Navigation – Plan du site

Patrick Gilli (dir.), Les élites lettrées au Moyen Âge. Modèles et circulation des savoirs en Méditerranée occidentale (XIIe-XVe siècles)

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Patrick Gilli (dir.), Les élites lettrées au Moyen Âge. Modèles et circulation des savoirs en Méditerranée occidentale (XIIe-XVe siècles), Presses Universitaires de la Méditerranée, 2008 ; 345p.

ISBN 978-2-84269-822-5

Texte intégral

1Enrica Salvatori « Les Malaspina : bandits de grands chemins ou champions du raffinement courtois ? Quelques considérations sur une cour qui a ouvert ses portes aux troubadours (xiie-xiiie siècles) », Huguette Taviani-Carozzi « Culture et pratique juridiques du iudex civitatisen Italie du Sud lombarde et normande (xie-xiie siècles) », Pierre Racine « Le notaire dans la société communale italienne (xiie-xiiiesiècles) », Joan Molina Figueras « Francesc Eiximenis et les images de la ville idéale dans la couronne d’Aragon », Élisabeth Crouzet-Pavan « À propos des élites politiques vénitiennes », Tiziana Pesenti « Libri di medicina tra Padova, Bologna e Montpellier nel secolo XIV », Olga Weijers « La disputatio comme moyen de dialogue entre les universitaires au Moyen Âge », Pierre Jugie « Les cardinaux de la papauté d’Avignon, des lettrés ? », Jacques Verger « Étudiants et gradués des universités du Midi à la fin du Moyen Âge : problèmes d’effectifs et d’origine », Jacques Verger « Le rôle des ‘nations’ étudiantes dans la mobilité universitaire au Moyen Âge’, Patrick Gilli ‘Les Pandectes pisanes : fortunes et infortunes d’un texte au Moyen Âge’, Patrick Gilli ‘Les consilia de Baldo degli Ubaldi et l’élévation ducale de Gian Galeazzo Visconti : un intellectuel au service du prince ? », Carlos Heusch « Alfonso de Madrigal, dit ‘El Tostado », et la diffusion du savoir des Artiens de Salamanque (première moitié du xve siècle) », Carlos Heusch « Proto-humanisme et élites lettrées dans la Castille du xvesiècle »

2Ce recueil est le résultat d’un séminaire qui s’est déroulé sur trois ans et qui a réuni des chercheurs de divers horizons : on notera de prime abord le caractère européen des contributions qui sont ouvertes sur trois pays méditerranéens : le sud de la France, l’Italie, l’Espagne. Pour résumer l’impression d’ensemble qui s’est pour moi dégagée à la lecture de ce recueil, je noterai la qualité des contributions : je regretterai seulement un certain manque de soin dans la réalisation technique de l’ouvrage qui, visiblement, n’a pas bénéficié de relectures attentives, au vu des nombreuses coquilles qu’il comporte. Grande qualité scientifique, car le lecteur trouve en l’ouvrage une variété de points de vue, toutefois bien centrés sur le thème, qui offre, surtout au non-spécialiste, un panorama à la fois large et détaillé. J’en prendrai pour témoignage deux articles que je relèverai ici à titre emblématique, sous la plume de Patrick Gilli. Passionnant article que ce parcours que Patrick Gilli offre sur les Pandectes pisanes (le terme Pandectae apparaissant chez les canonistes au XIe s.), devenues au gré des conquêtes Florentina (1406) ; texte qui s’érige quasiment au rang de mythe, considéré comme un manuscrit de l’époque justinienne, véritable étalon que seuls quelques privilégiés (dont Balde) purent consulter sous une étroite surveillance. Retracer l’histoire de ce manuscrit permet à P. Gilli de faire d’abord une synthèse fort utile sur l’histoire du droit à Bologne et de s’interroger sur les relations pouvant exister entre la littera bononiensis et la Pisana. Celles-ci sont difficiles à identifier et rien ne prouve, à partir de la vingtaine de manuscrits du XIIe siècle disponibles, que la Pisana ait servi de source directe aux premiers maîtres de Bologne. L’auteur pense à un « filon extra-bolonais », lui-même alimenté par la littera pisana. Je remarque une note (1, p. 237) qui me paraît peu claire ou, du moins, mal exploitée par P.G. Cette note en effet mentionne le travail de M.V. Sanson Rodriguez au sujet des plus anciens manuscrits bolonais qui dateraient de la seconde moitié du XIe s., ce qui entre en partie en contradiction avec les propos précédents de P.G. faisant remonter la littera Bononiensis au XIIe s (p. 234). En réalité, les premiers maîtres bolonais eurent à travailler sur des textes mal connus., qui constituent, justement, la littera bononiensis. L’article de P.G. remet en cause une idée généralement reçue sur le fait que le manuscrit pisan a servi d’archétype pour la Vulgate bolonaise, pour laquelle, comme le montre l’auteur, il n’y a pas d’archétype. L’auteur développe ensuite l’histoire de ce manuscrit, pour arriver, en fin de parcours, à l’édition Torelli, édition au service du renforcement de l’autorité ducale. Cette remarque pourrait servir d’enchaînement pour l’article qui suit, toujours sous la plume de Patrick Gilli, qui s’intéresse aux relations entre les consilia de Balde et la politique de Gian Galezzo Visconti. On peut décomposer l’article en deux parties, structure rappelant le précédent ; l’auteur propose tout d’abord une synthèse fort utile sur le genre des consilia et le rôle qu’ils ont pu jouer « à la croisée de l’exégèse savante et de l’actualité » (p. 266), dans la cité, en rapport avec l’autorité (et les finances) du juge. La deuxième partie est consacrée à un exemple, celui de Balde et du Visconti. Le développement montre de façon parfaitement claire la fonction des conseils dans la politique de la cité, mais aussi leur part dans le statut d’autorité du juge. Statut qui va s’effritant, justement, avec la ‘fonctionnarisation’ (p. 278) des spécialistes de droit.

3Je ne parlerai pas des autres articles, par souci de concision, ce qui est certes une injustice : je pense en particulier aux deux très bons travaux de Carlos Heusch sur le Tostado et sur la Castille ou d’Olga Weijers sur ce sujet qu’elle connaît si bien, la disputatio. Une mention spéciale également pour le travail sur le notariat, avec deux articles, d’Huguette Taviani-Carozzi et de Pierre Racine. Mais que le lecteur de cette petite note fasse l’acquisition de cet ouvrage ou aille se le procurer à la bibliothèque la plus proche, car il mérite lecture.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Patrick Gilli (dir.), Les élites lettrées au Moyen Âge. Modèles et circulation des savoirs en Méditerranée occidentale (XIIe-XVe siècles) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11913

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org