Navigation – Plan du site

Marcel De Grève, La réception de Rabelais en Europe du XVIe au XVIIIe siècle

Nicolas Le Cadet
Référence(s) :

Marcel De Grève, La réception de Rabelais en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, études réunies par Claude De Grève et Jean Céard, Paris, Champion, 2009, 303p.

ISBN 978-2-7453-1871-8.

Texte intégral

1L’ouvrage réunit douze articles écrits par Marcel De Grève († 2002) à propos de la réception de Rabelais en France et en Europe, du XVIe au XVIIIe siècle. A l’exception d’un article inédit intitulé « Rabelais sous les “lumières” des philosophes du XVIIIe siècle », tous ont déjà été publiés dans divers endroits entre 1953 et 1998. Une courte préface de Jean Céard présente l’auteur de L’interprétation de Rabelais au XVIe siècle : belge, né à Alost en 1922 d’un père flamand et d’une mère française, il a manifesté un intérêt constant pour la question de la réception rabelaisienne, en étendant progressivement les frontières temporelles et géographiques de son corpus d’analyse. Claude De Grève et Jean Céard font d’ailleurs le choix judicieux de ne pas classer les articles dans l’ordre de leur parution mais, de manière plus logique, en envisageant d’abord la réception dans la France de la Renaissance puis dans celle des XVIIe et XVIIIe siècles, avant de se concentrer sur la réception européenne.

2Les quatre premiers articles font le point sur la réception chez les contemporains français de Rabelais. Marcel De Grève distingue trois étapes. Dans un premier temps, la valeur profonde de Pantagruel, publié en 1532 chez Claude Nourry – spécialisé dans l’édition de romans de chevalerie et de contes populaires – ne semble pas perçue par les censeurs de la Sorbonne, qui se contentent de stigmatiser son obscénité, ni par le public lettré, déçu des facéties d’un humaniste de renom. Il faut attendre la parution de Gargantua (1534 ou 1535) pour que soit pleinement reconnue la présence d’une « sustantificque mouelle ». Non seulement les Livres rabelaisiens ne sont plus considérés comme de simples bouffonneries mais, dans un climat de répression religieuse grandissante – l’affaire des placards date précisément de 1534 –, ils deviennent même fort suspects. C’est ce qui explique le troublant silence des contemporains qui ne font désormais plus allusion à des livres jugés compromettants. Enfin, dans un troisième temps, à partir de la condamnation du Chinonais par Calvin dans le De Scandalis (1550), les Livres rabelaisiens sont dépouillés de leur contenu hérétique et n’inquiètent plus autant l’orthodoxie catholique. L’existence d’un « plus hault sens » commence alors à être contestée. Après le « Rabelais savant et humaniste » puis le « Rabelais hérétique et réformateur », c’est l’heure du « Rabelais de légende ». L’image d’un moine buveur, goinfre et débauché se répand sous la plume du protestant Théodore de Bèze et du catholique Tahureau, avant d’être consacrée par la fameuse « epitafe de François Rabelais » écrite par Ronsard vers la fin de 1554. Pourtant, l’œuvre continue de fasciner des lecteurs de plus en plus nombreux et des imitateurs admiratifs, comme Tabourot, dont les Bigarrures (1588) témoignent d’une parfaite imprégnation des idées et du langage de Rabelais.

3Les trois articles suivants concernent la réception de Rabelais dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles. Au XVIIe siècle, à côté du Rabelais bouffon auquel on fait appel dans les salons mondains et précieux pour pimenter une discussion, émerge dans des cercles plus restreints d’érudits et de lettrés la double figure d’un « Rabelais à clef », qui cache des allusions historiques derrière un voile plaisant – Grandgousier est Louis XII, Gargantua François Ier, Pantagruel Henri II –, et d’un « Rabelais libertin », impie mais non athée, qui offre aux habitués du salon des frères Dupuy et du cabaret de la Pomme de Pin des armes contre la vie monastique, et un certain art de vivre. Pour les philosophes des Lumières, notamment pour Voltaire et Diderot, Rabelais constitue un allié précieux dans la lutte contre l’obscurantisme clérical, malgré des exubérances langagières jugées enfantines.

4Quatre articles envisagent ensuite la réception chez les contemporains européens de Rabelais : aux Pays-Bas, dans la patrie de Brueghel et de Marnix de Sainte-Aldegonde, alors que la première traduction néerlandaise ne date que de 1682, c’est un Rabelais joyeusement profond qui est introduit. En Angleterre, avant la traduction du premier livre, en 1653, la pénétration de Rabelais et son influence linguistique ont été presque nulles, à l’exception de quelques rares auteurs qui savaient le français. Enfin, en Italie, l’image d’un Rabelais burlatore, donnée par Ronsard dans l’épitaphe qu’il lui consacre, se propage tout au long du XVIe siècle et persiste pendant les trois siècles suivants.

5Un dernier article analyse les raisons du succès pratiquement ininterrompu de Rabelais. Il semble que son éternelle actualité puise sa source à la fois dans ses idées – le combat contre l’obscurantisme et pour un monde nouveau fondé sur la liberté des individus – et dans son écriture polysémique, emblématique d’une crise du langage qui est encore à l’ordre du jour.

6En aval des travaux de Jacques Boulenger (Rabelais à travers les âges, Le Divan, 1925) puis de Lazare Sainéan (L’influence et la réputation de Rabelais : interprètes, lecteurs et imitateurs, Gamber, 1930), et en amont de ceux de Guy Demerson (Rabelais, Fayard, 1991, p. 149-177), les études de Marcel De Grève marquent un tournant capital dans la critique de la réception rabelaisienne. L’accent n’est plus mis sur les textes et sur les auteurs qui se rapportent à Rabelais mais bien sur l’étonnante vitalité d’une œuvre constamment renouvelée et enrichie par ses lecteurs, imitateurs et interprètes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Le Cadet, « Marcel De Grève, La réception de Rabelais en Europe du XVIe au XVIIIe siècle  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 20 avril 2010, consulté le 21 septembre 2014. URL : http://crm.revues.org/11852

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes