Navigation – Plan du site

Giovanni Giovano Pontano, De Sermone. De la Conversation, texte établi et traduit par Florence Bistagne

Bruno Méniel
Référence(s) :

Giovanni Giovano Pontano, De Sermone. De la Conversation, texte établi et traduit par Florence Bistagne, Paris, Champion, 2008, 346p.

ISBN 978-2-7453-1778-0.

Texte intégral

1Éminent représentant de l’humanisme napolitain, Giovanni Pontano (1429-1503) est plus connu comme poète que comme prosateur. Sa prose a néanmoins été louée par Politien et Érasme, par Alessandro Alessandri et Paolo Giovio. Homme d’action autant que de réflexion, il a fait une carrière de soldat, de conseiller, de diplomate, au service des Rois de Naples, Alphonse le Magnanime, puis Ferdinand d’Aragon. Il médite l’enseignement de l’Éthique à Nicomaque et du De Officiis, et construit une pensée morale qui élabore la notion de vertu à partir de considérations sur les difficultés de l’action humaine. Il repousse d’un même mouvement le modèle du marchand – car il exalte la gratuité –, celui du courtisan – car il méprise la flatterie –, celle du sage – car il privilégie l’action. Rédigé en 1501-1502, publié pour la première fois en 1509, le De Sermone louerait plutôt le loisir lettré. Il se présente comme un traité de rhétorique et d’éthique de la conversation quotidienne, que Pontano considère comme « le lien tout à fait essentiel pour maintenir la société » (p. 96). Le premier livre fait défiler des figures d’hommes dont l’usage de la parole pèche par excès ou par défaut et pose un idéal du juste milieu que le discernement permet d’atteindre. Le deuxième livre se concentre sur la sincérité et la vantardise. Les quatre derniers livres traitent de la facétie et de l’homme d’esprit. L’ouvrage, subordonnant la rhétorique à l’éthique, trouve son unité dans la recherche du meilleur comportement de l’homme en société.

2Héritier d’Aristote et de Cicéron, Pontano opère la distinction entre le loisir et la vie active : « l’instinct (instinctus) pousse spontanément l’homme vers le rire (iocus) pour se reposer, tout comme pour agir il le pousse vers le sérieux et le travail » (p. 183). Dans le loisir, le meilleur comportement se définit à partir de la notion de facétie. Pontano crée à cette occasion le mot latin facetudo – l’esprit. Dans l’introduction, Florence Bistagne insiste sur l’idée que « le uir facetus n’a pas de précédents antiques » (p. 42). Il est dommage que cette idée n’ait pas été développée davantage, car on aurait aimé que l’« esprit » tel que le conçoit Pontano soit clairement différencié de l’enjouement de l’Éthique à Nicomaque. Aristote et Pontano définissent tous deux la vertu comme le juste milieu entre deux comportements extrêmes. Cependant, alors qu’Aristote définit des genres de vie en fonction de valeurs suprêmes, le plaisir, l’honneur ou la vérité, et qu’il tend à privilégier la vie méditative, Pontano s’efforce d’« esquisser » (adumbrare, p. 116) l’homme idéal et d’élire les vertus qui permettent d’établir des rapports harmonieux avec autrui. Comme il se concentre sur les qualités qui se manifestent dans les relations privées, il accorde une attention particulière à l’amabilité, à la sincérité et à l’esprit. La bonne attitude à l’égard d’autrui se situe entre l’approbation systématique des courtisans et l’animosité des querelleurs. Elle peut consister à tenir des propos désagréables : « tant qu’on peut être utile, tant qu’on peut aider par ses paroles et ses conseils, proposons-nous, par des avertissements droits, par des conseils prudents, de causer quelque désagrément plutôt que, en se taisant ou en tournant un compliment et en approuvant des actes honteux, de supporter qu’un ami proche, qu’un concitoyen, qu’un hôte, et j’ajouterais même un étranger, encoure la perte de l’honneur et de la réputation » (p. 116). Le juste milieu entre la complaisance et l’agressivité pourrait être la vertu qui, selon Aristote, « n’a pas reçu de nom, mais [...] ressemble très fort à l’amitié » (Éthique à Nicomaque, 1126a 19-20). Cette notion anonyme est toutefois distincte de l’amitié, en ce qu’elle ne demande aucune réciprocité et qu’elle procède d’une volonté d’être agréable à tous et non seulement à un petit nombre ; de la familiarité (popularitas), en ce qu’elle n’implique pas une position de supériorité ; de l’humanité, en ce qu’elle ne participe pas d’une sensibilité particulière aux malheurs d’autrui ; de la civilité, en ce qu’elle relève de la sphère privée et non de la sphère publique. Pontano trouve que le nom le plus approprié serait celui d’amabilité (comitas), mais il attache plus d’importance au travail sur les concepts qu’à la nomination effective : « cette vertu, même sans nom, ce qu’elle est et quelle est sa nature, l’avoir montré sera suffisant » (p. 128).

3« En effet nous philosophons, ou plutôt nous nous amusons en philosophant » (p. 277) : sans prétendre au statut de philosophe, Pontano s’efforce d’affiner des concepts, en les confrontant et en les distinguant : « il n’y a rien que l’on doive plus observer qu’une distinction et une sélection des mots et des choses » (p. 83). L’urbanité, qui est une espèce de l’esprit, s’oppose à la rusticité du campagnard ; l’esprit, qui est le propre d’hommes se proposant l’honnête et la convenance pour fins, diffère du tout au tout de l’obscénité du bouffon. Parce que Pontano s’aventure dans un champ que les textes des Anciens qui lui sont parvenus n’ont pas exploré avec la même minutie, il manque parfois de mots. Il n’hésite pas alors à créer des néologismes : castitudo, mœstitudo, rixatio, contensiositas, litigatorius, refragator, agrestitas, agrestitudo. Ce travail sur le lexique permet à Pontano de distinguer des notions que le latin classique confondait, mais aussi, lorsqu’il donne des exemples, de produire des effets comiques.

4Parce que le De Sermone articule le comportement social et le maniement du langage, sa lecture est indispensable à tous ceux, philosophes et littéraires, qui tentent de comprendre dans sa cohérence profonde l’éthique de l’humanisme, qui se situe sur ces deux plans. L’ouvrage lui-même met en pratique cette éthique urbaine et raffinée : il recherche explicitement la variété (p. 89), il élabore une langue qui mime l’oralité, et bien sûr il abonde en bon mots – qui sont empruntés aux auteurs latins comme Martial mais aussi transposés de l’italien –, au point que des chapitres entiers pourraient être lus comme des recueils d’histoires drôles. Il faut féliciter la traductrice, qui parvient à en rendre la puissance comique, alors que rien n’est plus difficile que de faire passer d’une langue à une autre des traits d’esprit dont l’effet repose entièrement sur la concision et la subtilité de la formulation. Il convient surtout de savoir gré à Florence Bistagne d’avoir mis ce texte important à la portée de tous, par une introduction claire et convaincante, et des notes qui élucident comment Pontano façonne sa prose latine.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Giovanni Giovano Pontano, De Sermone. De la Conversation, texte établi et traduit par Florence Bistagne  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11912

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org