Navigation – Plan du site

Nathalie Dauvois, La Vocation lyrique, La Poétique du recueil lyrique en France à la Renaissance et le modèle des Carmina d’Horace

Jean-Charles Monferran
Référence(s) :

Nathalie Dauvois, La Vocation lyrique, La Poétique du recueil lyrique en France à la Renaissance et le modèle des Carmina d’Horace, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010, 263p.

Texte intégral

1Avec ce nouveau livre, Nathalie Dauvois poursuit sa réflexion sur la poésie lyrique au XVIe siècle. Laissant de côté la question du rapport du lyrisme et de la subjectivité qu’elle avait explorée dans son Sujet lyrique à la Renaissance (PUF, Recto-Verso, 2000), elle approfondit les perspectives du volume collectif qu’elle a dirigé sur la Renaissance de l’Ode et l’ode française au tournant des années 1550 (Paris, H. Champion, 2007) en s’intéressant ici plus spécifiquement à la poétique du recueil lyrique. C’est, d’une certaine manière, moins l’ode en tant que telle qui l’intéresse que la manière dont les poètes français du XVIe siècle vont concevoir et organiser un recueil d’odes, dans la lignée des Carmina d’Horace, modèle livresque essentiel pour refonder à la Renaissance une poésie lyrique.

2Après deux premiers chapitres qui permettent de situer la réinvention lyrique des années 1550 au cœur du contexte poétique, à la fois comme fracture avec ce qui précède et comme héritage de l’existant, Nathalie Dauvois en arrive au chapitre central de son ouvrage qui a pour titre « Varietas ». Ce qui constitue en effet pour Nathalie Dauvois l’unité du recueil lyrique, c’est bien une pensée et une recherche de la variété, concept-clé qu’elle va au cours des chapitres suivants examiner sous tous ses aspects, thématiques, mais aussi énonciatifs, pragmatiques ou prosodiques. Plus exactement, ce qui définit le recueil lyrique –  et constitue donc comme le fil d’Ariane de l’ouvrage et en explique les différentes stations –, c’est la quête conjointe d’une inépuisable variété et d’une cohérence, l’articulation d’une diversité et d’une harmonie. Cette harmonie ou cette cohérence, Nathalie Dauvois les trouve dans l’acte ou le geste lyrique lui-même (chapitre IV), dans l’effet tempéré recherché in fine par la lyre (chapitre V), dans l’unité formelle de la strophe (chapitre VI), dans l’ordonnancement de la polyphonie autour de la voix d’un poète (chapitre VII), autant d’entrées qui intègrent la variété mais qui, sans jamais la faire s’évanouir, la modèrent ou la canalisent.

3Plus précisément, le troisième chapitre rappelle la variété thématique, formelle et stylistique des Carmina d’Horace et son influence sur la constitution des recueils humanistes néo-latins, même si ces derniers peuvent parfois favoriser une sorte de conversion chrétienne ou d’unification morale. La variété affecte de la même manière la construction des recueils français et la succession des poèmes, bien que la prise en compte, chez certains, d’un modèle pindarique entraîne alors plutôt, au sein de pièces plus homogènes louant les Grands, une variété interne à l’ode elle-même, faite d’inconstances et de digressions, qu’une variété à l’échelle du recueil. Le quatrième chapitre intitulé « Performances et pragmatiques lyriques » s’intéresse à la manière dont les poètes du XVIe siècle tentent de retrouver la performance originelle de la poésie lyrique. Si certains vers lyriques peuvent être déclamés lors d’une occasion publique, ils se contentent pour beaucoup de représenter un acte de langage, louange, mais aussi blâme, vœu, invitation, conseil, prière : « dans le cadre d’une poésie écrite, […] la pragmatique lyrique vient prendre le relais d’une poésie de la performance, tout en la pérennisant » (p. 125). Conformément aux odes horaciennes restituées dans les éditions humanistes avec des titres qui rappellent le destinataire de la pièce et la circonstance à l’origine de l’écriture du poème, les recueils lyriques de la Renaissance française multiplient, en les variant au possible, les adresses, leurs modes ou leurs visées. Dans un cinquième chapitre, intitulé « Passions », Nathalie Dauvois réfléchit à l’effet recherché par la lyre, montrant la capacité plus particulière qu’a celle-ci d’apaiser et d’adoucir les passions. Les vers lyriques et leurs recueils cherchent au final à harmoniser les différentes cordes de la lyre, les différents modes d’actions et d’effets, et proposent une poétique fondée sur la tempérance et la conciliation qui intègre la variété et ne se confonde pas avec l’uniformité. L’avant-dernier chapitre, « Strophes », démontre que, dans le sillage de la virtuosité prosodique d’Horace, sans cesse rappelée et étudiée par les commentateurs humanistes, les poètes, qu’ils écrivent en latin ou en français, s’essaient à une grande variété métrique et plus encore strophique. Bon nombre de poètes français, Ronsard en tête, cherchent en effet à transposer pour le vernaculaire les combinatoires horaciennes, multipliant les défis formels et rivalisant d’inventions strophiques. C’est du moins la réalité des premières années de la décennie 1550, l’expérimentation prosodique de ces années-là ayant tendance par la suite à se raréfier. Si l’ode strophique se perpétue bien au delà, elle est alors confrontée à de nouvelles modes ou à de nouveaux genres (l’anacréontisme, l’hymne et le cantique) et à la concurrence de la rime plate. Au final, c’est moins l’ode (qu’on retrouve insérée, par exemple, dans la tragédie ou les prosimètres pastoraux ou romanesques) qui fait les frais de cette évolution que le recueil d’odes lui-même et la variété fondamentale qui présidait à sa construction : les recueils lyriques de la fin du siècle, quoique composés de genres différents, hymnes, odes ou chants divers, se définiront la plupart du temps par une visée unique, chrétienne, morale ou politique. Le dernier chapitre, « Voix », examine comment, à l’instar des Carmina, les recueils d’odes à la Renaissance se constituent non pas autour d’un je, mais autour d’une polyphonie néanmoins réglée par un coryphée, qui assume lui-même une pluralité de postures.

4On ne saurait rendre compte ici de la richesse des propositions avancées dans ce livre, ni de la pertinence de ses lectures effectuées sur un corpus très large dont témoigne l’importante bibliographie primaire donnée à la fin de l’ouvrage. Séduit qu’il est par cette Vocation lyrique et sa riche matière, il peut arriver que le lecteur veuille parfois en savoir encore davantage ou souhaite revenir sur un détail de l’analyse, tant celle-ci est toujours stimulante. Ainsi, quand Nathalie Dauvois montre que, dans son premier recueil poétique, Du Bellay est capable d’associer un canzoniere pétrarquiste (les Cinquante Sonnetz à la louange de l’Olive) et un recueil d’odes à la manière horacienne (Vers Lyriques), au contraire par exemple de Ronsard, cherchant d’abord en 1550 à construire l’ode contre le sonnet, on aimerait savoir comment elle comprend chez l’Angevin l’insertion de l’Antérotique, non lyrique. Du Bellay conçoit-il vraiment un recueil lyrique ou construit-il plutôt, adossé à la Deffence, une livraison témoignant de toute l’étendue de sa Muse, nourrie de Pétrarque comme d’Horace, de l’auteur des Carmina comme des Sermones? Dans les discussions et les différents que l’adaptation de la lyre antique à la poésie vernaculaire provoque en 1549-1550 entre les élèves de Dorat, Nathalie Dauvois aurait pu mettre davantage en valeur l’exception de Du Bellay, plutôt indifférent, contrairement à Ronsard, à la définition de l’ode par le recours à la strophe. Le cas de l’Angevin aurait permis, dans le chapitre VI, de signaler plus fortement que l’exigence de virtuosité métrique n’était pas unanimement partagée, ni même au départ celle des vers mesurés à la lyre. Au fond – mais cela Nathalie Dauvois le montre à plusieurs endroits de sa démonstration –, chaque poète (et sans doute aussi chaque recueil) propose sa propre définition de la variété. Dans un tout autre ordre d’idées, l’analyse des longs poèmes scientifiques de l’Amour des amours (p. 202-203) gagnerait à être encore nuancée ou poursuivie. Chez Peletier, le poème qui dit l’harmonie céleste ne « renonce » pas « à ses propres aptitudes à l’accord », ce que l’on perçoit mieux si l’on distingue les poèmes météorologiques (où règne en effet la rime plate) et les poèmes astronomiques (uniquement rendus, quant à eux, par des formes strophiques), ou si l’on prend en compte la tentative singulière du poète de créer, par l’artifice du vers et de la rime, une poésie mimétique de son objet.

5Ces quelques interrogations du lecteur curieux ne témoignent que de l’intérêt permanent que prend celui-ci à la lecture des pages d’un ouvrage qui ne se veut pas somme, mais essai, qui multiplie pistes et aperçus sans épuiser les analyses, qui collectionne moins les notes en bas de page et les renvois bibliographiques (encore que l’un comme l’autre restent nécessairement nombreux) qu’il ne propose réflexions, suggestions, variations de point de vue, incursions. Pleinement fidèle à l’objet lyrique qu’il examine, l’ouvrage de Nathalie Dauvois repose sur une idée forte mais propose un parcours libre, sans redite ni pesanteur, qui approfondit la définition constitutive de l’ode et du recueil lyrique à travers la variété et ses déclinaisons : « il ne comporte pas de refrain, mais progresse continuellement », dirait Josse Bade. Par ailleurs, l’enquête de Nathalie Dauvois propose à celui qui s’intéresse à la poésie de la Renaissance une sorte de modèle en matière de méthodologie critique. C’est par le va-et-vient qu’elle opère continuellement entre la poésie néo-latine et la poésie d’expression française (voire italienne ou dialectale), entre la théorie et la pratique, que Nathalie Dauvois parvient à des conclusions argumentées et assurées. Et c’est fondamentalement par la recherche qu’elle a su mener depuis des années sur les exégètes humanistes des Carmina d’Horace (Landino, Bade et d’autres), passeurs essentiels des Anciens et de leur lecture, qu’elle peut valider ses hypothèses et apporter un regard renouvelé sur les textes poétiques français. Il n’est pas si courant, et pourtant vital pour les études seiziémistes, que l’érudition savante la plus exigeante vienne servir, comme c’est le cas ici, un véritable discours critique.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Charles Monferran, « Nathalie Dauvois, La Vocation lyrique, La Poétique du recueil lyrique en France à la Renaissance et le modèle des Carmina d’Horace », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 13 mai 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11900

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Monferran

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org