Navigation – Plan du site

Le Bréviaire d’Alaric. Aux origines du Code civil, éd. Michel Rouche et Bruno Dumézil

Jacques Péricard
Référence(s) :

Le Bréviaire d’Alaric. Aux origines du Code civil, éd. Michel Rouche et Bruno Dumézil, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (Cultures et civilisations médiévales 44), 2008, 371p.

ISBN 978-2-84050-606-5.

Texte intégral

1Il s’agit des actes du colloque tenu à Aire-sur-l’Adour les 8, 9 et 10 septembre 2006, à l’occasion du « XVe centenaire du Bréviaire d’Alaric : les fondements de la culture européenne », et publiés en 2008 sous la direction de Michel Rouche et Bruno Dumézil. Si le titre finalement retenu établit une filiation discutable (l’intitulé original n’était-il pas plus approprié ?), les dix-huit communications ont permis de renouveler largement les connaissances sur le contexte de production et l’influence du Bréviaire d’Alaric. Cette initiative s’inscrit dans une tendance historiographique portant sur la norme durant le haut Moyen Âge.

2Les différentes communications sont dans cet ouvrage réparties en trois axes permettant de traiter d’aspects certes juridiques et historiques mais aussi codicologiques, archéologiques, politiques et sociaux : « La société et le Bréviaire d’Alaric », « Le Bréviaire d’Alaric hors de l’Aquitaine », et « La postérité du Bréviaire d’Alaric ».

3En guise d’introduction, Michel Rouche (« Les Wisigoths en Aquitaine (418-507) ») reprend l’histoire d’un royaume aquitain avorté et la politique de conciliation menée par Alaric II. Le fameux Bréviaire qui lui survivra en est le meilleur exemple, œuvre de consensus et de synthèse entre des hommes de cultures différentes. Pour illustrer ce croisement d’influences, plusieurs auteurs se sont ensuite interrogés sur l’évolution de notions romaines entre les mains des rédacteurs du Bréviaire, témoins des mutations sociales. Alain Chauvot, dans une « Approche juridique de la notion de barbare », relève que les termes de l’altérité dans un Empire romain finissant et sillonné par de multiples peuples ne sont plus les mêmes. Ralph Mathisen (« D’Aire-sur-l’Adour à Agde : les relations entre la loi séculière et la loi canonique à la fin du royaume de Toulouse ») met quant à lui en exergue la corrélation entre l’émergence des lois séculières et la série de conciles convoqués au début du VIe siècle, traduction évidente d’une volonté politique commune et symbole de l’entente restaurée entre le roi wisigoth et l’épiscopat gallo-romain. Suivent plusieurs contributions éclairant le contexte de la promulgation du Bréviaire. Pierre Le Bourdellès apporte des précisions toponymiques permettant d’affirmer que l’édition du Bréviaire s’est effectivement faite à Aire-sur-l’Adour, Aduris d’après les manuscrits (confirmation d’ailleurs heureuse pour les organisateurs du colloque célébrant cet anniversaire in situ !). Jean Heuclin (« L’identité du clergé à l’époque du Bréviaire d’Alaric ») fournit une sociologie cléricale de la fin du Ve et du début du VIe siècle, confrontant les faits à la volonté des rédacteurs du Bréviaire de favoriser l’émergence d’un royaume et d’une Eglise indépendants, volonté reposant sur un vain compromis entre ariens et catholiques. Bruno Dumézil (« Le comte et l’administration de la cité dans le Bréviaire d’Alaric »), en proposant un tour d’horizon des institutions publiques au tournant des Ve et VIe siècles, nous éclaire sur la mutation du système municipal romain des cités wisigothiques et aquitaines et sur le rôle central du comte dans l’administration locale, à l’instar de Timothée auquel s’adresse Alaric II dans une lettre accompagnant certains manuscrits du Bréviaire. Didier Bondue (« Esclave et colonat dans le Bréviaire d’Alaric ») démontre quant à lui qu’une évolution sociale impose de nécessaires adaptations juridiques, ce dont le Bréviaire témoigne en recueillant une sélection établie dans la législation antérieure.

4La deuxième et la troisième partie de l’ouvrage, finalement proches, traitent de l’influence du Bréviaire au-delà de l’Aquitaine. Luis A. García Moreno (« Alaric II et l’Espagne ») peut ainsi revenir sur quelques préjugés quant à la présence des Wisigoths en Espagne et les conditions de leur installation manifestement précoce dans la péninsule. Le colloque donne l’occasion à Emmanuelle Boube  (« Garniture de ceinture à tête de rapace du type Bassin de la Tisza (Hongrie) conservées à Aire-sur-l’Adour ») d’expliquer la présence en Aquitaine d’une plaque-boucle de type germanique oriental acquise par la mairie d’Aire, témoin des migrations, de l’extension et de l’extinction de royaumes éphémères recouvrant tout ou partie de l’Aquitaine.

5Viennent ensuite des contributions mettant en valeur la réception du Bréviaire et son utilisation effective. Ian Wood (« Le Bréviaire chez les Burgondes ») relativise sa position dominante comme corpus de droit  dans le reste de la Gaule au VIe siècle en prenant pour exemple les juristes du  royaume burgonde qui puisaient, selon toute vraisemblance, directement aux sources romaines contenues dans les collections de la vallée du Rhône et non au Bréviaire. Alain Dubreucq (« Le Bréviaire d’Alaric de Couches-Les-Mines et l’influence aquitaine en Burgondie »), à partir de l’analyse fine d’un manuscrit vraisemblablement produit à Autun, révèle en revanche le remplacement au VIIIe siècle de l’ancienne norme burgonde par le Bréviaire, instrument juridique utile à la politique d’intégration du pouvoir carolingien. Par un nouvel examen critique des sources, Olivier Guillot (« Brèves remarques sur l’esprit de quelques interprétations fondamentales du Bréviaire d’Alaric et sur sa réception par les rois mérovingiens ») parvient encore à préciser ses recherches sur l’élaboration même du Bréviaire et sa réception précoce dans le monde franc. Sur les conditions de cette dernière, Marcelo Candido Da Silva (« Le prince, la lex et la iustitia. Le Bréviaire d’Alaric et l’Édit attribué à Clotaire II ») manifeste un avis contraire, ranimant d’ailleurs le débat sur l’identification du roi Clotaire (Ier ou II ?) souscrivant un précepte témoignant de la réception du Bréviaire par le monde franc. Iñaki Martin Viso (« Propriété foncière et articulation socio-politique au Nord-Ouest de la Lusitanie (VIe et VIIe siècles) ») offre un point de comparaison indispensable en décrivant, à partir de sources originales (documents sur ardoises), l’organisation politique consensuelle d’une région sous domination wisigothique. Christian Lauranson-Rosaz (« Le Bréviaire d’Alaric en Auvergne : le Liber legis doctorum de Clermont ») évoque la réception et l’utilisation en Auvergne au Xe siècle de ce corpus de droit romain en relevant les particularités d’un manuscrit du Bréviaire, témoin de la culture romanisante des clercs auvergnats durant le haut Moyen Âge. Pierre Ganivet (« ‘L’Épitomé de Lyon’ : un témoin de la réception du Bréviaire dans le Sud-Est de la Gaule au VIe siècle ? ») pousse suffisamment loin sa démonstration pour convaincre le lecteur d’une réception précoce du Bréviaire d’Alaric dès le VIe siècle dans la vallée du Rhône et très vraisemblablement à Lyon. Un témoignage original de la réception du droit romain durant le haut Moyen Âge est apporté par Pierre Boucaud (« Indices et sources d’une culture juridique romaine dans l’exégèse biblique carolingienne ») qui s’est intéressé à la culture juridique des auteurs ecclésiastiques carolingiens parvenant à concilier dispositions de la lex mundana et préceptes divins. Enfin la contribution de Bertrand Fauvarque (« Les trésors des deux Alaric ») vient à la fois clore l’ouvrage et en finir avec les légendes entourant le trésor des Wisigoths.

6La qualité de l’ensemble des contributions est remarquable ; il faut saluer tout particulièrement la capacité des auteurs à remettre totalement en question des dossiers documentaires ingrats et maintes fois parcourus par l’historiographie depuis le XVIIIe siècle. Les réponses apportées ébranlent beaucoup de certitudes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Péricard, « Le Bréviaire d’Alaric. Aux origines du Code civil, éd. Michel Rouche et Bruno Dumézil  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 20 avril 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11849

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org