Navigation – Plan du site

Istoire de la Chastelaine du Vergier et de Tristan le Chevalier, éd. Jean-François Kosta-Théfaine

Estelle Doudet
Référence(s) :

Istoire de la Chastelaine du Vergier et de Tristan le Chevalier, éd. Jean-François Kosta-Théfaine, Londres, Modern Humanities Research Association, 2009, 112p.

ISBN 978-0-947623-68-5.

Texte intégral

1L’Histoire de la Châtelaine de Vergi a fasciné le public du 13e siècle au 18e siècle. En témoignent la vingtaine de manuscrits qui nous sont parvenus du conte en ancien français, l’innutrition qu’en ont tiré des œuvres comme le Roman du Châtelain de Coucy de Jakemès – dont C. Gaullier-Bougassas a donné récemment une belle édition chez Champion – et les adaptations qui en ont été faites au cours des 14e et 15e siècles. C’est l’une d’entre elles que donne à lire J.-F. Kosta-Théfaine : une mise en prose du conte original, dont le manuscrit a été probablement réalisé vers la fin du 15e siècle au Piémont. Elle offre de ce fait un éclairage intéressant sur la diffusion de la littérature en langue française dans le Val d’Aoste et sa région à la fin du Quattrocento.

2Le texte n’est pas inédit ; il a été publié à cinq reprises depuis la fin du 19e siècle, les dernières éditions en date étant celles de R. Stuip et d’A-M. Babbi en 1985. C’est une belle preuve d’intérêt pour l’unique manuscrit d’une œuvre brève. Le travail de J.-F. Kosta-Théfaine ne cherche pas à cacher sa dette envers ses prédécesseurs. Leurs nombreuses études, assez approfondies, font en quelque sorte ici l’objet d’une synthèse. L’idée n’est pas mauvaise, car pour nombreuses qu’elles soient, les anciennes éditions ne sont pas toujours facilement accessibles au lecteur d’aujourd’hui. Pourtant de nombreux points mériteraient une plus ample réflexion.

3L’existence de publications antérieures proposant une présentation parallèle de la mise en prose et de son modèle a conduit le présent éditeur à aborder cavalièrement la présentation du texte. Prenons pour exemple la sélection de quelques exemples du travail de récriture dans l’introduction (p. 5-15). Voilà une dizaine de pages où deux colonnes livrent le texte du 13e siècle et la mise en prose du 15e siècle, sans autre commentaire que l’attestation « de bien des ressemblances » (p. 5, sic) entre eux. Cela laisse le lecteur, même peu exigeant, sur sa faim. De même, l’analyse grammaticale est étonnamment lacunaire. Sous l’onglet « démonstratifs » de la section morphologie (p. 27), rien ne figure. Est-ce à dire qu’il n’y a pas de démonstratifs dans le texte ou que rien d’intéressant ne mérite commentaire ? Les remarques syntaxiques (p. 28-29) sont rares et éclairent peu le texte, telles les deux indications purement factuelles soulevées par l’utilisation de la conjonction et (p. 29), alors que les constructions que cette conjonction accompagne ont parfois posé des problèmes de ponctuation dans l’édition. L’étude graphique occupe deux pages (p. 24-26), mais les commentaires sont également assez réduits alors que la matière ne manque pas, semble-t-il, d’intérêt. Certes, comme l’indique l’éditeur, l’étude a déjà été menée par ses prédécesseurs. Faut-il pourtant se dispenser d’une reprise, voire d’une analyse à nouveaux frais ?

4La présentation littéraire met en lumière certaines divergences entre le conte en ancien français et sa mise en prose. Il semble qu’elles méritent approfondissement. Pourquoi, par exemple, le nom de Tristan est-il mis en valeur ? Une rapide étude de l’intertextualité contemporaine pouvait montrer la volonté de préciser le personnage. Pourquoi le roi crédule est-il devenu un duc de Bourgogne, d’ailleurs plus compréhensif et plus prudent que son modèle (on observera que, dans le texte, le mot roy remplace à deux reprises duc sans qu’aucune note ne commente ce changement) ? Pourquoi le thème de la « langue envenimée » de la duchesse, nettement plus développé dans la mise en prose, a-t-il suscité le commentaire du narrateur ? A ces questions laissées ouvertes s’ajoutent des affirmations qui appellent pour le moins précisions et nuances. On apprend ainsi que l’amour courtois n’est plus une notion « compréhensible pour le lecteur du XVe siècle » (p. 17). Même si cette assertion est fondée sur des références extérieures, on souhaiterait mieux connaître, grâce à une argumentation précise du texte, l’opinion de l’éditeur. De même, il est rapporté que R. Stuip a commenté l’une des récritures de La Chastelaine de Vergi comme « version dramatique », lui déniant la qualité de « pièce de théâtre », tout en l’appelant « moralité ». Un tel désordre notionnel appelait pour le moins une tentative de clarification qui fait défaut, alors même que le texte en question est donné en annexe.

5L’édition proposée du texte, étayée par les travaux antérieurs, s’en différencie par le choix d’une présentation plus claire. Cependant la ponctuation demeure soit trop peu abondante pour élucider un texte à la syntaxe assez complexe, soit, à quelques reprises, elle peut obscurcit le sens. Ainsi, p. 37, un exemple parmi d’autres : la ponctuation forte coupe une phrase de la fin du f. 112v, disjoignant l’expression pour ce suis je contente et desire que puissons ensamble … et vous octroyer,ce qui rend la lecture difficile.

6Notes et glossaire terminent l’édition ; ce dernier est utile, bien qu’il fasse référence aux folios du manuscrit plutôt qu’aux pages de l’édition, ce qui oblige à une petite gymnastique qui aurait pu être évitée. En annexes sont donnés le débat (dramatisé ?) de 1540 et la 70e nouvelle de l’Heptaméron, où Marguerite de Navarre offre une célèbre récriture de l’Histoire de la Chastelaine de Vergi.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Istoire de la Chastelaine du Vergier et de Tristan le Chevalier, éd. Jean-François Kosta-Théfaine  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11820

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org