Navigation – Plan du site

Le duc de Mercœur (1558-1602), les armes et les lettres, éd. Emmanuel Buron et Bruno Méniel

Jean-Paul Straetmans
Référence(s) :

Le duc de Mercœur (1558-1602), les armes et les lettres, éd. Emmanuel Buron et Bruno Méniel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 358p.

ISBN 978-2-7535-0778-4.

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui adopte une approche pluridisciplinaire, réunit une douzaine d’articles d’historiens et de littéraires sur le duc de Mercœur et sa relation à la culture. Il renouvelle profondément l’image que l’historiographie du XIXe siècle a laissée de ce grand seigneur de la fin de la Renaissance.

2La première partie de l’ouvrage porte sur la figure historique du duc. Emmanuel Buron analyse la façon dont Nicolas de Montreux, dans l’Histoire universelle des guerres du Turc,justifie l’attitude jadis rebelle de Mercœur. Nicolas Le Roux insiste sur l’influence de la demi-sœur du duc, Louise, devenue l’épouse du roi, et sur celle de son épouse, Marie de Luxembourg. Il rappelle la complexité de la situation de Mercœur, qui lutte contre les protestants au nom du roi, entretient des liens avec la Ligue et désire l’autonomie de sa province. L’ambivalence du statut de Mercœur, à la fois chef de la Ligue et gouverneur de la Bretagne, est au centre de l’article d’Ariane Boltanski et de Philippe Hamon, qui précisent que le poids important des « royaux » ne permit pas au duc de contrôler totalement sa province et que l’encouragement qu’il apporta aux lettres et aux arts n’a guère modifié cette situation. Solen Peron s’intéresse, quant à elle, aux maréchaux de camp et aux capitaines du duc, et met en évidence les liens de parenté et de voisinage qui unissent ce groupe social.

3Dans la seconde partie de l’ouvrage, consacrée aux relations du duc avec les artistes et les écrivains, Fanny Laschon étudie les « entrées » solennelles de Mercœur dans les villes comme un exemple d’utilisation politique des arts et des lettres. L’examen des Alliances généalogiques de la maison de Lorraine du ligueur Pierre Biré permet à Alain Cullière d’analyser l’éloge qui y est fait de Mercœur. De son côté, Denis Bjaï s’intéresse aux dédicaces des œuvres du poète Jean de Boyssières, afin de mieux comprendre les relations de celui-ci avec le duc.

4Dans la troisième partie de l’ouvrage, Yann Lignereux présente l’image guerrière de Mercœur qui se dégage de la publication de ses victoires de 1589 à 1593. La plus importante d’entre elles est celle de Craon, qui a été fêtée comme la réalisation de la volonté divine et a été commémorée par l’érection d’une chapelle dans l’église Saint-Vincent, à Nantes.

5Les œuvres du poète et historiographe du duc, Nicolas de Montreux, servent de fil directeur aux trois articles suivants. Bruno Méniel met en évidence l’éthique guerrière qui sous-tend les poèmes de Montreux et d’un autre poète ligueur, Michel de La Vallée. Il montre que, dans ces textes, le combat mené en l’honneur de Dieu justifie toutes les violences. Scrutant les Bergeries de Julliette, dont les deux derniers volumes sont dédiés au duc, Laurence Giavarini y décèle la construction d’une éthique vertueuse, qui est attribuée au chef ligueur, tandis qu’Emmanuel Buron révèle quelles analogies les événements romains que mettent en scène les deux dernières tragédies de Nicolas de Montreux, Cleopatre et Sophonisbe, présentent avec ceux de la fin de la Ligue.

6Enfin, Olivier Poncet apporte une vision originale de l’étendue de la culture du duc en dressant l’inventaire de sa bibliothèque, dont il classe les ouvrages par thème, ancienneté, quantité et langue. Mercœur a une politique d’achat de livres qui suit l’activité éditoriale du moment. De gentilhomme mondain devenu prince-général d’armées, puis chef de guerre chrétien, il manifeste un intérêt constant pour la littérature, en particulier pour la poésie. En avance sur son temps, il s’apparente plus au modèle de ces grands aristocrates du milieu du XVIIe siècle, qu’à ceux des guerres de religion.

7L’ouvrage se termine sur un portrait que Bruno Méniel dégage des témoignages de François de Sales, d’Alphonse de Rambervillers, et de Nicolas de Montreux. Malgré leur différence de genre, ces textes participent d’un même esprit qui fixe l’image du duc pour ses contemporains et pour la postérité. Ils transforment son parcours controversé en « destin exemplaire », et font de lui un modèle non seulement de chef militaire mais aussi de soldat lettré.

8Les articles qui composent cet ouvrage permettent de nuancer l’excessive louange des thuriféraires du duc et le jugement négatif de l’historiographie du XIXe siècle. Mercœur a été, sans conteste, l’un des capitaines les plus lettrés de son temps. C’est ce nouveau visage que dévoilent les approches croisées des historiens et des littéraires.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Straetmans, « Le duc de Mercœur (1558-1602), les armes et les lettres, éd. Emmanuel Buron et Bruno Méniel  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 19 janvier 2010, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11768

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Straetmans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org