Navigation – Plan du site

Jacques de Billy, Six livres du second advenement de nostre Seigneur, édition de Thierry Victoria

Bruno Petey-Girard
Référence(s) :

Jacques de Billy, Six livres du second advenement de nostre Seigneur, édition de Thierry Victoria, Paris, Classiques Garnier (Textes de la Renaissance, n° 161), 2010 (478p.)

ISBN 978-2-8124-0078-0

Texte intégral

1Même s’ils ont fait l’objet de lectures qui ont montré leur importance et leur originalité, les Six livres de Jacques de Billy n’avaient jusqu’à aujourd’hui connu qu’une unique édition à Paris, chez Guillaume Chaudière, en 1576. Leur publication par T. Victoria rend donc aisément accessible un texte dont les beautés épiques transcendent le sujet potentiellement aride de la Parousie. Car c’est bien de poésie qu’il s’agit avant tout – et non de théologie –, la poésie fût-elle tout au service de la conversion d’un lecteur énergiquement secoué par l’alexandrin à la fois souple et nerveux du bénédictin autant que par les violentes visions qu’il sait mettre en scène.

2La longue introduction de Victoria permet d’aller au-delà d’une lecture de simple plaisir. Jacques de Billy (1535-1581), érudit éditeur des pères grecs (Grégoire de Nazianze, Jean Damascène ou Jean Chrysostome), n’hésite pas à mettre sa plume au service d’une écriture destinée à un public plus large qu’il s’agit de conforter dans sa foi alors qu’il ignore tout des subtilités propres à la théologie. Les Six livres appartiennent à cette littérature propre à instruire, à susciter une crainte salutaire tout en séduisant. Leur objet est de décrire, au gré d’un songe qui rend l’avenir présent au poète et par son vers au lecteur, non seulement la fin du monde, mais aussi le Jugement dernier, les peines de réprouvés et la béatitude des élus. Un tel projet s’inscrit dans la longue tradition des traités sur les fins dernières, et l’influence du De quatuor hominis nouissimis de Denis le Chartreux y est sensible ; aussi bien le canevas eschatologique est-il déjà proposé par la Légende dorée. Billy cependant est autre chose qu’un simple adaptateur ; il restructure sa matière au gré de jeux de symétrie, organise l’ensemble du volume qu’il publie en encadrant son long poème d’une version du Traité du jugement de Dieu de Basile de Césarée et des Quatrains sentencieux de Grégoire de Nazianze, offrant l’ensemble au prieur de la Grande Chartreuse par une épître-préface qui en oriente la lecture. Il crée une relation didactique forte à quoi l’utilisation de la forme versifiée contribue ; ses argumentations, pédagogiques, sont à la fois claires et cohérentes tandis que les figures exploitées contribuent avant tout à une esthétique fonctionnelle. De tels choix cependant n’empêchent pas le poème d’être une épopée eschatologique. Victoria repère les traits d’une parole épique qui répond à la noblesse du sujet traité et à la gravité de ses enjeux : sont examinés les motifs narratifs ou descriptifs, mais aussi les intrusions du poète renforçant la cohérence de la matière tout en assurant fréquemment la dimension émotive du propos. La publication d’un tel poème s’inscrit, à la date où il est imprimé, dans la vague d’inquiétudes eschatologiques qui habite les mentalités du temps ; le contexte éditorial large permet de discerner combien le thème connaît alors une significative actualité : la crainte d’une imminence de la fin du monde existe et, pour topique qu’elle soit chez les Lettres catholiques, justifie la démarche du religieux : il lui semble nécessaire de provoquer une réaction salutaire en plaçant sous les yeux d’un lecteur qu’il cherche à émouvoir aussi bien le spectacle du monde en proie à la déliquescence morale et spirituelle, celui des affrontements derniers que la vision béatifique. Mais l’essentiel est peut-être ailleurs que dans la crainte qui n’est qu’un levier : au cœur du propos l’action providentielle de Dieu dans l’histoire de l’homme sur la terre témoigne que le salut est toujours possible et que ce salut concerne le lecteur entraîné mais aussi – surtout ( ? ) – instruit.

3La lecture du poème est soutenue par une abondante annotation ; elle développe souvent les nombreuses manchettes qui balisent la lecture du texte dans le volume de 1576 et apporte nombre d’éclaircissements devenus nécessaires pour goûter toute la profondeur du texte. Glossaire, bibliographie et index (références bibliques et noms propres) complètent l’ensemble. Quelques notes surprennent parfois ; ainsi les vers d’une des pièces liminaires adressée « Au Livre » : « Tu es semblable à l’Arche, où estoit d’un costé / La celeste liqueur […] / Et d’autre part estoit la verge Aaronique » (p. 129-130), appellent-ils une note renvoyant à divers passages du livre de l’Exode. Mais la mention du vase de manne et du bâton d’Aaron placés dans l’Arche n’a-t-elle pas plus simplement comme point de fuite, non ces multiples références – on pourrait dans cette perspective en ajouter quelques autres parmi lesquelles Nombres XVIII, 10, seul verset vétéro-testamentaire indiquant que le bâton d’Aaron devait être conservé comme signe –, mais l’Épître aux Hébreux IX, 4 : saint Paul y indique – c’est le seul texte biblique qui le fasse de la sorte – que la « celeste liqueur » et « la verge Aaronique » étaient l’une et l’autre conservées dans l’Arche d’alliance. On pourrait également regretter que les textes que Billy a peut-être ou assurément à l’esprit au moment où il compose son poème n’aient pas été cités dans des traductions du temps lorsque la chose était possible ; le lecteur aurait pu apprécier son travail de poète sur la langue autant que son travail d’homme d’Église sur le sujet. Ce ne sont cependant là que détails au regard du considérable travail dont l’éditeur fait profiter son lecteur.

4On ne peut que se réjouir de cette publication qui élargit singulièrement toute familiarité avec l’univers poético-spirituel du temps des guerres de religion. On sait combien la littérature de spiritualité et/ou de dévotion s’est alors développée ; on en connaît déjà bien, grâce à des publications parfois récentes, certains aspects, mais il ne fait pas de doute que l’édition des Six livres du second advenement de nostre Seigneur rend facilement abordable un horizon assez nouveau tant par l’ampleur de l’ouvrage que par les qualités poétiques qui l’animent.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Petey-Girard, « Jacques de Billy, Six livres du second advenement de nostre Seigneur, édition de Thierry Victoria », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 27 avril 2010, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11858

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org