Navigation – Plan du site

Pietro Aretino, Les trois livres de l’humanité de Jésus-Christ traduits par Pierre de Larivey, éd. Bruna Conconi

Bruno Méniel
Référence(s) :

Pietro Aretino, Les trois livres de l’humanité de Jésus-Christ traduits par Pierre de Larivey, éd. Bruna Conconi, Paris, Champion (Textes de la Renaissance 146), 2009, 522p.

ISBN 978-2-7453-1834-3.

Texte intégral

1Les humanistes, ceux du sud comme ceux du nord, ont scruté l’humanité du Christ. En 1533, Teofilo Folengo publie La Umanità del Figliuolo di Dio. En 1535, Thomas More, enfermé dans la Tour de Londres où il attend son exécution, rédige un commentaire sur les récits évangéliques des heures ayant précédé l’arrestation du Christ, le De Tristitia Christi, explorant la sensibilité d’un homme qui est en même temps Dieu et qui donc a choisi d’éprouver les sentiments humains. La même année paraît à Venise l’Humanità di Christo de l’Arétin. De ce texte Pierre de Larivey a proposé en 1604 une traduction française, un livre devenu très rare, dont Bruna Conconi propose aujourd’hui une édition critique.

2Alors que le De Partu Virginis (1526) de Sannazar et la Christias (1535) de Vida sont fondés sur le choix du latin, du vers et du modèle virgilien, l’Arétin opte pour la langue vernaculaire et la prose, et on serait enclin à penser qu’il rompt avec la tradition savante et s’adresse à un public plus populaire. En fait, il fait de fréquents emprunts à l’Énéide et à d’autres sources classiques. Sur le plan théologique, il prolonge la tradition de la devotio moderna dont le De Imitatio Christi, très populaire au XVIe siècle, perpétue le message d’humilité. Il ne prend, en principe, aucune liberté avec l’orthodoxie catholique : il affirme que l’on fait son salut par les œuvres, que Jésus-Christ est tout entier dans l’hostie, que Marie est sans tache. Tout au plus présente-t-il une conception particulière de l’incarnation : évoquant le ventre de la Vierge, il affirme que « le sainct Esprit s’y reposant de soy-mesme comme une colombe en son propre nid, receut tout ce qu’elle avoit d’humain » (p. 114), de sorte qu’il donne le sentiment que c’est le saint Esprit qui s’est incarné.

3L’Humanità di Christo a été interprété en France de façons diverses, et il en a résulté deux traductions, l’une de Vauzelles (1539) et l’autre de Larivey. La première, datant du moment où l’Arétin était au faîte de sa gloire, est publiée à Lyon, chez Trechsel, qui était en contact avec des protestants, et dédiée à Marguerite de Navarre ; la seconde, qui masque le nom de l’auteur italien, contient dans les bornes de l’orthodoxie un livre qui est déjà à l’index depuis des dizaines d’années. Avec beaucoup de finesse, Bruna Conconi compare les deux traductions et met en évidence, chez Vauzelles, la recherche d’une version mot à mot et la propension au néologisme, et chez Larivey, la volonté de traduire la pensée en rendant plus explicites les articulations logiques du discours, en usant d’un vocabulaire simple, en estompant l’emphase et la préciosité du texte original. Si Larivey a eu entre les mains la traduction de Vauzelles, il ne l’a guère utilisée. Il efface certaines allusions de l’Arétin à la nudité et au sang. Il insiste sur la divinité du Christ plus que sur son humanité.

4L’Arétin, qui a été l’ami du Titien, privilégie un imaginaire visuel et enrichit le texte du Nouveau Testament de détails empruntés à la tradition iconographique, comme la corde que l’on passe au coup de Jésus après le jugement de Pilate ou les ailes noires de Lucifer. Il déploie une prose suggestive, sensuelle, colorée, dont la traduction de Larivey transmet la vibration. Un exemple donnera une idée du bonheur de lecture qu’elle provoque. Au Mont des Oliviers, Jésus-Christ a prié Dieu et accepté de mourir par amour de l’humanité. Pour le réconforter, Dieu fait apparaître un ange : « À l’ouverture du Paradis 1’harmonie de ses Spheres fut entendue, et l’air s’eslargit de pareils cercles, que ceux que forme l’eau dormante, lorsqu’on jette une pierre dedans. Adonc en sortit un Ange, qui avait la face enflammée, et la robbe luysante : ses cheveux estoient d’or crespez en menus annelets, lesquelz tousjours tremblottans monstroient qu’il venait de leur ordre. La ceinture dont il estoit troussé, ardoit si fort, que le vent n’estoit assez hardi de s’esgayer avec elle, se jouant neantmoins de loing à ses aisles peintes de plus de couleurs que n’est peint l’arc celeste, lesquelles battant d’un pareil mouvement, il accordoit à son vol. » (p. 286)

5Dans sa copieuse introduction, Bruna Conconi montre la richesse du texte qu’elle a édité, tout en laissant ouvertes de nombreuses possibilités de lecture. L’appareil critique, d’une grande précision, porte à la fois sur le texte de l’Arétin, dont il indique les sources bibliques, littéraires ou iconographiques, et sur celui de Larivey, dont le travail de traducteur est fréquemment comparé à celui de Vauzelles. L’ancienne table des matières, très détaillée, a été conservée et cinq index ont été ajoutés (noms, personnages, lieux, thèmes, œuvres). Nul doute que cet ouvrage précieux, abondamment annoté, trouvera des lecteurs passionnés parmi tous ceux qui s’intéressent aux représentations de la vie de Jésus, à l’interprétation des Évangiles, à l’histoire de la traduction, aux relations entre littérature et arts plastiques, aux échanges culturels entre la France et l’Italie, ou simplement parmi les amoureux de la langue charnue et savoureuse qu’a créée l’Arétin et que Larivey restitue à merveille.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Pietro Aretino, Les trois livres de l’humanité de Jésus-Christ traduits par Pierre de Larivey, éd. Bruna Conconi  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 mars 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/11810

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org