Navigation – Plan du site

Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, éd. Thierry Pécout

Vincent Challet
Référence(s) :

Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, éd. Thierry Pécout, Désiris, 2009, 429p.

ISBN 978-2-915-418-354.

Texte intégral

1La Marseille médiévale est, selon la belle expression de Thierry Pécout, une « ville de papier » que seuls historiens et archéologues peuvent faire revivre compte tenu de la disparition de bon nombre de bâtiments médiévaux et du remodelage de la ville aux époques modernes et contemporaines. Raison de plus pour saluer la parution de ce beau livre qui, grâce au concours et aux contributions des meilleurs spécialistes de cette Marseille médiévale, relève le pari d’allier une érudition parfaite, une cartographie soignée et une riche iconographie, tout en faisant la part belle aux documents d’archives dont de très nombreux exemplaires sont présentés sous forme de clichés accompagnés d’une transcription et d’une traduction. L’approche choisie ici est essentiellement thématique même si l’entrée en matière se fait par une esquisse du passage de la Marseille antique à la Marseille médiévale à travers l’évocation de la ville entre le VIe et le Xe siècle, lourde et difficile tâche dont s’acquitte Marc Bouiron en faisant appel tant aux rares textes conservés (ainsi des listes épiscopales et de Grégoire de Tours) qu’aux derniers acquis de l’archéologie préventive. Comme dans l’ensemble des régions de la Méditerranée occidentale, les premières pages de l’histoire médiévale s’écrivent à Marseille dans une forte continuité vis-vis du Bas Empire romain dont témoigne, entre autres choses, le maintien au pouvoir d’une puissante aristocratie gallo-romaine. La Marseille du VIe siècle est ainsi l’héritière directe de la cité romaine tardo-antique dont elle a conservé les principaux éléments architecturaux à l’instar du forum, de la cathédrale et du baptistère ou encore du palais épiscopal. La disparition de cette cité antique se situerait plutôt vers la fin du VIIe siècle au moment où l’évêque, engagé dans une lutte d’influences avec le comte (qu’atteste l’édification d’une enceinte fortifiée réduite connue sous le nom de Castrum Babonis) perdit nombre de ses prérogatives au profit de ce dernier. Le pouvoir civil, lui, est d’abord détenu par un rector provincie – ainsi, ce Dynamius, rector en 581 et ami de Venance Fortunat – puis par des patrices qui profitent de l’effacement du pouvoir mérovingien pour affirmer une certaine indépendance, du moins jusqu’à la reprise en main de la Provence par Charles Martel en 739. Le dernier patrice, Abbo, est d’ailleurs attesté vers 750 tandis que le premier comte carolingien apparaît en 780. Il n’empêche que, durant tout cette période, Marseille est plutôt supplantée par Arles où s’installent justement les comtes de Provence dont la fonction ne devient héréditaire que vers le milieu du Xe siècle au moment où est mentionné le premier vicomte de Marseille, Guillaume. Du point de vue urbain strictement dit, la ville voit l’édification, vers 840, d’une seconde enceinte réduite correspondant au pouvoir comtal et répondant au Castrum Babonis édifié par l’évêque quelque cent cinquante ans plus tôt, tandis qu’entre ces deux pôles s’étend un vaste espace dépeuplé comprenant notamment toute l’ancienne zone portuaire en voie d’abandon complet. Marc Bouiron met en exergue le coup d’arrêt brutal que représenta la reprise en main de Charles Martel en 739, rejoignant ainsi les analyses portées depuis longtemps sur la Septimanie voisine où la reconquête carolingienne est généralement considérée comme la véritable rupture entre le cadre urbain antique et la ville médiévale.

2C’est donc à cette ville médiévale proprement dite, envisagée essentiellement dans son évolution depuis l’an mil jusque dans les années 1450 que sont consacrés les principaux dossiers thématiques qui constituent l’ouvrage et présentent ainsi l’image d’une ville sous formes de fragments et de dossiers séparés. Premier thème abordé, et en toute logique, celui du cadre urbain et de son évolution dont Marc Bouiron retrace les principales phases. Il montre ainsi comment s’opéra tout d’abord la reconquête de l’espace urbain entre l’an mil et la fin du XIIe siècle à travers le renouveau monastique dont témoigne la refondation du monastère de Sainte-Marie des Accoules en 1030 implanté par le pouvoir vicomtal dans l’espace laissé désert entre le Castrum Babonis et le réduit vicomtal. La période est marquée, comme partout en Occident, par une progression démographique dont les signes tangibles sont l’apparition des premières paroisses, la récupération de l’ensemble de l’espace intra muros et même la toute première extension de l’enceinte depuis l’Antiquité. Dans le même temps, la réforme grégorienne entraîne une partition de la ville entre pars vicomtale et pars épiscopale qui s’orne d’un nouveau palais épiscopal édifié sur la butte des Carmes. Ayant retrouvé à la fin du XIIe les dimensions de la cité antique, la Marseille médiévale peut alors entamer une première expansion qui se traduit par la construction d’une nouvelle enceinte en 1190 et la multiplication de fondations hospitalières hors les murs tandis que l’espace intra muros voit, vers 1223-1224, l’édification, face à l’église des Accoules, du premier palais communal qui sert de siège au podestat et devient le cœur politique de la ville basse. Enfin, la Marseille angevine se caractérise, après 1257, par le développement de faubourgs urbains – à l’instar du bourg Sainte-Catherine pour lequel la confrontation des données archéologiques et archivistiques permettent de proposer une reconstitution tout à fait saisissante de son état en 1301 (fig. 14 et 20, la maquette présentée permettant d’appréhender pleinement le phénomène de lotissement qui a présidé à la constitution de ces faubourgs) – où viennent s’implanter les ordres mendiants (ainsi les Frères Prêcheurs dans le faubourg Sainte-Catherine). Enfin, la destruction du Château Babon en 1348 rendit possible la réunification définitive de la ville haute et de la ville basse. Le propos est ici agrémenté et soutenu par de nombreux plans qui permettent de suivre clairement l’évolution topographique de l’espace urbain marseillais et par la volumineuse transcription de deux cahiers de reconnaissance de cens et de perception du trézain en faveur du monastère Saint-Sauveur datés des années 1216-1224. L’une des grandes qualités de l’ouvrage est d’avoir su réserver, à côté de cette synthèse chronologique, de l’espace pour des études plus précises, la première étant centrée sur des rues marseillaises. À partir de données archéologiques (fig. 25 qui montre le cliché saisissant d’une calade retrouvée en cours de fouilles), Françoise Paone se livre au passionnant exercice de l’évolution morphologique des quartiers de la ville en intégrant trois données fondamentales, la pérennité de certains axes antiques, les tracés des enceintes successives et l’emplacement des édifices civils et religieux majeurs. Puis, l’auteure adopte le parti de la micro-topographie pour montrer comment le bourg de Morier se structura dans le courant du XIIIe siècle avec l’ouverture de nouvelles rues destinées à desservir le couvent des Béguines de Roubaud. Elle note in fine la préservation d’un schéma antique, même amoindri, intra muros, ce qui se lit à l’existence de rues le plus souvent rectilignes, quoique étroites. Cet aperçu sur les rues de Marseille se double d’une étude consacrée à l’habitat proprement dit, rendue possible par les fouilles archéologiques conduites sur le site de l’Alcazar et ayant permis de dégager des structures remontant au XIIe siècle, ainsi que par une esquisse de la juiverie de la ville basse établie par Juliette Sibon. C’est l’occasion ici de souligner que, plutôt que de consacrer un seul article général consacré à la communauté juive comme on le fait d’ordinaire dans la plupart des monographies urbaines, le parti pris de l’ouvrage a été d’étudier cette communauté sous ses différentes facettes en les reliant systématiquement à une thématique d’ensemble, ce qui a pour effet fort salutaire d’éviter une logique trop strictement communautaire au profit d’une approche permettant d’envisager la communauté juive dans son environnement chrétien et dans ses interactions avec le reste de la population.

3Le cadre urbain une fois posé, l’exploration de la Marseille médiévale se poursuit par un examen des éléments constitutifs de  « l’ordre ancien » – ce que l’on avait coutume d’appeler il y a peu encore l’ordre féodal – à savoir l’abbaye Saint-Victor, les vicomtes de Marseille et le pouvoir épiscopal. À tout seigneur, tout honneur et c’est donc bien naturellement sur Saint-Victor, l’un des rares édifices médiévaux encore observables à Marseille, que s’ouvre ce dossier. Saluons ici le mélange de clarté et de rigueur du beau dossier consacré par Florian Mazel et Michel Lauwers à cette communauté monastique attestée dès 780 et implantée sur la tombe du martyr Victor. Sa refondation par l’évêque Honorat en 977 donna lieu à la délivrance d’une charte dont les auteurs livrent non seulement une édition et une transcription (doc. 13, p. 131-133) mais aussi une fine analyse mettant en lumière l’appui du pouvoir vicomtal à un « acte autant politique et social que religieux, relevant du bon gouvernement que doivent assurer de concert l’évêque et le vicomte à la tête de la cité de Marseille » (p. 131). Il faut toutefois attendre l’abbatiat de Guifred (1005-1020) et la venue de moines de l’abbaye de Psalmodi pour que Saint-Victor connaisse un premier essor qu’accompagnent les nombreuses donations des vicomtes et de l’aristocratie provençale, ainsi que le renouveau du culte de Saint Victor qui devient alors le saint patron de la dynastie vicomtale. La réforme grégorienne marque cependant, vers 1065, une véritable rupture en mettant un terme à cette emprise épiscopale et vicomtale : en témoigne la notice d’élection de l’abbé Brémond (1064-1065, doc. 14, p. 134-136) qui exalte la fonction abbatiale et souligne la dimension pastorale du monachisme pour faire de « l’abbé, plus que le père d’une communauté spirituelle isolée, une figure politique et sacerdotale appelée à rayonner sur l’Église et le monde » (p. 134). L’image triomphante d’un abbé exerçant le gouvernement des corps et des âmes est prolongée à l’occasion de la rédaction de la Vita de l’abbé Isarn (~1070) qui passe totalement sous silence les reliques de Saint Victor trop liées au pouvoir vicomtal au profit de la figure d’Isarn, idéal d’abbé ascète en pleine conformité avec les principes de la réforme grégorienne. L’émancipation vis-à-vis de la tutelle séculière est renforcée par l’octroi en 1079 par le pape Grégoire VII du privilège d’immunité, d’exemption, de rattachement direct à Rome et de libre élection de l’abbé, à l’imitation de la puissante abbaye de Cluny, les abbés de Saint-Victor participant en retour à la reprise en main par la papauté des évêchés méridionaux à l’instar de Richard, cardinal et légat à partir de 1077, devenu abbé en 1079 et qui finit sa carrière comme archevêque de Narbonne. Saint-Victor acquiert alors un grand rayonnement dont témoigne le grand nombre de prieurés rattachés à l’abbaye. Elle connaît cependant une très grave crise financière et institutionnelle avant de subir une profonde réorganisation sur le modèle cistercien, la communauté victorine devenant alors « un véritable ordre monastique » (p. 128). La reconstruction de l’église abbatiale entre 1201 et 1261 est la matérialisation de cette nouvelle expansion de Saint-Victor.

4Le premier développement de l’abbaye doit ainsi beaucoup à cette famille des vicomtes de Marseille, originaire du Viennois et placée dans la vassalité du roi de Bourgogne, Conrad, avant de devenir la principale auxiliaire des comtes de Provence. Des deux fils d’Arlulf, l’un, Honorat, est évêque en 954, tandis que l’autre, Guillaume, est doté du titre vicomtal en 977. Pendant un siècle environ, cette famille exerce une domination conjointe sur les fonctions épiscopale et comtale : la donation (doc. 18) en 1060 par l’évêque Pons II et son frère le vicomte Geoffroi du monastère féminin de Sainte-Marie-des-Accoules à l’abbaye Saint-Victor est emblématique de ce co-gouvernement  exercé sur la cité et du caractère familial de cet établissement monastique. Mais la réforme grégorienne met un terme à cette domination de la famille vicomtale en lui faisant perdre le contrôle de l’abbaye Saint-Victor et du siège épiscopal, cette dissociation des pouvoirs entraînant une partition des patrimoines associés aux fonctions comtale et épiscopale et, partant, la division de la ville même de Marseille en deux parties. Comme en bien d’autres cités méridionales – Béziers en est un exemple frappant comme l’avait montré en son temps Henri Vidal – les XIe et XIIe siècles sont marqués par la lutte incessante entre episcopatus et vicecomitatus portant notamment sur l’exercice des droits publics ; les vicomtes y jouent une partition subtile visant à soutenir un chapitre cathédral, de recrutement plutôt aristocratique, contre les positions de l’évêque, ce qui conduit, en 1162, à la naissance de la seigneurie canoniale et à la division en deux parties de la ville épiscopale. L’enquête de 1164 reproduite dans cet ouvrage (doc. 19) sur les droits respectifs de l’évêque et du vicomte livre, à travers un récapitulatif des plaids successifs déjà tenus, un aperçu de ces querelles de juridiction et de leurs rebondissements. Seule l’extinction de la lignée vicomtale, en la personne de Roncelin contraint en 1211 de réintégrer l’abbaye Saint-Victor dont il était sorti pour devenir vicomte, mit un terme à cette lutte sans pour autant assurer la victoire définitive de l’évêque, la lettre d’Innocent III à son légat portant sur cette affaire  (doc. 20) témoignant tout autant de l’imposition de nouvelles normes issues de la réforme grégorienne que de l’indifférence de l’aristocratie provençale par rapport à ces mêmes normes. Certes, en effet, le pouvoir épiscopal put s’affirmer à partir des années 1150 et l’évêque disposer d’une pleine seigneurie confirmée par l’empereur Frédéric Ier en 1164, matérialisée par l’érection de la forteresse de Roquebarbe et symbolisée par le serment imposé aux vicomtes. Mais cet apogée épiscopal sur la ville ne dure guère : concurrencé par son propre chapitre, l’évêque doit surtout s’effacer devant le pouvoir des Angevins qui lui imposent, en 1257, un échange entre ses droits sur la ville haute et des droits répartis entre plusieurs castra environnants.

5C’est qu’en effet le XIIIe siècle est celui de la double affirmation d’un pouvoir communal et d’un pouvoir princier. On ne peut que regretter ici de ne pas disposer d’une synthèse claire sur la genèse de la commune marseillaise, même si les documents manquent sans doute pour en reconstituer le schéma exact. Ce qui surprend le plus demeure la date plutôt tardive de l’émergence de ce pouvoir communal en dépit de la proximité géographique des communes italiennes : si des consuls sont peut-être attestés pour la première fois en 1178 (soit un demi siècle après ceux d’Arles), il faut attendre 1219 pour que l’universitas apparaisse dans les documents, même si ses prémices peuvent être discernés au sein de la confrérie du Saint-Esprit fondée en 1212 à l’initiative de l’Église comme une association de paix. La commune ne s’affirme vraiment qu’à partir de 1220, date à laquelle elle emprunte au modèle italien, mais pour un temps très bref, l’institution du podestat, ce dernier étant remplacé dès 1229 par des consuls et un viguier. Débarrassée de la présence des vicomtes depuis 1211, la commune tend à s’affirmer progressivement face aux comtes de Provence jusqu’à jouir d’une complète indépendance et devenir, selon l’expression de Victor-Louis Bourilly, une véritable « République » dotée d’une bannière (fig. 78 ; croix d’azur sur champ d’argent) et d’un sceau portant à l’avers Saint Victor terrassant le dragon et au revers une ville fortifiée (fig. 98, p. 249). Il n’en reste pas moins que les Marseillais sont encore astreints en 1243 envers le comte de Provence à un devoir de chevauchée et que l’indépendance de fait de la commune ne dure en réalité que de 1247 à 1257, date à laquelle le nouveau comte de Provence, Charles d’Anjou, impose une réorganisation complète des institutions municipales ; c’est désormais le comte qui nomme directement le viguier, seul chef de la ville et maître de l’exécutif, même s’il s’entoure d’un conseil dont les membres sont choisis au sein des élites urbaines. Si bien qu’au final, cette commune marseillaise – surtout si on la compare aux consulats méridionaux voisins, cette mise en perspective manquant ici cruellement – paraît tardive et singulièrement limitée dans ses attributions. Comme le montre clairement Thierry Pécout, elle avait pourtant profité dans un premier temps de la disparition de la dynastie vicomtale jusqu’à réunir entre ses mains en 1226 les 20/24e des anciens droits vicomtaux, mais une telle politique d’expansion se heurta rapidement aux intérêts du comte de Provence Raymond Bérenger V qui, entre 1226 et 1229, parvint à soumettre la plupart des pouvoirs urbains de son comté. La sentence rendue en 1230 par l’évêque Bernard d’Alignan (doc. 28, p. 191-193) à l’occasion d’un conflit entre le comte et la commune se révèle « symptomatique des enjeux de la construction politique qui s’opère à cette époque en Provence, pour laquelle le droit et les juridictions s’avèrent des éléments fondamentaux de l’exercice, de la reconnaissance et de la légitimité du pouvoir politique » (p. 191). À partir du milieu du XIIIe siècle, s’instaurent entre la ville et le prince des rapports que Thierry Pécout qualifie de « domination consentie » et régis par les Chapitres de Paix institués en 1252 et 1257. Relations qui sont globalement celles d’une soumission de la ville au prince mais qui n’en sont pas moins susceptibles d’un certain nombre de corrections en fonction de l’évolution des rapports de force entre les Marseillais et les princes angevins. Martin Aurell et Jean-Paul Boyer s’attardent ainsi sur la prestation de serment de Charles II le 5 décembre 1288, l’une de ces journées « qui fit Marseille ».  Prévu par les Chapitres de Paix depuis 1257, ce serment par lequel le prince s’engageait à respecter les libertés et privilèges de la ville, prit, en 1288, un relief particulier en raison de la position de faiblesse de Charles II (doc. 33) qui venait de perdre la maîtrise de la Sicile au profit des Aragonais. Cette journée de 1288 inaugurerait ainsi une politique suivie de dialogue entre le prince et ses sujets dont témoignerait également l’union de la ville basse et de la ville haute accordée en 1348 par la reine Jeanne en récompense de la fidélité éprouvée des Marseillais (doc. 34). Depuis Bernard Guenée, les historiens ont souvent fait des entrées royales l’un des points culminants de ce dialogue politique entre le prince et ses sujets et c’est à Noël Coulet – qui, dans un article fameux, avait corrigé les premières intuitions de Bernard Guenée concernant l’utilisation du dais processionnel lors de ces cérémonies – que revient la tâche d’évoquer ces entrées royales, celle de Robert Ier en 1319 puis celle de Louis II en 1385 selon un cérémonial en tout point semblable. Sous la domination angevine, la commune marseillaise semble totalement assujettie au pouvoir royal et à son représentant, le viguier, à tel point que Christian Maurel caractérise l’administration municipale « comme entièrement subordonnée à l’autorité du viguier royal » (p. 225). Certes, cette administration n’a pas disparu mais c’est désormais le viguier royal qui préside à ses destinées en intervenant dans le processus de désignation des deux puis des trois syndics qui assurent le gouvernement de la cité, assistés d’un conseil général de 83 membres, d’un conseil secret et, en temps de guerre, des six de la guerre, le tout répondant à la division territoriale de la ville en sixains. Le système fait donc la part belle à l’oligarchie urbaine tout en la soumettant à l’autorité du viguier, du moins jusqu’en 1385, date à laquelle la reine Marie de Blois, dans un contexte politique difficile pour la maison d’Anjou, supprime l’intervention du viguier dans la désignation du collège électoral (les six prud’hommes) et la remplace par un système de tirage au sort, selon une procédure déjà en usage à Montpellier (doc. 38). Dès lors, la distribution des charges municipales revient au seul gouvernement urbain et s’opère « un rééquilibrage en faveur de la municipalité » (p. 227) qui vient récompenser la fidélité des Marseillais à la dynastie angevine. Et, au final, ce qui ne manque pas de surprendre, c’est bien cette soumission au pouvoir royal des Marseillais, y compris aux heures les plus sombres de la guerre de l’Union d’Aix, lorsque Marseille, à l’encontre de sa seule vraie rivale en Provence, choisit d’épouser le camp de Louis d’Anjou puis de son jeune fils, Louis II. Il est possible que ces positions aient été en partie dictées par l’irréductible opposition de Marseille à la capitale comtale que représente Aix – alors que la ville entretient des relations plus apaisées, quoique fluctuantes, avec Arles ou Avignon – et que les Marseillais aient pu espérer en tirer profit en obtenant le transfert de la capitale dans leur propre ville, ce qui se produisit de manière très éphémère de 1385 à 1387, puis de nouveau en 1438 sous le roi René. Autant de décisions prises par les souverains pour punir une ville rebelle qui, du moins à l’époque médiévale, n’est jamais Marseille mais bien Aix.

6C’est ensuite aux Marseillais eux-mêmes que le livre rend hommage, après avoir abordé la question des finances municipales et celle de l’approvisionnement urbain – on lira notamment ce très beau document (doc. 47, p. 242) qu’est le contrat de location d’un jardin passé en 1422 entre l’abbaye Saint-Victor et un « ortolan » et qui détaille, selon les saisons, les légumes que s’engage à fournir le jardinier à la communauté monastique. Appréhender les hommes dans leur dimension individuelle – du moins cette masse des habitants qui n’interviennent pas au sein des affaires publiques de la cité – n’est pas toujours facile pour l’historien médiéviste. Pour peu cependant qu’il dispose d’archives suffisantes, l’entreprise n’est pas impossible, et c’est à ce bel exercice que se livre, à partir d’un registre de taille de 1360-1361, Daniel Lord Smaïl, en tentant de reconstituer de courtes biographies d’individus de rang modeste et de les sortir de l’ombre, ne fût-ce qu’un instant. C’est alors l’ensemble du volume qui y « gagne en humanité », à travers le portrait de Jacqueline Lurda ou de maître Bonjuson Bondavin, l’un des représentants les plus en vue de l’importante communauté juive de Marseille. Force est néanmoins de reconnaître, et c’est aussi l’une des limites des sources, que l’homme médiéval ne se révèle guère qu’au moment de sa mort – par le biais des testaments – et dans le cours de son activité, grâce aux nombreux contrats liés à l’exercice d’une profession. Que sait-on en effet du Montpelliérain Jean Blaise, neveu du médecin Arnaud de Villeneuve, marchand établi vers 1303 à Marseille où il meurt en 1341 ? Essentiellement, ce que nous indiquent ses testaments – le premier établi en 1329 et instituant comme légataire universel l’hôpital du Saint-Esprit de sa ville d’adoption –, l’inventaire de ses biens après décès et son livre de raison, analysé ici par Noël Coulet qui en fait « sans doute le plus ancien livre de raison connu en France » (p. 277), lequel donne un aperçu détaillé de ses activités commerciales. La connaissance du monde du travail marseillais ne se limite cependant pas à la seule figure du marchand : la construction navale est également mise en lumière de même que le travail minutieux des corailleurs juifs appréhendé par Juliette Sibon grâce à un passionnant procès pour escroquerie dont elle démonte avec sagacité les tenants et les aboutissants. Bien entendu, les hommes ne se réduisent pas à leurs activités professionnelles et un tour d’horizon de la vie médiévale marseillaise eût été incomplet sans un détour par « la foi et le savoir ». Certes, dépourvue de toute université, « Marseille ne fut jamais un haut lieu de spiritualité ni un foyer de culture médiévale, à la différence de Montpellier ou de Toulouse » (p. 289). Elle n’en connut pas moins une intense vie religieuse due essentiellement à l’implantation dès 1220-1230 des franciscains dont le couvent accueille la haute figure spirituelle d’Hugues de Digne, l’un des leaders de la tendance spirituelle au sein de l’ordre des frères mineurs, soutien également de la fondation de l’ordre des Sachets et du développement des Béguines autour de sa propre sœur, Douceline de Digne, dont la sépulture vient, en 1274, nimber d’une aura de sainteté le couvent des Cordeliers. C’est pourtant une autre sépulture, celle de Saint Louis de Toulouse, frère du roi Robert et mort en 1297 en odeur de sainteté, qui assure à l’établissement la faveur de la famille royale angevine. En 1319, le roi Robert organise la translation solennelle de la dépouille de son frère dans un somptueux reliquaire fabriqué à sa demande et le couvent devient alors « l’un des hauts lieux de la religion civique de la communauté urbaine, concurrençant la vieille et prestigieuse abbaye Saint-Victor, mais aussi le principal sanctuaire de la religion royale angevine en Provence » (p. 294). Un couvent dont le rayonnement ne se fait pas seulement sentir auprès de la dynastie royale mais touche également les élites urbaines et la noblesse provençale : en fait foi le testament d’Isnard d’Entrevennes, grand seigneur provençal élisant sépulture dans l’église des frères mineurs (doc. 60, p. 303-304). Les deux saints marseillais présentent pourtant des modèles bien différents, ce dont témoigne l’attitude d’une Église qui ne canonisa jamais Douceline de Digne dont le statut était jugé trop ambigu aux yeux des autorités ecclésiastiques. C’est qu’en effet Douceline, mystique connue pour ses extases, est surtout l’initiatrice en Provence des Béguines, ce tiers ordre laïc franciscain que la papauté condamne à la disparition dès 1311. Florian Mazel revient avec talent sur son parcours et analyse sa Vida, rédigée en provençal par Philippa de Porcelet qui succéda à Douceline à la tête du béguinage. Œuvrant clairement pour la canonisation de Douceline, ce texte atteint son point d’orgue avec le récit de sa mort qui s’inscrit dans la plus pure tradition hagiographique et dresse un parallèle entre la mort de la mystique marseillaise et celle de saint François. A contrario, la figure de Louis d’Anjou ne suscitait que peu de réticences au sein de l’Église, en dépit de sa proximité avec la tendance spirituelle. La canonisation en 1317 de ce fils de Charles II d’Anjou qui, par humilité, avait renoncé à la couronne pour devenir un simple frère mineur avant d’être promu évêque de Toulouse, « de ce jeune prince devenu Mendiant » (p. 313), servait tout autant la dynastie angevine qu’elle contribuait à la popularité des franciscains et renforçait l’association entre Marseille et ses souverains. Mais si la vie religieuse de Marseille ne manquait pas d’une certaine vigueur attestée par la multiplication des confréries, en revanche, « dans une cité où la vie intellectuelle dépassait peu l’honnête médiocrité » (p. 313) selon le sévère jugement de Jean-Paul Boyer, peu de choses surnagent du point de vue du savoir : à peine peut-on signaler la bibliothèque de Saint-Victor et son scriptorium auquel recourut Arnaud de Villeneuve pour faire établir des copies de son traité sur l’Apocalypse et l’activité des médecins et chirurgiens juifs, qui apparaissent néanmoins surtout comme des praticiens dont il est difficile de penser qu’ils aient pu rivaliser sur le plan du savoir avec les maîtres de l’Université de Montpellier.

7Plus donc qu’un lieu de savoir, Marseille est avant tout un port, cette ouverture sur la Méditerranée lui apportant tour à tour, au gré des flux et des reflux, malheur et prospérité, tout port étant aussi une proie. Josée-Valérie Murat explore cet horizon maritime et les techniques commerciales mises en œuvre par les armateurs marseillais – sans surprise, c’est essentiellement par le biais de la commenda que se montent les expéditions maritimes – et décrit les principales places commerciales visitées par les navires affrétés à Marseille : Bougie où les Marseillais possèdent un fondouk, Chypre et surtout les ports de la Méditerranée occidentale qu’ils se situent sur la côte occidentale de la péninsule italienne (Gênes, Savone et la Sardaigne), sur le littoral languedocien et provençal, ou dans l’espace catalan. Mais on aurait tort de voir en Marseille un port très actif dans le grand commerce méditerranéen et une rivale des principales places italiennes dans le trafic vers l’Orient : elle ne possède en effet « qu’un statut de place moyenne (…) délaissant, faute de puissance suffisante, les destinations les plus éloignées et se concentrant plutôt, par des lignes serrées et un commerce soutenu, sur des zones plus proches et des pôles de redistribution de marchandises, comme Majorque » (p. 383). Marseille n’en a pas moins joué sa partition dans la grande aventure des croisades en succédant à Saint-Gilles comme principal port d’embarquement pour la Terre Sainte à partir de la fin du XIIe siècle, ce qui explique l’existence d’un comptoir des Marseillais à Tyr et à Jérusalem. L’importance de la ville en la matière fut d’ailleurs bien vite reconnue par les ordres militaires, Hospitaliers et Templiers, implantant à Marseille des structures destinées à assurer les liaisons maritimes avec leurs établissements des États latins d’Orient. Reflet de cette ouverture sur la Méditerranée et, par delà les mers, sur le monde musulman, Marseille devient aussi le centre névralgique de l’ordre des Trinitaires, fondé par Jean de Matha et spécialisé dans le rachat des captifs en Méditerranée ; une émouvante promesse de rachat passée entre le ministre des Trinitaires de Marseille et une Marseillaise dont le mari est détenu à Bougie vient rappeler la réalité des razzias opérés par les pirates sarrasins dans cette partie de la Méditerranée (doc. 92, p. 394). Enfin, Louis Stouff rappelle l’action, aussi brève fût-elle, du grand argentier de Charles VII, Jacques Cœur, qui déplace le centre de ses affaires de Montpellier vers Marseille et joue un rôle certain « dans le redémarrage économique de Marseille dans la deuxième moitié du XVe siècle » (p. 397). Être un port n’est cependant pas sans danger, surtout dans le contexte d’insécurité croissante qui, en Provence comme ailleurs, sévit à partir des années 1350. Noël Coulet revient sur l’organisation défensive dont se dote Marseille dans la deuxième moitié du XIVe siècle pour faire face aux dangers que font peser sur la ville et sur son approvisionnement les compagnies d’Arnaud de Cervole dit l’Archiprêtre, les troupes de l’Union d’Aix ou les pillards de Raymond de Turenne. Ce système défensif, placé sous l’autorité des Six de la Guerre qui apparaissent en 1349 – encore une magistrature que l’on retrouve aussi bien en Italie septentrionale qu’à Montpellier – comprend une milice urbaine chargée de la garde des remparts et levée sur une base territoriale (chaque sizain se voyant affecter la garde d’un secteur particulier) que viennent prolonger des postes de garde disséminés dans l’arrière-pays marseillais et censés donner l’alerte en cas de danger. C’est pourtant de la mer que vint le péril matérialisé sous la forme de la flotte catalane d’Alphonse V d’Aragon : le 20 novembre 1423, les Catalans mirent à sac la ville et l’incendièrent en partie, allant jusqu’à emporter à Valence la chaîne du port et les reliques de Saint Louis d’Anjou, qu’ils ne consentirent à restituer qu’en 1956 ! Au-delà du caractère dramatique de cet événement, Christian Maurel montre comment le sac de la ville contribua à modifier les équilibres sociaux et politiques en accélérant le retrait des grandes familles qui avaient dominé le grand commerce maritime du XIe au XIVe siècle et en favorisant l’ascension d’une nouvelle élite du négoce et de l’armement maritime qui s’installa au sein du gouvernement municipal. « Le sac de 1423 joua comme un puissant facteur d’accélération dans la promotion d’une nouvelle élite des affaires et du pouvoir politique » (p. 418). Un jugement qui justifie pleinement que l’ouvrage s’achève sur cette évocation du pillage de Marseille par les Catalans.          

8Au final, on ne peut que saluer cette entreprise qui rompt de belle manière avec le plan habituel des monographies urbaines et a choisi de confronter de façon quasi systématique le point de vue des historiens aux sources sur lesquels ils s’appuient. Cette démarche qui consiste à livrer au lecteur de très nombreux clichés d’archives accompagnés de leur transcription et de leur traduction est d’autant plus louable qu’elle peut parfois se révéler périlleuse. Quelques erreurs dans la transcription des documents sont ainsi à signaler : ainsi celle d’une bullette de 1398 (doc. 41, p. 238) qui n’est curieusement pas mentionnée comme étant cancellée ou celle d’un extrait du livre de comptes de l’hôpital du Saint-Esprit (doc. 98, p. 415). Mais il ne s’agit pas de s’arrêter à ces quelques négligences qui ne ternissent en rien la qualité de l’ouvrage. La richesse iconographique et cartographique est aussi à souligner. L’approche choisie, celle d’une ville abordée par fragments, le refus délibéré de suivre une évolution chronologique ainsi que l’absence in fine d’une chronologie récapitulative, ne facilitent cependant pas toujours la lecture d’un livre dont les contributions sont parfois inégales, certains auteurs manquant quelque peu d’esprit de synthèse. Ce sont donc surtout les lieux, les hommes et les événements qui sont mis ici en valeur, au détriment toutefois des évolutions de la ville sur le long terme. Il est enfin regrettable qu’un ouvrage de cette qualité soit entaché d’aussi nombreuses coquilles dont la fréquence ne peut manquer de heurter le lecteur. Il n’empêche : il ne fait guère de doute que ce Marseille au Moyen Âge fera date, tant en ce qui concerne l’histoire de la cité phocéenne qu’en ce qui concerne, du moins on l’espère, l’histoire urbaine en général.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, éd. Thierry Pécout  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 20 avril 2010, consulté le 28 août 2014. URL : http://crm.revues.org/11857

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes