Navigation – Plan du site

Guillaume de Saint-Pair, Le Roman du Mont Saint-Michel (XIIe siècle), éd. et trad. Catherine Bougy

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Guillaume de Saint-Pair, Le Roman du Mont Saint-Michel (XIIe siècle), éd. et trad. Catherine Bougy, Presses universitaires de Caen / Scriptorial – Ville d’Avranches, 2009, 405p.

ISBN 978-2-84133-324-0.

Texte intégral

1La publication de cet ouvrage – qui fait couple avec les Chroniques latines du Mont Saint-Michel (IXe-XIIe siècle) publiées conjointement aux mêmes éditions par Pierre Bouet et Olivier Desbordes – est le fruit d’une collaboration entre l’Université de Caen (ses chercheurs et ses presses), la ville d’Avranches et la région de Basse-Normandie. Le résultat – il faut le souligner, à une époque où on ne reconnaît pas toujours à nos institutions publiques le mérite qui leur est dû – en est remarquable : non seulement les volumes sont superbes, notamment grâce à une mise en page exploitant habilement les possibilités du grand format et à de belles planches hors-texte, et vendus à un prix plus qu’abordable en regard de leur qualité ; mais en outre la publication traditionnelle sur papier se double d’une version numérique, accessible aussi bien sur le cédérom fourni avec l’ouvrage qu’en ligne sur plusieurs sites, dont celui des Presses universitaires de Caen (c’est le seul où j’ai pu vérifier cette possibilité, à la date du 28 / 12 / 2009).

2Conservé dans deux manuscrits de la British Library, le Roman du Mont Saint-Michel a dû être composé vers 1155 par un moine de l’abbaye, Guillaume de Saint-Pair (probablement Saint-Pair-sur-Mer, au nord de la baie du Mont), et constitue une sorte de guide à l’usage des pèlerins en même temps qu’une œuvre polémique revendiquant l’indépendance de la communauté monastique face au pouvoir Plantagenêt. Peut-être inachevé – la narration s’interrompant abruptement après le vers 4106, sans conclusion ni épilogue –, le roman est divisé en trois parties relatant successivement la fondation du sanctuaire par l’évêque d’Avranches Aubert (en 708, selon la tradition) ; l’établissement de moines bénédictins sur le Mont par le duc Richard 1er vers 965-966, ce qui est l’occasion d’évoquer plus largement les rapports entre l’abbaye et les ducs de Normandie ; enfin huit des miracles opérés par saint Michel, dont le dernier seul est censé avoir été recueilli par l’auteur directement de la bouche de ses frères. A cette dernière exception près, le Roman du Mont Saint-Michel consiste en une adaptation dans l’ensemble fidèle en octosyllabes français de sources latines concernant l’histoire du Mont, lesquelles se trouvent éditées dans le volume cité ci-dessus des Chroniques latines du Mont Saint-Michel (IXe-XIIe siècle) : conservés essentiellement dans quatre manuscrits de la bibliothèque municipale d’Avranches (dont le Cartulaire du Mont Saint-Michel), il s’agit de la Revelatio ecclesiae sancti Michaelis archangeli in Monte qui dicitur Tumba, un opuscule peut-être composé vers 820 et consacré à la fondation du premier sanctuaire ; et du De miraculis in Monte sancti Michaelis patratis, regroupant trois autres opuscules composés par le même moine montois à la fin du XIe siècle, l’Introductio monachorum (établissement des moines bénédictins sur le Mont), le De translatione et miraculis beati Autberti (découverte des reliques du bienheureux Aubert, récit non repris par Guillaume de Saint-Pair), enfin les Miracula sancti Michaelis, soit les récits de onze miracles attribués à l’archange depuis les origines jusqu’au XIIe siècle, six d’entre eux se trouvant traduits par Guillaume de Saint-Pair, auxquels il ajoute une adaptation du De scuto et gladio sancti Michaelis de Baudri de Dol et le récit d’un miracle qu’il a recueilli lui-même, comme on l’a dit. En proposant ainsi une édition et une traduction de cet important ensemble documentaire, accompagnées de notes et de solides introductions historiques, littéraires et philologiques, ces Chroniques latines du Mont Saint-Michel (IXe-XIIe siècle) constituent une véritable histoire du Mont Saint-Michel par les textes, des origines au XIIe siècle, en même temps qu’un complément indispensable à l’appréciation du travail accompli par Guillaume de Saint-Pair.

3Pour revenir au Roman du Mont Saint-Michel, il faut souligner finalement les qualités de la nouvelle édition – la dernière publiée remontant à 1894 – procurée par C. Bougy (sans qu’il entre dans mon propos de la discuter en détail). Le texte édité est celui du ms. A (British Library, Add. 10289), dont le choix s’impose – en dépit de ses lacunes – parce qu’il est à la fois plus ancien et plus soigneux que B (bien utile cependant pour combler les trois cents et quelques vers manquant à A) ; dans l’apparat figurent les leçons rejetées, ainsi que toutes les variantes, y compris graphiques, de B (un choix justifié dans la mesure où chacun des deux copistes entreprend, à sa manière, de moderniser un texte qui les précède de cent ou cent cinquante ans). A cette édition visiblement très soignée s’ajoutent une copieuse introduction de plus de cent pages, qui ne néglige aucun aspect du texte, jusqu’à une intéressante analyse de l’usage des majuscules et de la ponctuation dans les deux manuscrits (p. 52-57), que servent à illustrer treize planches hors-texte ; une traduction en français moderne pourvue de notes abondantes ; enfin une transcription diplomatique du ms. A, un glossaire fourni et un index des noms propres.

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Guillaume de Saint-Pair, Le Roman du Mont Saint-Michel (XIIe siècle), éd. et trad. Catherine Bougy  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11813

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org