Navigation – Plan du site

Shakespeare and the Law, éd. Paul Raffield et Gary Watt

Bruno Méniel
Référence(s) :

Shakespeare and the Law, éd. Paul Raffield et Gary Watt, Oxford et Portland, Hart Publishing, 2008, 282p.

ISBN 978-1-84113-825-1.

Texte intégral

1À la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle, le théâtre s’empare volontiers de questions juridiques : instance critique, il met en évidence les incohérences et les contradictions du droit, et leurs conséquences tragiques. Le corpus shakespearien offre bien sûr à ceux qui étudient les œuvres dramatiques sous cet angle un terrain d’étude privilégié, que des chercheurs venus de disciplines diverses – littérature, études théâtrales, histoire, histoire du droit –, réunis à l’Université de Warwick, ont décidé d’explorer. La riche matière de ce volume a été classée en fonction des thèmes juridiques abordés par Shakespeare : les contrats et les transactions financières, le mariage et le statut de la femme, la royauté, la violence et le châtiment.

2Comme les archives recèlent des actes juridiques et des dépositions devant des cours de justice signés par Shakespeare, toute une partie de l’ouvrage étudie les rapports que le dramaturge a entretenus avec le droit et avec les tribunaux. Jonathan Bate se penche sur son intérêt pour les affaires de mœurs. Germaine Greer montre l’importance toute particulière qu’il a accordée aux contrats de mariage, aussi bien dans ses pièces que dans sa vie et celle de ses enfants. La matière juridique est au cœur de certaines pièces. Andrew Zurcher, rappelant que dans le langage juridique le mot error renvoie à une faute pouvant entraîner la nullité d’un jugement ou d’un contrat, met en relation La Comédie des Erreurs avec l’évolution rapide à l’époque élisabéthaine du droit des contrats. Giuseppina Restivo se penche sur la question de l’héritage dans Le Roi Lear : en choisissant de partager également son royaume entre ses héritières, le vieux monarque refléterait la sensibilité de la gentry en pleine ascension à l’époque, dont la mentalité bourgeoise exaltait l’éducation, le goût de la propriété et le mariage par choix mutuel, et s’opposait à un système de valeurs fondé sur la naissance aristocratique, les unions dynastiques et le patriarcat. Sous l’influence salutaire de sa fille Cordelia, Lear passerait de l’esprit de domination à l’amour, confirmant le triomphe de la nouvelle idéologie.

3Les questions de droit permettent souvent de considérer d’un œil neuf l’esprit des genres littéraires. Katrin Trüstedt étudie dans les trois romances, Cymbeline, Le Conte d’hiver et la Tempête, le passage de la tragédie de la loi à la comédie du pardon et de l’oubli. Daniela Carpi s’empare du mot « révolte », prononcé au début de Roméo et Juliette, comme d’une clef pour pénétrer dans cette tragédie : la notion de révolte, qui suppose à la fois la connaissance du code et la volonté de l’enfreindre, permet d’appréhender la désobéissance des sujets à l’égard du Prince et de la fille à l’égard de son père. Le prince, qui oscille entre l’autoritarisme – il menace les familles pour faire cesser leur querelle – et la clémence – il commue la peine de mort de Roméo en exil – n’a pas assez d’autorité pour imposer sa loi et il peut être tenu pour responsable de la permanence d’un ordre archaïque fondé sur les relations claniques et sur la vengeance. Christian Biet met en évidence, dans trois tragédies, Titus Andronicus (1595), Le More cruel (1613), d’un auteur anonyme, et Les Portugais infortunés (1608) de Nicolas Chrétien des Croix, le processus par lequel s’enchaînent la domination, l’humiliation et la vengeance : ce cycle n’a pas seulement une efficacité dramatique, il a le pouvoir d’inciter le spectateur à une réflexion juridique et politique sur l’incapacité de la loi du Talion à abolir la violence.

4Le rapport qu’un personnage entretient avec la justice indique parfois la logique profonde de son comportement. Examinant Mesure pour Mesure, Erika Rackley propose de regarder le personnage souvent calomnié d’Isabella – qui refuse de se donner à un juge pour sauver son frère condamné à mort – comme une femme qui respecte la lettre et l’esprit de la loi dans une société n’ayant pas les mêmes scrupules, et qui, par son attitude, convertit le Duc à une nouvelle pratique de la justice, tempérée par l’attention et la clémence. Pour sa part, Anton Schütz se demande pourquoi Shylock s’entête à refuser et la voie de la pitié et celle de la négociation. Il propose de considérer Shylock comme un être humilié par sa condition d’usurier, qui trouve l’occasion de se rendre maître, même si ce n’est qu’un instant, de la vie d’un de ces nobles chrétiens de Venise. Les Vénitiens font tout pour l’empêcher de se trouver dans cette situation, car cela reviendrait à l’accueillir dans une sphère sociale dont il est exclu. L’attitude de Shylock est en général assimilée à un légalisme étroit correspondant au littéralisme qui était alors reproché aux juifs dans l’interprétation du texte biblique ; mais Richard Weisberg a défendu au contraire l’idée que le légalisme serait du côté d’Antonio et de ses amis.

5Enfin, la place que les pièces accordent au droit fournit de certaines d’entre elles une clef de lecture. Paul Raffield propose de lire Titus Andronicus comme une réaction contre l’absolutisme, qui place le roi au-dessus de la loi, et comme l’expression d’un attachement à la common law : la pièce met en évidence l’impuissance de la loi naturelle à corriger les défauts de la loi impériale, elle use du motif de l’harmonie musicale pour suggérer l’ordre idéal de la cité, et propose de considérer Londres comme une nouvelle Rome, qui était elle-même une nouvelle Troie. En étudiant le rôle des accessoires dans Le Marchand de Venise Gary Watt établit que, parce qu’ils représentent des biens matériels, ils relient le monde de la loi et celui de la pièce. Il montre de façon convaincante que l’intrigue est construite autour d’éléments qui fonctionnent comme des synecdoques : la bague de Portia ou la livre de chair sont des parties qui renvoient à un tout. Shakespeare and the Law se termine par un article de Richard Weisberg qui envisage de manière globale et systématique les relations juridiques qui se nouent dans Le Marchand de Venise. Trois codes encadrent l’action des personnages : le contrat privé entre Shylock et Antonio, les lois de Venise, qui accordent aux étrangers un statut particulier, et enfin le testament du père de Portia, qui détermine les conditions du mariage de celle-ci. Grâce à une interprétation exagérément littérale du contrat – Shylock aurait droit à la chair, mais pas au sang –, Portia anéantit le premier code. Antonio, en tant que victime de Shylock, se voit accorder par le second code certains droits, mais il abuse en exigeant du juif qu’il se convertisse. Si les deux premiers codes sont ainsi contournés, le troisième, est respecté par Portia, parce qu’elle considère qu’il émane d’une autorité respectable.

6Shakespeare and the Law, qui confirme que le théâtre élisabéthain est sous-tendu par de très concrètes questions de droit, est d’une richesse foisonnante. Embrassant une grande partie de l’œuvre du dramaturge, ce livre ouvre de multiples perspectives à ceux qui s’efforcent de comprendre la sensibilité juridique des hommes de la Renaissance, sans se laisser décourager par la technicité que requiert le sujet.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Shakespeare and the Law, éd. Paul Raffield et Gary Watt  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 20 avril 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11848

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org