Navigation – Plan du site

Visio Anselli. Il racconto di Ansello Scolastico e dell’Anonimo sulla visione infernale di Oddone di Auxerre, éd. Roberto Gamberini

Mattia Cavagna
Référence(s) :

Visio Anselli. Il racconto di Ansello Scolastico e dell’Anonimo sulla visione infernale di Oddone di Auxerre, éd. Roberto Gamberini, Firenze, del Galluzzo, 2008, CVIII + 78 p.

ISBN 978-88-8450-201-8.

Texte intégral

1Ce beau volume, issu d’une thèse de doctorat présentée à l’Université de Florence (Dipartimento di studi sul Medioevo e il Rinascimento) comprend l’édition des deux rédactions, en vers et en prose, de la Visio Anselli, récit du voyage en enfer effectué par l’abbé Odon d’Auxerre (mort en 1052). Les deux rédactions de la vision sont précédées par une épître de dédicace qui constitue une sorte de prologue et suivies par un extrait des Histoires de Raoul Glaber qui reprend la fin de la vision et approfondit le discours sur l’utilité des suffrages et des prières pour les morts.  

2Le titre, que la critique moderne a consacré et que Roberto Gamberini choisit, à raison, de conserver pour son édition, renvoie non pas au protagoniste de la vision, mais au rédacteur du texte, qui a mis par écrit l’expérience de l’abbé Odon. L’équivoque remonte aux éditions du XIXe siècle. Le premier éditeur du texte en vers, Edelestand du Méril (à corriger la graphie « Édélestand du Meril » à la p. XVI), avait choisi le titre français Vision d’Ansellus Scholasticus que l’abbé Migne, dans sa Patrologie latine,avait transformé en Visio Anselli Scholastici, cequi fait penser à Ansellus comme au protagoniste de la vision. Quoi qu’il en soit, le nom d’Ansellus apparaît dans l’épître de dédicace que RG édite également dans ce volume, en guise de prologue aux deux rédactions. Dans cette épître, l’écrivain s’adresse à son abbé et explique les circonstances de composition de l’ouvrage. RG consacre un beau chapitre de son introduction à la question du rapport entre écriture et oralité, notamment en rapport avec les témoignages visionnaires (p. XXXIII-XLVI).

3Le récit se distingue des nombreux textes appartenant au corpus des visions ou plutôt, selon la définition de Claude Carozzi, des voyages dans l’au-delà, par plusieurs éléments. Tout d’abord, l’accès à l’au-delà ne s’effectue pas à travers une mort temporaire et un processus extatique, mais à travers un rêve. Or le rêve sera le cadre privilégié des voyages allégoriques du XIIIe siècle, mais il intervient assez rarement dans les visions médiolatines. Ensuite, au lieu de se faire accompagner par un saint célèbre ou par son ange gardien – les deux figures de guide les plus traditionnelles –, Odon est mené en enfer par le Christ lui-même qui pendant la messe descend de sa croix et lui commande de le suivre ad inferna (version en prose : ad inferorum regionem). Autre fait curieux, l’espace infernal ne fait l’objet d’aucune description. Le moine visionnaire se contente d’assister à un rituel heureux qui se réalise chaque année à Pâques : le Christ rassemble les âmes des pécheurs qui ont accompli leur purification et les confie aux anges qui les mènent au paradis. Finalement, dans le voyage de retour sur terre, le moine est accompagné par un démon qui, sous l’ordre précis du Christ, accepte de protéger le visionnaire des attaques des autres créatures infernales. Entre le moine et son nouveau guide s’instaure une très bonne entente, si bien qu’ils passent la nuit ensemble à discuter de l’enfer et de la rédemption des péchés. Le démon précise que les coupables de péchés mortels (homicide, iracundi, luxuriosi, adulteri, raptores, contra naturam peccantes, periuri – version en prose, lignes 125-126) sont condamnés éternellement, alors que les autres péchés peuvent être rachetés grâce aux prières pour les morts. Le matin suivant, le démon récupère quand même sa fonction de tentateur et essaie, en vain, de convaincre le moine à rester au lit. Celui-ci se lève de bonne heure et rejoint ses frères pour la prière du matin.

4L’édition des textes est précédée d’une introduction très étoffée et approfondie. Après avoir résumé l’histoire de la critique et l’histoire des éditions anciennes des deux versions du texte, RG discute la question de l’identité du visionnaire et du rédacteur du texte. Si l’identification d’Odon, abbé de Saint-Germain d’Auxerre (mort en 1052) apparaît avérée, celle d’Ansellus est plus controversée. André Wilmart, le premier éditeur de la préface, considère Ansellus comme appartenant au même monastère de Saint-Germain d’Auxerre, alors que Claude Carozzi insiste sur le fait que la vision a lieu à Reims et que le rédacteur célèbre la valeur de cette ville, si bien qu’il propose de l’identifier avec Anselme de Reims. La question reste ouverte. Ce que RG peut affirmer avec certitude, c’est qu’Ansellus a des compétences grammaticales très solides propres au directeur d’une école monastique (p. XLVII).

5RG aborde ensuite la question des deux rédactions. Depuis l’édition par J. Leclercq (1969) jusqu’aux travaux de Claude Carozzi (1994), la rédaction en prose a toujours été considérée comme le modèle de la rédaction en vers, même si elle est transmise par un seul manuscrit assez tardif, datant du XVe siècle (ms. de Subiaco, Biblioteca del Monumento Nazionale Santa Scolastica, CCI).  RG renverse complètement ce rapport de filiation et montrant, sur la base d’arguments tout à fait convaincants, que la version en prose constitue un dérimage de la version en octosyllabes rimés (p. XXII). La version rimée, par ailleurs, a dû être beaucoup plus répandue puisqu’elle est conservée par huit manuscrits.

6L’étude des sources est fortement orientée, à raison, vers la tradition latine classique, puisque l’auteur connaît et cite explicitement un certain nombre d’auteurs tels Donat, Virgile, Horace et Térence. RG ne néglige pas les Écritures – il reconnaît plusieurs citations que les anciens éditeurs avaient négligées – ni les traditions hagiographiques et exégétiques médiévales (pp. XXVII-XXX). Par la suite, RG analyse l’épisode central du récit, à savoir la catabase du Christ. La source, bien connue, de cet épisode est l’évangile apocryphe de Nicodème, mais la Visio Anselli est le premier texte qui fait de cette catabase un épisode récurrent, qui se répète tous les ans pour la fête de Pâques. RG insiste sur l’importance que la tradition clunisienne accorde à la doctrine du suffrage et de la rédemption. Il cite en particulier l’œuvre d’Odilon de Cluny, qui par ailleurs a institué, entre 1024 et 1033, la fête des morts, le 2 Novembre. À l’intérieur de ce récit, la dimension théologique, concernant la « géographie de l’au-delà », mais aussi le système de rachat des péchés, passe complètement au second plan par rapport à la dimension doctrinale.

7Il est néanmoins possible, me semble-t-il, d’insister sur un détail qui distingue les deux versions du texte. Les régions infernales (inferna, inferorum regiones) évoquées par le visionnaire ne comportent pas la division traditionnelle entre un enfer supérieur et temporaire (le purgatoire) et un enfer inférieur et éternel. Ce détail contribue à isoler le texte dans le panorama de la tradition visionnaire contemporaine. Il s’agit en somme d’un enfer-purgatoire qui renferme indistinctement les damnés – les pécheurs qui seront tourmentés pour l’éternité – et les pécheurs qui doivent être purifiés en vue du salut. Au moment de sa descente, le Christ rassemble et sauve les âmes des pécheurs qui ont été purifiés de leurs péchés grâce aux tourments subis et grâce aux prières et aux suffrages des vivants. Dans la version en vers, la signification du geste du Christ ne ressort pas très clairement :  Excipientes animas / quas, a tenebris liberans / Christus ducit ad gaudia (v. 165-167). Ce n’est que grâce à l’explication du démon que le moine visionnaire comprendra la signification de ce rituel. Dans la version en prose, en revanche, il est clair que les âmes ont accompli leur purification : Dominus autem, evocans omnes quas sibi clementissime purgaverat animas, manibus angelorum, quorum innumera multitude ipsum comitabatur, tradidit et ut celestia scanderent imperavit (lignes 46-48). Le verbe purgaverat renvoie précisément à l’idée d’une purification qui s’effectue, selon la tradition, dans l’espace infernal. Ce passage constitue en somme un jalon important dans l’histoire de la genèse du purgatoire.

8Cet aspect aurait sans aucun doute mérité d’être approfondi, notamment en résonance avec les autres textes visionnaires de l’époque. Parmi les études qui auraient pu apporter quelques éclairages en ce sens, je me contenterai de citer celle d’Arturo Graf, notamment son chapitre « Il riposo dei dannati » (dans Miti, leggende e superstizioni del medio evo, éd. C. Allasia et W. Meliga, Milan, Mondadori, 2002, p. 163-178), où la vision d’Ansellus est située à l’intérieur d’une importante tradition de récits qui portent sur le rapport complexe entre damnation et salut, justice et miséricorde.

9Le chapitre consacré à l’analyse métrique, linguistique et stylistique est particulièrement riche et approfondi. L’éditeur montre des compétences solides en matière de prosodie et de langue latine médiévale. La présentation des témoins et de leurs relations est précise et convaincante. On retiendra notamment le manuscrit C (Paris, BNF, lat. 4887), où la version en vers de la vision d’Ansellus précède la Navigation de saint Brendan etla célèbre Vision de Wetty, deux textes fondamentaux pour le développement de la doctrine du purgatoire.

10Le texte est établi avec soin ; dans l’apparat critique, l’éditeur utilise le latin, conformément aux critères de cette belle collection, et signale à la fois la varia lectio et les choix des anciens éditeurs (Wilmart pour l’épître dédicataire, du Méril pour la version en vers, Leclerq pour la version en prose). Les notes critiques éclairent de nombreux passages du texte et sont focalisées principalement sur l’étude des sources et sur les difficultés linguistiques.

11Cette belle édition fait certainement avancer notre connaissance sur un genre littéraire, celui des visiones animarum, qui dans les vingt dernières années a attiré l’attention d’un grand nombre de médiévistes de valeur.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mattia Cavagna, « Visio Anselli. Il racconto di Ansello Scolastico e dell’Anonimo sulla visione infernale di Oddone di Auxerre, éd. Roberto Gamberini  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2008, mis en ligne le 18 janvier 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/11764

Haut de page

Auteur

Mattia Cavagna

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org