Navigation – Plan du site

Robert le Clerc d’Arras, Les Vers de la Mort, éd. et trad. Annette Brasseur et Roger Berger

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Robert le Clerc d’Arras, Les Vers de la Mort, éd. et trad. Annette Brasseur et Roger Berger, Genève, Droz (TLF 600), 2009, 661p.

ISBN 978-2-600-01313-0.

Texte intégral

  • 1  Sur la strophe hélinandienne, on peut désormais ajouter aux références cités p. 66 note 93 l’artic (...)

1Restés trop longtemps dans l’ombre de leur illustre devancier – le fameux poème d’Hélinand de Froidmont –, les Vers de la Mort de Robert le Clerc d’Arras ont enfin droit à la nouvelle édition qu’ils méritent, depuis celle – pionnière, mais trop sommaire – qu’en a procurée C.A. Windahl en 1887. Probablement composés, si l’on en croit quelques indices internes, vers 1266-1271, par un clerc (il en a la culture) arrageois, membre de la Confrérie des jongleurs et bourgeois d’Arras (puisqu’il est inscrit à son Nécrologe, ce qui permet de dater sa mort de l’hiver 1272-1273), ces Vers de la Mort constituent une vaste amplification litanique sur la mort et les fins dernières, s’étendant sur 3744 octosyllabes répartis en 312 douzains bâtis sur deux rimes, autrement dit la fameuse strophe hélinandienne1.

  • 2  Je me rends compte en citant cet exemple qu’il faudrait au v. 2141 rasoirs et non rasoir, ce qui e (...)

2Face à Hélinand de Froidmont, selon ses éditeurs, Robert soutient aisément la comparaison et « ne lui est en rien inférieur : amoureux des mots, des formules bien frappées, des vers bien ciselés, bien rythmés et rimant richement, il se livre avec bonheur au plaisir de l’écriture » (p. 67). C’est vrai à n’en pas douter en ce qui concerne le travail poétique et la richesse de la langue (dont rendent bien compte les notes et le glossaire de l’édition), sans compter un sens incontestable de la formule imagée (ainsi, un exemple parmi tant d’autres, à propos des avocats : « Rasoir por borses desconfire / Ont dedens lor langes entés », v. 2141-2142)2 ; mais que penser d’une telle ampleur, pour ne pas dire de telles longueurs, pour un poème qui est tout de même six fois plus étendu que celui d’Hélinand ? On peut se demander, me semble-t-il, si une telle œuvre était bien conçue pour être lue de façon suivie. Le poème incontestablement, ce qui convient à son propos, prend la tournure d’une litanie, cherche la répétition et le ressassement (à un point tel d’ailleurs que la strophe 261 reproduit presque mot pour mot la strophe 231, ce qui a apparemment échappé aux éditeurs, qui ne disent mot de ce curieux doublon) ; dans ce ressassement, ce jeu permanent de reprise et de variation sur les mêmes thèmes du memento mori et du contemptus mundi (si l’on met à part quelques développements spécifiquement consacrés à la croisade ou à la satire des avocats), c’est finalement la strophe – comme le suggèrent à juste titre les éditeurs p. 70 – et non le poème qui constitue l’unité essentielle : d’où probablement, en même temps qu’une composition s’étalant sur plusieurs années, des modalités de diffusion partielle de l’œuvre, que ce soit par la récitation ou sur le manuscrit (ce qui pourrait expliquer le nombre très variable de strophes conservées dans les trois copies du texte parvenues jusqu’à nous), et son caractère peut-être plus inachevable qu’inachevé – certes le flot litanique s’interrompt brutalement à la strophe 312, mais peut-il en être autrement avec une œuvre ainsi conçue ?

3L’édition du texte, logiquement, s’appuie sur le ms. A, les deux autres copies étant nettement moins complètes (221 strophes dans le ms. P, 54 seulement dans le ms. T), sinon à proprement parler incomplètes. L’apparat critique, à trois niveaux (leçons rejetées de A, variantes de P et de T), est le plus souvent peu développé, le texte ayant été « très bien et très intelligemment copié » (p. 27), ce qui a permis aux éditeurs de réduire leurs interventions au minimum. Ils n’ont pas, en revanche, ménagé leur peine pour rendre pleinement accessible ce texte difficile, en l’accompagnant de notes extrêmement fournies et détaillées, qui s’étendent sur plus de 120 pages, d’un glossaire très complet (mais où, bizarrement, la catégorie grammaticale des termes relevés n’est pas systématiquement indiquée), sans oublier – ce qui, à ma connaissance, constitue une innovation dans cette collection – une traduction en français moderne, conçue avant tout pour faciliter l’accès au texte.

4En somme, l’édition Windahl étant depuis longtemps introuvable, y compris en bibliothèque, on ne peut qu’être reconnaissant à A. Brasseur et R. Berger, tous deux ici parfaitement à leur affaire, d’avoir rendu ce poème méconnu à nouveau accessible – en attendant l’édition annoncée de la Loenge Nostre Dame, texte copié à la suite des Vers de la Mort dans le ms. A, et selon toute apparence du même auteur.

Notes

1  Sur la strophe hélinandienne, on peut désormais ajouter aux références cités p. 66 note 93 l’article de L. Selaf, « La strophe d’Hélinand : sur les contraintes d’une forme médiévale », disponible en ligne à l’adresse http://irodalom.elte.hu/mezura/?q=node/67

2  Je me rends compte en citant cet exemple qu’il faudrait au v. 2141 rasoirs et non rasoir, ce qui est d’ailleurs la leçon du ms. P.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Robert le Clerc d’Arras, Les Vers de la Mort, éd. et trad. Annette Brasseur et Roger Berger  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/11828

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org