Navigation – Plan du site

Martine Clouzot, Images de musiciens (1350-1500). Typologie, figurations et pratiques sociales

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Martine Clouzot, Images de musiciens (1350-1500). Typologie, figurations et pratiques sociales, Turnhout, Brepols, 2007, 353p.

ISBN 978-2-503-52345-5.

Texte intégral

1C’est, sur un sujet passionnant, une fort belle étude que nous propose ici Martine Clouzot, présentée comme la « relecture synthétique » d’une thèse soutenue en 1995 ; une relecture certainement d’autant mieux éclairée, sera-t-on tenté d’ajouter, que l’auteur a depuis ce temps continué d’explorer les mêmes problématiques, et fut notamment commissaire de l’exposition « Moyen Age, entre ordre et désordre » organisée à la Cité de la musique de Paris en 2004 (voir le catalogue Moyen Age entre ordre et désordre publié par la Cité de la musique et la Réunion des musées nationaux, où l’on retrouve quelques unes des enluminures commentées dans le présent ouvrage). Il s’agit, selon une approche qui, par la voie de l’iconographie, relève globalement de l’histoire culturelle, d’étudier les formes multiples et variées de représentation dont la musique et les musiciens sont l’objet, et partant leur place dans la société de la fin du Moyen Age, en travaillant toutefois à partir d’un corpus bien spécifique centré sur les manuscrits enluminés ayant appartenu aux ducs de Bourgogne et à leur entourage, corpus qui vaut à la fois pour son importance et sa cohérence, en même temps que pour ses remarquables qualités artistiques. En soumettant ainsi à l’interprétation un grand nombre de miniatures, lettrines et marges manuscrites très variées – aussi bien en ce qui concerne les instruments représentés (où la distinction entre instruments de haut et de bas s’avère une clé de lecture essentielle, quoique peut-être un peu trop systématiquement invoquée) que les instrumentistes (depuis l’animal musicien jusqu’à l’ange en passant par le jongleur et le musicien municipal ou ducal) –, elles-mêmes tirées des manuscrits les plus divers (bibliques, liturgiques et paraliturgiques, didactiques et juridiques, littéraires et historiques, etc.), MC a non seulement le grand mérite d’aborder de front un ensemble iconographique très vaste, mais aussi et surtout de s’efforcer de maintenir un contact permanent entre ces images et leur contexte aussi bien historique (documents d’archives à l’appui) que littéraire (à entendre au sens large, s’agissant de les mettre en rapport avec les textes de tous types qu’elles illustrent). L’auteur parvient ainsi à donner une vision globale dans sa complexité de la place occupée par la musique et ses acteurs dans la société bourguignonne (et, au-delà, française et flamande) des XIVe et XVe siècles, en ménageant une progression logique suivant les trois parties dont se compose l’ouvrage : en partant d’abord de la musique des marges, aussi bien iconographiques que sociales (animaux et hybrides musiciens, jongleurs), le lecteur est ensuite conduit, dans une deuxième partie, vers des formes plus officielles de musique, étroitement liées à l’organisation des pouvoirs municipaux (guet et annonces municipales, confréries et associations de métier) ou ducaux (le banquet et la danse, le tournoi et la guerre, les entrées solennelles), avant d’en venir, dans une troisième et dernière partie, aux aspects plus spécifiquement savants et sacrés de la musica, depuis les processions et les mystères jusqu’au roi David harpiste et aux anges musiciens, un thème iconographique fort répandu à la fin du Moyen Age, envisagé ici dans tous ses prolongements mystiques et cosmologiques.

  • 1  On pourra ainsi, à titre d’exemple, opposer la lecture à mon sens très pertinente qui est proposée (...)
  • 2  Ce qui entraîne d’ailleurs une confusion, quand MC p. 104 cite un extrait en vers du Roman de la v (...)
  • 3  Ainsi la traduction par Raoul de Presles de La Cité de Dieu est identifiée le plus souvent comme L (...)
  • 4  Quelques exemples parmi les plus embarrassants, dans la mesure où le texte cité ne veut rien dire  (...)

2A cheval sur au moins trois domaines (iconographique, historique et littéraire), c’est peu de dire que MC n’a pas choisi la facilité ; c’est ce qui fait tout le prix de cette étude, mais explique peut-être aussi que la démonstration ne soit pas toujours également convaincante, en particulier dans la première partie : ainsi la lecture qui est proposée de certaines images, certes loin d’être d’interprétation toujours aisée, peut-elle parfois laisser sceptique1 ; ou bien ce sont des rapprochements avec tel ou tel texte qui peuvent paraître contestables, en particulier dans le long développement consacré au jongleur, où une iconographie de la fin du Moyen Age se trouve à plusieurs reprises (voir p. 85-104) – sans que cela paraisse poser problème – confrontée à des textes du XIIIe siècle2, MC pratiquant en l’occurrence un étonnant aplatissement des sources, alors qu’elle a pris soin d’avertir son lecteur que le jongleur des XIIe-XIIIe siècles, sans disparaître « des textes et des images à la fin du Moyen Age, [...] prend d’autres formes, d’autres dénominations et d’autres fonctions sociales qui ne sont pas toujours aisées à identifier et à définir » (p. 84). Enfin, si les reproductions sont de grande qualité et l’ouvrage un régal pour les yeux, il est d’autant plus à regretter que ce régal se trouve quelque peu gâché par trop de coquilles et de petites erreurs matérielles affectant, en particulier, soit l’identification précise des manuscrits analysés3, dont il manque d’ailleurs une liste en fin d’ouvrage, soit les citations ou les transcriptions d’oeuvres littéraires, parfois fautives4. Certes il ne s’agit là que de menues scories qui ne remettent pas en cause l’intérêt de cet ouvrage, mais il paraît tout de même qu’il eût nécessité une relecture un peu plus attentive, pour être vraiment reçu avec tout l’enthousiasme qu’il mérite.

Notes

1  On pourra ainsi, à titre d’exemple, opposer la lecture à mon sens très pertinente qui est proposée p. 116 d’une miniature tirée de la Fleur des histoires de Jean Mansel à celle donnée p. 99 d’une autre miniature illustrant la traduction de Valère Maxime par Simon de Hesdin et Nicolas de Gonesse, où l’on se demande vraiment ce qui autorise MC à dire du jongleur que « lui-même goûte volontiers à la boisson et aux mets ».

2  Ce qui entraîne d’ailleurs une confusion, quand MC p. 104 cite un extrait en vers du Roman de la violette tout en faisant référence à la version en prose de ce même roman.

3  Ainsi la traduction par Raoul de Presles de La Cité de Dieu est identifiée le plus souvent comme La Cité de Dieu de saint Augustin, sans autre précision (sinon p. 63, note 86) ; de même p. 196 la traduction de Vasque de Lucène est désignée comme « Roman d’Alexandre de Quinte-Curce » ; plus gênant, MC confond la Fleur des histoires de la terre d’Orient de Hayton avec la Fleur des histoires (tout court) de Jean Mansel (voir p. 115 et p. 158-159), tout en rattachant l’une ou l’autre de ces oeuvres, pour ajouter à la confusion, tantôt à Quinte-Curce (p. 94-95 et p. 177), tantôt à Tite-Live (p. 116)...

4  Quelques exemples parmi les plus embarrassants, dans la mesure où le texte cité ne veut rien dire : p. 56, lire que il n’est de la pardurableté des sains et non de la pardurable ; p. 74, il sont trois manieres et non il ont ; p. 81, alloig et iouyt posent évidemment problème (voir l’édition de B. Folkart des Oeuvres poétiques de Pierre Michault, Paris, UGE, 1980, p. 110) ; p. 89, lire riote et non rote, genglerie et non jongleire, et ajouter ensuite le vers manquant « Cil qui vivent de jonglerie » (voir Le jongleur par lui-même, éd. W. Noomen, Louvain, Peeters, 2003, p. 324) ; p. 96, lire l’en en Brie et non l’en Brie (W. Noomen, éd. cit., p. 144) ; p. 183, lire veïssiez et non veillez ; p. 244, Et la fin a l’ovre (?) pardurable et non aloué pardonnable ; p. 276, proheme et non probleme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Martine Clouzot, Images de musiciens (1350-1500). Typologie, figurations et pratiques sociales  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 24 mai 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11915

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org