Navigation – Plan du site

Cécile Huchard, D’encre et de sang. Simon Goulart et la Saint-Barthélemy

Jean-Paul Straetmans
Référence(s) :

Cécile Huchard, D’encre et de sang. Simon Goulart et la Saint-Barthélemy, Paris, Champion, 2007, 635p.

ISBN 978-2-7453-1524-3.

Texte intégral

1Cécile Huchard se penche sur l’abondante littérature polémique qu’ont suscitée les troubles religieux de la seconde moitié du XVIe siècle, et en particulier sur les Mémoires de l’Estat de France sous Charles IX de Simon Goulart, édités pour la première fois en 1576-1577 et modifiés en 1578. Elle étudie ce recueil de cent quarante trois récits événementiels, traités politiques, documents d’archives et poèmes, avec d’autant plus d’attention qu’il fonde la théorie de la préméditation de la Saint-Barthélemy, que les ouvrages de Denis Crouzet et Jean-Louis Bourgeon ont récemment contestée. Alors que l’intérêt offert par certains des textes a parfois occulté la valeur de l’ensemble, elle appréhende le recueil comme un tout organique, dont elle présente une analyse historique, littéraire et politique.

2Quand il compose ces Mémoires, Simon Goulart, qui succèdera à Théodore de Bèze à Genève, est encore au début de sa carrière de polygraphe prolifique,mais ses centres d’intérêt sont déjà multiples : littérature et science, politique et religion. Sur le modèle des Mémoires de Condé, il réunit des textes déjà édités ailleurs, pour offrir aux contemporains et à la postérité un témoignage sur les guerres de religion, et donc rendre justice au sang versé par des innocents, en démentant une fiction entretenue par l’entourage du Roi et en accréditant l’idée que la Saint-Barthélemy a été préméditée. Il produit ainsi un recueil qui, participant du genre littéraire des chroniques et du genre judiciaire du témoignage, applique une nouvelle méthode d’écriture de l’histoire, qui accorde la priorité aux récits de spectateurs des événements. Lorsqu’elle analyse l’usage qu’il fait des documents, Cécile Huchard met en évidence que Simon Goulart intègre, voire subordonne, les pièces insérées au récit qui en fournit la clef. Il donne donc au recueil une structure différente de celle qu’avaient prise les Mémoires de Condé, et de celle qu’il conférera plus tard aux Mémoires de la Ligue, où il se contentera d’introduire brièvement les textes cités.

3Goulart fait le choix politique de la résistance collective, distinct des choix religieux individuels que manifeste l’Histoire des martyrs. Il élabore sa théorie de la résistance armée en posant la question centrale de l’autorité royale à l’aide de pamphlets « monarchomaques », de la France-Gaule d’Hotman au Traité du droit des magistrats de Bèze, en passant par le Discours de la servitude volontaire de La Boétie. Sans doute la présence dans les Mémoires de ces textes majeurs, publiés par ailleurs, explique-t-elle que le recueil n’ait jamais fait l’objet d’une édition critique. Simon Goulart présente les textes de façon à constituer un véritable réquisitoire et, s’inscrivant dans la ligne de la pensée humaniste qui cherche dans l’histoire des modèles de conduite, il s’appuie sur l’autorité d’exemples qu’il emprunte à la Bible, aux pères de l’Eglise ou aux auteurs de l’Antiquité classique. Son écriture militante combine la polémique religieuse et politique, la reconstruction documentée des faits et la narration des « choses vues ». Des documents mis bout à bout, et simplement destinés au départ à perpétuer le souvenir d’événements douloureux pour les réformés français, finissent par construire un récit, qui a orienté la lecture que des générations d’historiens ont proposée de la Saint-Barthélemy.

4Cécile Huchard dégage les structures profondes du recueil, qui pouvait apparaître comme disparate à première vue, en mettant en évidence les méthodes et l’idéologie qui le sous-tendent. Grâce à l’important travail de recherche des sources qu’elle effectue, elle parvient à décrire la façon dont l’historien protestant construit un discours en agençant des textes qui préexistent. Le titre pourrait faire penser que l’ouvrage ne traite que de la vision que les Mémoires de l’Estat de France offraient de la Saint-Barthélemy, alors qu’il envisage une entreprise éditoriale qui porte sur une phase essentielle des troubles religieux, signale l’intérêt de nombreux textes oubliés et révèle un renouvellement profond de l’écriture historique.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Straetmans, « Cécile Huchard, D’encre et de sang. Simon Goulart et la Saint-Barthélemy  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2007, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/11832

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Straetmans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org