Navigation – Plan du site

François d’Assise. Ecrits, Vies, témoignages, dir. Jacques Dalarun

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

François d’Assise. Ecrits, Vies, témoignages, dir. Jacques Dalarun, Paris, Editions du Cerf / Editions franciscaines (Sources franciscaines), 2010, 3418p. en 2 vol.

ISBN 978-2-85020-250-6 / 978-2-204-08699-8 (vol. 1) et 978-2-85020-251-3 / 978-2-204-09051-3 (vol. 2).

Texte intégral

1Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur saint François sans jamais oser le demander... Voilà, en quelque sorte, ce qu’est parvenue à offrir au lecteur, dans cette imposante publication de près de trois mille cinq cents pages, l’équipe dirigée par J. Dalarun. L’entreprise, qui avait pour point de départ une refonte du recueil autrefois publié par T. Desbonnets et D. Vorreux (Saint François d’Assise. Documents, écrits et premières biographies, 1968), dépasse largement cet objectif et mérite d’être saluée, tant par son ampleur de summa franciscana et son érudition que par son souci d’accessibilité – parvenant ainsi à conjoindre, dans une perspective finalement très franciscaine, l’esprit de somme et celui d’ouverture (auquel participe même, il faut le souligner, le prix relativement abordable auquel sont vendus les deux volumes, étant donné leur épaisseur). Autour de saint François, des dizaines de textes sont ici réunis, donnés à lire dans des traductions (essentiellement du latin) entièrement nouvelles – dont les principes sont énoncés avec rigueur et pédagogie par J. Dalarun p. 36-44 de son introduction générale – et systématiquement pourvus, même pour les plus brefs d’entre eux, d’une présentation éclairante et de notes abondantes, permettant de situer ces sources multiples et loin d’être toujours concordantes dans leur contexte respectif et les relations qu’elles entretiennent.

2Comme l’indique le titre des deux volumes, les textes ici rassemblés sont classés en trois sections, à l’intérieur desquelles l’ordre adopté se veut autant que possible chronologique, sinon pour les écrits de saint François lui-même (répartis entre textes autographes et textes dictés, ces derniers ensuite classés selon leur contenu en louanges et prières, règles et exhortations, lettres), qui de toute manière se tiennent certainement dans un espace de quelques années (de 1220 à 1226) : les Ecrits, donc, dont le canon depuis longtemps établi n’évolue pas de façon très significative (un minuscule regret à formuler à ce propos : il est peut-être dommage, étant donné leur nature particulière, que le célèbre Cantique de frère Soleil, ainsi qu’Ecoutez, pauvrettes, ne soient pas également donnés dans leur langue originale) ; puis, constituant la plus grosse part du recueil, les Vies, soit effectivement les diverses Vies de saint François composées notamment par Thomas de Celano (dès 1228-1229) et Bonaventure, ou bien les Actes du bienheureux François et de ses compagnons (source latine, plus tardive, des fameux Fioretti), mais aussi des recueils de miracles, des textes liturgiques, des bulles pontificales, des extraits de chroniques franciscaines ou de traités aussi curieux que le Sexdequiloquium de Jean de Roquetaillade (ce qui situe la présente publication, comme le note plaisamment S. Piron, « à la pointe de la recherche sur les auteurs frères mineurs du Moyen Age tardif », puisque ce texte n’a été exhumé que tout dernièrement, en juin 2008) ; enfin la section beaucoup plus brève des « témoignages » incidents ou obliques (pour reprendre l’expression de J. Dalarun), qui recense différentes mentions touchant saint François dans une cinquantaine de textes, de 1216 (inscription de Santa Maria del Vescovado à Assise) à 1350 environ. De précieuses annexes viennent compléter cet ensemble presque exhaustif et parfaitement raisonné, en particulier une « Concordance des Vies de saint François » et un « Petit dictionnaire des sources franciscaines » apportant d’utiles éclaircissements sur d’autres textes concernant encore le Poverello, mais que les éditeurs ont choisi de ne pas inclure dans le recueil ; en revanche l’absence d’une bibliographie générale, même (forcément) sélective, se fait un peu sentir.

3La collection « Sources franciscaines », créée pour l’occasion, s’est donné pour but d’« offrir de nouvelles traductions françaises d’un corpus élargi des sources les plus anciennes informant du Poverello, ainsi que des études ou des instruments qui en facilitent l’accès ». C’est, avec ces 3400 et quelques pages, un pari plus que réussi, qu’avaient annoncé quelques volumes parus en avant-première (A l’origine des Fioretti. Les Actes du bienheureux François et de ses compagnons, 2008 ; Thomas de Celano, Les Vies de saint François, 2009 ; François d’Assise vu par les compagnons, 2009) et qui sera prolongé gageons-le par d’autres publications de la même qualité – si toutefois la collection est bien appelée à être poursuivie, point qui ne ressort pas clairement de son texte de présentation.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « François d’Assise. Ecrits, Vies, témoignages, dir. Jacques Dalarun  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11917

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org