Navigation – Plan du site

Philippe de Lajarte, L’Humanisme en France au XVIe siècle

Jean-Paul Straetmans
Référence(s) :

Philippe de Lajarte, L’Humanisme en France au XVIe siècle, Paris, Champion (Unichamp-Essentiel 20), 2009, 374p.

ISBN 978-2-7453-1855-8.

Texte intégral

1Les définitions de l’Humanisme ont varié au cours de l’histoire. Pour élaborer la sienne, Philippe de Lajarte distingue la notion d’Humanisme de celles de Renaissance et de Réforme. Tandis que l’Humanisme est un phénomène intellectuel, la Renaissance est un phénomène de civilisation. Entre ces deux mouvements s’établit une corrélation, et non une subordination. Les rapports entre Humanisme et Réforme ont été appréciés de manière variable par les historiens : alors qu’Henri Hauser relève les « profondes affinités » qui existent entre ces deux mouvements, Jean Delumeau présente le luthéranisme et le calvinisme comme un « antihumanisme ». Assurément, Humanisme et Réforme procèdent d’un souci commun de retour aux sources, l’un à celles de la culture et l’autre à celles de la religion ; les grands réformateurs comme Luther, Melanchthon, Zwingli, Calvin, de Bèze se rattachent à l’Humanisme par leur souci philologique et leur vision de l’histoire ; cependant ils s’en séparent tous par leur conception de la nature humaine et de la Grâce.

2Après avoir rappelé le rôle des idées néoplatoniciennes de Marsile Ficin et de l’Académie de Careggi dans la recherche d’une concordance entre l’héritage judéo-chrétien et celui de l’Antiquité païenne, Philippe de Lajarte présente les divers aspects de l’Humanisme dans la France du XVIe siècle. Il démontre qu’au cœur de toutes les problématiques se trouve l’importance accrue accordée à la langue : importance culturelle – puisque est affirmée la maîtrise nécessaire des langues anciennes –, importance religieuse – puisque les Écritures sont traduites dans les langues vernaculaires – et importance politique – puisque le français est imposé dans les textes juridiques.

3Philippe de Lajarte propose ensuite une analyse brillante et passionnante sur les transformations que l’Humanisme introduit dans l’historiographie. Il montre le rôle précurseur de Pétrarque : alors que pour l’historiographie médiévale, à un âge des ténèbres la venue du Christ a fait succéder un âge de lumière, les Lettres familières assimilent l’antiquité à la période de splendeur et font commencer l’ère d’obscurité au moment où les empereurs romains ont adopté le christianisme. À ce renversement s’ajoute, dans les cités florissantes du nord de l’Italie, le développement d’une historiographie laïque vouée à célébrer les progrès économiques, politiques et culturels dus non à la Providence, mais à l’énergie et à l’intelligence des citoyens. La doctrine philosophique de Marsile Ficin, qui postule que l’homme n’est pas seulement le spectateur du monde, qu’il participe par son action à la Création, induit aussi un nouveau regard sur l’Histoire. Enfin, la Réforme, par la voix de Luther, porte un nouveau choc à la conception clérico-médiévale de l’Histoire, en considérant que l’Église est entrée dans une ère de calamité depuis qu’elle est passée sous la coupe des papes. De si profonds changements dans la conception et la pratique de l’historiographie conduisent à penser, avec W. K. Ferguson, que « l’époque de la Renaissance a vu naître la manière moderne d’écrire l’histoire ».

4De l’élaboration des notions complexes d’Humanisme, de Renaissance et de Réforme dans la première partie de l’ouvrage, et de la recherche de l’unité qui rassemblerait les divers aspects de l’Humanisme dans la seconde partie Philippe de Lajarte conclut que l’Humanisme est moins dû à la création d’idées nouvelles ou au goût pour la philologie et la rhétorique, qu’à un nouveau mode d’appropriation du savoir et de la culture. Il ne se caractérise pas seulement par le triomphe des Belles-Lettres, mais aussi par la « refondation générale du savoir et de la culture par un retour systématique aux sources » (p. 359), qui engendre un nouveau rapport aux textes et à l’Histoire. L’exigence d’objectivité historique et l’idée d’une marche irréversible de l’Histoire sont nées de ce changement. Ces transformations donneront également naissance à la République des Lettres, de type laïque, pilier du développement du savoir et de la culture européenne pour plusieurs siècles.

5Dans cet ouvrage à vocation pédagogique, Philippe de Lajarte est parvenu à présenter l’Humanisme dans la France du XVIe siècle en conciliant deux impératifs : préserver sa complexité et offrir une synthèse claire, fondée sur les travaux les plus récents. La structure rigoureuse de son étude, la clarté de ses démonstrations, la pertinence de ses nombreuses références, font de ce petit livre un instrument de travail extrêmement utile à tous ceux qui travaillent sur la question.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Straetmans, « Philippe de Lajarte, L’Humanisme en France au XVIe siècle  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11821

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Straetmans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org