Navigation – Plan du site

Xavier Masson, Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après le recueil de sermons de Nicoluccio di Ascoli

Andrea Martignoni
Référence(s) :

Xavier Masson, Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après le recueil de sermons de Nicoluccio di Ascoli, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 398p.

ISBN 978-2-7535-0807-1.

Texte intégral

1Xavier Masson se livre à une analyse extrêmement pointilleuse et enthousiasmante de l’art de la prédication dans l’Italie du Trecento. Une seule source est à l’origine de ce travail de grande ampleur, le recueil des sermons du dominicain Nicoluccio d’Ascoli. Né dans les Marches, à Ascoli Piceno, Nicoluccio, après des études à Bologne, exerce les fonctions de prieur dans le couvent de San Pietro Martire à Bologne puis dans celui de Sant’Andrea à Faenza. Réformateur, il prône pour un retour au sein de l’ordre dominicain à une plus grande austérité. Prédicateur de renom, il est l’auteur d’un nombre considérable de sermons parmi lesquels par exemple des sermons spécifiquement consacrés aux morts. Il a également composé un recueil de 119 sermons – la paternité du dernier a été néanmoins attribuée à un abbé anonyme – dont une grande partie appartient au temps ordinaire. Ils sont organisés selon le calendrier liturgique, s’échelonnant de l’Avent à la Toussaint, et ils adoptent la structure du sermo modernus.

2Pour la fin du Moyen Age, on a identifié quelque soixante-seize copies de ce recueil, preuve de son succès et de sa circulation. Pour son étude, XM a privilégié l’analyse d’un manuscrit parisien de belle facture (le BNF, lat. 16893) et de deux autres manuscrits qui, à la différence du premier, sont précédés d’un prologue de Nicoluccio lui-même (le Munich Clm 98 et le Prague IV A 14). Sur ce point, on aurait aimé, dans la partie introductive de l’ouvrage, profiter d’une présentation largement plus détaillée et pointue de ces trois manuscrits. En effet, seul celui de Paris est décrit, et encore très voire trop rapidement.

3Ces sermons peuvent être considérés comme des sermons-modèles dans le sens qu’ils sont d’abord et avant tout destinés aux dominicains pour les aider dans leur pratique de la prédication. Les thèmes abordés par Nicoluccio dans sa pastorale sont fort diversifiés : du thème de l’Incarnation à celui des bienfaits dispensés par le Christ, de la réflexion sur les tribulations du présent aux péchés, de la pénitence à la réconciliation. Le dominicain privilégie néanmoins trois grands thèmes, celui de la morale, celui du dogme et celui des sacrements, trois thèmes qui forgent une sorte le cadre de l’activité sermonnaire. Nicoluccio apparaît au fil de ses sermons comme un prédicateur plutôt conventionnel et l’intérêt de son recueil est à rechercher surtout dans le fait qu’il offre un voyage au cœur de l’univers de la société urbaine de l’Italie du milieu du XIVe siècle. Lucques, Naples, Rome, Padoue ou encore Bologne, le cadre géographique référentiel du prédicateur est celui des cités italiennes et du royaume de Naples.

4Comme le remarque justement XM, il serait bien trompeur de rechercher dans ces sermons une radiographie de la réalité de l’Italie du temps. Le regard du prédicateur est en effet un regard profondément et consciemment orienté. Il s’agit d’une lecture interprétative de la réalité dont le but est la mise en place d’une vision idéelle de la société urbaine qui apparaît dès lors sous les traits d’une société de prédication. Là réside tout l’intérêt de la démarche de XM qui a magistralement reconstitué, à travers une lecture méticuleuse et une écriture soignée, la vision de la société de Nicoluccio. Cependant, le prédicateur ne se limite pas à produire de l’idéal, il aspire, dans une tradition chère aux dominicain, à changer la réalité, à convertir cités et hommes, à les tourner en somme vers le bien, vers la charité, vers le salut. Car c’est bien là la mission du prédicateur et de ses sermons : indiquer le chemin vers le salut et y conduire les fidèles. La parole du prédicateur doit donc être pensée comme une parole de transformation dans le sens qu’elle aspire à avoir une réelle emprise sur la réalité du monde.

5Les analyses de XM sont organisées autour de trois parties. La première est intitulée « Identités ». L’étude des prologues de Nicoluccio s’avère précieuse car elle permet de suivre la mise en scène du moi auteur et de dévoiler l’image qu’il donne de lui-même. Nicoluccio se pense comme un porte-parole et comme un « je » en quête d’une autojustification permanente de son discours et qui revendique clairement la paternité de ses sermons. « Instrument animé », le prédicateur alterne ainsi entre un « je » créateur, un relayeur d’auctoritates bibliques, mais aussi philosophiques comme Aristote ou encore Sénèque. Mais le « je » est au service avant tout d’un propos qui doit être universellement valable, ce qui le pousse fréquemment à employer la troisième personne. Malgré quelques références à des destinataires précis – même s’il ne s’agit pas de sermons ad statuts –, éventuellement aussi à des lecteurs, le prédicateur préfère s’adresser à une communauté large à qui il destine un message divin dont il se fait l’interprète. L’auditoire de Nicoluccio ne doit pas seulement écouter, il doit aussi se montrer actif et dynamique car, si le prédicateur montre la voie, c’est à celui qui l’écoute de se mettre en mouvement pour trouver Dieu.

6Metteur en scène de la parole divine, le prédicateur donne une dimension politique à son homilétique. C’est un des traits caractéristiques de la prédication mendiante en Italie ; pensons à un Bernardin de Sienne bien étudié par Jean-Claude Maire Vigueur entre autres (« Bernardino et la vie citadine », in Bernardino predicatore nella società del suo tempo, Atti del XVI Convegno del Centro di studi sulla spiritualità medievale, Todi, Accademia Tudertina, 1976, pp. 251-282 ; l’article n’est pas cité par XM). La cité idéale de Nicoluccio est avant tout une communauté politique abordée par le prédicateur à travers une réflexion théorique sur les rapports hiérarchiques entre le pouvoir spirituel et temporel. Fort d’une culture juridique particulièrement importante, tout en rappelant que la loi humaine n’est qu’une émanation de la loi divine, il réfléchit à l’activité juridique à travers la figure du juge et insiste sur ses responsabilités. L’organisation de la communauté en corps politique conduit le prédicateur à produire une vision taxinomique de la société où tout le monde doit rester à sa place.

7On retrouve ici la métaphore du corps employée par Jean de Salisbury, entre autres. Le haut du corps est occupé par le souverain, la noblesse et les marchands ; la partie basse par le petit peuple (on aurait pu faire référence sur ce point à Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, Actes du Congrès international, Université de Montréal, 18-23 octobre 1999, sous la direction de P. Boglioni, R. Delort et C. Gauvard, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002). La vision est ici traditionnellement dominicaine, qui privilégie les catégories supérieures de la société. Le souverain idéal s’oppose au tyran et ses qualités sont la paix, la justice distributive et la justice commutative et la capacité à assurer la prospérité de son royaume. Prudence et sagesse sont aussi deux autres vertus indissociables du gouvernement du souverain idéal. Nicoluccio cependant ne semble pas insister sur cette autre vertu qu’est la charité, dont on sait qu’elle est étroitement associée au roi, comme l’a démontré Priscille Aladjidi dans son livre Le roi père des pauvres. France, XIIIe-XVe siècle (Rennes, PUR, 2008). La cour idéale au fond doit ressembler à la cour céleste.

8Derrière cette lecture politique centrée autour du roi et de sa cour, le royaume de Naples semble être un référent certain, même si les allusions directes sont peu nombreuses. On n’aurait pas regretté des analyses plus poussées sur la contextualisation du discours de Nicoluccio dans la réalité napolitaine du XIVe siècle.

9La deuxième partie est quant à elle consacrée aux héritages culturels dans lesquels le prédicateur puise pour ses sermons. Dans des pages denses, XM montre tout d’abord l’omniprésence de la Bible et de la culture biblique qui constitue l’épine dorsale du travail du prédicateur. Le texte biblique est à la fois l’alpha et l’oméga de la prédication. La Bible, les commentaires bibliques et l’exégèse sont des matériaux omniprésents. Se dessine aussi un certain nombre de préférences dans les références scripturaires de Nicoluccio, ce qui permet à XM de souligner les spécificités d’une lecture dominicaine de la Bible. Parmi les livres les plus fréquemment cités, il y a Esther, mais aussi des livres historiques comme le Livre de Samuel et le Livre des Rois dans lesquels le prédicateur trouve une multitude d’exemples chers aux dominicains comme celui David. Le Nouveau Testament est aussi présent et tout particulièrement la première lettre aux Corinthiens. Saint Thomas d’Aquin aussi est de la partie, bien entendu.

10Parallèlement à cette culture biblique solide et efficacement mise au service de la parole sermonnaire, les références à l’Antiquité sont aussi très nombreuses. Ce sont d’abord et avant tout des références aux grands hommes qui fournissent, dans une sorte de galerie, des exemples et des modèles de moralité, de justice et de valeur à suivre. Figures positives, comme Alexandre le Grand, figures ambivalentes comme l’orgueilleux mais courageux César, ou négatives comme le luxurieux Néron se côtoient sous la plume de Nicoluccio. Dans l’Antiquité le prédicateur ne recherche pas forcément un âge d’or, mais des modèles à suivre ou à ne pas suivre.

11La culture scientifique est aussi un élément important qui surgit des sermons du dominicain animé par un gout réel et prononcé du savoir. Comme dans les encyclopédies du XIIIe siècle, celle de Vincent de Beauvais, de Thomas de Cantimpré ou encore de Barthélemy l’Anglais, le monde est un livre de Dieu et les sciences doivent conduire à retrouver les traces du créateur dans sa création. Il s’ensuit donc que la culture scientifique du dominicain est et doit être au service de l’édification morale des fidèles en quête de Dieu. Ainsi des pages sont consacrées à l’astrologie, à la médecine et au monde animal, qui montrent la richesse des références éclectiques de Nicoluccio : Aristote, Hippocrate, Galien, Albumasar ou encore Avicenne.

12La troisième et dernière partie du livre de XM pose la question des « destinées », autrement dit de la finalité des sermons. Le prédicateur assume ici pleinement son rôle d’exportateur, montrant la voie, poussant à la conversion.

13Nicoluccio élabore dans ses sermons un discours doctrinal et dogmatique centré sur la figure de Dieu et de la Trinité. Le Dieu de Nicoluccio est unique, inaccessible, mais néanmoins opérant à travers une triple manifestation, manifestation de puissance, de sagesse et de miséricorde. La singularité la plus intéressante qui caractérise la pensée du dominicain est que son discours ne reflète pas les tendances de la spiritualité du temps. Sa vision n’est ni doloriste ni focalisée sur la passion du Christ. Au contraire, il privilégie la joie de la Résurrection et propose une religion relativement optimiste où Dieu, comme le rappelle XM, est avant tout Amour et Bonté. La visée de cette théologie est surtout morale. Les sermons donnent corps à une « morale de combat » à travers laquelle les vices et les péchés sont vaincus par le bien et les vertus. Le prédicateur invite son auditoire à l’introspection, à la conversion, à la contrition et à la pénitence. Dans ce parcours, c’est la caritas qui est la vertu principale, point sur lequel la pensée de Thomas d’Aquin inspire profondément Nicoluccio. Bien plus importante que l’humilité, la charité engage à un triple mouvement, d’abord vers Dieu, puis vers soi-même et enfin envers les autres. Le mariage, l’amitié, l’aumône en sont les principales manifestations.

14Le prédicateur s’intéresse aussi à la question de l’au-delà et de sa géographie, privilégiant une dialectique entre enfer et paradis. Si les limbes sont souvent évoqués, le purgatoire en tant que lieu semble relativement absent des sermons. Il est en tout cas « infernalisé », plus rattaché par les peines qui y sont infligées à l’enfer qu’au paradis. Enfin, concernant la question du temps eschatologique, Nicoluccio adopte un point de vue modéré voire distant. Modéré, il ne succombe pas à la fébrilité prophétique qui anime ses contemporains. Distant, il évoque la question de la fin des temps et la figure de l’Antéchrist sans la relier nécessairement, comme c’était souvent le cas, à une actualité historique du temps. On aurait pu tout de même, sur ce point comme sur d’autres, mettre davantage en perspective l’attitude du dominicain en la comparant avec celle d’autres prédicateurs contemporains et en faisant plus explicitement référence au contexte historique. Encore une fois, en tout cas, Nicoluccio se veut optimiste. Sa pastorale est en définitive plus une pastorale de la confiance qu’une pastorale de la peur, mais encore faut-il qu’elle survive à l’épreuve des temps à venir !

15L’ouvrage de Xavier Masson offre donc en trois actes une plongée, bien orchestrée par l’historien, dans la relation qu’un prédicateur italien du XIVe siècle, original et conventionnel à la fois, a tissée avec son auditoire, son espace et son temps, avec Dieu et le monde.

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Martignoni, « Xavier Masson, Une voix dominicaine dans la cité. Le comportement exemplaire du chrétien dans l’Italie du Trecento d’après le recueil de sermons de Nicoluccio di Ascoli  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11926

Haut de page

Auteur

Andrea Martignoni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org