéristiques de l’engagement, établir une typologie de ces serments et autres promesses qui semblent devenir peu à peu (telle est l’intuition qui engendra ce rendez-vous montpelliérain) la pierre angulaire de la société médiévale, tant dans les rouages de ses institutions que dans les relations humaines à tous niveaux. Une cinquantaine de chercheurs français et étrangers avait répondu à l’appel, dont quarante-deux ont été invités par Françoise Laurent à fixer par écrit leur contribution dans Serment, promesse et engagement : rituels et modalités au Moyen Âge, paru en 2008 aux Presses Universitaires de La Méditerranée.

2Le champ d’application de cette problématique est extrêmement large, ce qui a pour effet positif de regrouper des spécialités diverses autour d’une même table : littéraires, linguistes, historiens, spécialistes du droit réfléchissent ici de concert, et force est aux partisans du sectarisme disciplinaire de reconnaître que cette rencontre de différents talents engendre une réflexion fertile, chaque approche relativisant et mettant en lumière les autres. Le fonds documentaire retenu présente une diversité infinie : les textes concernent tantôt la Provence, tantôt Venise ou la Suède, sont parfois des contes, parfois des baux ou des chartes, et ils peuvent venir de toutes les périodes médiévales, « du Haut Moyen Âge au XVe siècle ». Bien souvent on ne s’intéresse qu’au texte, mais quelques fois on porte son attention sur les illustrations qui l’agrémentent, ou on essaie de reconstituer d’après lui la gestuelle qui accompagnait la conclusion des accords.

3Que soit ici remerciée Françoise Laurent pour s’être ingéniée à mettre un peu d’ordre dans cette variété profuse. En effet, une classification scientifique a été retenue avec bonheur : après une introduction menée de main de maître par Claude Gauvard (comme on l’aura compris, synthétiser les multiples problématiques attachées à la pratique médiévale du serment n’est pas chose aisée), l’ouvrage s’organise en deux parties à peu près égales, l’une à dominante littéraire et l’autre plutôt historique. Ces deux mouvements sont eux-mêmes subdivisés : le premier compte une longue section « Écritures littéraires du serment » qui concerne un corpus varié de fictions (de Tristan aux chants des trouvères, de Robert le Diable à La Célestine, de la Chanson des Nibelungen à la Vie de saint Louis) puis trois études rassemblées sous le nom de « Langue et images du serment » (soit dit en passant, le regroupement de la linguistique et de l’iconographie nous paraît un peu arbitraire, car la contribution de Carine Durand sur « L’illustration des “serments” du Roman de Troie dans les manuscrits français » n’est pas purement formelle, l’auteur n’envisageant pas l’illustration comme un langage). La seconde partie compte quatre sections de longueurs inégales sur les « Serments et engagements religieux », les « Contrats, engagements et serments en justice », « Les serments de paix » et les « Serments vassaliques et féodaux ». En dépit des bonnes intentions de Françoise Laurent, la place de certains articles est discutable : ainsi le travail de Chantal Senséby sur « Un serment de mort au début du XIIe siècle dans le Val de Loire. Réalité ou invention monastique ? » a été classé dans la première section parce que ce serment de mort fut consigné par des moines, mais à la lecture, les questions soulevées relèvent plus de la politique que de la vie monastique ; peut-être aurait-il mieux valu l’utiliser comme contre-point aux « Serments de paix » ? D’autre part, l’article d’Emilia Ciobataru intitulé « Le serment des bâtisseurs : entre fondation et malédiction » – qui est intéressant, bien écrit et accompagné d’annexes éclairantes – n’a cependant rien à voir avec les « Contrats, engagements et serments en justice ». Traitant de la mythologie associée à la figure des bâtisseurs et prenant notamment appui sur La Ballade de Maître Manole, il nous semble qu’il aurait été plus à sa place parmi les études littéraires de la première partie.

4L’évaluation de la qualité de cet ouvrage est rendue difficile par sa nature composite. Un petit bémol formel pour commencer : la correction manque un peu de soin. Évidemment, veiller à la bonne tenue de 622 pages de travaux littéraires et juridiques issus de quarante-deux plumes différentes n’a rien de facile, mais il est tout de même regrettable que l’œil du lecteur puisse trébucher, dans ces pages érudites, sur quelques coquilles, asyndètes et typographies fantaisistes qui le détournent de sa réflexion.

5Quant au fond, certaines contributions souffrent d’une certaine superficialité bénigne parce que leurs auteurs omettent de rattacher leurs observations à la problématique commune, mais dans l’ensemble les études sont exposées clairement et parfois même dans un style plutôt enlevé qui, selon nous, renforce assez l’efficacité du discours. L’intérêt scientifique de chaque intervention est indéniable, chacune présentant toute la rigueur d’analyse souhaitable. Bien sûr, chaque lecteur accordera sa préférence aux articles relevant de sa discipline de prédilection ; cependant nous nous permettons d’insister sur le bénéfice qu’une lecture croisée (voire exhaustive) peut apporter : comparer les diverses approches permet de sortir de la singularité des études de cas pour accéder à une vision à la fois plus globale et plus nette.

6Malheureusement, cette vue ne sera ni totale ni définitive : pour preuve, Serment, promesse et engagement : rituels et modalités au Moyen Âge ne comporte pas de conclusion ! La dernière contribution, signée par Michel Zimmerman, sur « Le serment vassalique en Catalogne », est trois fois plus longue que les autres : cette prolixité signifie-t-elle que cet ultime article doit être lu comme une clôture du débat ? Certes, les problématiques abordées par le dernier intervenant sont plus nombreuses que dans les articles précédents, et recoupent parfois leurs développements. Mais il faut se rendre à l’évidence : le spécialiste de la Catalogne médiévale ne conclut pas. Cette absence de point final est symptomatique de la difficulté – voire de l’impossibilité – qu’il y a à rendre compte de la pratique du serment dans la société médiévale : la relation aux engagements est multimodale dès sa formulation (on prononce mais on écrit aussi, simultanément, après ou avant, et aujourd’hui nous n’avons plus que les versions rédigées de ce qui était avant tout une pratique oralisée), elle est présente dans toutes les couches sociales et jusque dans l’imaginaire de toutes les contrées d’Europe mais de manière toujours différente, et ce à divers degrés selon les époques… La lecture des actes du VIe colloque du CRISIMA est enrichissante : par l’accumulation d’études de cas toutes très différentes mais toujours pertinentes, les auteurs esquissent la silhouette de cette entité langagière particulière qu’est le serment, entité protéiforme et donc insaisissable mais qui constitue une inestimable porte dérobée vers le cœur de la société médiévale, puisqu’elle fixe par écrit la justice, la politique, la religion, le commerce, les relations amoureuses, etc. – en un mot tous les domaines de la vie en communauté, ainsi que l’appréhension contemporaine de cette vie grâce à la littérature. En somme, Serment, promesse et engagement : rituels et modalités au Moyen Âge est une entreprise honorable et intéressante mais qui reste inachevée.

Pour citer cet article

Référence électronique

Orianne Lanciaux, « Serment, promesse et engagement : rituels et modalités au Moyen Âge, éd. Françoise Laurent  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 16 juin 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11928

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org