Navigation – Plan du site

Thomas Bradwardine, Traité des rapports entre les rapidités dans les mouvements suivi de Nicole Oresme, Sur les rapports de rapports, introduction, traduction et commentaires de Sabine Rommevaux

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Thomas Bradwardine, Traité des rapports entre les rapidités dans les mouvementssuivide Nicole Oresme, Sur les rapports de rapports, introduction, traduction et commentaires de Sabine Rommevaux, Paris, Les Belles Lettres (« Sagesses médiévales »), 2010, 190 p.

ISBN 978-2-251-18109-7

Texte intégral

1Mieux vaut tard que jamais ! Les traités réunis dans ce volume sont disponibles en traduction anglaise, depuis 1955 pour celui de Thomas Bradwardine, depuis 1971 pour celui de Nicole Oresme ; et tous les deux l’ont été à l’occasion de l’établissement et de la publication de l’édition critique de leur original latin, par H. Lamar Crosby pour le premier, par Edward Grant pour le second. Novatrices, ces deux publications ont révélé leurs lacunes à la suite des études qu’elles ont facilitées. En s’appuyant avec discernement sur cet ensemble de travaux critiques, auxquels elle a elle-même participé, Sabine Rommevaux rend commodément accessibles au public francophone deux pièces de choix des mathématiques médiévales. Elle le fait en s’appuyant sur deux moyens complémentaires : une traduction soignée et éminemment réfléchie (p. 1-74 et 75-174) et une introduction (p. I-LXVI), qui témoigne, à la fois, de la maîtrise mathématique des problèmes que les deux médiévaux ont affrontés (ce qui n’était guère le cas de Crosby) et de la connaissance d’une production mathématique médiévale semée d’embûches pour qui s’y aventure sans faire l’effort d’en saisir la spécificité. Le reste du volume est occupé par une bibliographie (p. 175-180) et par deux index : des noms (anciens : p. 181 et modernes, p. 182) et des notions (p. 183-185).

2L’ouvrage paraît dans une collection, Sagesses médiévales, qui ne s’adresse pas seulement au cercle des médiévistes ; elle vise à atteindre tous ceux qui s’intéressent, si peu que ce soit, à la vie intellectuelle du Moyen Âge latin. L’objectif est pleinement atteint. Dans un style clair et concis, l’introduction dit l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour tirer profit de la lecture des traités. Elle commence avec la présentation des deux mathématiciens pour se terminer sur un aperçu de la postérité de leurs travaux jusqu’au début de la Renaissance (Ange de Fossombruno, Messino de Codronchi, Blaise de Parme, Alvarus Thomas, Gaspar Lux, Pedro Nuñez et Thomas Harriot ; Christoph Clavius a été sollicité un peu plus tôt). Elle a entre temps rappelé l’origine aristotélicienne du problème abordé, noté les particularités de la culture euclidienne des médiévaux et évoquer le type de philosophie naturelle et de mathématiques qui régnait au XIVe siècle. Elle a également souligné l’intérêt que les clercs portaient alors au thème du mouvement et à celui des rapports. Ces élucidations bénéficient à la traduction qui, outre une double fidélité, à l’esprit des textes et à celui de la langue française, s’en tient aux notes rendues indispensables par le changement, au long des siècles, des paradigmes scientifiques. La tâche était complexe et a été dans l’ensemble très bien remplie. Je n’ai à formuler que quelques réserves de détail. Un lexique latino-français aurait sans doute permis de mieux comprendre les options qui ont guidé la traductrice dans son transfert du latin au français. D’autre part, le dernier paragraphe de l’introduction aurait pu préciser en quelques phrases, à destination des néophytes, les allusions qui y sont faites sur deux points essentiels : le rôle que la théorie médiévale des rapports de rapports a pu jouer dans la construction des logarithmes et la direction nouvelle que prend l’étude du mouvement avec les travaux de Galilée.

  • 1  Jean de Murs, Écrits sur la musique, traduction et commentaire de Christian Meyer, Paris, CNRS («  (...)

3Il reste que les études antérieures de Rommevaux ont plutôt privilégié la tradition euclidienne. Elle en connaît pour ainsi dire les moindres recoins, qu’il s’agisse des domaines grec, arabe ou latin. Cette maestria n’est pas exempte d’inconvénient. N’est-ce pas elle qui tend à restreindre, dans l’esprit de l’historien, l’ouverture aux disciplines réunies dans le quadrivium en régime médiéval ? Les sources « disponibles (…) pour l’étude des rapports et des proportionnalités » (p. XVI), ne se réduisent pas, quand il s’agit de Boèce, à son Arithmétique (voir la même page). Sa Musique est bel et bien citée par Bradwardine lui-même (p. 10 et 43). Même si cet ouvrage de Boèce ne l’avait pas été, la musica médiévale, qu’il conviendrait de traduire par « harmonique », est trop axée sur les rapports numériques pour ne pas être présente à l’esprit de Bradwardine, et aussi à celui d’Oresme, quand, à l’occasion d’une étude sur le mouvement, ils traitent des rapports. Curieusement, la bibliographie finale cite la traduction de ce traité de Boèce par Christian Meyer, également citée en note aux deux endroits du traité de Bradwardine que je viens d’indiquer. Il y a là une sorte de légèreté qui tranche d’autant plus avec le reste de l’ouvrage, que le même Christian Meyer a traduit et commenté les écrits sur la musique d’un contemporain de Bradwardine, cité par Oresme lui-même dans son Sur les rapports de rapports (p. 168), Jean de Murs1. Dans l’un de ses écrits, Connaissance de l’art de la musique, chap. II, Jean de Murs présente les différents rapports (sesquitierce, sesquialtère, etc.), si présents dans les deux traités qui composent le présent recueil, et il en précise la désignation. L’étude du mouvement et celle de la musica se font, à cette époque, avec les mêmes outils mathématiques. Est-ce que l’historien est fidèle à sa vocation s’il analyse l’une sans trop se préoccuper de l’autre ?

  • 2  Ghislaine L’Huillier, Le Quadripartitum numerorum de Jean de Murs. Introduction et édition critiqu (...)

4Le passage où Oresme évoque Jean de Murs est assez curieux : « Le vénérable maître Jean de Murs a enseigné, je crois, comment en trouver autant qu’on veut » (il s’agit de « trouver entre deux lignes données autant de lignes médianes que l’on veut en proportion continue »). Ce « je crois » a de quoi laissé perplexe le lecteur. On dirait qu’Oresme a recherché le passage d’un traité de Jean de Murs qui l’avait frappé et qu’il n’est pas arrivé à le retrouver, tel du moins que son souvenir l’avait fixé. Rommevaux avoue à son tour son échec dans cette quête. Compte tenu de la nuance introduite par ce « je crois », il n’est pas impossible que le passage visé soit le chapitre 20, du livre 1 du Quadripartitum numerorum, « Quotvis proportiones continuas invenire. »2 On aurait là le témoignage d’une lecture surdéterminée faite par un créateur plus disposé à suivre spontanément sa recherche que de respecter la lettre du texte dont il prend connaissance. Il se trouve que Jean de Murs a été omis dans l’index des noms anciens…

5Autre citation qui peut paraître à première vue curieuse mais qui, cette fois, ne l’est pas. Oresme a l’habitude de citer la Bible, même dans ses textes scientifiques. Il avance, p. 172, un verset de Daniel. Rommevaux en donne la traduction française à reprenant la version d’Édouard Dhormes. L’écart avec le texte d’Oresme est patent. Est-ce que celui-ci serait un fidèle distrait ? C’est en tout cas un fidèle de la Vulgate : sa citation est l’exacte reproduction de Daniel 12, 1 dans cette version. Il est possible d’opposer Dhormes à saint Jérôme ; il n’est pas opportun de l’opposer à Oresme.

6Ces quelques réserves de détail ne sauraient faire oublier les immenses qualités du travail accompli par Rommevaux. Le volume qu’elle signe met à la disposition d’un large public et dans d’excellentes conditions, deux œuvres majeures des sciences médiévales. On aimerait lire plus souvent des ouvrages d’une telle valeur. Ils parviendraient à rendre caduques les expressions usuelles qui ne voient dans le Moyen Âge qu’arriération et obscurantisme.

Notes

1  Jean de Murs, Écrits sur la musique, traduction et commentaire de Christian Meyer, Paris, CNRS (« Science de la musique »), 2000, p. 62-65 ; cet ouvrage est à replacer dans la longue durée des conceptions musicales antiques et médiévales avec, par exmple, Music Theory and Its Sources. Antiquity and the Middle Ages, dir. A. Barbera, Notre Dame (Indiania), University of Notre Dame Press (« Notre Dame Conférences in Medieval Studies » 1), 1990.

2  Ghislaine L’Huillier, Le Quadripartitum numerorum de Jean de Murs. Introduction et édition critique, Genève / Paris, Librairie Droz (« Mémoires et documents publiés par la société de l’École des chartes », XXXII), 1990, p. 170-173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Thomas Bradwardine, Traité des rapports entre les rapidités dans les mouvements suivi de Nicole Oresme, Sur les rapports de rapports, introduction, traduction et commentaires de Sabine Rommevaux », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 13 avril 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://crm.revues.org/11844

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org