Navigation – Plan du site

Calculs et rationalités dans la seigneurie médiévale : les conversions de redevances entre XIe et XVe siècles, éd. Laurent Feller

Juliette Dumasy
Référence(s) :

Calculs et rationalités dans la seigneurie médiévale : les conversions de redevances entre XIe et XVe siècles, éd. Laurent Feller, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, 365p.

ISBN 978-2-85944-613-0.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le fruit d’une rencontre organisée par le LAMOP (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, UMR 8589) à Auxerre en 2006. Il réunit treize contributions, dont une introduction problématique (Laurent Feller) et une conclusion synthétique (Monique Bourin). Son objectif, présenté dans l’introduction, est ambitieux : il s’agit de (re)poser la question de la rationalité des acteurs impliqués dans la seigneurie – qu’il s’agisse des seigneurs ou des paysans – dans les choix économiques et pratiques qu’ils opèrent.

  • 1  G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962. Les deux (...)

2L’historiographie a trop longtemps considéré que les seigneurs n’avaient aucune politique de gestion réfléchie de leurs domaines, et que les paysans, écrasés par le poids des prélèvements, ne faisaient que subir le joug seigneurial. Cette vulgate repose principalement sur la thèse d’une conversion généralisée des redevances en nature vers des cens en argent, aux alentours des XIIe-XIIIe siècles, conversion qui aurait piégé les seigneurs : ceux-ci, aveuglés par le profit immédiat qu’apportait cette opération souvent chèrement payée par leurs tenanciers, n’ont pas compris qu’à long terme, en raison de l’inflation et de la dépréciation de la monnaie – qui s’accentuent à la fin du Moyen Âge –, leur profit était condamné à décliner. Cette thèse a été portée par les travaux de deux grands historiens du XXe siècle, Georges Duby et Michael Postan1, dont, pourtant, comme le montrent Laurent Feller et Monique Bourin, la démonstration paraît plus complexe que ce que leurs lecteurs en ont retenu : ainsi G. Duby souligne que, grâce à la diversification des prélèvements, la rente seigneuriale a augmenté entre le XIIe et le XIVe siècle ; et M. Postan insiste sur la réactivité des seigneurs anglais, qui, après avoir – selon lui – massivement commuté les corvées en redevances en argent, parviennent à contrecarrer la forte inflation qui sévit au tournant des XIIe et XIIIe siècles par la restauration des corvées. En outre, les travaux d’histoire rurale réalisés depuis un demi-siècle montrent qu’il n’y a pas eu, en réalité, de commutation généralisée des prestations en nature vers des prestations en argent, mais plutôt des situations et des choix économiques très variés. La réflexion méritait donc d’être entièrement renouvelée sur ce point, et c’est à cet impératif que cette rencontre répondait : les acteurs de la seigneurie suivent-ils une politique calculée, cohérente à moyen ou long terme, dans la gestion de leurs biens et de leurs droits ? Si oui, selon quels objectifs et avec quels résultats ? Finalement, quelles sont les rationalités à l’œuvre dans la vie économique de la seigneurie ?

3Pour mener ce travail à bien, les organisateurs ont fait des choix méthodologiques clairs : ouvrir la réflexion à un vaste espace (deux contributions sur l’Angleterre, une sur l’Allemagne, deux sur l’Italie, deux sur l’Espagne, quatre sur la France) et une vaste période (XIe-XVe), mais se concentrer sur un problème précis : les conversions de redevances, précisément, afin de revisiter les thèses de Duby et Postan. Les différents travaux sont donc des études de cas, à l’échelle régionale (Carlos Laliena Corbera sur la Navarre, Phillipp Schofield sur l’est de l’Angleterre) ou à l’échelle micro-historique (Julien Demade sur le village de Simonshofen, en Franconie, Sandro Carocci sur celui de Genazzano, dans le Latium).

4Les contributions ouvrent de nombreuses pistes, toutes passionnantes, et, espérons-le, fondatrices. Sur le plan de la terminologie, il faut d’abord, selon la typologie proposée par Monique Bourin, distinguer l’opération de conversion effectuée de façon temporaire – que l’on appellera conversion – de celle qui est définitive – que l’on appellera commutation. Sur le plan historiographique, plusieurs contributions reviennent sur des idées communément admises. Ainsi Phillipp Schofield à propos de l’est de l’Angleterre, et Catherine Letouzey, dans sa communication sur le temporel de l’abbaye de la Trinité de Caen, distribué de part et d’autre de la Manche, montrent que la thèse de Postan, selon laquelle une commutation généralisée des corvées en prestations en argent a eu lieu au XIIe siècle, est loin d’être assurée ; une relecture des sources, ainsi que l’étude précise de la politique menée par l’abbaye de la Trinité, révèle au contraire le maintien délibéré des corvées et/ou des redevances en nature tout au long du XIIe siècle et au-delà. D’autres contributions montrent que, contrairement à l’idée caricaturale d’une « sottise seigneuriale » (Monique Bourin), les seigneurs gèrent leur prélèvement de manière avisée : ainsi, dans l’Ouest de la France au XIIIe siècle ou en Savoie aux XIVe-XVe siècles, les cens en argent sont-ils réévalués en fonction de l’inflation (Daniel Pichot et Nicolas Carrier).

5Certaines communications mettent en cause l’idée selon laquelle la rationalité des acteurs ne pourrait se mesurer qu’à la recherche du profit. Dans leurs choix économiques, les acteurs peuvent avoir des motivations tout aussi rationnelles que la rentabilité : il peut s’agir de se mettre en conformité avec des impératifs religieux par exemple. C’est le cas des frères mineurs d’Avignon, qui préfèrent recevoir des rentes en nature plutôt qu’en argent, afin de respecter la règle de pauvreté (Clément Lenoble). Les acteurs peuvent suivre aussi des objectifs politiques plus qu’économiques : ainsi l’abbaye de la Trinité de Caen a privilégié le maintien des corvées et d’un régime seigneurial dur dans ses terres anglaises afin de mieux assurer sa domination – stratégie qui s’avérera payante à long terme (Catherine Letouzey). De la même manière, il ne faut pas négliger le profit politique que les communautés d’habitants ont pu retirer des commutations de redevances, comme le souligne Luigi Provero à propos des franchises concédées dans le Piémont.

6Certains acteurs suivent cependant des objectifs purement économiques, cherchant le profit – ou le moindre coût – avant toute chose. C’est le cas des paysans de Simonshofen, qui, au XVe siècle, ont recours à la conversion de leurs redevances en argent afin, semble-t-il, de s’épargner le coût du transport de la marchandise jusqu’à la résidence de leur seigneur (Julien Demade). C’est le cas également, à l’autre bout de l’échelle sociale, du roi de Navarre, qui, à la fin du XIIe siècle, commute les pechas (redevances en nature serviles) en prestations en argent, non pour simplifier le prélèvement ou l’augmenter, mais pour servir le développement de la monnaie royale, notamment dans les régions montagnardes difficiles d’accès (Carlos Laliena Corbera). D’autres, tout en suivant un raisonnement purement économique, visent moins la rentabilité que l’efficacité et la justesse, comme le montre leur souci d’évaluer les biens et droits en nature au « juste prix » ou au prix du marché (Isabelle Theiller, Clément Lenoble, Nicolas Carrier), sans spéculer, comme le montre le cas de l’archevêque de Narbonne au milieu du XIVe siècle (Monique Bourin). D’autres encore suivent une stratégie de long terme, en cherchant à optimiser l’exploitation des ressources du territoire de manière durable : c’est le cas à Genazzano en 1379, où la commutation opérée par le seigneur correspond à un changement radical du modèle économique de la seigneurie, en période de crise démographique (Sandro Carocci).

7Au final, ces études ont le grand mérite de balayer les idées reçues, d’ouvrir des perspectives pour la recherche à venir, de suggérer de nouvelles problématiques. Certes, elles montrent qu’il n’est pas possible – du moins à l’heure actuelle – d’élaborer un ou même des modèles de comportement des acteurs de la seigneurie aux derniers siècle du Moyen Age : la diversité des situations domine. Mais une chose est sûre : les seigneurs et paysans ne sont ni sots ni myopes ; au contraire, leurs motivations, aussi variées soient-elles, sont parfaitement rationnelles, même si elles ne riment pas forcément avec rentabilité maximale. Ce constat est plutôt rassurant. Il montre que, à l’heure où l’on remet en question les postulats de la pensée économique néo-classique, notamment l’existence d’un acteur économique mû par la seule recherche de la rentabilité, et la théorie de l’intelligence du marché, il serait peut-être bon de redéfinir les critères de la rationalité économique, qui ne saurait tenir dans la seule recherche d’un profit toujours plus grand, mais est intimement liée, comme le montre cet ouvrage, aux contraintes politiques, sociales, spirituelles et environnementales d’une époque.   

Notes

1  G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962. Les deux articles  majeurs de Postan sur la question, datant de 1937 et 1944, sont repris dans M. Postan, Medieval Agriculture and General Problems of the Medieval Economy, Cambridge, 1973, p. 23-40 et 89-106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Dumasy, « Calculs et rationalités dans la seigneurie médiévale : les conversions de redevances entre XIe et XVe siècles, éd. Laurent Feller  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 05 février 2010, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11772

Haut de page

Auteur

Juliette Dumasy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org