Navigation – Plan du site

Carla Rossi, Marie de France et les érudits de Cantorbéry

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Carla Rossi, Marie de France et les érudits de Cantorbéry, Paris, Classiques Garnier, 2009, 233p.

ISBN 978-2-8124-0042-1.

Texte intégral

1On pourrait soupirer : « encore une hypothèse sur l’identification de Marie de France… » En réalité, ce volume se lit avec grand intérêt et comme une véritable enquête sur l’identité de Marie de France, y compris sur son identité intellectuelle au sens large. Carla Rossi affirme  proposer « une approche d’une poétesse médiévale qui associe les recherches modernes sur la rhétoriques avec la dimension sociale des textes médiévaux » (p. 12). Elle se demande si la déclaration de Marie d’appartenir à la France peut être considérée autrement que comme une posture auctoriale, « un idéologème identitaire » (p. 15), une revendication d’appartenance culturelle et sentimentale.

2Carla Rossi commence par suggérer des liens entre Marie et les érudits de Cantorbéry, c’est-à-dire avec les écrivains de l’entourage du chancelier d’Henri II, promu archevêque de Cantorbéry en 1162, Thomas Becket : Jean de Salisbury, Pierre de Blois, Gautier Map… Marie partage avec ce cercle la volonté d’instruire les laïques ou l’intérêt pour la « remembrance ». Carla Rossi observe l’ancrage géographique et historique des Lais, autour des années d’opposition politique et intellectuelle entre Thomas Becket et Henri II Plantagenêt (1164-1170), afin d’appuyer son propos, par exemple.

3Carla Rossi balaie efficacement les différentes hypothèses de la critique concernant l’identité de Marie : Marie de Meulan, qui ne vit pas même le jour (la seule Marie de Meulan identifiée aurait vécu à une toute autre période que la poétesse) ; Marie, abbesse de Reading, hypothèse sans fondement qui consiste à imaginer une abbesse pour une communauté exclusivement masculine ; Marie, abbesse de Shaftesbury, qui n’aurait eu ni connaissance de l’anglo-saxon ni même vocation poétique ; Marie de Blois, tout aussi improbable…

4L’auteur analyse ensuite les allusions à Marie de France identifiables dans des textes médiévaux : dans la Vie seint Edmund le rei de Denis Pyramus, Le Couronnement de Renart et l’Évangiles aux femmes. Il lui semble vraisemblable que différents auteurs, dont Marie, se livrent à une véritable joute poétique concernant la fonction de la littérature courtoise en langue vulgaire, comme en témoigne la place de l’allusion politique dans leurs œuvres : Denis Pyramus, Hue de Rotelande et l’auteur de Partonopeus de Blois..

5L’auteur met ensuite en lumière les conséquences de la nouvelle attribution de La Vie seinte Audree à Marie de France par June H. McCash. De fait, cette hypothèse conduit à l’abbaye de Barking dont une abbesse (choisie sur les recommandations d’Odon, ami de Thomas Becket) se nommait Marie, sœur de Thomas Becket, et était vraisemblablement liée au cercle de Cantobéry. Et la boucle est bouclée ! Marie de France pourrait bien être Marie Becket, née autour de 1125-1130. Carla Rossi fournit différents arguments en faveur de cette hypothèse, notamment les différentes associations de l’abbesse et la poétesse Marie avec Guillaume de Mandeville ou avec Thomas Becket, dans les manuscrits contenant l’œuvre poétique, par exemple, et nous la jugeons fort convaincante.

6Les sources de l’étude sont extrêmement diversifiées (textes littéraires mais également archives françaises et britanniques…) et l’auteur analyse chaque document avec une grande attention. En dépit des revendications d’humilité, selon lesquelles « ces notes ne veulent pas saturer d’éléments l’anonymat de Marie, dont l’identité est destinée à garder une partie de son énigme, mais plutôt lier entre eux des événements historiques qu’il sera peut-être utile de décrypter afin de mieux comprendre certains messages de la poétesse » (p. 16), la démonstration est très convaincante et les attaques contre les devanciers ou les tenants d’autres hypothèses sont tout à fait farouches. Carla Rossi est parfois bien sévère vis à vis de ses devanciers. D’ailleurs, les notes sont souvent plus abondantes que le texte lui-même.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Carla Rossi, Marie de France et les érudits de Cantorbéry  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2009, mis en ligne le 10 janvier 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://crm.revues.org/11761

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org