Navigation – Plan du site

Geffrei Gaimar, Estoire des Engleis / History of the English, éd. et trad. Ian Short

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Geffrei Gaimar, Estoire des Engleis / History of the English, éd. et trad. Ian Short, Oxford, Oxford University Press, 2009, 496p.

ISBN 978-0-19-956942-7.

Texte intégral

1L’édition d’Alexander Bell étant depuis longtemps introuvable – comme c’est malheureusement le cas pour beaucoup de volumes publiés par l’Anglo-Norman Text Society, tirés à très peu d’exemplaires – et l’Estoire des Engleis de Gaimar présentant un grand intérêt, sur un plan aussi bien littéraire qu’historique, en tant que premier monument de l’historiographie anglo-normande en langue vernaculaire (ce qui en fait du même coup le premier monument de l’historiographie française), c’est dire si la nouvelle édition procurée par IS était attendue et comblera d’aise le petit monde des médiévistes, voire un public plus large, comme on peut le souhaiter avec son éditeur.

2Rien ne manque de fait à ce copieux volume pour redonner la place qu’elle mérite à l’œuvre de Gaimar, si ce n’est peut-être une analyse du texte, qui aurait pu en faciliter l’exploration, ainsi qu’un glossaire, rendu il est vrai moins indispensable – si ce n’est tout à fait inutile – par la traduction qui accompagne en vis-à-vis le texte original. A côté des 6500 et quelques vers que compte l’Estoire des Engleis, édités avec tout le respect du manuscrit de base qu’exige l’actuelle « editorial orthodoxy » (comme le note plaisamment IS), les notes, qui couvrent une centaine de pages, et la bibliographie sont en effet plus qu’abondantes et l’introduction particulièrement riche et éclairante, quoique souffrant d’un curieux défaut de présentation – des différentes parties, certaines sont clairement délimitées par un intertitre, d’autres non, ce qui ne facilite pas l’orientation du lecteur.

3Cette introduction, qui s’étend sur une cinquantaine de pages, commence par rappeler les caractéristiques principales de l’œuvre (p. ix-xvi). Ce qu’on en conserve aujourd’hui, qui retrace l’histoire de l’Angleterre depuis l’arrivée du roi saxon Cerdic en 495 jusqu’à la mort de Guillaume le Roux en 1100, ne constitue, à en croire l’épilogue de Gaimar, que la seconde partie d’un récit qui débutait aux origines troyennes de la royauté anglaise ; quant à la première partie actuellement perdue, qui devait certainement s’appuyer sur l’Histoire des rois d’Angleterre de Geoffroy de Monmouth, il est probable qu’elle a été victime du succès du Roman de Brut de Wace, qui précède d’ailleurs l’œuvre de Gaimar dans les quatre copies conservées. De l’auteur, comme le rappelle IS (p. xii), on ne sait rien, sinon qu’il est de culture cléricale et qu’il écrit, probablement en 1136-1137 pour cette partie de son œuvre, sous le patronage provincial de la petite noblesse du Lincolnshire. Elaborée à partir de sources diverses, identifiées ou non, mais qu’en tout cas l’auteur se plaît à énumérer à la fin de son œuvre pour en garantir le sérieux, l’entreprise historiographique de Gaimar ne manque pas, à cette époque, d’originalité, s’agissant de proposer à son public laïc et aristocratique « an alternative secular voice to those of the better-known monastic and church chroniclers of the twelfth century » (p. ix), voix qui ne dédaigne pas de mêler la fiction à l’histoire, de parler d’amour ou de décrire les fastes de la cour ; évoquant dans son épilogue la possibilité de prolonger son récit avec le règne d’Henri Ier, c’est d’ailleurs ainsi que Gaimar définit son projet : « ço est d’amur e dosnaier, / del gaber e de boscheier / e dé festes e des noblesces, / des largetez e des richesces / e del barnage k’il mena, / des larges dons kë il dona : / d’iço devreit hom bien chanter, / nïent leissier ne trespasser » (v. 6511-6518).

4Les pages suivantes (p. xvi-xxxii) sont consacrées à la description des quatre témoins ; à justifier le choix du manuscrit de base, en l’occurrence le ms. R, qui avait déjà servi à l’editio princeps de Thomas Wright mais que n’avait pas retenu A. Bell à cause de sa date tardive (début du XIVe siècle), alors que c’est la meilleure et la plus complète de toutes les copies (d’où les réserves légitimement suscitées par l’édition d’A. Bell, qui prend pour base le manuscrit le plus ancien, tout en le corrigeant largement à l’aide de R) ; enfin à proposer d’intéressantes hypothèses sur les différents états qu’aurait pu connaître le texte (une première rédaction en 1136-1137, révisée vers 1141, puis une version abrégée située dans les années 1150).

5La langue du texte est ensuite rapidement décrite, sous trois rubriques (p. xxxii-xxxix) : les principales caractéristiques phonétiques de l’anglo-normand, examinées à partir des rimes ; les traits graphiques propres à la copie du XIVe siècle ; la versification de Gaimar, dont IS souligne la régularité d’ensemble – « the perceived metrical ‘irregularity’ of so much Anglo-Norman verse, comme le note l’éditeur (p. xxxvi), is not a feature of the earliest Insular texts » –, à condition de tenir compte de variations du type ore / or et d’une certaine « metrical flexibility » dans le décompte du e en fin de mot.  

6L’étude littéraire (p. xxxix-xlix) est l’occasion de mettre en évidence les trois principaux « narrative modes » de Gaimar : « annalistic » quand il suit de près ses sources (principalement l’Anglo-Saxon Chronicle, jusqu’en 966) ; « amplificatory », avec les trois épisodes de tonalité romanesque consacrés au roi danois Haveloc, à la rébellion de Buern Bucecarle et au mariage du roi Edgar avec Aelfthryth ; « anecdotal » quand il agrémente son histoire de courts ajouts destinés à la rendre plus dramatique ou plus divertissante. IS relève de même les orientations idéologiques marquantes de l’œuvre : les sympathies danoises – et partant plus anglaises que normandes – de l’auteur, sa vision de la femme notablement peu misogyne, sa préoccupation marquée pour les questions vassaliques et dynastiques, nettement moins marquée pour les affaires religieuses, etc.

7Les « principes d’édition » énoncés p. xlix-liii rappellent le caractère composite de l’édition Bell ; à l’inverse, IS veut proposer une transcription aussi fidèle que possible du ms. R, renvoyant pour les variantes au travail de son prédécesseur. Enfin IS consacre les dernières pages de son introduction à déplorer l’infortune critique où l’Estoire des Engleis a trop longtemps été tenue, espérant pour finir que « the present edition will find additional justification in any contribution it might, in its turn, make to the eventual scholarly rehabilitation of a uniquely pioneering author sadly and unjustifiably neglected by a large majority of the scholarly community ». Puisse cet appel être entendu !

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Geffrei Gaimar, Estoire des Engleis / History of the English, éd. et trad. Ian Short  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11816

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org