Navigation – Plan du site

Marie-Hélène Grintchenko, Catherine de Bourbon (1559-1604), influence politique, religieuse et culturelle d’une princesse calviniste

Jean-Paul Straetmans
Référence(s) :

Marie-Hélène Grintchenko, Catherine de Bourbon (1559-1604), influence politique, religieuse et culturelle d’une princesse calviniste,Paris, Champion, 2009, 1066p.

ISBN 978-2-7453-1866-4.

Texte intégral

1Dans l’imaginaire collectif, le « bon roi Henri » a éclipsé sa sœur unique Catherine de Bourbon, qui fut pourtant un atout majeur dans sa politique de conquête du pouvoir et de compromis avec ses anciens coreligionnaires. Par son ouvrage, Marie-Hélène Grintchenko restitue sa véritable place dans l’histoire à cette digne héritière de Jeanne d’Albret et de Marguerite de Navarre, qui a été la dernière princesse de Navarre et la dernière altesse royale française de confession calviniste. Sans entreprendre une nouvelle biographie, elle met en évidence le rôle politique, religieux et culturel de la princesse, en s’appuyant sur l’abondante correspondance de celle-ci, éditée par Raymond Ritter en 1927. Elle s’interroge sur l’origine de son pouvoir, la façon dont elle en a usé, et la perception qu’en avaient les contemporains.

2Dans la première partie de l’ouvrage, considérant que la connaissance des structures et des rapports sociaux est indispensable à la compréhension du rôle des individus et du sens des événements, elle passe en revue la parenté, la maison et le domaine de la princesse de Navarre. Elle met en évidence que les relations de parenté font peser sur elle de fortes contraintes, auxquelles s’ajoutent celles qui naissent de la fracture confessionnelle et des incertitudes dynastiques. Elle montre ensuite comment, à partir de sa maison princière qui constitue sa seule structure permanente à Paris, Nérac, Pau ou Nancy, la princesse de Navarre établit son autonomie et accroit sa puissance avec le temps. Enfin, elle évoque les immenses domaines de la maison de Navarre, que Catherine possédait avec son frère en indivis, et l’administration qu’elle en faisait avec le souci constant de les préserver.

3Dans la seconde partie, elle distingue trois phases de la vie de Catherine. Elle assure, de 1577 à 1592, la régence des terres souveraines d’Henri de Navarre à Nérac et à Pau. A partir de 1593 elle tient à Paris, en l’absence de la reine, la cour du roi Henri IV, et, confrontée à l’abjuration de son frère, elle œuvre pour la reconnaissance civile et la liberté religieuse des sujets huguenots, dont elle est devenue la première protectrice. Mettant fin à une longue indivision, elle fait reconnaître son droit à la succession de ses parents et obtient un partage très avantageux du domaine de Navarre. En contrepartie, elle doit renoncer à épouser le comte de Soissons, son cousin, dont l’alliance aurait assuré la pérennité de l’union des Couronnes de France et de Navarre en cas de disparition du roi sans descendance : Henri IV refuse de renforcer la puissance de sa sœur par une union qui aurait mis son propre pouvoir en péril, bien qu’elle et son cousin aient déclaré, à maintes reprises, lui être soumis. Enfin, en 1599 le mariage de Catherine avec le duc de Bar, prince lorrain et catholique, ouvre une période marquée par son installation à Nancy, son renoncement aux responsabilités publiques et l’intensification des pressions qui s’exercent sur elle pour obtenir sa conversion. Au cours de ces trois étapes, Catherine et Henri mettent en commun « leurs efforts, leur fortune et leurs talents », dans une sincère affection, sans que la loyauté et l’obéissance de la sœur vis-à-vis de son frère ne soient mises en défaut. Catherine a toujours agit en femme d’État, consacrant ses efforts à la grandeur de la maison de Bourbon-Navarre tout en travaillant au triomphe de la cause réformée.

4Dans la troisième partie, considérant qu’on ne peut pas faire abstraction de l’environnement culturel des princes si l’on veut comprendre leurs motivations profondes, Marie-Hélène Grintchenko procède à une analyse plus littéraire des discours, recueils poétiques, controverses religieuses, plaidoiries, œuvres satiriques et ballets de cour qui servent à la propagande de la princesse. Catherine apparaît alors comme une de ces dames éprises d’héroïsme qui « ne pouvant imposer leur valeur sur le champ de bataille, devaient exclusivement développer leur stratégie de conquête du pouvoir à l’intérieur de la vie de cour ». Le choix très riche des textes fait par Marie-Hélène Grintchenko permet d’analyser la personnalité, la puissance, les droits et les devoirs de Catherine et la perception que les contemporains en avaient, mais aussi l’opposition entre la vie publique de la princesse et ses aspirations religieuses. L’analyse des poèmes de Catherine permet d’expliquer sa morale et sa spiritualité qui constituent le « secret de sa personne et la source de ses engagements ».

5De cette importante étude se dégage la thèse d’un « processus parallèle d’autonomisation de la raison politique et de la conscience religieuse au cours des guerres de religion ». Tout en proclamant sa loyauté et son obéissance à son frère dans le domaine politique, Catherine revendique une totale liberté religieuse qui ne se limite pas à sa vie privée mais guide son action dans la négociation de l’édit de Nantes, dont elle surveillera l’application, ou dans l’organisation des controverses qui lui avaient été imposées pour obtenir sa conversion. Soumise aux pressions politiques de ses amis protestants et liée par le devoir au pouvoir royal dont l’orientation catholique est de plus en plus marquée, Catherine essaye de séparer le domaine de la politique de celui de la religion. Sa disparition ouvre une époque où cette séparation s’estompe et où plus rien ne s’oppose à l’évolution de la monarchie vers l’absolutisme et la confessionnalisation de l’État. Pour la communauté protestante, elle entraîne le reflux du religieux vers la sphère privée, phénomène précurseur de la laïcisation générale de la société française.

6En préférant un travail très documenté plutôt qu’une étude concise, Marie-Hélène Grintchenko a fait le choix d’une démonstration scientifiquement étayée. On aurait pu souhaiter une vision plus synthétique. Il reste que l’auteur a su redonner à Catherine de Navarre sa vraie dimension morale et politique, et mettre en évidence, qu’à l’égal de sa mère et de sa grand-mère, elle a assumé un rôle de femme d’État sans renoncer à être une femme de conviction.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Straetmans, « Marie-Hélène Grintchenko, Catherine de Bourbon (1559-1604), influence politique, religieuse et culturelle d’une princesse calviniste », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 20 avril 2010, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11855

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Straetmans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org