Navigation – Plan du site

Nicolas Lenoir, Étude sur la « Chanson d’Aiquin » ou « La conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne »

Muriel Ott
Référence(s) :

Nicolas Lenoir, Étude sur la « Chanson d’Aiquin » ou « La conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne », Paris, Champion (NBMA 89), 2009, 746p.

ISBN 978-2-7453-1772-8.

Texte intégral

1Aiquin est une chanson de geste peu fréquentée, bien que, publiée pour la première fois en 1880 par Fr. Joüon des Longrais (Le Roman d’Aquin ou la Conqueste de la Bretagne par le roy Charlemaigne, chanson de geste du XIIe s., Nantes, Société des bibliophiles bretons), elle ait depuis fait l’objet d’une édition critique (Aiquin ou la Conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne, éd. par Fr. Jacques avec la collaboration de M. Tyssens, Aix-en-Provence, CUER MA, Senefiance 8, 1979) et d’une traduction en français moderne (La Chanson d’Aiquin, trad. par J.‑Cl. Lozac’hmeur et M. Ovazza, Paris, J. Picollet, 1985). Issu d’une thèse intitulée La Chanson d’Aiquin : une chanson de geste marginale ?, l’ouvrage de NL regrette d’emblée l’absence d’« une étude générale, globale, approfondie » de cette chanson (p. 7). Il parvient fort bien à combler cette lacune, en veillant systématiquement à en dégager l’originalité plutôt que la marginalité, montrant que l’œuvre exploite à sa façon, d’une façon bien particulière, les potentialités du genre épique médiéval.

2L’introduction générale expose très clairement les raisons pour lesquelles, pendant longtemps, la chanson d’Aiquin n’a guère intéressé les littéraires : d’une part, elle entretient des rapports extrêmement complexes avec l’histoire ; d’autre part, la seule copie conservée, tardive, inachevée, matériellement incomplète, a grandement mutilé le poème ; enfin, en raison de son caractère breton, de son « localisme », la chanson a été considérée comme « une sorte d’hétéroclite cabinet des curiosités de la Bretagne [alors] qu’elle était aussi — qu’elle se prétendait en tout cas — une chanson de geste et un texte littéraire cohérents, un travail de mise en forme lyrique d’un récit à prétention historique (véridique), orienté par une idéologie repérable et des inflexions singulières » (p. 11) ; autrement dit, « [l]a marginalité concrète de sa situation géographique […] et de ses caractères ‘historiques’ […] faisait conclure à sa marginalité — voire à son inauthenticité — générique » (ibid.).

3Le cœur de l’ouvrage répond ainsi en trois temps à la question que posait l’intitulé de la thèse. La première partie, « Aiquin, aux marges de l’histoire et de l’épopée française », s’intéresse à l’histoire, qu’elle soit « postulée par le texte (le contexte explicite de la représentation : l’époque des Vikings en Bretagne), ou supposée par le contexte (le contexte implicite de composition : l’époque des Plantagenêts en Bretagne) » (p. 15-16). Puisqu’Aiquin affiche comme toute chanson de geste sa prétention à la vérité de son histoire, la deuxième partie, « Les formes d’Aiquin : canons et singularités », procède tout naturellement à l’examen de la vocation lyrique de l’œuvre, i.e. à ce qui en fait, formellement, une chanson de geste ; tandis que la première partie s’appuie sur des travaux historiques antérieurs, celle-ci explore un territoire neuf, et montre que « Aiquin apparaît comme le témoin précieux d’une pratique régulièrement originale, familièrement étrange, de la technique littéraire de l’épopée française » (p. 234). La troisième partie, « Le cadre épique de la guerre sainte : adoption et retournement critique », vise à dégager le sens de la chanson et étudie « l’atmosphère spirituelle, le cadre spatio-temporel et poétique, enfin le vrai système actantiel qui préside à la composition et à la signification de la ‘Conquête de la Bretagne’ » ( p. 19).

4L’enquête menée par NL est méthodique, minutieuse, approfondie. Son écriture est aussi dense qu’élégante, l’organisation de l’ouvrage est d’une très grande clarté. Tout autant que l’étude globale d’Aiquin qui manquait, voilà un ouvrage extrêmement intéressant sur les ressources de l’épopée médiévale française.

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Ott, « Nicolas Lenoir, Étude sur la « Chanson d’Aiquin » ou « La conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11922

Haut de page

Auteur

Muriel Ott

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org