Navigation – Plan du site

Brigitte Roux, Mondes en miniatures. L’iconographie du Livre du Trésor de Brunetto Latini

Bernard Ribémont
Référence(s) :

Brigitte Roux, Mondes en miniatures. L’iconographie du Livre du Trésor de Brunetto Latini, Genève, Droz, 2009, 439p.

ISBN 978-2-600-01268-3.

Texte intégral

  • 1  Ou du moins, dans une perspective qui n’est pas celle de la subordination de l’image au texte, mai (...)
  • 2  Je me permets de renvoyer à mon introduction du Livre du Trésor I, à paraître aux Éditions Champio (...)

1Notons tout d’abord qu’il s’agit là, sur le plan matériel, d’un beau livre, réalisé par les Éditions Droz. Ce qui est somme toute normal au vu du sujet de l’ouvrage ; certes le lecteur regrettera toujours qu’il n’y ait pas plus d’illustrations couleurs, mais le même lecteur, s’il est conscient des coûts et des problèmes de l’édition scientifique, se satisfera de la large palette de reproductions en noir et blanc. Ce n’est pas sans fierté que j’ai reconnu, pour première phrase de cet ouvrage, celle qui inaugurait le second paragraphe de mon introduction au Livre des propriétés des choses (Stock, 1999) ; coquetterie d’universitaire mise à part, je dois dire que le travail de Brigitte Roux est intéressant, justement parce qu’il contribue à l’étude de l’encyclopédisme médiéval par une approche qui demeure encore peu exploitée. Et le choix d’appliquer cette recherche au Livre du Trésor est d’autant plus bienvenu que la tradition manuscrite de ce texte est assez complexe, en particulier à cause des différentes versions (avant et après l’exil), des différents lieux d’élaboration des manuscrits (France, Italie, Espagne), sans parler des versions françaises et italiennes du texte. L’auteur se propose donc d’étudier une ‘dialectique’ de l’écart et de la régularité des illustrations, dans une perspective qui ne se limite pas à une étude iconographique en tant que telle, classique donc­, comme à l’étude des relations texte/image1, mais qui s’étend à la compréhension même de l’entreprise encyclopédique. En particulier, comme le note justement B.R., la plupart des encyclopédies du XIIIe siècle s’inscrivent dans un mouvement qui voit de nouveaux instruments de travail quant à la mise en ordre du savoir. J’irai pour ma part un peu plus loin, en notant que les encyclopédies ont joué un rôle moteur dans ce mouvement (je pense surtout à Barthélemy l’Anglais et à Vincent de Beauvais). Le premier chapitre est consacré à une présentation générale de l’encyclopédisme médiéval, synthèse de différents travaux produits sur ce genre ces dernières années. Je me permettrai de regretter que B.R. reprenne, sans critique, la ‘classification’ avancée par M. Picone, en ‘idéologique’, ‘programmatique’ et ‘technique’ ; classification qui ne me semble pas opérationnelle. Tout d’abord, parce que toutes les encyclopédies sur la nature sont ‘idéologiques’ ; toutes se rattachent à l’idée que la nature reflète les volontés de Dieu et que l’encyclopédie est un miroir de la Création. Certains se placent même, comme Barthélemy l’Anglais, dans une perspective très augustinienne de lecture de la Bible. Quant à Vincent de Beauvais, ce n’est pas un hasard s’il entend suivre l’ordre de l’œuvre des six jours ; et Thomas de Cantimpré prétend émouvoir les âmes brutes. La notion de ‘programmatique’ ne tient pas non plus ; l’exemple, cité par B.R., des Etymologiae d’Isidore révèle qu’il y a confusion entre programme et méthode. Parler en outre de passage de l’étude des mots à celle des choses est faux : d’une part, Isidore demeure l’auteur le plus cité par les encyclopédistes ; d’autre part, pour Isidore, le mot révèle la chose et sa recherche est aussi, comme pour Barthélemy l’Anglais, celle de la nature des choses. On ne peut non plus mettre sur le même plan, sans confusion, le texte de Neckam et celui de Barthélemy ou de Thomas : la démarche de Neckam reste profondément marquée par l’exégèse, en particulier à partir de l’Ecclésiaste, ce qui n’est pas le cas des deux autres encyclopédistes cités. Comment peut-on enfin déterminer une troisième catégorie ‘technique’, à partir de compilatio, qui est la clé de voûte de toutes les encyclopédies ; quant aux recueils de Distinctiones, ils appartiennent à une autre tradition. La classification de Ch. Meier est plus cohérente (ordo rerum et ordo artium), à ceci près qu’elle est fort difficile à mettre en œuvre ; les Etymologiae, rangées dans la première catégorie par B.R., sont en fait largement du domaine de l’ordo artium. Quant aux encyclopédies véritablement gérées par une classification des sciences, il n’y en a que de très rares dans le monde latin, si ce n’est justement ­, au moins quant aux déclarations2, ­ celle de Brunetto.

2B.R. continue son panorama avec la présentation de diverses encyclopédies (pourquoi mettre Alexandre Neckam au XIIIe s. ?) et en séparant le Haut Moyen Âge du Moyen Âge central. Cette distinction, in fine (p. 41) est justifiée par les programmes iconographiques. Je me permets ici de regretter que B.R. n’ait pas repris la distinction que j’ai proposée entre encyclopédies isidoriennes et encyclopédies post-isidoriennes, en partant de l’étude des textes, qui pouvait ici se prolonger ­ et se renforcer ­ par des considérations iconographiques, au demeurant fort pertinentes. Le deuxième chapitre, inauguré par une courte biographie de Brunetto, présente rapidement le Tesoretto et le Livre du Trésor. Quelques petites précisions à apporter ici ; je ne pense pas qu’il faille parler de traduction de l’Éthique, mais de traduction partielle latino-française (et il faut ici revenir à la tradition des traductions de l’Éthique, à partir de Burgundio de Pise). Note 23, p. 48 : la « fidique » n’est pas un terme indéterminé, mais désigne la partie démonstrative de la logique. P. 49, je suis étonné de lire que l’encyclopédie de Barthélemy l’Anglais pouvait servir de réservoir de moralisations, alors que cette encyclopédie n’en comporte pas et se caractérise par un grand souci de ‘rationalisme’. Le véritable travail original commence au chapitre III, avec le corpus des manuscrits enluminés, dont B.R. fournit un très précieux catalogue en fin de volume (p. 325sq.). Il apparaît qu’on ne peut considérer un cycle enluminé standard, à cause des conditions de copie de l’ouvrage, de la non-intervention de l’auteur sur l’enluminure, comme chez Gossuin de Metz, chez qui le texte renvoie à l’explication peinte et du fait que le texte n’a pas joui, comme le Livre des proprietés des choses, d’une tradition illustrative fixe et durable. Le fort intéressant chapitre IV se penche sur la réception et considère les différents commanditaires, en offrant des critères iconographiques propres à chacune des traditions, française, anglaise, bourguignonne, etc. La suite de l’ouvrage va être consacrée à une analyse minutieuse des sujets traités par les enlumineurs : disciplines, portrait de l’auteur, animaux, etc. Je noterai en passant le tableau concernant le Bestiaire, qui montre que se dessine un groupe de quatre bestiaires apparentés. J’émettrai un simple regret à propos de cette étude iconographique très minutieuse ; si, en effet, l’auteur établit quelques comparaisons avec des images de l’encyclopédie de Gossuin (voir surtout les parties cosmologiques et astronomiques, où je relève une formulation ambiguë, p. 214, sur l’exemple de la terre percé, propre à Gossuin ; ce sont les illustrations qui sont typiques, pas l’exemple lui-même qui remonte à Adélard de Bath et est repris par bien des encyclopédistes), on eût apprécié un paragraphe (ou un chapitre) de comparaison systématique avec l’Image du monde et le Sydrac, qui sont des sources de Brunetto (ou, pour ce qui concerne le Sydrac, qui ont des sources communes au moins). Ceci n’empêche que le travail de B.R. est tout à fait précieux, bien mené, bien documenté et qu’il apporte un volet tout à fait novateur dans le champ des études des encyclopédies. Je ne peux donc que recommander la lecture de ce livre à tous ceux qui s’intéressent aux encyclopédies médiévales.

Notes

1  Ou du moins, dans une perspective qui n’est pas celle de la subordination de l’image au texte, mais de l’interpénétration des deux.

2  Je me permets de renvoyer à mon introduction du Livre du Trésor I, à paraître aux Éditions Champion, pour remettre en cause l’appellation, finalement un peu hâtive, d’« encyclopédie » pour l’intégralité du Livre du Trésor.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ribémont, « Brigitte Roux, Mondes en miniatures. L’iconographie du Livre du Trésor de Brunetto Latini », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/11787

Haut de page

Auteur

Bernard Ribémont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org