Navigation – Plan du site

Astro-Medicine. Astrology and Medicine, East and West, éd. Anna Akasoy, Charles Burnett et Ronit Yoeli-Tlalin

Iolanda Ventura
Référence(s) :

Astro-Medicine. Astrology and Medicine, East and West, éd. Anna Akasoy, Charles Burnett et Ronit Yoeli-Tlalin, Florence, SISMEL / del Galluzzo (Micrologus’ Library 25), 2008, 278p.

ISBN 978-88-8450-300-8.

Texte intégral

1Le volume Astro-Medicine. Astrology and Medicine, East and West, édité par A. Akasoy, C. Burnett et R. Yoeli-Tlalin, nous présente les Actes d’un Colloque organisé par le Projet de recherche AHRC « Islam and Tibet : Cultural Interactions (8th-17th Centuries) » en 2005. Le but de ce Colloque et, plus généralement, du Projet de Recherche « Islam and Tibet » était celui d’examiner en profondeur les modalités d’interaction entre les cultures occidentale et orientale dans une perspective qui allait au-delà des routes classiques culture arabe – culture hébraïque ou culture arabe – culture latine, mais envisageait de montrer des parcours d’idées liant l’Orient et l’Occident des frontières indiennes au monde latin. Ce but a été, on peut l’anticiper, atteint complètement par ce beau volume collectif, qui nous présente d’une manière très convaincante les liens existants entre les cultures et, surtout, la capacité des idées de passer les frontières linguistiques et culturelles et d’être reçues et adaptées par des contextes culturels différents.

2La méthode et la perspective adoptées par les études recueillies dans le volume nous montrent clairement les modalités qui ont permis à l’astrologie médicale de s’enraciner dans des cultures différentes, de l’époque babylonienne jusqu’au XXe siècle, de la science préclassique à la psychologie contemporaine, et d’être transmise à travers des cultures différentes. Le volume a un double intérêt, à la fois thématique et méthodologique. D’un côté, le choix des sujets abordés permet aux auteurs et aux lecteurs de bien voir les relations entre les civilisations ; de l’autre, les contributeurs ont toujours évité – dans la mesure du possible – de se concentrer sur une seule période ou sur une seule langue ou culture, en essayant de privilégier un aperçu trans-chronologique et / ou trans-culturel, en mettant en relation, par exemple, les cultures arabe et hébraïque, les cultures indienne et tibétaine, les cultures du Moyen Âge et de la Renaissance, les cultures latine et vernaculaire, et en analysant des moments de passage qui peuvent être facilement définis comme des moments cruciaux de passage culturel.

3Les différentes études réunies dans ce volume peuvent être liées l’une à l’autre de la manière suivante : en mettant de coté une approche plus « technique » ou strictement scientifique, qui aurait limité le regard aux méthodes développées à travers les siècles par la pratique médicale « iatromathématique », les chercheurs ont voulu encadrer le concept d’astrologie médicale dans le système scientifique et philosophique des relations entre macrocosme (l’univers supra-lunaire) et le microcosme, représenté par le corps humain. Le postulat montrant l’existence d’un système de relations entre le cosmos et l’être humain permet aux philosophes, aux savants et aux médecins d’élaborer une théorie de l’ astrologie médicale qui, à son tour, donne la possibilité, en même temps, de mieux comprendre la nature de l’univers et de l’homme et, surtout, de mieux l’utiliser et la manipuler. Dans ce système de compréhension scientifique et d’utilisation pratique, on peut facilement inscrire et lier la discussion philosophique concernant les rapports entre les cycles de la nature et du corps humain, l’élaboration d’une théorie qui soumet l’anatomie et la physionomie de l’homme aux influences des étoiles (en permettant, par exemple, la mise en place d’un horoscope personnel contenant des données médicales), et l’emploi de l’astrologie pour la pronostique médicale et la thérapeutique.

4D’autre part, les études réunies dans ce volume ont comme point en commun l’interprétation très subtile du terme « relation culturelle », qui est vue dans son sens de « persistance » et de « conservation » d’une idée ou d’une stratégie scientifique à travers le culture, autant que comme « critique » et « contraste » avec la même idée ou stratégie. Cette interprétation du terme « relation culturelle » se révèle particulièrement féconde pour l’étude de l’astrologie médicale, une (pseudo-) science qui a connu, au fil des siècles, des adhésions enthousiastes et d’âpres critiques, des reprises et des négations, comme les études réunies dans ce volume le montrent très bien.

5Le volume est composé par 11 études, structurées dans un ordre en même temps chronologique et géographique, qui nous montrent parfaitement les modalités de mise en relation entre époques historiques et contextes culturels. Le volume s’ouvre avec l’article de N. P. Heeßel, « Astrological Medicine in Babylonia », une étude qui révolutionne nos connaissances de l’astrologie médicale babylonienne, car il montre que des connections entre médecine et astrologie étaient déjà présentes dans les témoins écrits 2000 ans a.C. Toutefois, seulement l’introduction de l’idée de zodiaque pendant le VIe siècle a.C. et du concept de la mise en place d’un système triparti combinant un minéral, une plante et un arbre et souvent lié aux signes zodiacales, marquent un changement important dans la médecine babylonienne, en ouvrant des nouvelles possibilités dans la thérapeutique, dont l’efficacité sera de plus en plus liée avec le choix de la conjonction astrale favorable à son emploi et l’usage de l’exacte mélange d’ingrédients naturels.

6Le deuxième article, « Greek Medical Astrology and the Boundaries of Medicine », par V. Nutton, prouve que l’opinion courante qui veut la médecine ancienne marquée par la seule influence de la pathologie humorale et de la théorie « météorologique » (selon laquelle l’air et l’environnement seraient les seules responsables de l’état de santé ou de maladie) doit être corrigée, car plusieurs médecins grecques, et même Galien, témoignent d’une connaissance profonde de l’astrologie, et certains d’entre eux même une adoption plus ou moins complète de la prédiction astrologique, au moins dans les domaines de la pronostique ; en outre, l’essai propose, plutôt que de parler tout court de contrastes entre médecine et astrologie, d’explorer les points de convergence et de différentiation entre les deux sciences. Cette relation problématique entre médecine et astrologie est expliqué par V. Nutton à travers l’analyse du De spermate pseudo-galénique, un traité que le chercheur situe à la fin de l’Antiquité, et non pas, comme d’autres études, au Moyen Âge.

7L’étude de H. M. Carey, « Medieval Latin Astrology and the Cycles of Life: William English and English Medicine in Cambridge, Trinity College MS O.5.26 », la seule consacrée au Moyen Âge, trace d’abord les étapes principales du développement du corpus de textes relatifs à l’astrologie médicale marqué par l’influence des traductions de l’Arabe au Latin, avant de passer au passage suivant dans la transmission de la culture scientifique, notamment celui du Latin aux langues vernaculaires ; ici, ce passage est décrit à l’aide de l’ensemble des textes préservés dans le manuscrit Cambridge, Trinity College MS O.5.26, qui transmet un corpus unique de traductions des œuvres de médecine et d’astrologie et, en particulier, les écrits de William English de Marseille, auteur d’un très répandu traité De urina non visa dont le manuscrit offre la seule traduction anglaise connue.

8Le texte de C. Pennuto, « The Debate on Critical Days in Renaissance Italy », clôture la section consacrée au monde occidental avec un aperçu des critiques faites à l’astrologie médicale, et plus précisément à la théorie des « jours critiques » attribuée à Galien, pendant la Renaissance, en particulier par Giovanni Pico, Francesco Mainardi, et Girolamo Fracastoro. Avant d’explorer la critique humaniste à la théorie des « jours critiques », la chercheuse trace son histoire à travers le monde ancien et médiéval, montrant comment le lien entre jours critiques, crises et changements dans l’équilibre des humeurs dans le corps humain se voit soumis de plus en plus, au fil des siècles, à l’influence des étoiles. Les savants de la Renaissance considérés dans l’étude s’efforcent de détruire cette influence, de chercher la cause des jours critiques en dehors de l’astrologie et, surtout dans le cas de Mainardi, de sauver l’autorité et la validité de la théorie des crises galéniques des dérives astrologiques successives et des transformations subies par le textes à cause de la tradition manuscrite problématique.

9Avec l’article de Y. Tzivi Langermann, « The Astral Connections of Critical Days. Some Late Antique Sources Preserved in Hebrew and Arabic », et celui d’A. Akasoy, « Arabic Physiognomy as a Link between Astrology and Medicine », le regard des chercheurs et du lecteur se tourne à l’Orient pour examiner l’astrologie médicale juive et arabe du point de vue des conséquences de l’influence de l’héritage grecque sur la médecine orientale. Dans ce cadre, Y. Tzivi Langermann prouve, à travers l’examen d’un ensemble de trois compendia de l’écrit De diebus criticis de Galien préservés seulement en Hébreu ou en Arabe, que le développement du « Galenisme » arabe et juif dans le monde oriental accepte de plus en plus la présence, dans la théorie des « crises », des notions astrologiques , que Galien n’avait formulé qu’en passant et de façon dubitative. De son coté, A. Akasoy montre les différentes connexions établies entre médecine, astrologie et physiognomonie dans la science arabe en mêlant l’héritage grecque avec les traditions culturelles pré-islamiques, et le paysage riche et complexe produit par le croisement des diverses héritages.

10Le parcours du volume se poursuit avec le passage en Chine de V. Lo et de son étude « Heavenly Bodies in Early China : Astro-Physiology in Context ». Dans cet essai, la chercheuse décrit la façon dont l’entrée dans la culture médicale des calcules typiques des calendriers solaires et lunaires change la perception des pouvoirs des étoiles et des planètes sur le corps humains. Dès l’adoption des méthodes, du langage et des théories propres des calendriers lunaires et solaires dans la médecine, aucun domaine de la littérature et de la pratique médicale échappera à l’influence des étoiles et à la tendance à mettre en relation le corps humain et les phénomènes qui le caractérisent avec les stratégies typiques de l’astronomie et de la médecine.

11Deux articles sont consacrés à la tradition indienne, notamment celui d’A. Beinorius, « Astral Hermeneutics : Astrology and Medicine in India », qui discute les relations entre médecine et astrologie en Inde en offrant une nouvelle (et supérieure) évaluation du rôle joué par la pronostique astrologique dans la médecine indienne et, vice versa, en montrant la présence étonnante de sujets médicaux dans les traités astrologiques, et celui de V. A. Wallace, « A Convergence of Medical and Astro-Sciences in Indian Tantric Buddhism : A Case of Kālacakratantra », où l’auteur traite de la présence d’un élément astronomique et astrologique dans la médecine ésotérique bouddhiste appartenant à la tradition du Kālacakratantra. Cette tradition, dont l’auteur met en évidence le caractère de synthèse entre médecine bouddhiste, astronomie, alchimie, rituels religieux et pratiques yoga, produit un système complexe de division du temps et de distinction des différentes phases de la vie humaine d’un coté, et d’interprétations de l’influence des planètes sur le corps de l’homme, qui permet de prévoir les maladies, l’efficacité réelle des thérapies, et la cause de la mort. Ce système complexe – comme le souligne l’auteur – ne se traduit pas dans le déterminisme et dans le fatalisme ; au contraire, il produit une vision très dynamique du cosmos et de l’homme, où la santé, la maladie et la morte sont le résultat de la corrélation entre l’action individuelle, vue comme cause « interne » et l’influence des étoiles, considérée comme cause « externe ».

12La tradition tibétaine fait l’objet de l’étude de R. Yoeli-Tlalin, « Tibetan Medical Astrology ». Cet essai a comme ambition d’offrir une nouvelle interprétation du système de connexions entre médecine et astrologie dans le monde tibétain, en montrant que ce système n’est pas exclusif de la culture tibétaine, mais est strictement lié à d’autres traditions, par exemple, à la Chine et à l’Inde. C’est dans cette vision de syncrétisme culturel que l’auteur inscrit son interprétation de certaines composantes de la médecine tibétaine comme la notion du cycle lunaire de l’énergie vitale, la nature et la fonction de la divination dans la diagnostique et la pronostique tirée de l’analyses des urines, et l’ambiguïté dans la définition de diagnostique et pronostique qui, dans un cadre dominé par la divination, arrivent parfois à être confondues. Tous ces éléments de la médecine tibétaine sont, en conséquence, pris en examen dans leur caractères de résultat d’une opération de synthèse entre les traditions orientales.

13Le volume trouve sa conclusion avec un essai concernant la réception de la médecine astrologique dans la culture moderne, celui de D. Gieseler Greenbaum, « From Lilly to Steiner and Jung : Temperament in Astrology and Psychology, Seventeenth and Twentieth Centuries ». Ici, l’auteur montre la persistance de la notion des tempérament formulée par l’astrologie grecque dans la littérature scientifique du XVIIe au XXe siècle, tout en montrant le transfert subi par cette théorie, qui passe du domaine de la médecine au domaine de la psychologie, de la psychanalyse et de la pédagogie fleurissantes entre le XIXe et le XXe siècle.

14En conclusion, on ne peut que célébrer la valeur de ce volume et des essais qui le composent en soulignant son importance en tant qu’instrument de travail pour les chercheurs. Son importance et sa valeur sont doubles : d’un coté, comme on l’a souligné au début de cette discussion, les essais compris dans ce volume nous prouvent que les traditions culturelles orientales et occidentales, anciennes et modernes sont beaucoup plus strictement connectées de ce que l’on croit couramment. Le volume Astro-Medicine. Astrology and Medicine, East and West réagit à l’opinion commune, plutôt limitée, qui tend à insérer des coupures entre l’Occident et l’Orient, entre les mondes ancien et médiéval, entre la Renaissance et le monde contemporain. Les essais réunis forment une œuvre de caractère interdisciplinaire et interculturel, qui encourage les chercheurs à poursuivre ce chemin. D’autre part, il faut aussi souligner que ce volume est un instrument de travail très utile pour spécialistes du Moyen Âge occidental, car il offre un ensemble remarquable de données et d’informations concernant tout particulièrement les cultures orientales, qui, autrefois, auraient été difficilement accessibles aux médiévistes. On ne peut, donc, qu’apprécier la valeur de ce volume, et attendre les futures contributions scientifiques du Projet de recherche AHRC « Islam and Tibet : Cultural Interactions (8th-17th Centuries) ».

Pour citer cet article

Référence électronique

Iolanda Ventura, « Astro-Medicine. Astrology and Medicine, East and West, éd. Anna Akasoy, Charles Burnett et Ronit Yoeli-Tlalin  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/11782

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org