Navigation – Plan du site

Le Récit idyllique. Aux sources du roman moderne, éd. Jean-Jacques Vincensini et Claudio Galderisi

Michelle Szkilnik
Référence(s) :

Le Récit idyllique. Aux sources du roman moderne, éd. Jean-Jacques Vincensini et Claudio Galderisi, Paris, Classiques Garnier, 2009, 214p.

ISBN 978-2-8124-0043-8.

Texte intégral

  • 1  Myrrha Lot-Borodine, Le Roman idyllique au Moyen Age, Paris, Picard 1913, Genève, Slatkine Reprint (...)
  • 2  Voir l’ébauche d’un corpus dans l’introduction de J.J. Vincensini p. 10, et plusieurs listes d’œuv (...)
  • 3  M. Vuagnoux-Uhlig, Le Couple en herbe, Galeran de Bretagne et L’Escoufle à la lumière du roman idy (...)

1A côté du roman arthurien et du roman courtois, le Moyen Age a connu un type de récits que M. Lot-Borodine en 1913 a défini comme idyllique1. Le récit idyllique raconte les amours enfantines contrariées de deux héros que leur apparence physique et leur caractère rapprochent, mais que la société, bien souvent leurs propres parents, cherche à éloigner. C’est à ce type de textes qu’est consacré Le Récit idyllique. Ce recueil de dix articles est centré sur le Moyen Âge (du XIIe au XVe siècle), mais déborde largement ce cadre puisque sont examinées aussi l’origine antique des récits médiévaux, leur réception au XVIe siècle et la création, au-delà du Moyen Âge, de nouvelles œuvres inspirées du modèle idyllique. Divisé en deux parties, il s’intéresse d’abord à la question du genre (le récit idyllique constitue-t-il un genre ?) et pose la question du corpus médiéval (quels récits peuvent être considérés comme idylliques ?)2. La seconde partie (« Textes ») est consacrée à des études précises. La distinction est un peu formelle dans la mesure où certains articles de la première partie sont consacrés à des œuvres précises et presque tous les articles de la seconde s’interrogent de manière plus ou moins approfondie sur ce qui fait l’essence du récit idyllique. Celui de Marion Uhlig en particulier (« L’Idylle en péril : Amour et inconduite dans L’Escoufle de Jean Renart », p. 127-151) débouche sur des réflexions générales concernant le problème de la mésalliance et la figure féminine, qui peuvent être étendues à d’autres œuvres, comme le montre son livre récent3. Toutefois cette seconde partie dessine un intéressant parcours de l’idylle grecque à l’idylle chez La Fontaine, qui met en évidence des traits fondamentaux et permanents du récit idyllique.

2La riche introduction de J.-J. Vincensini (p. 7-26) souligne d’abord la relation entre idylle et nature dans la conscience collective : héritière de la pastorale antique, l’idylle se caractériserait par sa fraîcheur. Les amours enfantines seraient des amours naturelles, ingénues et délicates, étrangères donc au sublime, mais aussi au pathétique. Leur récit serait de ce fait caractérisé par une certaine mièvrerie. Bien évidemment, l’analyse soigneuse des œuvres idylliques dément le préjugé. Dénonçant la fraîcheur comme un simple effet rhétorique, J.-J. Vincensini définit trois motifs constitutifs du récit idyllique : « la subversion de l’alliance juvénile », « l’indifférenciation et l’impureté », « la fin des abjections et la recréation de l’ordre social ». Ces phases successives montrent assez que le récit idyllique, loin d’être fade, connaît la violence et la révolte. Cette analyse introductive est complétée et illustrée par son article sur Pierre et Maguelonne (« Le Raffinement de la souffrance idyllique. Sur Pierre de Provence et la Belle Maguelonne », p. 79-99) qui, en suivant le périple des deux jeunes gens depuis Naples, ville de Maguelonne, jusqu’à la Provence de Pierre finalement retrouvée, établit le caractère de la « courtoisie idyllique » : obéissant au schéma tripartite dégagé dans l’introduction (rejet d’un ordre aliénant, création d’un désordre, retour à l’ordre social), le récit idyllique exhibe, à l’instar des romans courtois, « des valeurs peu roses et peu courtoises » (p. 99).

3L’article de Cl. Galderisi (« Idylle versus Fin’amor ? De l’amor de Lonh au mariage », p. 29-44) s’interroge sur le rapport entre le roman grec antique et le récit idyllique. Il insiste sur la difficulté à retenir des critères définitoires d’un genre idyllique et suggère de parler plutôt de matière. Il relève cependant comme caractéristique essentielle le conflit entre les générations, conflit social et politique qui se résout dans le mariage et l’harmonie sociale retrouvée. L’un des traits définitoires serait aussi le titre de l’œuvre idyllique unissant le nom des deux héros. Cette idée, également avancée par S. Capello (p. 181), est intéressante mais problématique dans la mesure où le titre n’est pas un élément stable du texte médiéval.

4G. Angeli (« Enfants, frères, amants : les ambiguïtés de l’idylle de Pyrame et Thisbé à Aucassin et Nicolette », p. 45-58) décèle au centre obscur du récit idyllique la menace de l’inceste. C’est ce danger qui constitue le « méfait » initial à l’origine des persécutions dont sont victimes les enfants. Etablissant un parallèle éclairant avec le Lai des deux amants de Marie de France dans lequel l’affection du père pour sa fille est de nature indéniablement incestueuse, G. Angeli discerne dans le motif de la troublante ressemblance gémellaire des enfants et dans leur éducation commune les indices d’un inceste possible qui explique l’acharnement narratif dont sont victimes Aucassin et Nicolette, Floire et Blancheflor, Pyrame et Thisbé (héros sur lesquels plane, avec l’évocation de Babylone, l’ombre inquiétante de Sémiramis coupable d’un inceste avec son fils Ninus).

  • 4  Idée développée également par M. Uhlig p. 150-151.

5F. Wolfzettel (« Le paradis retrouvé : pour une typologie du roman idyllique », p. 59-77) confronte le récit idyllique au récit arthurien pour montrer que le premier, à la différence du second, n’est pas une quête de sens, mais la tentative (réussie) de restaurer le paradis perdu et d’effacer les épreuves subies par les héros. Alors que le héros arthurien, ébranlé dans ses certitudes, part en quête de lui-même et, mûri par ses pérégrinations, réintègre la société courtoise pour le bénéfice de celle-ci, le héros idyllique ne connaît pas de crise d’identité, mais subit une perte objective (la femme qu’il aime lui est enlevée) que son itinéraire vise à restaurer. Malgré les oripeaux cléricaux dont les récits idylliques peuvent se déguiser (comme la conversion finale de Floire et de son royaume), leur paradis est profane et séculaire. Alors que le roman arthurien célèbre l’établissement d’une justice et d’un droit fondamentalement chrétiens que le chevalier a le devoir de défendre, le récit idyllique « semble vouloir afficher le triomphe du principe du désir » (p. 67) : le désir des jeunes amants contre la loi féodale4. Cette primauté du désir implique une valorisation de la ruse, l’engin. Dans ce nouvel environnement idéologique, la femme joue un rôle essentiel et contribue au caractère subversif du genre. Si le mythe du paradis terrestre a laissé des traces dans les différentes œuvres, F. Wolfzettel montre que du XIIe au XVe siècle, de Floire et Blancheflor à Paris et Vienne, une évolution se dessine qui tend à censurer, en la rejetant dans le rêve, « la structure profonde du paradigme idyllique et érotique ».

6En élargissant le champ d’investigation, la seconde partie du recueil permet de mesurer la spécificité du récit idyllique médiéval. L’article de R. Brethes (« Comment lire les Pastorales de Longus ? Le cas d’un roman idyllique sophistiqué », p. 103-125) considère en amont la tradition grecque et particulièrement ce qui est souvent considéré comme le prototype du récit idyllique : Daphnis et Chloé ou les Pastorales de Longus. Œuvre bâtarde, combinant le roman grec au genre idyllique hérité de Virgile, fondée sur une fausse opposition entre ville et campagne, entre réalité et monde idéal, Daphnis et Chloé joue des paradoxes et de l’ironie pour placer les destinataires de l’œuvre dans la position inconfortable du « voyeur sophistiqué » (p. 117) qui rit de la naïveté des héros. Ce rire de supériorité dissimule toutefois la perversion du lecteur urbanisé très au fait des techniques de l’amour mais qui en a perdu l’innocence.

7L’article déjà évoqué de M. Uhlig ramène au Moyen Age, à un roman, L’Escoufle, lui aussi hybride, qui fait la part belle aux réalités urbaines et oscille entre « une représentation idyllique de l’amour et l’expression débridée du désir » (p. 150). La proximité de l’article de R. Brethes et de celui de M. Uhlig incite donc à rapprocher L’Escoufle de Daphnis et Chloé et suggère que l’une des caractéristiques du récit idyllique, au moins ancien, est sa bâtardise : héritier de traditions diverses, il repose sur l’alliance insolite d’un réalisme souvent cru et d’une « rêverie » (p. 151), d’un idéalisme menacé mais qui fait toujours retour.

8Poursuivant ce parcours trans-séculaire, l’article d’Anna Maria Babbi (« Destin d’amants : la réception de Paris et Vienne et Pierre de Provence et la Belle Maguelonne dans la littérature européenne », p. 153-163) s’interroge sur les raisons du durable succès qu’ont connu deux œuvres tardives, Paris et Vienne de Pierre de La Cépède et l’anonyme Pierre et Maguelonne. Transmis par plusieurs versions dans un nombre appréciable de manuscrits, imprimés à maintes reprises, adaptés en maintes langues (la version italienne de Paris et Vienne par exemple a joui d’un succès remarquable avec quarante éditions, des versions en vers etc., Pierre et Maguelonne a été largement diffusé en Allemagne et la version française est entrée dans la Bibliothèque Bleue), ces œuvres, dans lesquelles les personnages féminins jouent un rôle central, ont sans doute été lues principalement par des femmes. C’est leur rôle de compensation d’une réalité peu satisfaisante qui explique en partie, selon A.M. Babbi, leur persistante popularité. Ainsi se dessine une filiation, déjà suggérée par J.-J. Vincensini dans son introduction, entre les récits idylliques médiévaux et les romans à l’eau de rose contemporains, en passant par le roman sentimental.

9L’article de F. Piazza (« Les jeux du hasard et du destin : idylle et roman chevaleresque dans le Roland Furieux (1450-1550) », p. 165-178) se penche de nouveau sur le caractère hybride du récit idyllique, en examinant cette fois comment il s’insère dans le roman chevaleresque italien. Le succès du thème idyllique en Italie à la fin du Moyen Âge s’explique par la redécouverte des textes antiques, comme Daphnis et Chloé, traduit par Hannibal Caro. Nourri de la tradition antique, fortement modelé par la crise intellectuelle et politique que traverse l’Italie au tournant du XVe et du XVIe siècles, le Roland Furieux est le reflet d’une réalité sociale (F. Piazza le qualifie de « bottin mondain » de la société ferraraise p. 176) et de la situation personnelle de l’Arioste, poète courtisan, mais aussi un regard nostalgique porté sur un passé révolu, un « monde de jeunesse et de poésie » où régnait « un idéal de bonté et de vertu » (p. 169). La tension qui traverse le Roland Furieux souligne encore une fois que l’idylle est rarement appelée à fonctionner toute seule.

10S. Capello (« Réception et réécritures du roman idyllique au XVIe siècle », p. 179-191) poursuit dans la même veine en insistant sur l’hétérogénéité des œuvres romanesques françaises du XVIe siècle, due aux traditions multiples que combinent les écrivains de la Renaissance. Héritières des récits idylliques médiévaux, eux-mêmes traversés par des courants divers, elles sont, dans la seconde moitié du XVIe siècle, profondément influencées par les œuvres antiques récemment traduites, comme les Ethiopiques d’Héliodore dont Jacques Amyot publie la version française en 1548, ainsi que par les traductions de l’italien (Roland Furieux, Filocolo de Boccace). Cette double filiation permet de célébrer un couple d’amoureux qui, comme les jeunes héros médiévaux, partagent un amour loyal et inconditionnel, mais qui, comme les Théagène et Chariclée d’Héliodore, se recommandent par leur parfaite chasteté.

11Pour parachever ce parcours, l’article de B. Garnier (« La Fontaine sourcier de l’idylle. Les amours de Pyrame et Thisbé dans Les Filles de Minée », p. 193-201) examine comment La Fontaine a repris l’histoire de Pyrame et Thisbé en la modifiant à la lumière de l’Hécube d’Euripide. Thisbé est en effet présentée comme une autre Polyxène, vierge, vertueuse et courageuse. L’idylle, chez La Fontaine, est donc un « état fugitif impossible à vivre durablement » (p. 201). « Aspiration au bonheur », elle ne peut que se heurter à la réalité de la vie.

  • 5  C'est précisément la critique que S. Capello adresse à M. Lot-Borodine, p. 180.
  • 6  Le Couple en herbe, op. cit.,p. 29 et passim.

12La constatation pessimiste sur laquelle se closent le récit de La Fontaine et l’article de B. Garnier permet de comprendre pourquoi il n’y a pas ou peu de récits idylliques « purs ». Ou plutôt elle nous invite à comprendre que le récit idyllique est fondamentalement hybride. Ce n’est pas, comme le pensait M. Lot-Borodine, que ce genre, dont le prototype antique serait Daphnis et Chloé et les seules vraies réalisations médiévales Floire et Blancheflor et Aucassin et Nicolette, aurait connu un rapide déclin5, mais qu’il met nécessairement en scène une tension entre idéal et réalité et que pour ce faire, il s’agrège des motifs venus d’ailleurs, il s’acoquine avec d’autres genres littéraires. D’où la difficulté à en définir les caractéristiques essentielles. Dans leur diversité et les effets d’écho qu’ils tissent entre eux, les articles de ce recueil manifestent la complexité et la richesse de la « mouvance idyllique », pour reprendre l’expression pertinente de M. Uhlig6.

Notes

1  Myrrha Lot-Borodine, Le Roman idyllique au Moyen Age, Paris, Picard 1913, Genève, Slatkine Reprints, 1972.

2  Voir l’ébauche d’un corpus dans l’introduction de J.J. Vincensini p. 10, et plusieurs listes d’œuvres idylliques dans l’article de Cl. Galdérisi (notes 9 et 11, note 38), ainsi que S. Capello (p. 180)

3  M. Vuagnoux-Uhlig, Le Couple en herbe, Galeran de Bretagne et L’Escoufle à la lumière du roman idyllique médiéval, Genève, Droz, 2009.

4  Idée développée également par M. Uhlig p. 150-151.

5  C'est précisément la critique que S. Capello adresse à M. Lot-Borodine, p. 180.

6  Le Couple en herbe, op. cit.,p. 29 et passim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Szkilnik, « Le Récit idyllique. Aux sources du roman moderne, éd. Jean-Jacques Vincensini et Claudio Galderisi  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 01 mars 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/11794

Haut de page

Auteur

Michelle Szkilnik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org